La base école de Rochefort Saint-Agnant a 40 ans

L’histoire de la base école de Rochefort débute dans les années 1930 et s’inscrit dans la continuité du riche passé militaire de la ville. Elle prend naissance sur les bords de la Charente, sur un site qui a vu s’élever les premiers aérostats de la Marine. Elle forme alors les tout premiers spécialistes aéronautiques…

Compte tenu de ces inconvénients, de l’ampleur prise par les formations dispensées et de l’augmentation du nombre des matériels nécessaires à leur bon déroulement, un déménagement de la base sur un terrain plus approprié est décidé en 1967. La première pierre de l’école est posée en 1972 par Pierre Messmer, alors Premier ministre. La nouvelle base, fleuron de l’Armée de l’air par sa modernité, est inaugurée en 1978 par Yvon Bourges, ministre de la Défense. Le transfert spectaculaire de l’ensemble des éléments vers le nouveau terrain durera jusqu’en 1981.

Baptisée « Adjudant Gémot » en 1986, la base école de Rochefort connait une évolution majeure en 1996 avec l’arrivée de l’école de formation initiale des sous-officiers en provenance de Nîmes. La base école de Rochefort reçoit désormais l’ensemble des sous-officiers de l’Armée de l’air et devient l’école de formation des sous-officiers de l’Armée de l’air (EFSOAA) en 1998. Forte de son expertise en matière d’enseignement aéronautique, elle se voit confier aussi la formation des mécaniciens de la Marine en 2002, puis celle  des mécaniciens de l’aviation légère de l’Armée de terre et de la gendarmerie nationale en 2010.

Aujourd’hui pôle d’excellence de la formation à la maintenance aéronautique de la défense et certifiée aux normes aéronautiques européennes, la base école de Rochefort dispense également la formation aux autres spécialités de mécaniciens de l’Armée de l’air (logistique, électrotechnique, systèmes d’information et de communication, systèmes radar et radio). Elle développe par ailleurs de nombreux partenariats avec ses homologues étrangers, mais également avec l’industrie aéronautique et l’Éducation nationale.