Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Le centenaire du

Gilbert Motier, Marquis de La Fayette

Au moment où des représentants des gouvernements français et américains s'apprêtent à célébrer avec éclat le centenaire de l'escadrille La Fayette à Marnes-la-Coquette,[01] il est intéressant d'évoquer l'homme illustre que fut le marquis de La Fayette. Il est aussi pertinent de s'interroger. Comment expliquer que, d'un côté de l'Atlantique, le nom de ce Français soit resté fidèlement attaché à l'histoire des États-Unis, alors que de l'autre côté, il fait partie de ceux qu'on appelle les "oubliés de l'histoire". Le contraste est surprenant. Pour les Américains, « Lafayette » représente un symbole,[02] celui d'un jeune aristocrate français — libéral avant l'heure — qui, l'épée à la main, jouera un rôle décisif aux côtés des « rebelles » américains dans leur guerre d'indépendance contre le pouvoir colonial britannique. Depuis plus de deux siècles et demi, sa mémoire est honorée aux États-Unis alors qu'en France, curieusement, l'étoile du marquis n'a jamais brillé du même éclat. Sans prétendre ici vouloir compléter la biographie d'un homme exemplaire ou réussir à lever le voile sur la différence d'appréciation faite des deux rives de l'Atlantique sur ce qu'a été son action, Joël-François Dumont tente de trouver dés éléments de réponse à cette question avant de célébrer le centenaire de l'escadrille 2/4 La Fayette de l'armée de l'Air. Paris le 20 avril 2016.©

Gilbert du Motier, le futur marquis de La Fayette, est né le 6 septembre 1757, au Château de Chavaniac dans les montagnes d'Auvergne. Orphelin et millionnaire à 14 ans,[03] marié à 16 ans à Adrienne de Noailles, « la femme de sa vie », il deviendra à 19 ans major général dans l'armée américaine. Comme une poignée de jeunes autres nobles européens qui ont pris fait et cause pour l'indépendance — le Polonais Kosciusko, le Prussien von Steuben ou encore le Rhénan von Kalb — La Fayette décide d'aller combattre les Anglais en soutenant les "insurgés", des rebelles qui, à l'époque, n'étaient qu'une minorité. À la cour de Louis XVI où il cherche un soutien, il est éconduit. On lui fait même comprendre que cette cause n'est pas soutenable. Comment expliquer cet engagement à l'étranger, alors qu'il milite en France pour l'émergence d'un pouvoir royal moderne ? Pourquoi courir au devant de tant de risques, si loin de chez lui, alors qu'il mène une existence confortable en France ?

La rencontre qu'il a en secret avec Benjamin Franklin, venu en vain plaider à Versailles la cause des "Insurgents" américains constitue assurément un premier élément de réponse. Conjugué à l'attrait que ce nouveau monde pouvait bien exercer sur un jeune idéaliste, épris de liberté et décidé à faire de sa vie un combat, pour faire évoluer les systèmes de gouvernement de l'époque vers plus de justice, plus de liberté et moins de contraintes, on comprend alors beaucoup mieux ses motivations.

A moins que la décision de Lafayette n'ait déjà été prise à Metz en 1775, lors d'un dîner chez le gouverneur, Charles-François de Broglie, marquis de Ruffec ? La révolte contre les Britanniques dans les colonies d'Amérique du Nord était un sujet d'inquiétude qui ne pouvait laisser indifférent le jeune marquis dont le père avait été tué par les Anglais. Une décision qu'il avait sans doute partagée avec son ami Thomas Paine, l’auteur du livre qui a déclenché la révolution des colonies américaines : "Le Sens Commun".[04]  

Malgré l'opposition de sa famille, Le jeune capitaine se fait réformer de l'armée le 11 juin 1776, quitte l'armée et décide de rejoindre l'Amérique. Pour s'embarquer vers le nouveau monde, il lui faudra tromper sur terre la surveillance de ses proches et déjouer en mer la vigilance des Anglais.[05]

Timbre poste pour commémorer la traversée de Lafayette à bord de  la frégate La Victoire

Avec quelques fidèles, il embarque le 17 avril 1777 à Pasajes de San Juan, près de San Sebastian. Il affrète à ses frais une frégate, la Victoire, et naviguera plus d'un mois pour arriver directement sur la rive américaine, sans passer par les Antilles de peur d'être ramené en France manu militari.[06] En fait, il bénéficie du soutien du comte de Broglie et de ses futurs protecteurs le baron de Kalb et Silas Deane, diplomate et commissaire des Insurgents. Le comte de Broglie, chef du « cabinet secret » de Louis XV qui souhaite aider discrètement les Insurgents contre la Couronne britannique, lui fait financer secrètement l'achat de La Victoire, un navire de 200 tonneaux, avec seulement 2 canons, trente hommes d’équipage et comme cargaison 5 à 6 000 fusils.[07]

A son arrivée, il envoie une lettre à sa soeur, datée du 7 juin.[08] Il lui explique le sens de son engagement : « Défenseur de cette liberté que j'idolâtre, libre moi-même plus que personne, en venant comme ami offrir mes services à cette république si intéressante, je n'y porte que ma franchise et ma bonne volonté, nulle ambition, nul intérêt particulier; en travaillant pour ma gloire, je travaille pour leur bonheur […] Le bonheur de l'Amérique est intimement lié au bonheur de toute l'humanité

Du haut de ses 19 ans, La Fayette débarque à Georgetown le 15 juin 1777. Un an après que les "insurgés" aient proclamé unilatéralement leur indépendance dans les treize colonies anglaises d'Amérique du nord. Au début, l'accueil du Congrès à Philadelphie est peu enthousiaste. Dans un billet remis à son président, il déclare : « C’est à l’heure du danger que je souhaite partager votre fortune » [...] : « Je ne veux obtenir de vous qu’une seule faveur, celle de me battre comme un simple soldat, volontaire et sans solde ». Habité par une grande modestie et nanti d'une solide éducation, le jeune marquis va trouver les mots simples et justes qui vont toucher les Américains. « Je revendique humblement le droit de servir comme simple soldat déclare t-il. Le Congrès l'acclame et lui attribue le grade de major général.[09]

Première rencontre à Philadelphie entre George Washington et Lafayette

Il devient le proche collaborateur du commandant en chef George Washington dont il va devenir l'ami de celui qui deviendra le père fondateur des États-Unis. Malgré son grade, il saura rester humble. Lors d'une inspection, il déclarera : « Je suis ici pour apprendre et non pour enseigner ». Il n'en fallait pas plus pour que les Américains l'adoptent comme l'un des leurs.

Lafayette en tenue de major général de l'armée continentale

Sabre au clair, il est blessé à la cuisse le 11 septembre 1777, à la bataille de Brandywine. Bien que convalescent, il réussit quelques mois plus tard un coup d'éclat en secourant deux mille insurgés, assiégés par les Anglais au Canada, avec seulement une poignée d'hommes. Il s'illustrera encore lors des batailles de Barren Hill, de Gloucester, de Monmouth ou de Rhode Island jusqu'à la bataille de Yorktown. Tous les témoignages rapportent qu'il a témoigné au combat de professionnalisme en faisant acte de bravoure.

Le général Lafayette est blessé à la bataille de Brandywine

La guerre d'Indépendance gagnée, en attendant le traité de paix qui sera signé à Versailles, La Fayette peut donc s'en revenir au pays, couvert de gloire et d'honneur. De retour en France, au printemps 1779, il reçoit un accueil triomphal. Mais la mission qu'il s'est fixée n'est pas encore terminée. Reçu à la cour, il plaide auprès du roi la cause de l'insurrection américaine en réclamant l'envoi d'un corps expéditionnaire. Louis XVI, accède à sa demande et décide l'envoi d'un corps de 6.000 hommes outre-Atlantique, sous le commandement du général de Rochambeau, avec le concours de la flotte commandée par l'amiral François de Grasse. La Fayette se doit de devancer le corps expéditionnaire. Il embarque le 21 mars 1780 à Rochefort-sur-Mer sur la frégate L'Hermione que lui a donnée le roi et arrive à Boston le 28 avril suivant. À la tête des troupes de Virginie, il harcèle l'armée anglaise de lord Cornwallis et fait sa jonction avec les troupes de Washington et de Rochambeau. Prises en tenaille dans la baie de Chesapeake, les troupes anglaises sont dans l'impossibilité de recevoir des secours par mer du fait du blocus effectué par la flotte française. C'est ainsi que les alliés franco-américains remportent une victoire décisive à Yorktown, le 17 octobre 1781, et obtiennent, le même jour, la reddition de lord Cornwallis.

Sa mission américaine accomplie, La Fayette rentre en France, au printemps 1779, où il reçoit un accueil triomphal. Le noble et fortuné marquis va alors se mettre « au service des idées les plus généreuses de son temps » et s'impose comme le porte-parole de l'aristocratie libérale. Le 17 février 1788, il crée avec l'abbé Grégoire et Jacques-Pierre Brissot, dit Brissot de Warville, un "conventionnel", directeur du journal Le Patriote français et chef de file des Girondins pendant la Révolution, la « Société des Amis des Noirs ». Ensemble ils sont les premiers à militer pour l'abolition de la traite et de l'esclavage. La Fayette sera « un des initiateurs de la Révolution française. Aux premières places en 1789, lors des États généraux, puis lors de la prise de la Bastille. C'est lui qui donna le nouveau drapeau tricolore à la Révolution, avec les trois couleurs qui s'étaient couvertes de gloire au nouveau monde et qui symbolisait la nouvelle démocratie. Il est l'un des auteurs de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789[10]

A la Révolution, La Fayette est élu député de la noblesse de Riom aux états généraux. Le 11 juillet 1789, à l'Assemblée nationale, il présente un projet de "Déclaration européenne des droits de l'homme et du citoyen" dont s'inspirera en décembre 1791 le "Bill of Rights" américain. Le marquis de La Fayette, surnommé le « Héros des Deux Mondes », tient son heure de gloire le 14 juillet 1790, à l'occasion de la Fête de la Fédération, quand il prête serment devant le roi au nom de la garde nationale. Le 15 juillet, La Fayette prend la tête de la garde nationale. Le 17, il invite ses troupes à arborer une cocarde tricolore, avec les trois mêmes couleurs que l'on retrouve dans la bannière américaine. Il formule alors deux grands principes de gouvernement, inspirés de son ami Washington : « le pouvoir militaire doit être soumis au pouvoir civil » et « on doit séparer l’Église et le gouvernement ».[11]

Mais Lafayette ne tarde pas à être tiraillé entre son obligation de protéger le roi et son désir de faire progresser les idées libérales de la Révolution. Lui qui n'avait jamais intrigué ou cherché à être un courtisan n'est pas davantage proche des « égorgeurs » qui vont installer la Terreur.

Après la chute de la monarchie, en 1792, le général de La Fayette a autant d'adversaires chez les Jacobins que d'ennemis chez les coupeurs de têtes. Les menaces sont réelles. Les années noires vont ainsi se succéder pendant 8 années.

Le 19 août 1792, il est déclaré traître à la nation et promis à l'échafaud. Grâce à des hommes de la garde nationale, il parvient à s'enfuir avec une partie de son état-major pour se réfugier en Autriche. Un très mauvais choix... La cour impériale ne voit pas d'un bon œil l'arrivée de cet aristocrate aux idées libérales qui pourrait avoir des idées contagieuses. Il est aussitôt incarcéré par les Autrichiens et transféré quelques jours plus tard en Rhénanie prussienne dans la citadelle de Wesel. La vindicte de ses ennemis se porte alors sure son épouse qui sera emprisonnée en France à deux reprises avant d'obtenir d'être transférée dans la prison de son mari. Après cinq ans de captivité où il a connu des fortunes diverses, surtout après une tentative d'évasion, il est libéré grâce à une clause particulière du traité de Campoformio négocié par Bonaparte.

La Fayette est libre mais ne peut revenir en France. Il s'installe à Utrecht aux Pays-Bas. Il lui faudra attendre 1800 pour être autorisé à revenir en France, sans avoir le droit de s'installer à Paris... Revenu en France sous le Consulat, il se tiendra à l'écart de la vie politique jusqu'à la chute de l'Empire, en 1814. Le marquis qui n'avait pas participé à l'Empire deviendra alors l'un des opposants à la Restauration. Pendant les Cent Jours qui suivent le retour de Napoléon 1er de l'île d'Elbe, La Fayette prendra néanmoins fait et cause pour l'empereur en se faisant élire député à la Chambre des représentants. Mais Napoléon s'en méfie. Après Waterloo, Lafayette sera le chef de file à l'Assemblée pour obliger l'empereur à abdiquer le 22 juin 1815. En 1818, sous le règne de Louis XVIII, il sera réélu comme député de la Sarthe. En 1825, il s'offre un dernier voyage triomphal aux États-Unis. Dans ses Mémoires d'Outre-tombe, Chateaubriand se fait l'écho de l'invitation des successeurs de George Washington (décédé en 1799) pour venir au bord du Potomac : « Vous reverrez les ombrages hospitaliers du Mont-Vernon, mais celui que vous vénérâtes, vous ne le retrouverez plus sur le seuil de sa porte. A sa place et en son nom, les fils reconnaissants de l'Amérique vous saluent. Soyez trois fois le bienvenu sur nos rives ! Dans quelque direction de ce continent que vous dirigiez vos pas, tout ce qui pourra entendre le son de votre voix vous bénira ».[12]

Rencontre entre La Fayette et Washington au Mont Vernon en 1784

On le retrouve au premier plan lors de la Révolution de 1830, soutenant activement les débuts de la monarchie de Juillet. Lorsque la révolution des Trois Glorieuses chasse Charles X du pouvoir, La Fayette retrouve le commandement de la garde nationale. Le 31 juillet 1830, il accueille à l'Hôtel de ville de Paris le duc Louis-Philippe d'Orléans, qui est, comme lui, un noble libéral attaché à la Révolution. Le pire pour lui serait de se lancer dans une aventure républicaine incertaine qui pourrait tourner à la guerre civile, rappelant la Terreur et ses crimes odieux. La Fayette a 73 ans n'est pas prêt de changer. L'homme pour qui la liberté s'est toujours conjuguée au singulier s'est toujours opposé aux dictatures.[13]

Mort du général Lafayette, gravure sur bois coloriée par Gondelfinger, 1834

Le « Héros des Deux Mondes » meurt, en pleine gloire, le 20 mai 1834 à Paris. Il a 77 ans. Il sera inhumé à Paris dans le petit cimetière de Picpus, près d'une fosse commune où furent ensevelis de nombreuses personnes guillotinées sous la Révolution, des nobles pour la plupart, y compris des membres de sa famille.

Tombe du général La Fayette et de son épouse au cimetière de Picpus

Le moins que l'on puisse écrire est que le général de La Fayette n'occupe toujours pas la place qui lui revient dans notre histoire de France. Comme quoi les ravages de la pensée unique ne datent pas d'hier... Jusqu'à la tombe qui est entretenue par les Américains ! Aucun homme politique français n'a eu l'idée de transférer ses cendres au Panthéon alors que les Américains le mettraient volontiers à Arlington...

Gonzague Saint Bris a consacré vingt ans de recherches sur les deux continents à la poursuite de son héros. Accumulant révélations surprenantes, documents inédits, archives de familles et correspondances privées. Il en a tiré une remarquable biographie dans un livre « La Fayette », publié en 2007 chez Gallimard, qui éclaire d'un jour nouveau les 77 ans « d'un homme d'idéal et d'action qui bouleverse sur son passage quatre royaumes, deux révolutions, deux républiques et un empire. Tour à tour défenseur des Indiens et des Noirs en Amérique, des protestants et des juifs en France, pionnier des droits de l'homme, prophète du suffrage universel, partisan de l'ouverture, avocat des Irlandais, des Polonais, des Italiens, qui sont à la recherche de l'idée d'une nation, La Fayette anticipe tous les combats de la Liberté[14]

Alors, que peut-on reprocher à La Fayette ? « De n'avoir pas saisi sa chance, de n'avoir pas imposé - pour le bonheur des Français - la démocratie à la fondation de laquelle il avait participé en Amérique ? Chateaubriand, qui n'était pas du genre à faire des louanges dira encore de lui :[15] « Il a fallu plus de quarante années pour qu'on reconnût dans M. de La Fayette des qualités qu'on s'était obstiné à lui refuser […] Aucune souillure ne s'est attachée à sa vie ; il était affable, obligeant, généreux. Sous l'Empire, il fut noble et vécut à part […] Dans les commencements de la Révolution, il ne se mêla point aux égorgeurs ; il les combattit à main armée et voulu sauver Louis XVI […] M. de la Fayette sera éternellement la Garde Nationale. […] Il n'avait qu'une idée et, heureusement pour lui, elle était "celle du siècle". Cet idéal, c'était la liberté…»[16] De là à ce que l'histoire l'oublie parce qu'il avait été un acteur décisif de la libéralisation de la monarchie, première phase de la Révolution française, avant la Terreur...

Aux États-Unis, le nom de La Fayette a été donné à des villes réparties dans 15 États et dans cinq comtés. Dans les États d'Alabama, de Géorgie, dans l'Illinois, en Californie, dans le Colorado, l'Indiana, le Kentucky, le Minnesota, au New Jersey, dans l'État de New York, dans l'Ohio, l'Oregon, le Tennessee et le Wisconsin, sans oublier la Louisiane où, Lafayette est la « capitale » de l'Acadiane... sans oublier les cinq « comtés Lafayette » : dans l'Arkansas, la Floride, le Mississippi, le Missouri et le Wisconsin.

Lafayette Street à Lower Manhattan

On ne compte plus les avenues et places Lafayette aux États-Unis : les plus célèbres étant la Place la Lafayette à Washington, D.C., qui jouxte le parc de la Maison-Blanche, inscrit dans le « District historique du parc Lafayette », et l'avenue Lafayette ainsi qu'une station de métro à Manhattan. Le Lafayette Square également, situé dans le quartier historique de Saint-Louis dans l'État du Missouri.

Et en France par comparaison ? Deux communes : Aix-la-Fayette, dans le Puy de Dôme qui fût le premier fief de la famille de La Fayette et Chavaniac-Lafayette, en Haute-Loire où est né le marquis. Seule une ville s'est appelée La Fayette, encore était-elle en Algérie qui sera rebaptisée Bougaa après l'indépendance... Une rue dans Paris. L'hôtel Concorde La Fayette et les galeries Lafayette (écrit comme aux États-Unis). Il est certain qu'on aurait pu faire mieux. De quoi vérifier en tout cas le vieux dicton qui précise opportunément qu'on « n'est jamais prophète en son pays ».

Le nom de La Fayette semble par contre avoir survécu en bonne place dans le choix des noms d'unités ou de bâtiments militaires des deux côtés de l'Atlantique...

Côté américain, citons le porte-avions Langley de l'US, Navy un ancien croiseur transformé en porte-avions comme son sister-ship le Bois-Belleau. dont les superstructures ont été remplacées par un hangar et un pont d'envol, qui sera rebaptisé La Fayette. Prêté par les États-Unis à la France de janvier 1951 à mars 1963, il participera sous pavillon français à la guerre d’Indochine et au rapatriement des premiers réfugiés d’Algérie. Après un porte-avions, une classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins ainsi que son navire de tête, l'USS Lafayette (SSBN-616) en service entre 1963 et 1994. Les Américains avaient déjà rebaptisé le 1er janvier 1942 La Fayette le paquebot Normandie.

Côté français, la Marine nationale a nommé sa première classe de frégates furtives La Fayette. L'armée de Terre créera en Afghanistan une « brigade La Fayette » (ou Task force La Fayette), une unité interarmes et interarmées de circonstance regroupant la majeure partie des unités de l'armée de terre engagées en 2001 au sein de la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF), qui sera dissoute fin novembre 2012 après le retrait des forces combattantes françaises de Kapisa.

Gardons le meilleur pour la fin : l'armée de l'Air a devancé les armées de Terre et de Mer avec « l'escadrille 2/4 La Fayette ». Aujourd'hui, c'est elle qui a pour mission de porter le feu nucléaire avec ses Mirage 2000N auxquels vont bientôt succéder des Rafale. Cette escadrille va fêter aujourd'hui son centenaire avec éclat à Marnes-la-Coquette.[17]

Dépôt d'une gerbe par l'ambassadeur des États-Unis et par le gouverneur militaire de Paris

Il y a tout juste cent ans, une poignée de jeunes volontaires américains étaient portés à leur tour par le Spirit of Lafayette.[18] Venus de tous horizons, ils avaient en commun leur déception de voir leur pays refuser d'entrer en guerre pour soutenir la France et l'Angleterre. Dès 1916, ils s'engageront dans la Légion étrangère avant d'être affectés dans une escadrille devenue emblématique de nos armées de l'Air américaine et française. Cette escadrille américaine se conduira avec panache avant d'être remise aux Américains après la Première Guerre Mondiale. Elle sera bien sûr ressuscitée en Afrique du Nord au cours de la Seconde Guerre Mondiale avant de devenir en Allemagne la "2/4"...  Nos deux armées de l'Air ont réussi à maintenir envers et contre tous ce lien magique entre deux pays qui n'ont cessé au cours des siècles de s'admirer et de se détester. Sur le champ de bataille, la fraternité d'armes sera toujours la plus forte. Chaque année hommage est rendu à la mémoire de leur sacrifice par des militaires français et américains en présence de personnalités des deux pays. Et chaque année, la tombe du "Héros des deux mondes" est fleurie. 

Des officiers américains plient le drapeau U.S. sur la tombe du Marquis de Lafayette

Les Américains connaissent mieux le cimetière de Picpus à Paris que nos compatriotes et il  n'est pas rare de voir des célébrités d'Outre-Atlantique venir s'y recueillir. C'est d'ailleurs devant sa tombe en 1917 que les responsables militaires américains venus soutenir l'effort de guerre français viendront s'incliner. L'un d'eux aura ce cri du coeur : « La Fayette, nous voici ! ».[19]

Le général Pershing et  le LCL Stantonson saluent la mémoire du général La Fayette au cimetière Picpus

Quelle que soit la place où l'absence de place qui est faite dans nos manuels d'histoire,[20] en France, le marquis de La Fayette restera « la clé de voûte de deux événements immenses à la fin du XVIIIe siècle : l’indépendance des États-Unis et la Révolution française. Voltaire l’appelle "Le défenseur de la cause grande et juste de la liberté des peuples ». Madame de Staël lui écrit un jour de Rome : "J’espèrerai toujours de la race humaine, tant que vous existerez !"»[21] On lui devra également d'avoir aboli la gabelle et les lettres de cachets et d'avoir fait démolir la Bastille le 16 Juillet 1789. Tout un symbole dont la patrie des Droits de l'Homme gagnerait à se glorifier en le citant "La Fayette, héros des deux mondes" en exemple.

Joël-François Dumont

[01] Voir "Le centenaire du 2/4 « Lafayette »" de Joël-François Dumont in European-Security (20-04-2016).
[02] Voir Gilbert du Motier de La Fayette : Source Wikipedia.
[03] La famille de Lafayette possédait le château de Chavagniac à Aix-la-Fayette en Auvergne : Source : Wikipedia.
[04] La dénonciation de l’administration britannique dans "Le Sens commun" (Common Sense en anglais) par Thomas Paine, publié une première fois sans nom d’auteur le 10 janvier 1776, a joui d’une immense popularité qui contribua à fomenter la Révolution américaine. Pour l'historien Howard Zinn, « il s'agissait de la première défense vigoureuse de l'idée d'indépendance en des termes qui pouvaient être compris par n'importe quel individu sachant lire ». La deuxième édition parut très rapidement, suivie d’une troisième édition, avec un rapport sur la valeur de la marine britannique, d’une annexe augmentée, et d’une réponse à la critique par les quakers, parue le 14 février 1776. Contrairement à une littérature élitiste adressée principalement aux gentilshommes, Thomas Paine écrivit "Le Sens Commun" dans un style simple et accessible au plus grand nombre, dénué de citations latines et de références savantes. Ce texte « se vendit à près de 150 000 exemplaires en l'espace de quelques mois » précise l'historien Jean-Michel Lacroix qui avance qu'il incarne « l'apparition d'un début de sentiment national ». Source : Wikipedia
[05] Voir Gilbert du Motier de La Fayette : Source Wikipedia.
[06] « L’Hermione amena Lafayette en Amérique en 1780. Mais lors de son premier voyage effectué en 1777, c’est depuis Bordeaux qu’il partit à bord du navire La Victoire pour prêter main forte aux indépendantistes. Comme Rochefort a reconstruit l’Hermione, qui arrive ce mardi à Bordeaux, Rue89 Bordeaux a reconstitué le journal de bord du marquis révolutionnaire, relatant son épopée clandestine.» Voir "Avant l’Hermione, La Fayette et la Victoire partaient de Bordeaux" (06-10-2014) Source : Rue89 Bordeaux.
[07] Après un voyage en Angleterre destiné à tromper espions anglais et opposants français à son entreprise, il s'échappe et gagne Bordeaux. Là, il embarque ouvertement pour l'Espagne et le port basque de Pasajes de San Juan (Le Passage) près de Saint-Sébastien, drôle de destination pour qui veut partir pour les Amériques. Revenu rapidement à Bordeaux, il y apprend qu'il serait sous le coup d'un ordre d'arrestation à l'origine duquel se trouve son beau-père qui réclamerait à son encontre une lettre de cachet auprès du roi qui lui avait déjà interdit officiellement de quitter le pays après que des espions britanniques eurent découvert son plan. Source Wikipedia. 
[08] Voir Gilbert du Motier de La Fayette : Source Wikipedia.
[09] Voir Gilbert du Motier de La Fayette : Source Wikipedia.
[10] Voir Gilbert du Motier de La Fayette : Source Wikipedia.
[11] "La Fayette, héros des deux mondes" par Damien Theillier (15-10-2011) in "Histoire de l'école française".
[12] Extrait de René de Chateaubriand in "Mémoires d'Outre-tombe" (tome 6 de 12).
[13] « La Fayette a consacré sa vie à la liberté et c'est pour cela qu'il n'a pas pris le pouvoir, imposé par la force un régime, même républicain. C'était aller à l'encontre de toutes les idées pour lesquelles il avait donné sa vie, sa fortune et sa gloire… Beaucoup lui reprochent encore de n'avoir pas saisi sa chance, de n'avoir pas imposé -- pour le bonheur des Français -- la démocratie à la fondation de laquelle il avait participé en Amérique. Mais peut-on imposer la démocratie ? Il croyait en la souveraineté nationale, il n'avait pas du tout envie de participer au triomphe d'une partie du peuple sur une autre. Washington avait été élu, pas lui -- il a exercé différents mandats électifs avec diligence, Maire, Conseiller général et Député, même pour exercer le commandement des Gardes Nationales il avait été élu -- on peut penser que s'il avait été élu président de la République il aurait exercé cette tâche avec le plus grand dévouement au service de la nation, mais il n'a pas fait de coup d'État parce qu'il était tout, sauf un dictateur Source : André Cunat, historien, journaliste, spécialiste des États-Unis.
[14] La Fayette », publié en 2007 chez Gallimard. Sources : Babelio/Gallimard.
[15] En 1791, François-René, vicomte de Chateaubriand, précurseur du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française s'est embarqué pour Baltimore à la découverte du Nouveau Monde. Au retour, il rendra hommage à l'action du marquis de Lafayette dans ses "Mémoires d'Outre-tombe": « Dans le nouveau monde, M. de La Fayette a contribué à la formation d'une société nouvelle ; dans le monde ancien, à la destruction d'une vieille société : la liberté l'invoque à Washington, l'anarchie à Paris. M. de La Fayette n'avait qu'une seule idée, et malheureusement pour lui elle était celle du siècle ; la fixité de cette idée a fait son empire ; elle lui servait d'œillère, elle l'empêchait de regarder à droite et à gauche ; il marchait d'un pas ferme sur une seule ligne ; il s'avançait sans tomber entre les précipices, non parce qu'il les voyait, mais parce qu'il ne les voyait pas; l'aveuglement lui tenait lieu de génie : tout ce qui est fixe est fatal, et ce qui est fatal est puissant. Je vois encore M. de La Fayette, à la tête de la garde nationale, passer, en 1790, sur les boulevards pour se rendre au faubourg Saint-Antoine ; le 22 mai 1834, je l'ai vu, couché dans son cercueil, suivre les mêmes boulevards. Parmi le cortège, on remarquait une troupe d'Américains ayant chacun une fleur jaune à la boutonnière. M. de La Fayette avait fait venir des États-Unis une quantité de terre suffisante » pour recouvrir sa tombe. Extrait de René de Chateaubriand in "Mémoires d'Outre-tombe" (tome 6 de 12).
[16] "La Fayette, héros des deux mondes" par Damien Theillier (15-10-2011) in "Histoire de l'école française".
[17] Centenaire de l'escadrille La Fayette : L'escadrille La Fayette a fêté ses 100 ans mercredi 20 avril, à Marnes-la-Coquette (92), en présence de Jean-Marc Todeschini, d'autorités de la diplomatie américaines et de représentants des forces aériennes françaises et américaines. Invité exceptionnel, le président des tribus Sioux, l'emblème de l'escadrille étant une tête de chef Sioux. Source : DICoD.
[18] Sur le Spirit of Lafayette, voir "Le centenaire du 2/4 « Lafayette »" de Joël-François Dumont in European-Security (20-04-2016).
[19] Attribué souvent par erreur au général John J. Pershing, ce propos a été tenu par un membre de son état-major, le lieutenant colonel Charles Egbert Stanton : « America has joined forces with the Allied Powers, and what we have of blood and treasure are yours. Therefore it is that with loving pride we drape the colors in tribute of respect to this citizen of your great republic. And here and now, in the presence of the illustrious dead, we pledge our hearts and our honor in carrying this war to a successful issue. Lafayette, we are here ». Source : Wikipedia.
[20] Lafayette n'est pas le seul oublié de l'histoire, même si l'année dernière l'envoi de l'Hermione a pu montrer que les Français n'avaient pas oublié complètement le lie très fort créé par Lafayette aux États-Unis. On pourrait encore citer un autre oublié de l'histoire : l'Empereur Napoléon III : L'homme qui a lancé les grands chantiers de modernisation de la France et de sa capitale repose dans une abbaye du Hampshire, à Farnborough, une petite enclave française au sud-ouest de Londres. Les lieux sont pourtant exclusivement entretenus par des bénédictins britanniques. Les visiteurs sont rares. Combien de Français savent que Napoléon III est enterré en Grande-Bretagne ? L'ambassade de France à Londres s'est depuis drapée dans une ignorance vertueuse. Faire porter le chapeau de la défaite de 1870 à Napoléon III est une manière de réécrire l'histoire... Jusqu'ici, seul le maire de Nice et président de la région, Christian Estrosi, a milité pour le rapatriement de la dépouille de l'empereur en France. Le moine bénédictin Dom Cuthbert, qui m'a fait visiter la crypte il y a deux ans, en réponse à la question de savoir pourquoi la France n'entretenait pas cette sépulture, m'a répondu que « les ayants droit, selon la loi française comme les descendants légitimes, lui avaient remis en 2010 en mains propres un document olographe pour s'opposer à la translation des restes de Napoléon III vers la France ». Côté officiel, il a précisé que « la dernière fois que les autorités françaises s'étaient manifestées » à propos de la tombe de l'Empereur, de sa femme et de leur fils, à sa connaissance, « remontait au 20 juillet 1920 avec l'envoi d'un télégramme pour s'indigner des derniers honneurs que les bénédictins avaient rendus à l'ex-impératrice » inhumée près de son mari avec les sacrements de l'Église après son décès au palais de Liria à Madrid. Stéphane Bern est le seul à avoir rendu hommage à Napoléon III mais aussi à l'impératrice pour le rôle qu'elle a joué de son vivant dans deux émissions sur France 2.
[21] "La Fayette, héros des deux mondes" par Damien Theillier (15-10-2011) in "Histoire de l'école française".
 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact