Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La Bretagne au cœur d

La Bretagne au cœur d’un écosystème numérique

Allocution aux personnels de DGA MI de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. Bruz, le 6 octobre 2014 – Seul le prononcé fait foi Source : DICoD.

Monsieur le délégué général pour l’armement,
Mesdames et Messieurs,

C’est toujours pour moi un grand plaisir de visiter les centres de la DGA. Je suis donc très heureux d’être avec vous aujourd’hui, et je tiens à remercier le délégué pour son invitation à venir vous rencontrer.

A chaque fois je retrouve des gens passionnés, habités par leur métier, et présentant en même temps une immense compétence technique. C’est le cas ici, à DGA Maîtrise de l’information, qui est l’expert référent du ministère pour les systèmes d’information et de communication, la guerre électronique et les systèmes de missiles tactiques et stratégiques.

Plus de 1250 personnes travaillent ici à Bruz – vous serez d’ailleurs bientôt 1400. 75% d’entre vous sont des ingénieurs. En un mot, c’est une force considérable pour le ministère dont j’ai la charge. Vous œuvrez dans de nombreux domaines, qui touchent de près ou de loin à la maîtrise de l’information : guerre électronique des systèmes d'armes, systèmes d'information, télécommunications, sécurité de l'information, composants électroniques, et j’en oublie probablement.

Le talent de DGA Maîtrise de l’information, c’est aussi sa capacité à s’intégrer dans son environnement. J’ai visité plusieurs entreprises dans la région, des PME comme des grands groupes. La semaine dernière, j’étais chez SAGEM à Fougères. En juin, j’étais dans une PME à Châteaubourg, AP Lithos, qui fabrique des cartes électroniques. Un peu plus tôt dans l’année, j’étais chez SOPRA à Chartres-de-Bretagne, pour m’y faire présenter le futur système d’information des armées. Mais aussi chez Orange à Rennes pour y parler Cyber, chez Alcatel à Lannion pour la fibre Optique, et j’en passe. Toutes ces visites concernent vos domaines. Presque à chaque fois, le nom de DGA/MI m’a été cité. Je vois ainsi que vous êtes au cœur d’un véritable écosystème numérique qui se crée en Bretagne, et je m’en félicite.

Mais j’en viens au cœur de ce qui m’amène aujourd’hui ici : la cyberdéfense. Vous vous en souvenez, je suis venu, il y a deux ans, annoncer le renforcement très significatif du nombre d’experts en cyberdéfense à DGA Maîtrise de l’information. L’objectif était d’atteindre au moins 400 personnes en 2017. J’ai pu constater ce matin que cet objectif était parfaitement tenu, avec le recrutement de personnels qui ont la compétence à un niveau d’excellence et qui m’ont semblé particulièrement motivés.

C’est pour moi fondamental. Le livre blanc et la loi de programmation militaire ont fait de la cyber une priorité nationale. C’était indispensable, ne serait-ce que dans le contexte d’une évolution très rapide des cyber attaques sur notre ministère. Ces attaques, vous le savez, doublent en nombre chaque année, et deviennent de plus en plus sophistiquées.

En réponse à ce défi majeur, dont je n’évoque là qu’un des nombreux aspects, j’ai lancé en février 2014 à Rennes, le pacte « défense cyber », constitué de 50 mesures très concrètes, pour un effort qui représente 1 milliard d’euros sur la durée de la programmation. Vous en connaissez les différents axes : durcissement du niveau de sécurité des systèmes du ministère ; recrutement de personnels et définition de parcours professionnels adaptés ; renforcement de la communauté nationale de cyberdéfense, en s’appuyant sur un cercle de partenaires et sur les réseaux de la réserve ; enfin intensification de l’effort de recherche et de formation, avec la création du pôle d’excellence cyber, sur laquelle je voudrais maintenant revenir.

Ce pôle d’excellence cyber, dont j’ai souhaité la création, a une portée nationale et un objectif de rayonnement international. Mais il commence ici-même, au cœur de la Bretagne, au cœur du bassin rennais. Car il s’appuie sur les compétences développées de longue date en Bretagne par le ministère : école des transmissions (ETRS), écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, et bien sûr DGA Maîtrise de l’information, où nous sommes ce matin.

En Bretagne, nous avons également la chance de disposer d’un tissu industriel et académique dense dans le domaine cyber, et c’est conscient de ce potentiel que j’ai fixé trois cibles à ce pôle d’excellence, que sont la formation, la recherche et le développement de la filière industrielle. Permettez-moi de revenir sur ces trois points.

En matière de formation, 2 000 étudiants sont déjà formés ou sensibilisés chaque année à la cyberdéfense au sein de la région. Ce chiffre augmentera de 40% dès la rentrée prochaine, en 2015 (+800). Cet après-midi, j’irai à Coëtquidan pour la présentation de l’exercice DEFNET 2014. Il est novateur à plus d’un titre : DEFNET 2014 est le premier exercice spécifiquement Cyber destiné à entraîner globalement nos forces spécialisées. Il marque le début d’un processus de préparation opérationnelle nouveau. DEFNET 2014 sera d’ailleurs suivi par DEFNET 2015 en mars, plus ambitieux et synchronisé avec PIRANET 2015. Ce premier exercice s’inscrit dans la dynamique du Pôle d’excellence cyber en région Bretagne. Il confirme la place de Coëtquidan comme zone d’entraînement interarmées, et je m’en félicite. Il témoigne par ailleurs des relations avec nos partenaires du secteur privé et industriels, bâti en association avec le groupe DCI (Défense Conseil International) et deux PME (Intrinsec et Acyan). Il sera proposé ultérieurement à nos partenaires dans le cadre de la formation.

Pour ce qui concerne la Recherche, je pense en particulier aux laboratoires bretons, auxquels s’ajoutent les labos de recherche des écoles de la défense. Ce sont par exemple 20 thèses supplémentaires qui seront financées chaque année dans le domaine de la cyberdéfense et de la cybersécurité. 1 million d’euros sera investi chaque année dans l’écosystème de recherche.

Enfin, du côté des entreprises, ce sont près de 50 000 emplois dans le numérique en Bretagne (60% en Ille et Vilaine) dont près de 75 entreprises qui sont dès à présent positionnées sur la cyber (8000 emplois environ). Vous savez que j’encourage ce développement industriel. Ainsi, depuis la création du dispositif de soutien à l’innovation RAPID en 2009, 30% des fonds qui concernent la cybersécurité et la cyberdéfense ont été accordés à des PME bretonnes. Et je préfère le dire, je n’y suis pour rien : cela démontre simplement leur niveau d’excellence, et le fait que la Bretagne n’a pas manqué le virage de la cyber.

Six mois après le lancement de ce pacte, je me réjouis de l’avancement des travaux, car nous constatons déjà des résultats plus que significatifs.

J’ai d’abord pu observer une véritable synergie entre les différents partenaires du pôle d’excellence cyber : ministère, collectivités locales, élus, agences de développement, universités, écoles, entreprises, avec bien d’autres encore. Je vous en donne quelques exemples : l’INRIA a confirmé la création d’un laboratoire de haute sécurité à Rennes ; Sopra, qui s’est implanté à Chartres de Bretagne, m’a confirmé son intention d’y développer son activité cyber lors de l’inauguration en avril dernier ; un appel à projet spécifique a été lancé par le conseil régional à destination des PME régionales, pour l’expérimentation de solutions innovantes de cybersécurité ; Rennes métropole, parmi d’autres initiatives encore, a fait figurer la cyber sécurité comme une de ses quatre priorités dans le cadre de l’appel à projet French Tech, et travaille à la mise en place de locaux permettant aux start-up de travail sur des sujets classifiés de défense.

Un certain nombre d’événements structurants vont permettre à la filière cybersécurité d’orienter ses développements pour les prochaines années. Je pense aux traditionnelles journées C&ESAR organisées chaque année à Rennes par la DGA. Elles porteront en novembre prochain sur le thème de la sécurité réactive. Mais je pense aussi à une matinale organisée avec Rennes Atalante qui devrait se tenir ici même en décembre, ou encore, à un horizon plus lointain, à un événement international sur la sécurité des composants qui sera accueilli à Saint-Malo en septembre 2015. Ce dernier événement, organisé côté français par l’ANSSI, verra passer plus de 400 spécialistes et chercheurs du monde entier.

Enfin, la signature, dans les prochaines semaines, d’un contrat de partenariat entre le ministère de la Défense, la région Bretagne et les laboratoires de recherche du territoire, est un autre exemple de jalon important, qui nous conduit dans le bon sens.

Nous devons bien sûr aller plus loin. C’est pourquoi je compte réunir très prochainement autour de moi les acteurs industriels du domaine, pour formaliser le partenariat que je veux bâtir entre eux et le ministère de la Défense autour de ce pôle d’excellence.

Avec la première pierre que j’ai posée ce matin, c’est donc ici que battra le cœur hautement sécurisé du pôle d’excellence cyber, grâce aux experts de très haut niveau de la DGA.

Je voudrais saluer la présence parmi nous de Louis Pouzin, dont le nouveau bâtiment dédié aux activités de cyberdéfense portera le nom.

Cher Louis Pouzin, c’est un grand honneur que vous nous faites, vous qui êtes reconnu mondialement comme l’un des précurseurs d’Internet. Vos travaux sur le datagramme, qui ont préfiguré les protocoles utilisés dans l’Internet que l’on connaît aujourd’hui, doivent inspirer les ingénieurs présents aujourd’hui. Votre engagement pour une meilleure sécurité, et une meilleure gouvernance de l’Internet mondial, sont là encore des enjeux que nous partageons. Je suis donc très heureux que ce nouveau bâtiment porte votre nom. Car il aura une importance majeure.

Déjà dans ses dimensions. Grâce à un investissement de 30 millions d’euros, il offrira sur 10 000 m2 de surface, une capacité d’accueil de 250 personnes, avec des possibilités d’extension qui sont déjà prévues.

Mais ce sont surtout les missions qui y seront conduites qui méritent d’être signalées. Ce seront des activités d’expertise technique sur des plates-formes à très fortes contraintes de sécurité de défense et de cloisonnement.

Il y a ici une vraie analogie avec le laboratoire P4 dans le domaine viral que j’ai eu l’occasion de visiter à DGA Maitrise NRBC. Pour pouvoir défendre nos systèmes contre les virus ou « malwares », il faut pouvoir étudier ceux-ci en détail, afin de les détecter à coup sûr, pour empêcher leur prolifération et les éradiquer. Il faut donc disposer de plates-formes capables de simuler de manière réaliste un environnement complet, pour que le logiciel malveillant déploie l’ensemble de ses caractéristiques. Mais nous avons aussi besoin d’outils de détection ou d’éradication qui peuvent être extrêmement sensibles, par le savoir-faire dont ils témoignent, et par l’information qu’ils fourniraient à nos adversaires sur notre niveau de protection. C’est ainsi que nous retrouverons ici à peu près les mêmes niveaux de sécurité que dans un laboratoire P4.

Toutes les démonstrations qui m’ont été faites ce matin me l’ont à nouveau prouvé : le rôle pris par la DGA dans le domaine cyber est absolument essentiel pour le ministère

Le soutien apporté aux opérationnels par les équipes de la DGA participe pleinement à la capacité cyber du ministère, et contribue largement à faire de la France un acteur majeur de la cyberdéfense.

L’apport de la DGA à notre politique de défense est ainsi plus qu’un gage de crédibilité. Les compétences de ses femmes et de ses hommes, dans les domaines de souveraineté, sont indispensables au maintien d’un outil de défense à la hauteur des défis qui se présentent à nous, aujourd’hui et demain.

L’action de la DGA dans les prochaines années sera essentielle pour atteindre l’objectif que nous avons fixé dans le cadre de la Loi de programmation militaire.

L’expertise technique de la DGA dans la conduite de programmes complexes est unique, en France et en Europe. C’est un atout pour le ministère. C’est une chance pour la France. En un mot, nous travaillons ici à la souveraineté nationale…

C’est pourquoi je tenais à vous témoigner aujourd’hui, Monsieur le délégué, à vos et vos équipes, ma confiance et ma détermination à continuer dans la voie que nous avons choisi d’emprunter ensemble.

Voir également :

"Coëtquidan pilier du pôle d’excellence Cyber" : Allocution aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (06-10-2014)


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact