Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L

L’opération Barkhane : Deux objectifs majeurs pour la France

Adresse à la force Barkhane :  Discours de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. N’Djamena, le 31 décembre 2014 – Seul le prononcé fait foi Source : DICoD.

Mesdames les ministres,
Mesdames et messieurs les parlementaires,
Madame l’ambassadrice,
Mon Général,
Officiers, sous-officiers et soldats,

Alors que l’année 2014 s’achève, je suis heureux de venir une nouvelle fois à votre rencontre, ici au camp Kossei. L’an dernier, j’avais déjà eu le plaisir de vivre ces instants si particuliers avec vos camarades, ici même. C’était le midi, j’avais promis de revenir pour le Réveillon. Nous y sommes.

Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas venu seul. Une délégation parlementaire significative, engagée au quotidien dans le suivi des affaires de défense, ainsi que des journalistes importants couvrant les affaires internationales, ont tenu à m’accompagner en Afrique.

Je viens à N’Djamena avec un message de France, celui de la reconnaissance des Français pour votre engagement en opérations extérieures. A l’aube d’une nouvelle année, je viens vous dire leur confiance et vous apporter leur soutien pour tous les défis qui vous attendent en 2015. Le président de la République vient de le rappeler dans ses vœux à la Nation, en vous rendant hommage.

J’ai souhaité terminer cette année 2014, ici, au Tchad, et dans les heures qui viennent au Niger et au Mali, au cœur d’un engagement majeur de la France. Mais, ce soir, près de 9 000 hommes et femmes sont dans votre situation, sur l’ensemble des théâtres d’opération où nos forces sont présentes, loin de la métropole, loin de celles et ceux qui leurs sont chers, et je pense à eux tous.

Vous le savez peut-être mieux que quiconque, cette année aura été exceptionnelle à tous les égards. Le 1er août dernier a été un pivot, avec la création de l’opération Barkhane et de son état-major de niveau régional, ici à N’Djamena. Il suffit de regarder derrière nous pour mesurer tout le chemin que nous avons parcouru depuis l’opération Serval, depuis l’urgence de cette première intervention au Mali, le 11 janvier 2013. Je n’oublie pas, bien sûr, l’opération Épervier qui a rejoint votre dispositif.

L’opération Barkhane poursuit deux objectifs majeurs pour la France. Elle vise d’abord à régionaliser notre action, c’est-à-dire à décloisonner ce vaste théâtre, aussi vaste que l’Europe entre Gibraltar et Moscou. Nous le faisons en lien avec chacun des pays hôtes alliés, pour agir à la fois sur les lieux de stationnement des terroristes mais aussi sur les flux d’armes et de trafics en tout genre, qui alimentent le terrorisme. Mais cette opération ambitionne aussi de favoriser l’appropriation, par les acteurs de la région, de leurs propres enjeux de sécurité. C’est le message que j’ai porté au forum de Dakar il y a quinze jours. Non seulement ce message a été entendu par les gouvernements, mais il correspond en outre à la réelle volonté africaine d’agir concrètement contre une menace terroriste qui est un poison mortel pour tous nos partenaires.

Le succès de Barkhane repose ainsi sur la confiance. Celle des Français que je viens vous témoigner, accompagné de la représentation nationale. Celle que nous insufflerons nous-mêmes, par nos actions, à nos partenaires régionaux. D’ores et déjà, des opérations s’organisent au Sahel, à deux ou trois États, comme cela a été le cas tout récemment de l’opération Mangouste, avec l’objectif de mieux contrôler les espaces frontaliers et les zones de trafics.

Cette dynamique n’est cependant possible que dans le cadre d’un partenariat toujours plus dense avec nos alliés régionaux. Avec le Mali, le Tchad et le Niger, nous avons tissé des liens de confiance qui sont un gage d’efficacité pour notre mission commune. Cette confiance s’étend aussi à la Mauritanie et au Burkina-Faso, comme l’illustre la mise en place du « G5-Sahel ». Cette même dynamique est à l’épreuve dans la lutte contre Boko Haram depuis le Sommet de Paris, la CCL que je viens de visiter en est la première décision. S’ajoute également, au Mali, le travail quotidien conduit avec la force internationale des Nations Unies, la MINUSMA, et l’Union européenne à travers EUTM-Mali. Ces initiatives et coopérations, que la France encourage et soutient, sont déjà porteuses de résultats concrets. Il faut s’en féliciter.

Le dispositif Barkhane, ambitieux dans ses objectifs et inédit dans ses modalités, commence à porter ses fruits – vous les connaissez, ils s’appellent Tudelle, Pelvoux, Beauchene… C’est pour la France un outil de premier plan dans sa lutte contre les groupesdjihadistes qui pensaient utiliser le Sahel comme un espace d’impunité.

Je le dis régulièrement à mes interlocuteurs et vous le savez bien : Barkhane, c’est tous les jours. Barkhane, c’est notre rempart contre-terroriste. J’en veux pour preuve l’opération conduite le 11 décembre dernier.

Ce jour-là, nous avons neutralisé en profondeur le groupe terroriste armé Mujao et mis hors de combat de son chef Al-Tilemsi. Les jours qui ont suivi, par votre persévérance et votre détermination, vous avez démantelé une grande partie de ses capacités d’action. Au cours de l’opération Beauchêne, 42 caches d’armes ont été mises à jour et détruites constituant de véritables usines à fabriquer des engins explosifs. Un site d’importantes ressources logistiques a également été découvert.

Dans ces caches d’armes, la force Barkhane a notamment mis la main sur trois tonnes d’explosif ainsi que trois missiles sol-air SA7. Cela montre que le combat est permanent.

Pour la première fois, nous avons mis sur pied une réponse régionale et un commandement national unifié, ce qui nous permet de gagner en réactivité et en efficacité. Pour conduire son action, Barkhane s’appuie en effet sur un réseau de bases avancées temporaires, qui ont vocation à s’animer ou à se contracter en fonction de l’actualité et de l’effort que nous souhaitons porter. Je salue à cet égard vos camarades servant ici au Tchad dans les postes avancés de Faya-Largeau et d’Abéché. Ils prennent toute leur part dans les succès de Barkhane. Bien que situés à plus de 1 300 kilomètres de N’Djamena, le plus à l’est de la bande sahélo-saharienne, ils sont partie prenante des opérations. Dans ce même fuseau Est, je pense également à ceux qui se trouvent à Madama, au Nord-Est du Niger, dans cette place forte aujourd’hui tournée vers le Sud Libyen. Je m’y rendrai demain pour rencontrer vos camarades et constater les progrès réalisés pour réhabiliter cette emprise militaire, perdue dans un désert de sable, qui avait été délaissée.

Je veux vous parler un instant de ce sujet, la Libye. Vous le savez peut-être, j’ai alerté de longue date sur la gravité de ce qui se produit là-bas. Mais aujourd’hui, chacun en convient, ce qui se passe en Libye, c’est ni plus ni moins, sur fond de chaos politique et sécuritaire, que la résurgence d’un sanctuaire terroriste dans l’environnement immédiat du continent européen. Ce serait donc une erreur profonde, pour la communauté internationale que de rester passive face au développement d’un tel foyer de terrorisme au cœur de la Méditerranée. Il ne faut pas l’accepter. L’ensemble des acteurs doit se mobiliser : la solution doit autant que possible être trouvée par les Libyens eux-mêmes. Mais c’est la responsabilité des voisins de la Libye et de la communauté internationale que de se tenir à leurs côtés pour retrouver les chemins de la stabilité. La France y prendra évidemment toute sa part.

Tous, vous remplissez donc ici une mission difficile. Vous subissez des conditions climatiques souvent sévères. Vous luttez contre un adversaire aguerri. Vous le faites, chacun à votre niveau, avec un professionnalisme exemplaire, un dévouement peu commun et un courage qui force l’admiration.

Mais cette mission est essentielle, et vous avez toutes les raisons d’en être fiers ! Votre engagement, votre pugnacité, vos efforts collectifs, concourent d’une manière décisive au rétablissement d’un climat de confiance et de sécurité. C’est un enjeu pour l’Afrique. C’est un enjeu pour la France.

Dans ce combat, six de vos camarades ont donné leur vie pour la France en 2014. Trois sont tombés au Mali, deux en RCA, un au Burkina-Faso. Je veux leur rendre hommage. Leur courage ne s’est éteint que dans la mort, et leur exemple inspirera longtemps, à travers vous et vos successeurs, l’action que la France mène au Sahel.

Je pense également à nos blessés, trop nombreux, et que je visite régulièrement à l’hôpital Percy ou l’hôpital Bégin à Paris. En cette période difficile de convalescence, je veux les assurer de mon total soutien. Mes pensées vont aussi aux familles éprouvées par ces deuils et ces blessures. Je leur adresse tout particulièrement mes vœux pour cette année nouvelle en les assurant que tous les efforts d’accompagnement continueront d’être faits à leur profit.

Ce soir est aussi un moment particulier pour notre communauté de défense parce que deux opérations extérieures prennent officiellement fin. A Abidjan, l’opération Licorne se termine. Les Forces Françaises de Côte d’Ivoire, ou FFCI, lui succèdent et donnent à cette base opérationnelle avancée pour l’Afrique de l’Ouest une vocation nouvelle de réservoir de forces. Parce que les conditions politiques sont également réunies, il en va de même en Afghanistan, où l’opération Pamir prend fin également ce soir et laisse place aux dispositions prévues par le traité d’amitié et de coopération franco-afghan. Je n’oublie pas là non plus le sacrifice de 110 de nos soldats que nous avons eu à déplorer sur ces deux théâtres, dont 89 en Afghanistan. Ils sont emblématiques pour toute une génération de soldats.

Une nouvelle année nous attend, avec un grand nombre de défis à relever. J’ai évoqué les actions qui vous occupent ici au Sahel. Je voudrais vous dire quelques mots d’un combat que je mène en France, et qui vous concerne également au premier chef : le remplacement de Louvois. C’est un combat moins périlleux que le vôtre mais qui exige un engagement collectif.

J’étais à Varces au début du mois de décembre, à l’endroit où vos camarades chasseurs alpins du 7e BCA m’avaient alerté, en 2012, des dommages inacceptables générés par le système Louvois. Les efforts que nous avons déployés depuis commencent à porter leurs fruits, puisque les anomalies, en baisse depuis 2013, auront diminué cette année d’une manière significative. En parallèle, je maintiens le cap que j’ai fixé, qui est de remplacer Louvois. Dans un ministère comme celui de la Défense, payer une solde ne doit plus relever de l’exploit. C’est ce à quoi nous travaillons.

Trois prototypes d’un nouveau logiciel ont déjà été réalisés ; ils me semblent particulièrement prometteurs. Le meilleur d’entre eux devrait être choisi à la fin du premier semestre 2015 pour mettre en place le nouveau système. De la sorte, début 2016, nous disposerons d’un nouveau système de soldes, qui fonctionnera en double du système actuel. Je ne veux pas en effet reproduire les erreurs faites par le passé. A l’issue de cette ultime phase de tests, les bascules définitives pourront intervenir.

Je travaille également à l’adaptation des besoins futurs de nos armées. Parmi les programmes ambitieux dont je viens de confirmer les commandes, je veux citer en particulier le programme Scorpion de modernisation de l'armée de terre qui permettra de renouveler les capacités des forces terrestres, en particulier son parc blindé.

Ce programme va doter l’armée de terre de plates-formes modernes, mobiles, protégées et connectées, à l’instar de ce qui existe déjà dans les domaines naval et aérien. A terme, ce seront près de 1 700 Griffon qui viendront remplacer les VAB, et 248 Jaguar qui renouvelleront le parc des ERC 90 Sagaie et AMX 10RC. Cette décision vient compléter d’autres engagements qui correspondent à la mise en œuvre de la loi de programmation militaire. Je pense à la commande du 4e sous-marin nucléaire d’attaque du programme Barracuda. Je pense à celle de la flotte de ravitailleurs MRTT baptisés Phénix, dans le cadre de la modernisation de la composante aéroportée de la dissuasion.

Chacun dans ses fonctions, nous sommes tous mobilisés pour faire réussir notre Défense et, à travers elle, protéger nos compatriotes et garantir les intérêts stratégiques de la France.

Je suis bien placé pour savoir que cela ne se fait pas sans difficultés, que cela ne se fait pas sans efforts, ni sacrifices. Mais je sais aussi, et vous savez aussi, que dans un environnement économique particulièrement contraint pour notre pays, le chef de l’Etat a décidé de sanctuariser le budget de la Défense. Grâce à ces efforts, grâce à cet engagement, nous pouvons moderniser, équiper, former notre armée qui est aujourd’hui et qui sera demain la première armée d’Europe.

Je veux conclure en vous disant une nouvelle fois ma fierté d’être à vos côtés, mon admiration devant l’engagement qui est le vôtre. Vos proches partagent cette fierté et cette admiration. Ils sont aujourd’hui loin de vous, et je mesure en vous voyant réunis ici le soutien immense qu’ils vous apportent malgré la distance. En cette période de fêtes, j’ai avec vous une pensée pour eux, comme ils pensent à vous en cet instant.

Vous qui passez les fêtes de fin d’année loin des vôtres, je mesure les sacrifices consentis, par vous et vos familles, mais je sais aussi que je peux compter sur votre enthousiasme inébranlable. A l’aube d’une nouvelle année, soyez certains de la fierté que vous inspirez aux Français, comme des espoirs qu’ils placent en vous.

Bravo à tous. Vous avez toute ma confiance et vous pouvez compter sur moi.

A toutes et à tous, je souhaite une excellente année !

Vive la République !
Vive la France !

Voir également :
Dossier : Opération Barkhane


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact