Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Lettre du Cameroun

« Ils sont fous, ces Gaulois ! »

Imaginer que les Africains seraient déconnectés de la réalité ou « mal informés » de ce qui se passe en Europe et particulièrement en France serait une grave erreur à ne pas commettre. Au moment où des Africains se mobilisent dans la rue contre le péril islamiste, comme c'est le cas au Cameroun [1] et que plusieurs pays africains ont déclaré la guerre à Boko Haram, souffler de l'huile sur le feu ne sert à rien d'autre qu'à poignarder dans le dos ceux qui ont le courage de s'élever contre la dictature de hordes d'incultes, ignorant leur propre religion, de tortionnaires, de violeurs et d'assassins qui n'ont rien à envier aux tristement célèbres Waffen-SS, aux bolcheviques ou aux hommes de Pol Pot au Cambodge. Commentaire de Joël-François Dumont. Paris, le 2 mars 2015.©

L'une des premières conséquences de notre soutien à Charlie, tel qu'il s'est exprimé, a été de brouiller le message occidental tout en démonétisant davantage la France aux yeux même des "modérés" qui forment (encore) la majorité de ces peuples d'Afrique ou d'Asie qui ne comprennent toujours pas que l'on puisse blasphémer le sacré, au nom d'une liberté de la presse que Charlie hebdo serait censée incarner. La deuxième conséquence est que la chasse aux chrétiens a repris de plus belle. « La christianophobie est un mot qui, lui, n'a pas droit de cité dans le langage usuel. Elle correspond pourtant bien à une réalité et on ne se lassera jamais de répéter qu'entre 150 et 200 millions de chrétiens sont persécutés à travers le monde, notamment dans les pays arabes.»[2]

De tels drames se déroulent depuis des années dans une indifférence qui montre, si besoin était, où nous en sommes rendus, donnant presque raison à ceux qui parlent de notre décadence, de Poutine aux extrêmes de droite comme de gauche qui livrent désormais un seul et même combat. Les partis réputés « bourgeois, traditionnels, de gouvernement, modérés ou républicains » étant délaissés par la moitié de l'opinion, faute d'avoir su se régénérer et d'avoir agi quand il le fallait, en laissant les idéologies au vestiaire.

Manifestation kurde à Paris le 10 janvier contre le terrorisme

Face au silence assourdissant de nos évêques, à de trop rares exceptions près,[3] à la démission, à l'aveuglement sectaire de nos « Diafoirus de la bien-pensance (qui) recherchent ses origines dans le social, voire, ô le vilain mot, le sociétal, avec une compassion affectée » ... Trop « longtemps, nos instructeurs civiques autoproclamés se sont ingéniés, en professionnels de l'évitement, à ne pas nommer les choses. Il faudra dire un jour tout le mal qu'ont fait à la cause du « vivre ensemble » des mots comme « stigmatisation » ou « amalgame », censés arrêter les discussions et faire taire tout le monde. Aujourd'hui, les mêmes clercs n'ont rien appris, qui s'obstinent à ne pas voir la vérité et, au lieu de l'aider à faire face, servent à la communauté musulmane le discours convenu de la victimisation.. au lieu de considérer le phénomène pour ce qu'il est ... une sorte de purulence religieuse.»[2]

Il est grand temps que les responsables religieux musulmans, dans tous les pays d'Europe comme dans les pays du monde arabo-musulman, réagissent au lieu de transformer de trop nombreuses mosquées et autres lieux de prière en cellules de recrutement pour le jihad. Il est temps pour nos politiques de toute sensibilité de se substituer à « nos moralistes patentés »[2] et comprennent qu'il y a urgence depuis plusieurs années. Le temps n'est plus au buzz ou aux « petites phrases », aux polémiques stériles, si nos politiques ne veulent pas demain se retrouver du même coup à pôle emploi ! Faut-il laisser au seul maire social-démocrate d'Amsterdam, l'exclusivité d'un tel courage ?[4]

Après la récente déclaration du président du CRIF qui n'avait eu le tort que de rappeler un fait avéré, seulement celle-ci devait rester dans le non-dit. On a, dans l'urgence, pour tenter de gommer à jamais une telle faute de goût en énonçant une évidence, convoqué le jour même à l'Élysée le recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur et Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des Institutions Juives de France, que l'on verra ensuite sur le perron de l'Élysée se donner une poignée de main comme si "la magie" avait opéré ! Comme si ce genre de manipulation pouvait régler le problème, le vrai problème : les juifs de France ont peur depuis plusieurs années et ne se sentent plus en sécurité : quand on demande à des jeunes juifs comment ils voient leur avenir en France dans 20 ans ils répondent : avec la charia ou nous aurons quitté la France! Les catholiques se sentent eux « méprisés » par le pouvoir actuel dont plusieurs dirigeants ont conjugué leurs efforts pour détruire la famille et ses valeurs depuis deux ans, à des fins partisanes et politiques. Les musulmans modérés se sentent pour leur part « abandonnés » ou « impuissants ».

Manifestation anti-Charlie au Mali

Tous nos compatriotes qui séjournent en Afrique voient les rangs de ces modérés se démobiliser chaque jour davantage par tant d'aveuglement. C'est à croire que nos diplomates en poste à l'étranger sont aveugles ou plutôt qu'à Paris, on refuse de voir les faits, vieille tradition gauloise : seul les faits qui vont dans le sens (de l'histoire ?) sont pris en considération. Si on était vulgaires, on se demanderait comment peut-on être « aussi cons » pour agir de la sorte ? Il n'y a donc pas - ou plus - de pilote dans l'avion France ?

Entre les lâches, les incompétents, les nuls, certains politiques qui ne savent plus où donner de « la petite phrase » au lieu de bâtir des programmes pour relever les défis qui se posent à nous, on a le sentiment d'un vide. Et Dame Nature a toujours eu horreur du vide! La prolifération des troisièmes ou quatrièmes « couteaux » de notre microcosme parisien « un tiers mondain et deux tiers mondistes »,[5] contribue à soutenir, de fait, la dictature du politiquement correct du moment qui a encore de beaux jours devant elle. Il ne faut donc pas s'étonner que ceux qui ont le courage de s'opposer à la barbarie se sentent « lâchés » à leur triste sort et que les rangs des adeptes du terrorisme grossissent de jour en jour. Tout cela à cause d'un « formidable tour de passe-passe sémantique (que constitue) cette invention de l'islamophobie : s'appuyant sur l'inculture générale qui ne cesse de faire des progrès, elle permet d'interdire toute critique contre l'islam, religion qu'on n'a pas le droit de mettre en question sous peine d'être suspecté de tout, surtout du pire.»[2]

Islamo-fascisme ou islamo-nazisme ?

En Égypte, le maréchal Al Sissi a été le premier - et le seul jusqu'ici - responsable politique de premier plan à mettre en garde les chefs religieux de son pays contre ceux qui prônent une religion qui se veut l'ennemie des trois quarts de l'humanité.[6]

« La nation islamique est déchirée, détruite : elle court à sa perte »

Mais où sont donc les autres pays musulmans ? On pensera tout naturellement comme l'a fait Guy Labouérie aux « plus riches qui paraissent se contenter de l’arme financière et pétrolière pour prospérer égoïstement au lieu de s’appuyer sur leur histoire et leur richesse pour envisager et décider de leur avenir et celui de l’Islam dans le monde fermé d’aujourd’hui. Leur rôle devrait être essentiel pour la paix face à tous ceux qui dans l’aire musulmane se lancent dans des violences contraires au Coran.  Même si pour de profondes raisons puisque terres de l’origine de Muhammad bin Abdallah, ils sont les plus conservateurs, leur richesse les mettant pensent-ils à l’abri de mauvaise surprise, l’apparition brutale du pseudo califat islamique ne peut que les inciter à une révision complète de leurs politiques avec un retour approfondi de leur histoire. Ce retour est essentiel car sans une véritable « mémoire qui ne soit pas ancre mais catapulte vers l’avenir » on ne peut que passer à côté de ce qui se construit dans toute l’humanité ... Ce désintérêt sur l’histoire avec la fixation sur l’origine perçue comme le présent à faire revivre est à la source de bien des tragédies et de bien des départs de concitoyens et de coreligionnaires vers d’autres cieux.»[7]

Des pays comme le Maroc, les Émirats arabes unis, la Jordanie et même l'Arabie saoudite ont compris que les Frères musulmans étaient devenus la clef du problème qui désormais se pose au monde entier. Alors que la Turquie et le Qatar sont accusés de jouer un double jeu en Libye par exemple ou en Syrie, que fait l'Amérique ? Il y en a une qui bombarde Daech tandis que l'autre à Washington continue de soutenir les Frères musulmans.[8] Si tous « les cons » se donnent ainsi la main où trouver notre salut ? Faut-il maintenant que nous allions nous engager en Syrie pour lutter contre Daech et les brigades internationales des Frères musulmans, comme l'a dit Manuel Valls avec un courage politique rare devant l'Assemblée Nationale, contre cet « islamo-fascisme » qui en fait, comme le dit très bien Franz-Olivier Giesbert, est un « islamo-nazisme » qui ne dit pas son nom.[2]

L'horreur a un nom : « l'État islamique » : Décapités au couteau parce qu'ils étaient chrétiens

Quant aux chefs d'État africains qui ont manifesté à Paris contre Charlie, ils ont aujourd'hui perdu toute crédibilité ![9] Mais où sont donc passés Védrine, de Villepin et Juppé au Quai d'Orsay, ministère malmené pour ne pas dire sinistré après la tornade Douste-Blazy-Kouchner ? Dans quels pays non musulmans, à trois exceptions près, ont donc été mutés, par un hasard qui n'est pas innocent, tous nos diplomates arabisants? A quoi aura servi le sacrifice de nos soldats au Mali ou en Afghanistan ?

Sakine, Rojbîn et Leyla exécutées à Paris le 9.01.2013 : leurs assassins courent toujours

En France, la veille du jour de la manifestation "pour Charlie", plus de 3500 personnes, des Kurdes, sont venus en car dans la nuit des pays d'Europe voisine, pour défiler dans la rue à Paris pour dénoncer le terrorisme. « Charlie Kobané, même combat ». « Pour la première fois », des musulmans fiers de l'être, « des sunnites, l'ont réclamé, dans la rue, dans toutes les grandes villes d'Allemagne » notamment à Berlin, le jour de la grande marche à Paris, devant la porte de Brandebourg illuminée par des projecteurs bleu blanc rouge. 110.000 personnes étaient massées derrière la chancelière, Angela Merkel, les membres de son gouvernement, au coude à coude avec tous les représentants des cultes, sans q'un seul incident ou fausse note ne soit à noter. Un tel événement sur la Pariser Platz, devant l'ambassade de France à Berlin, reconstruite à la place qu'elle occupait avant-guerre, plus qu'un symbole, c'était du jamais vu. Mais qui l'a compris ainsi ?

  

Manifestation kurde à Paris contre le terrorisme : « Paris Kobané même combat »

Sur cette manifestation, il n'y a pas eu un mot dans la presse française, pas une image retransmise, alors que les télévisions étrangères ont fait leur travail.[10] Les Français n'auraient-ils donc le choix qu'entre une presse de délation et une presse militante, politiquement s'entend, si on ne tient pas compte de la traditionnelle presse de caniveaux, particulièrement développée en Grande-Bretagne. On comprend que nos media ne fassent plus recette et que trop de gens en soient réduits à se limiter à Internet, surfant à la fois sur meilleur comme sur le pire. Le nombre des « journaux (français) d'information » se compte sur les doigts d'une main : Le Monde, Le Figaro, suivis de quelques quotidiens régionaux dont la renommée dépasse la région où ils sont publiés. Et combien de magazines? Il est vrai que nous avons une agence mondiale, l'AFP et le Herald Tribune, publié à Paris, certes... Si l'on parle enfin des « journaux d'opinion », on en comptait 37 après l'épuration conduite après la Libération. Il n'en reste plus un seul aujourd'hui. Ce n'est certainement pas sans raison que le lectorat français boude les journaux de l'hexagone. Comparé aux autres pays d'Europe, comment avons-nous pu en arriver là ?

Le dernier témoignage que nous recevons du Cameroun est bouleversant. Cette lettre du père Jean Benoît, missionnaire « Petit gris » au Cameroun devrait nous sortir de notre léthargie.[11] La France est en guerre, et pas seulement ses militaires, il est donc grand temps qu'elle s'en rende compte et que nos dirigeants ou ceux qui aspirent à le devenir le comprennent si les Gaulois ont la prétention de préserver des intérêts dans le monde et continuer d'avoir, fidèles à leur histoire collective, encore une influence dans le monde.

Joël-François Dumont

[1] Aux cris de « Boko Haram, tu vas mourir », « Boko Haram, tu es mort », entre 10 et 15.000 Camerounais sont descendus dans la rue samedi à Yaoundé pour dénoncer les attaques meurtrières et les exactions des islamistes nigérians, appelant à la mort de leur chef, Abubakar Shekau. Depuis sept mois, les soldats camerounais sont en guerre contre le groupe nigérian qui multiplie ses attaques sanglantes dans la zone frontalière avec le Nigeria, aux côtés de l'armée tchadienne. « Plusieurs ministres avaient pris la tête du cortège, submergé de drapeaux camerounais, tchadiens et nigérians et dans lequel se trouvaient également des diplomates en poste à Yaoundé, dont l’ambassadrice de France, Christine Robichon.» (Sources : Correspondance et AFP).
[2] « Si la France veut rester la France, ce sera à l'islam de s'adapter à la République, non à la République de s'adapter à l'islam.» Voir l'éditorial  de Franz-Olivier Giesbert : "islamo-nazisme et islamophobie", dans le Point, le 19 mars 2015.
[3] « Il y a quatre-vingts ans, en Allemagne, le régime nazi persécutait les Juifs, et la volonté d’Hitler était de les supprimer tous. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils étaient juifs, et pour aucune autre raison. Il y a trois jours, le groupe Daech en Libye décapitait froidement 21 coptes égyptiens. Pourquoi ? Pas parce qu’ils étaient égyptiens, mais parce qu’ils étaient coptes, c’est-à-dire chrétiens, et pour aucune autre raison. Au cas où on en aurait douté, ceux qui ont vu la vidéo diffusée sur Internet pouvaient y lire que ces 21 malheureux étaient mis à mort parce qu’ils faisaient partie, je cite, « du peuple de la croix fidèle à l’Église égyptienne ennemie » ... « C’est pourquoi personne ne peut être fier du communiqué de l’Élysée condamnant, je cite, « avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens ». Non, personne ne peut être fier de ce communiqué, parce qu’il ne fait pas honneur à notre pays. Comme l’a rappelé Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient : « Quand on porte atteinte à des juifs danois ou français, il est bien sûr important de rappeler qu’ils sont danois ou français, mais il faut aussi souligner qu’ils ont été tués parce que juifs. En Libye, il est très clair que c’est contre des chrétiens que Daech a voulu agir, que leur foi était visée ». D’où vient le fait qu’il paraît impossible à certains de nos dirigeants de reconnaître qu’il y a des pays où les chrétiens sont persécutés ou même assassinés parce qu’ils sont chrétiens, et non parce qu’ils sont égyptiens ou libyens ? Reconnaître cela serait-ce attentatoire à la laïcité ? J’affirme aujourd’hui haut et fort que si – ce qu’à Dieu ne plaise – certaines personnes le pensent, même et surtout si elles ont de hautes responsabilités au sommet de l’État, ce n’est pas à leur honneur, ni à l’honneur de la France. Et la situation du monde est trop grave en ce moment pour que, chrétiens ou non, nous puissions nous résigner à avoir honte de notre pays.» † Jean-Pierre Batut, Évêque de Blois.
[4] « Plus les musulmans embrasseront sincèrement la Constitution et l'État de droit, plus leur place sera assurée dans la société » ... Premier maire musulman d'une métropole européenne, Ahmed Aboutaleb, « élu social-démocrate est à la tête de la deuxième ville des Pays-Bas depuis 2009. Ses succès contre la délinquance et sa popularité personnelle ont permis sa réélection, alors même que la droite s'est renforcée au conseil municipal. Alarmé de longue date par le péril jihadiste, ce Marocain d'origine, pratiquant, appelle les musulmans à se mobiliser contre la violence, à Paris comme à Copenhague.» Voir l'entretien accordé à Robin Utrecht pour L'Express publié le 17 février 2015.
[5] Voir "L'Égypte fait le choix du Rafale" de Joël-François Dumont in European-Security.com (15-02-2015).
[6] Voir « Nous devons changer radicalement notre religion » : Discours du président Al Sissi à l'Université Al-Azhar devant les responsables religieux égyptiens in European-Security.com (25-02-2015).
[7] Voir "Islams et paix mondiale" de l'amiral Guy Labouérie in European-Security (21-12-2014).
[8] Après la chute du fascisme et l'échec du communisme, les Frères musulmans incarnent-ils la dernière idéologie universelle et totalitaire du XXe siècle ? C'est une vraie question à laquelle Éric Denécé et Alain Chouet tentent de répondre en introduisant cette "Histoire secrète des Frères musulmans", publiée aux Éditions Ellipses par Amir Chérif, jeune Égyptien copte, docteur en géopolitique du Moyen-Orient et spécialiste du monde arabe. Voir "Les Frères musulmans : une idéologie sectaire, radicale et fascisante" d'Éric Denécé et Alain Chouet in European-Security.com (25-02-2015).
[9] Voir "Manifestations contre Charlie" : « Après le grand moment de communion nationale victimaire du 11 janvier et le "courage" qu'exaltaient les marcheurs - en fait, l'encouragement à diffuser des millions d'exemplaires de Charlie Hebdo, il y aura un prix du sang à payer. Ce n'est ni nouveau ni surprenant ». : analyse de François-Bernard Huyghe in European-Security.com (19-01-2015).
[10] Voir "Report aus München", Magazine d'investigation de l'ARD (première chaîne allemande) : Reportage de S. Kemnitzer, H. Loven et Stefan Meining (15-01-13).
[11] Voir "Notre aveuglement face à l'islam est consternant" : Lettre du père Jean Benoît, missionnaire « Petit gris » au Cameroun in European-Security.com (02-03-2015).

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact