Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

15 février 2015

Caricatures et fusillade de Copenhague

Après Bruxelles, Paris, maintenant Copenhague. Sans parler d'attentats qui ont pu être empêchés par la vigilance des services spécialisés. Pour surveiller un individu comme dangereux, qui est prêt pour passer à l'acte, il faut de 10 à 15 personnes. Où trouver vde tels effectifs dans une démocratie quand les candidats au jihad se comptent par milliers, sinon plus ? François-Bernard Huyghe, dans cette chronique revient sur des fusillades et sur la perception que l'on peut en avoir. Paris le 15 février 2015.(©) Source : (huyghe.fr). 

Par François-Bernard Huyghe

Si les dernières informations se confirment et si c'est bien le même tireur qui, après avoir mitraillé à Copenhague, une réunion sur art et blasphème puis une synagogue, s'est fait abattre, il faudra d'abord constater le caractère mimétique de son action "à la Merah" ou "à la Kouachi" : voilà un modèle qui pourrait susciter d'autres imitateurs en Europe. Il serait d'autant plus difficile à combattre que les auteurs, parfois bien repérés par la police qui n'a pas de motif pour les arrêter, peuvent mûrir leur projet dans leur coin avant de passer à l'action de manière imprévisible et sans avoir besoin d'une organisation très structurée.

Reste quand même que l'attentat du Danemark, comme celui contre Charlie, se présentent comme des rondes au pouvoir de l'image.

Les images - film ou dessin- ont le singulier pouvoir de causer une douleur inadmissible et de susciter un désir de tuer pour punir : voilà ce que nous est rappellé, dix ans après l'affaire des "caricatures danoises". Bien plus que la liberté d'expression que haïraient les jihadistes (même notre "liberté" supposée, du seul fait qu'elle concède un droit aux hommes et non un devoi à l'égard de Dieu, est déjà condamnable à leurs yeux), c'est l'offense que veulent venger les tueurs.

Rappelons les motifs des réactions violentes, y compris sur le plan théologique On en avance généralement quatre :

- L'offense faite au prophète qui mériterait la peine de mort, du seul fait que c'est le pire blasphème, donc l'obligation religieuse de punir le mal et la mécréance. Ce qui est pur nous un attentat est, pour, eux l'exécution d'un sentence indiscutable.

- Le contenu « idéologique » donc intentionnel, présumé islamophobe et politique, de la caricature. C'est un argument qui avait servi contre les caricatures danoises représentant Mahomet avec une bombe en guise de turban. Cela contribuerait à nourrir la confusion islam = terrorisme et donc le thème du clash des civilisations.

- L'insulte ressentie de façon corollaire par une communauté. Là encore, il n’est pas question de nier l’émotion sincère que peut éprouver un croyant devant toute attaque envers le prophète. Elle est tout aussi sincère que celle d’un Juif de savoir Israël traité d’État nazi ou celle d’un catholique confronté à des plaisanteries sur la sexualité du pape ou voyant une affiche de film qui mêle crucifix et croix gammée. Mais si le critère est celui de la subjectivité d'une douleur ou d'une offense, laquelle faut-il privilégier : celle du descendant d’esclaves qui s’indigne que l’on parle des bienfaits de la colonisation ou celle du fils de pieds-noirs ? Celle de l’homosexuel qui se sent humilié par l'homophobe ou celle du monothéiste dont la religion condamne, après tout, le péché de Sodome ? Celle du musulman qui ne supporte pas que l’on « stigmatise » le mariage islamique ou celle de la féministe ? La compétition des victimes et l’invocation récurrente des droits de la souffrance comme critères politiques trouvent ici leur limite. Et surtout on en mesure aujourd’hui les conséquences.

- La représentation du prophète serait insupportable (et à plus forte raison sa caricature). Or cette prohibition est loin d’être unanime dans l'Ouma. Certaines traditions prohibent toute représentation d’hommes ou d’animaux, d’autres représentent la figure humaine, y compris celle du Prophète, d’autres enfin, comme le montrent certaines miniatures, représentent des visages, mais masquent celui de Mahomet au moyen d’un voile ou d’une flamme.

Quant à l’iconophobie supposée de l’Islam, il faut nuancer, surtout en une époque où même les pays wahabites ont la télévision et où, même les talibans qui en principe interdisaient la musique, la photo et le cinéma, ne détestent pas poser pour l’objectif. La prohibition de l’image (à rapprocher de celle du judaïsme ou de la « querelle des icônes») se base sur quelques hadiths où le prophète, par exemple, se méfie des maisons où il y a des images.

Mais bien sûr, ce ne sont pas des arguments de cet ordre (certains déjà chez Platon) qui animent les manifestants. Ils se situent, eux, dans la perspective la plus primaire : celle où ils interprètent un "droit d'insulter" propre à l'occident (un droit dont ils remarquent au passage qu'il ne s'exerce pas lorsqu'il s'agit du judaïsme) comme une volonté de dominer. Et cela, ni excuses, ni interdits, ni refus de l'amalgame n'y changeront rien. Moins encore les manifestations de solidarité avec les caricaturistes ou les proclamations de bonnes intentions.

François-Bernard Huyghe

Voir également du même auteur :

"Califat : malédiction, défi et exemple" : Malgré un système doctrinal structuré de façon simple, le succès du califat, au moins en termes de recrutement, pourrait se résumer : "le salut par l'allégeance et l'épée", par François-Bernard Huyghe in European-Security (13-02-2015).
"Contre-propagande : La vidéo #stopdjihadisme" : La campagne de contre-propagande #stopdjihadisme du gouvernement (une vidéo préparée depuis quelques temps mais qui sort opportunément peu après le 11 janvier) fait débat, par François-Bernard Huyghe in European-Security (29-01-2015).
"Manifestations contre Charlie" : Des émeutes, des morts, des églises ou des centres culturels incendiés..., par François-Bernard Huyghe in European-Security (22-06-2014).
"Jihadisme et impact symbolique : Frapper des millions à trois" : Vrais coups de génie en termes de communication comme le hashtag slogan "#jesuisCharlie" qui implique à la fois « Je me reconnais dans la victime », « nous sommes un peuple » et « j'ai le courage », même si, une fois encore, ceci est dans l'ordre symbolique, par François-Bernard Huyghe in European-Security (13-01-2015).
"La couche sémantique du Web" : Dans le cyberespace, un "espace" métaphorique sans distances ni surfaces, mais composé par la connexion d'hommes et de machines reliés par des électrons, il est désormais admis qu'il faut distinguer trois couches, par François-Bernard Huyghe in European-Security (29-12-2014).
"Terrorisme : tuer pour dire" : Quelle est l'étrange relation entre idée et violence qui se nouent autour d’un simple mot, par François-Bernard Huyghe in European-Security (22-06-2014).
"Jihadistes irakiens, réseaux sociaux et images" : La "médiologie" présente l'avantage de s'intéresser aux deux aspects de la guerre qui échappaient à la polémologie : la technologie et la symbolique, par François-Bernard Huyghe in European-Security (22-06-2014).
"Tuerie du musée juif de Bruxelles : Demain, un, deux, dix Merah" : Des moyens légaux qui pourraient être mis en oeuvre pour intercepter des candidats au jihad et de leur éventuelle efficacité, par François-Bernard Huyghe in European-Security (02-06-2014).
"Cyberattaque contre des sites jihadistes" : Sur la stratégie mise en oeuvre pour lutter efficacement contre le « jihad 2.0 » par François-Bernard Huyghe in European-Security (02-04-2014).
"Le système NSA : Des milliards de données pour quoi faire" : La plus grande inconnue du système NSA est son efficacité. Officiellement, il s'agit de prévoir des actes terroristes. Si c'est le cas, le bilan (pour un budget annuel de dix milliards de dollars) représente le pire retour sur investissement de l'Histoire de l'économie, par François-Bernard Huyghe in European-Security (01-01-2014).
"Affaire Prism : la logique du secret" : Sur Internet secret et confiance se conditionnent, par François-Bernard Huyghe in European-Security (15-06-2013).
"Les USA ont-ils perdu la guerre de l'information" : La guerre en Irak était censée empêcher le chaos (la menace saddamique), par François-Bernard Huyghe in European-Security (15-06-2013).
"USA, Canada, Libye, Espagne... Al Qaeda, le retour ?" : "L'affiliation" à al Qaïda résulte de l'interprétation des faits par la police, de l'allégeance purement formelle d'un groupe armé, ou de l'évolution mentale de gens qui "s'autoradicalisent sur Internet" : la fascination du nom subsiste et flatte notre préférence pour la figure de l'ennemi unique, par François-Bernard Huyghe in European-Security (24-04-2013).
"Cyberterrorisme : La terreur en quelques clics ?" : De la convergence du cyberespace et du terrorisme sur la guerre en réseaux, par François-Bernard Huyghe in European-Security (18-03-2012).
"Kamikazes : gestion de la mort, contagion du sacrifice" : Popularisées par le Hezbollah libanais en 1983, personnifiées par les avions du 11 Septembre, démocratisées par la résistance irakienne, les opérations suicides constituent un défi, par François-Bernard Huyghe in European-Security (16-06-2005).
"Guerre de 4e génération et 4e Guerre Mondiale" : Elle correspond à la révolution de l'information et mobilise des populations entières en un antagonisme qui gagnerait tous les domaine :s politique, économique, social, culturel et dont l'objectif serait le système mental et organisationnel de l'adversaire. Totalement asymétrique, elle oppose deux acteurs n'ayant rien en commun. D'un côté des puissances high tech (censées profiter de la Révolution dans les Affaires Militaires : information en temps réel, armes "intelligentes" et précises, commandement à distance par les réseaux numériques). En face, des acteurs transnationaux ou infranationaux éparpillés, groupes religieux, ethniques ou d'intérêt s'en prennent indistinctement au marché, aux symboles de l'Occident, à ses communications, obéissant à une logique de perturbation, par François-Bernard Huyghe in European-Security (04-04-2005).
"L'avenir du terrorisme" : deux méthodes s'opposent : "américaine" et "européenne": la première suppose une victoire impossible et une guerre perpétuelle, la seconde s’en prend aux terroristes non au terrorisme, par François-Bernard Huyghe in European-Security (02-04-2005).
"Sept erreurs répandues sur la guerre de l'information" : Il n’y a pas une guerre de l’information mais des stratégies par l’information, par François-Bernard Huyghe in European-Security (27-06-2004)
"Trois guerres de l’information en Irak" : Quand l'image se retourne contre la société des images dans sa lutte "pour le coeur et l'esprit des hommes", François-Bernard Huyghe in European-Security (01-06-2004).
"WW IV : La 4e Guerre Mondiale a-t-elle commencé le 11 septembre ?" Ce qui a changé le 11 Septembre, c’est la façon de nommer un principe comme ennemi et non plus de désigner un ennemi comme porteur d’un principe, par François-Bernard Huyghe in European-Security (30-07-2003).

Liens utiles :

Site de François-Bernard Huyghe
Polémologie : "Actualité de la polémologie" : L´héritage de la polémologie s'est dispersé après la mort de Gaston Bouthoul en 1980 ... Un éventuel renouveau de la polémologie supposerait, à notre avis, d'établir dans quelle mesure les méthodes utilisées pour rendre compte de conflits déterminés sont transférables à l'analyse de conflits de type, de niveau et d'ampleur différents, par Pascal Hintermeyer in European-Security (05-03-2008).


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact