Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Encadrement de l

Encadrement de l’action des forces armées en OPEX

Organisé les 2 et 3 novembre par la Direction des affaires juridiques (DAJ) en collaboration avec SGA/COM, le colloque « Droit et OPEX » avait pour objectif de faire le point sur les questions juridiques complexes que soulèvent aujourd’hui les opérations extérieures. Il a permis de présenter les progrès récents en matière de prise en compte des spécificités de l’action militaire et de la nécessaire protection de nos soldats. Discours de clôture du colloque « Droit et opérations extérieures » de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. Paris, le 3 novembre 2015. – Seul le prononcé fait foi – Source : DICoD.

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de vous retrouver pour clore ce colloque important.

Hier et aujourd’hui, vous avez débattu des questions juridiques complexes soulevées par les opérations extérieures de notre temps : les conditions dans lesquelles une intervention est considérée comme licite, la conduite des hostilités et l’usage de la force, l’articulation entre les réponses militaire et judiciaire, la qualification de l’adversaire, la judiciarisation des théâtres d’opération, la protection du combattant…

La richesse des interventions et des échanges qui ont eu lieu ici est venue témoigner, s’il en était encore besoin, de l’importance du droit applicable aux opérations extérieures pour le ministère de la défense : c’est à la fois une exigence, un sujet d’étude et un objet quotidien d’application.

Permettez-moi de revenir rapidement sur ce dont vous avez débattu.

Vous avez constaté, ensemble, que l’action des forces armées était encadrée par des normes toujours plus nombreuses. Cette action se déploie avec l’autorisation, sous le contrôle ou sous le regard d’institutions de plus en plus variées : Parlement, juges nationaux ou internationaux, médias, ONG, etc. De même, les armées interviennent-elles au milieu d’un nombre croissant d’acteurs internationaux, gouvernementaux ou non, aux côtés d’autres armées d’autres pays. Les responsables de la défense doivent en tenir compte, et doivent en même temps rester vigilants, pour éviter que cet encadrement croissant ne mette en cause l’efficacité de l’intervention de nos forces armées.

Personne ne songe cependant à mettre en balance efficacité et légalité. Ce serait d’ailleurs entrer dans un faux débat. L’action des forces armées ne peut être un succès que si elle est légitime, et cette légitimité tient évidemment beaucoup au respect du droit. Cela n’interdit pas, en revanche, de réfléchir à la façon dont le droit peut être relu ou parfois doit évoluer, pour tenir compte de nouvelles réalités.

Sahel, Irak, Syrie, République centrafricaine, Méditerranée : il y a là autant de « zones grises », c’est-à-dire de contextes de plus en plus complexes pour l’intervention de nos forces armées. Lorsque nos ennemis ou adversaires sont difficiles à identifier, lorsque le terrain lui-même est hostile ou changeant, ce sont nos cadres traditionnels d’action qui sont remis en cause, d’un point de vue opérationnel, mais aussi d’un point de vue juridique.

Nos armées doivent prendre en compte tantôt des missions de combat, dans un contexte de guerre, tantôt des missions relevant davantage du contrôle ou du rétablissement de la sécurité, tantôt l’application d’un accord de paix. Elles sont par ailleurs confrontées à des problématiques de ciblage, de capture et de rétention de personnes, y compris désormais dans le champ nouveau du contre-terrorisme militaire. Cela impose de réfléchir sur les concepts, l’encadrement, la formation et l’équipement nécessaires, mais aussi de repenser le cadre juridique de nos décisions et de nos actions politico-militaires.

Si l'on veut éviter que le doute s'installe chez ceux qui sont appelés à intervenir et à faire usage de la force létale, il est indispensable de placer leur action dans un cadre politique et juridique qui soit à la fois clair et robuste.

Aujourd’hui, un État ne peut plus envoyer ses forces armées dans une situation de conflit dont les conditions d’engagement, dont les objectifs, pas plus que l'articulation entre objectifs et moyens, n'auraient pas été clairement posés.

Au cours de ces deux jours, vous avez pu entendre les réponses à ces nouveaux défis stratégiques qu’apportent le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la France, pour offrir à leurs forces, dans le respect du droit international public, un cadre et des modalités d’action juridiquement sûrs et adaptés aux exigences opérationnelles.

Vous vous êtes aussi interrogés sur la « poursuite » de l’ennemi comme un nouvel enjeu de guerre. Si les réponses militaire et judiciaire doivent s’articuler de façon à respecter les modes d’intervention des uns et des autres, il est clair qu’il n’y a pas de crise qui puisse se résoudre par la seule voie militaire. La dimension judiciaire – qu’elle soit nationale ou internationale – revêt, quant à elle, une importance croissante dans la résolution des crises.

Pour autant, vous l’aurez compris, notre démarche n’est pas – et ne doit pas être – d’alimenter la marche à la judiciarisation du champ de bataille ou tout cas, pour reprendre les termes du premier message que le Président François Hollande avait adressé aux armées, à la judiciarisation « inutile » de l’action militaire. Ici, le législateur, dans le cadre de la loi de programmation militaire de 2013, a souhaité aménager notre droit pénal, à l’invitation du pouvoir exécutif. L’objectif ici est de prendre en compte la spécificité du métier des armes et de l’action de combat, mais aussi la nécessité de créer un droit pénal du temps du conflit armé, qui soit intermédiaire entre le temps de paix et le temps de guerre.

En aucune façon ces aménagements n’ont pour objet de protéger le militaire pour les infractions qu’il commettrait sans lien avec l’accomplissement de sa mission. Et en ma qualité de ministre, je crois avoir montré, en parfait accord avec le chef d’état-major des armées, qu’il n’était pas question pour la Défense ni de garder pour elle les doutes qu’elle pourrait avoir sur la commission d’infractions par les militaires en opération, ni de faire preuve de la moindre indulgence en cas de fautes avérées.

Je me réjouis, en revanche, que nous ayons su faire évoluer le droit, pour mieux protéger le militaire qui agit pour l’accomplissement de la mission que lui confie la Nation. Il ne faut en effet pas faire preuve d’angélisme : je le dis clairement, nos adversaires savent user de toutes les armes, et le recours au juge aurait pu devenir entre leurs mains un instrument potentiel de déstabilisation de notre action militaire. Le mouvement de ces dernières années, jusques et y compris la LPM donc, a été certes de mettre fin à la justice militaire, mais de veiller à ce que la justice de droit commun puisse appliquer un droit reconnaissant la spécificité de l’action militaire. Ma conviction est que nous avons trouvé un juste équilibre entre les nécessités de la manifestation de la vérité, de la poursuite des infractions d’une part, et la protection du combattant agissant pour le succès de la mission militaire confiée aux armées d’autre part.

Enfin, la protection du combattant, ce sont aussi les mécanismes juridiques de réparation des blessures morales et physiques auxquels le militaire et ses ayants droits peuvent prétendre en cas de dommages survenus en opérations extérieures.

De ce point de vue, les militaires et plus spécifiquement les militaires en OPEX ne sont pas des agents publics comme les autres, et ils n’ont d’ailleurs jamais été considérés comme tels. Le code de la défense nous rappelle ainsi que « l'état militaire exige en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu'au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité » et que « les devoirs qu'il comporte et les sujétions qu'il implique méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation ».

Le militaire bénéficie ainsi, et à juste titre, d’un régime de protection statutaire marqué par de fortes spécificités.

Mais dans ce domaine également, il est nécessaire d’améliorer les processus d’indemnisation, de prendre en compte l’émergence de nouveaux types de préjudices, comme le syndrome post-traumatique, de veiller à la cohérence entre réparation dite « statutaire » et réparation « complémentaire ». L’enjeu est encore de faire en sorte que le droit des pensions militaires d’invalidité soit modernisé, afin de n’être plus perçu seulement comme un droit applicable aux anciens combattants, mais aussi comme celui qui doit apporter des réponses à un tout jeune militaire revenu blessé d’une OPEX. C’est notamment l’objectif du chantier de refonte du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre, que nous avions également lancé avec la loi de programmation militaire et qui est aujourd’hui proche de son aboutissement.

Je voudrais conclure mon propos en insistant à nouveau sur l'intérêt majeur que représente à mes yeux ce colloque. Je me réjouis de l’initiative prise par notre remarquable directrice des affaires juridiques, Claire Landais : je m’adresse aussi à vos collègues étrangers présents ce matin, vos directions, formées de spécialistes habilités à dire le droit, jouent un rôle majeur et pilote dans la prise en compte du droit par les armées. Sur ce sujet difficile, nous avons besoin, sous votre égide, de regards croisés et interdisciplinaires, de partage d’information, de dialogue entre le terrain et les lieux de réflexion plus stratégiques. Tout cela est précieux et j’espère que les effets de ce colloque se prolongeront dans le temps, au sein du ministère mais aussi à l’extérieur, pour que tous ensemble nous puissions en tirer le meilleur profit.

Je ne doute d’ailleurs pas ce colloque puisse susciter de nouvelles idées. Vous ne pouviez pas parler de tout, mais la question de la guerre cybernétique, celle de la robotisation du champ de bataille ou encore celle de l’engagement de forces armées sur le territoire national revêtent évidemment des dimensions juridiques qui pourraient elles aussi utilement vous réunir prochainement.

Je vous remercie.

Liens utiles :

Retour sur le colloque "Droit et OPEX"
Colloque Droit et OPEX discours d'ouverture du SGA
Colloque Droit et opex discours du CEMA
Colloque Droit et OPEX intervention de la DAJ
Colloque Droits et OPEX discours de clôture du ministre de la Défense
 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact