Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Conférence de presse

Quand les Africains s'approprient leur propre sécurité

Conférence de presse - propos liminaires - Forum sur la paix et la sécurité en Afrique : Déclaration de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. Dakar, le lundi 15 décembre 2014 – Seul le prononcé fait foi – Source : DICoD.

Cher Augustin Tine,
Mesdames et Messieurs,

Je remercie tout d’abord les autorités du Sénégal. Le président Macky Sall avait indiqué son intention d’organiser le premier forum panafricain sur la paix et la sécurité, un engagement pris il y a un an au Sommet Afrique-France de l’Élysée. Engagement tenu.

J’ai constaté comme vous ce matin que les participants de notre Forum ont rempli le grand amphithéâtre lors de la session d’ouverture. Cela montre que notre Forum répond à une attente, à un besoin exprimé par l’ensemble des acteurs étatiques, internationaux, non gouvernementaux, privés ou think tanks actifs sur le continent africain. Il nous fallait un lieu informel où se renforcera cette culture commune de la sécurité africaine que la France appelle de ses vœux.

Plus encore qu’hier, l’Afrique est le continent de l’avenir. Je suis frappé par le potentiel économique, démographique et culturel du continent africain. Mais ce développement ne pourra se faire harmonieusement sans un développement préalable de l’architecture commune de sécurité.

Les menaces sont connues. La première séance plénière à laquelle j’ai participé ce matin a permis de les rappeler : les frontières poreuses laissent prospérer le terrorisme et les différents trafics illicites d’armes ou de drogues ; l’insécurité sanitaire permet le développement dramatique d’épidémie telle qu’Ébola ; certains États plus faibles, enfin, ne parviennent pas à conjurer ces menaces et présentent à leur tour un risque pour la sécurité du continent.

La France agit et le fait parfois aux avant-gardes. Ce fut le cas au Mali en janvier 2013 comme en Centrafrique il y a un. La France continuera d’agir en nation responsable, mais le message que nous portons collectivement depuis le Sommet de l’Élysée est une invitation à l’appropriation par les Africains de leur propre sécurité.

Vous me direz que la question se pose également, bien qu’en des termes assez différents, pour l’Europe. Cela montre que la dynamique de coopération que nous appelons de nos vœux est particulièrement souhaitable et nécessaire. Nous l’avons vue à l’œuvre tant au Mali avec le déploiement de la MISMA peu de temps après le déclenchement de l’opération Serval, qu’en République centrafricaine avec la MISCA aux côtés de l’opération Sangaris.

J’ai vu, à chaque fois que je me suis rendu sur ces théâtres de guerre ou de crise, des armées africaines sur le terrain, actives pour sécuriser de vastes territoires ou des quartiers subissant les pires tensions ethniques et religieuses.

C’est déjà beaucoup, et je sais l’effort que cela demande aux États africains concernés. Mais je suis convaincu que nous pouvons encore progresser. Sur ce chemin et pour appuyer cette volonté, la France apportera son soutien. L’appropriation sécuritaire et la coopération vont de pair. Je suis également venu au Forum de Dakar pour délivrer ce message.

A ce titre, je souhaite partager avec vous cette conviction. Barkhane n’est pas qu’une opération militaire française, c’est un dispositif régional de contre-terrorisme inédit qui mise sur la coopération avec les 5 États concernés (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) et entre ces 5 États. Dans un proche avenir et sous l’effet de Barkhane, les opérations, au Sahel, à deux ou trois États se systématiseront pour mieux contrôler les zones de trafics, les frontières, ou les poches résiduelles d’activité terroriste. Le « G5 Sahel », auquel s’associe la France, se renforcera. Les réunions des chefs d’état-major de la zone doivent favoriser cette montée en puissance opérationnelle qui fera le succès de ce dispositif régional.

Barkhane affronte un adversaire redoutable. Les groupes armés terroristes connaissent le terrain, sèment la peur auprès des populations et menacent directement l’intégrité des États, la sécurité du Sahel et de l’Europe. C’est pourquoi l’anticipation, le renseignement et l’action de nos forces se veulent patientes, mais permanentes. Les résultats sont tangibles. Depuis un an, environ 200 djihadistes ont été neutralisés. Nos efforts collectifs paient.

L’engagement des Africains, de nous-mêmes et des autres sur le continent fait face à beaucoup d’autres défis. Je citerais Boko Haram, dont les ambitions de conquête territoriale, le fanatisme et l’effort militaire constituent une menace majeure pour les États riverains du lac Tchad. Je citerais également la Libye où seule l’émergence d’une solution politique inclusive et reconnue permettra de répondre au chaos sécuritaire et au risque d’agrégation des groupes terroristes désormais avéré.

Je reviens au Forum de Dakar. Je retiens des discours très forts qui ont été prononcés ce matin. Des discours de détermination mais aussi de solidarité entre pays africains. Lorsque le Président Obasanjo souligne que toute agression contre un peuple africain est une agression contre toute l’Afrique, c’est un message fort dont la portée va bien au-delà du forum de Dakar. Je retiens également une prise de conscience collective que la sécurité, la construction de capacités militaires crédibles, robustes et loyales au pouvoir civil, constituent un préalable, voire une condition du développement économique.

J’ai également été frappé par la liberté de parole et les interactions qui ont rythmé les premiers ateliers de travail qui se sont déroulés cet après-midi. Je pense que nous tenons là les prémices du dialogue de sécurité et de la culture de sécurité commune que nous souhaitons nourrir au travers de ce forum. Nous convergeons vers une vision commune des défis qui sont devant nous. Je pense singulièrement à la question des frontières, terrestres et maritimes, qui constitue le dénominateur commun de l’ensemble des thèmes que nous avons abordés. Si je ne devais retenir qu’un seul message c’est peut-être celui-là. A quelques exceptions près, les frontières ne sont plus un enjeu de disputes entre États africains. Le défi qui est devant nous, ce n’est pas la délimitation des frontières mais leur contrôle, leur gestion partagée. C’est un défi pour les États africains, mais aussi pour nous, partenaires de l’Afrique.

Voir également :

Dossier : Opération Barkhane


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact