Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Il faut isoler le terrorisme

Il faut isoler le terrorisme

Extraits d'un entretien du Premier Ministre, M. Lionel Jospin, avec Ouest France publié le 27 septembre 2001. Sources: Site Internet du Ministère français des Affaires étrangères et site Internet du Premier ministre.

Q - Voyez-vous dans les attentats du 11 septembre une incitation à repenser l'ordre du monde ?

R - Aucun désordre du monde ne peut justifier la barbarie de tels actes. Les racines du terrorisme plongent dans le fanatisme, la haine des autres, une vision mortifère du monde et non dans les déséquilibres des relations internationales. Mais il y a, c'est vrai, chez trop de peuples, des tensions, des frustrations, une radicalité qui sont liées à l'inégalité des conditions. On sait l'injustice des rapports Nord-Sud, mais il y a aussi des problèmes au Sud, qui tiennent à l'absence de démocratie, à l'accaparement des richesses, à des modèles inégaux et inefficaces de développement. Cela doit être corrigé par une organisation plus solidaire du monde et, à plus court terme, par des réponses à apporter à des questions brûlantes.

Q - Au Proche-Orient, par exemple ?

R - Il faut veiller, par nos réactions, nos analyses, les mots que nous employons, la nature de la réplique qui sera apportée aux attentats, à ne pas contribuer à ce qu'une partie des peuples de cette région en vienne à admettre la folie meurtrière de groupes très minoritaires. Il faut isoler le terrorisme. Voilà pourquoi nous partageons avec le président égyptien Moubarak, que j'ai rencontré lundi à Paris, le souci d'une reprise du dialogue israélo-palestinien. Il faut que les deux peuples face à face et leurs dirigeants aient conscience que, plus ils iront dans la voie de la radicalisation, plus les problèmes s'aggraveront. Or, il n'est pas possible, en ce moment, d'exiger d'une des parties l'absence totale de violence avant toute discussion d'un cessez-le-feu. C'est pourquoi la rencontre entre Arafat et Peres était nécessaire, car seul le dialogue peut redonner la sécurité.

Q - On vous sent réticent à l'égard de l'action militaire que préparent les Américains en riposte aux attentats ?

R - Il n'y a pas de réticence. Notre solidarité est entière à l'égard du peuple américain. Nous partageons sa peine. Nous comprenons sa colère. Nous sommes totalement engagés dans la lutte contre le terrorisme. Sur le plan national, nous en témoignons par un efficace travail de démantèlement de réseaux. Au plan européen, nous travaillons à l'amélioration de la coordination des politiques judiciaires et policières. Sur le plan international, nous pratiquons une coopération beaucoup plus étroite entre les polices et les services, nous définissons une approche commune du terrorisme dans les instances des Nations unies et nous développons une action contre les moyens de financement de celui-ci. Le changement rapide d'attitude des Etats-Unis, en matière de lutte contre l'argent sale et le contrôle des paradis fiscaux, est une excellente évolution. Nous sommes d'ailleurs, à ma connaissance, le premier pays, en dehors des Etats-Unis, à avoir gelé dès hier les avoirs de groupes ou d'individus liés au terrorisme. En ce qui concerne un éventuel engagement des forces françaises, ne parlons pas de réticence, mais d'attente. Nous avons dit à nos amis américains ce qui nous paraît souhaitable ou au contraire, risqué. Nous avons déclaré notre disponibilité. Il restera à décider souverainement du principe et des formes éventuelles d'un engagement, si celui-ci nous est demandé.

Q - Confirmez-vous votre intention de consulter le Parlement ?

R - Bien sûr ! Comment imaginer qu'il ne soit pas proposé à la représentation nationale au moment de la rentrée parlementaire, de débattre de la nouvelle situation internationale créée par les événements tragiques du 11 septembre et des conditions dans lesquelles notre pays s'y trouve engagé. C'est pourquoi, j'ai proposé hier aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui l'ont accepté, d'organiser un débat dans leur Assemblée. Celui-ci pourrait avoir lieu dès le 3 octobre à l'Assemblée nationale.

Q - Avez-vous la certitude de la responsabilité de Ben Laden ?

R - Le monde du terrorisme est opaque et dissimulé. Une série d'indices met en cause le groupe Ben Laden et d'autres, qui ne lui sont pas forcément liés. L'action doit être menée contre tous ces groupes. J'insiste sur l'idée que, pour lutter contre le terrorisme, il faut rappeler les Etats à leur responsabilité de membres de la communauté internationale. Il faut que certains cessent d'être complices ou complaisants. Le fait que l'Afghanistan apparaisse comme un sanctuaire du terrorisme pose une question, qui va, sans doute, trouver sa réponse.

Q - Cela le désigne comme la cible de la riposte ?

R - Les Américains ont été les victimes d'un terrorisme qui nous menace tous. Nous admettons qu'ils ont un droit de légitime défense. Une résolution a été votée en ce sens au Conseil de sécurité de l'Onu. Tant que nous ne connaissons pas la nature des répliques, il est difficile de commencer à raisonner sur leurs conséquences. Ce qui est clair, c'est que le régime des taliban n'est pas reconnu par les Nations unies. Il avoue ses liens étroits avec Ben Laden et ses groupes. Au-delà même du terrorisme, il impose aux Afghans - et plus encore aux Afghanes - des formes d'organisation politique et sociale insupportables. D'une façon ou d'une autre, mais en épargnant des populations qui ont déjà trop souffert, ce problème doit être résolu.

Q - Selon les informations en votre possession, le terrorisme islamiste menace-t-il précisément notre pays ?

R - Nous n'avons pas d'informations nous laissant penser que la France serait visée, même si l'on sait que des objectifs américains pouvaient être concernés dans notre pays. Mais il nous faut être vigilants. C'est pourquoi justice et police mènent une action vigoureuse qui a débouché sur des interpellations. C'est pourquoi encore, pour protéger et mobiliser la population, nous avons mis en place le plan Vigipirate renforcé et accru la surveillance des lieux publics et des points sensibles. C'est pourquoi enfin, j'ai, ces derniers jours, conduit avec les ministres concernés un important travail pour mieux sécuriser tous les dispositifs essentiels du pays.

Q - Des découvertes de stocks d'armes ont donné l'impression que les services de sécurité étaient surpris par la montée de la violence. A-t-on fait, dans le domaine du renseignement, ce qu'il fallait pour nous protéger ?

R- Les interpellations réalisées dans les réseaux islamistes intégristes, ou encore dans les rangs de l'ETA témoignent de la volonté de l'Etat, du gouvernement, que soit conduite d'une main ferme l'action de la justice et de la police contre la menace terroriste, comme d'ailleurs contre toute forme de criminalité. J'ajoute qu'en matière de renseignement, nos services se sont constamment attachés à un travail de terrain.

Q - Il y a risque, pour la cohésion nationale, de confondre islamisme et islam. Et faire une vraie place à l'islam de France ?

R - Lorsque se tient une cérémonie interconfessionnelle à l'église américaine et que le recteur Boubakeur y est présent, lorsque je reçois ensemble les responsables des grandes religions monothéistes à Matignon, c'est bien la marque d'une reconnaissance des autorités de l'islam et de leurs liens à la République. L'action engagée par Pierre Joxe, poursuivie par Charles Pasqua, Jean-Pierre Chevènement et Daniel Vaillant, manifeste la volonté de permettre à la communauté musulmane de se donner une forme collective d'expression. Mais il n'y a pas de tradition d'organisation d'église dans l'islam, qui est, en outre, marqué par la diversité. En conséquence, il n'est pas possible - et cela ne serait pas accepté - d'organiser de façon officielle un islam français. Les modes de représentation doivent être plus souples.

(…)

Q - Au moment où l'on évoque une récession américaine quelle appréciation portez-vous sur la situation économique mondiale et française?

R - Ni aux Etats-Unis, ni en Europe et encore moins en France nous ne sommes en récession : il n'y a pas de chute de la production. Nous sommes dans une phase de ralentissement économique, liée à des données préexistantes aux événements de septembre: fin d'un long cycle aux Etats-Unis, crise structurelle au Japon. Mais les fondamentaux économiques de l'Europe restent favorables. Chez nous, il y a des ressorts internes pour maintenir la croissance et nos choix de politique économique - notamment le soutien du pouvoir d'achat par la baisse d'impôt et la prime pour l'emploi - sont bien adaptés à la période. Enfin, nous parviendrons d'autant mieux à maintenir la croissance économique que nous agirons de façon coordonnée au plan européen.

Q - Depuis le 11 septembre on est tout de même dans une situation exceptionnelle, très incertaine?

R - Effectivement. A cet égard je voudrais m'adresser à l'ensemble des acteurs économiques et tout particulièrement aux chefs d'entreprise. Lutter contre le terrorisme ce n'est pas seulement l'affaire des juges, des policiers, des services secrets, des Etats. Il y a aussi une réponse que peuvent donner les chefs d'entreprise, les investisseurs et les consommateurs. Face au terrorisme et aux désorganisations qu'il cherche à provoquer, il y a une responsabilité presque civique des chefs d'entreprise : ils doivent eux aussi résister à l'intimidation et soutenir l'activité économique. Faisons preuve, tous ensemble, de patriotisme économique. Nos choix pour le budget 2002 sont clairs : nous ne renonçons pas aux baisses d'impôts puisqu'elles permettent de soutenir le pouvoir d'achat et la consommation nous gardons un niveau de dépenses publiques nécessaire aux grandes missions de l'Etat nous acceptons donc une augmentation légère et provisoire du déficit budgétaire.

Q - Mais sans minimiser le rôle de l'Etat ?

R - C'est d'autant plus essentiel - et le drame de Toulouse vient aussi de le démontrer- qu'en période d'incertitude et d'inquiétude, la population se tourne naturellement vers l'Etat comme force de régulation et comme pouvoir légitime. Cela remet en place les théories sur la disparition du politique, sur sa dilution dans un marché libéral.

Q - Mais ce sont les Etats-Unis, paradoxalement, qui relancent par la dépense publique ?

R - Le sérieux ralentissement économique aux Etats-Unis, et la crise spécifique du transport aérien, exigeaient, de leur part, un effort immédiat. Nous n'excluons pas de prendre nous aussi, si nécessaire, des mesures, y compris pour restaurer les conditions de compétitivité dans ce secteur.

(…)./.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact