L’exode des entreprises et les sanctions paralysent l’économie russe

Les sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine seraient, selon la propagande russe, sans effet sur l’économie. En réalité, après cinq mois de guerre, celle-ci serait en train de « vaciller », selon les premières analyses économiques complètes.

Les perspectives économiques indiquent un impact dévastateur sur la Russie

Pour la première fois, une équipe pluridisciplinaire, composée d’économistes, d’ingénieurs, de médecins et de spécialistes de la géopolitique, des hommes et des femmes pratiquant parfaitement la langue russe et partageant une solide connaissance de la Russie, de ses forces et de ses faiblesses, ont travaillé d’arrache-pied pendant plusieurs mois pour dresser un constat sur l’état de l’économie russe après « l’opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine. Une « opération » censée ressembler à une guerre éclair pour s’emparer de l’Ukraine en trois jours et placer à Kiiv un gouvernement fantoche à la place du gouvernement démocratiquement élu. L’objectif déclaré étant de mettre un terme aux trente années de démocratie que venait de vivre l’Ukraine dont les succès économiques et la dynamique sociale devenaient inacceptables aux yeux de Moscou, qui redoutait de voir la contagion s’étendre de la petite Russie, l’Ukraine à la Russie blanche, la Biélorussie, jusqu’à la « Grande Russie ».

jeff alan sonnenfeld 1a2
Le professeur Jeffrey Alan Sonnenfeld – (Capture d’écran sur CNBC)

Cette initiative — pour le moment unique — on la doit à l’un des plus brillants économistes américains, le professeur Jeffrey Alan Sonnenfeld, directeur de la Yale School of Management. Sous sa houlette et encadrée par un directeur de la Recherche qui participe à la renommée de Yale, Sven Tian, une équipe de talents en immersion dans l’une des plus prestigieuses universités du monde se sont associés pour dresser ce constat, sans appel, de la situation économique de la Russie, après cinq mois de guerre. Une guerre brutale où l’armée russe, fidèle à ses traditions, ignorant toutes les conventions en la matière, n’a pas montré que la guerre pouvait être un art mais que tous les coups étaient permis, faisant preuve d’une sauvagerie et d’une malhonnêteté intellectuelle qui, rappelant les sinistres hordes d’Attila en même temps que d’une cruauté  calculée visant systématiquement à la destruction de la nation ukrainienne.

Nous remercions ici la Yale School of Management pour avoir partagé ce document exceptionnel, que nous allons ici, en français, pour un public francophone souvent hermétique à l’anglais, tenter de restituer pour l’essentiel. Nous souhaitons dire en particulier notre reconnaissance et notre estime au professeur Sonnenfeld, ainsi que MM. Sven Tian, Franek Sokolowski, Michal Wyrebkowski et Mateusz Kasprowicz pour nous avoir autorisés à reproduire ici ce document ainsi que tous ceux qui ont contribué à ce travail d’équipe.

Avec l’aide des chercheurs du Yale Chief Executive Leadership Institute :

  • Wiktor  Babinski; Yale Graduate  School of Arts and Sciences and London School of Economics
  • Yash Bhansali; Goldman Sachs
  • Forrest  Michael  Bomann; Columbia University
  • Michal Boron; Humboldt University
  • Katie Burke; Johns Hopkins University
  • Dr. Adriana  Coleska; MD Yale School of Medicine
  • Stephen  Henriques; McKinsey & Co.
  • Georgia  Hirsty;  Frailty Myths and Yale School of Management
  • Andrew  Kaiser; Publicis Sapient
  • Cate Littlefield; PepsiCo
  • Camillo  Padulli; Yale University
  • Ryan Vakil; Yale University
  • Israel Yolou; Big Data Post-Bac, Yale University
  • Steven Zaslavsky; Moelis & Company

Bien évidemment, comme dans toute traduction, il est parfois difficile d’exprimer certaines nuances avec la même précision et la même richesse que celle que les auteurs ont su déployer dans une autre langue, tout aussi riche, c’est pourquoi on ne peut que recommander de se reporter au texte original : « Business Retreats and Sanctions Are Crippling the Russian Economy » pour une meilleure compréhension. Les nombreux liens permettant, qui plus est, d’approfondir les éléments présentés en citant leur source.

Vu l’importance des enjeux, nous aurons l’occasion de revenir sur ce constat en suivant l’évolution d’une situation déjà catastrophique en analysant ses conséquences en procédant à des mises à jour quand ce sera possible en vue de dresser de nouveaux constats pour tenter de mieux éclairer les opinions publiques occidentales sur une réalité très différente, quand elle n’est pas à l’opposé, des éléments que l’on nous donne à « gober » au fil des jours, des semaines et des mois.

Le culte du mensonge, la dissimulation permanente de la vérité, la désinformation et la propagande de tous les instants mis en œuvre par l’État russe qui comme dans un passé encore récent a muselé la presse en assassinant les journalistes, en les forçant à émigrer ou en les jetant au goulag, permettent très difficilement d’appréhender le réel.

Nos pensées vont aussi à une opinion publique russe qui souffre de vivre dans de telles conditions au XXIe siècle et qui n’a pas la chance de partager les bienfaits de la liberté que nous connaissons en Occident. En espérant que ceux qui auront choisi l’exode seront bien accueillis et auront la chance de vivre une vie meilleure en oubliant ce monde encaserné. L’Histoire jugera.

Joël-François Dumont

Document mis à jour le 19 juillet 2022 — © Yale School of Management (Document reproduit ici et traduit avec l’aimable autorisation de leurs auteurs) — Version anglaise

ssrn id4167193 2 page 076a

A Introduction

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine entre dans son cinquième mois, l’on nous fait couramment croire en Occident que l’unité du monde dans la résistance à la Russie s’est en quelque sorte transformée en une « guerre d’usure économique qui fait des ravages à l’Ouest« , alors que l’économie russe ferait preuve d’une « résilience » et connaîtrait même une soi-disant « prospérité ». C’est tout simplement faux – et cela reflète une incompréhension largement répandue de la façon dont l’économie russe résiste réellement à l’exode de plus de 1 000 entreprises mondiales et aux sanctions internationales.

Il n’est pas surprenant que ces erreurs persistent. Depuis l’invasion, les communiqués économiques du Kremlin sont de plus en plus lacunaires, éliminant de manière sélective les données défavorables en ne publiant que celles qui sont plus favorables. Ces statistiques sélectionnées par Poutine sont ensuite soigneusement diffusées par les médias et utilisées par quantité d’experts bien intentionnés mais négligents pour établir des prévisions excessivement et irréellement favorables au Kremlin.

Notre équipe d’experts, utilisant en privé la langue russe et des sources de données non conventionnelles, notamment des données de consommation à haute fréquence, des vérifications intercanaux, des communiqués des partenaires commerciaux internationaux de la Russie et l’exploration de données complexes sur le transport maritime, a publié l’une des premières analyses économiques complètes mesurant l’activité économique actuelle de la Russie cinq mois après l’invasion et évaluant les perspectives économiques de la Russie.

Notre analyse est claire : le repli des entreprises et les sanctions ont un effet catastrophique sur l’économie russe. Nous nous attaquons à un large éventail de perceptions erronées courantes – et faisons la lumière sur ce qui se passe réellement en Russie, notamment :

  • Le positionnement stratégique de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières s’est irrémédiablement détérioré, car elle se trouve désormais en position de faiblesse après avoir perdu ses principaux marchés d’antan, et doit relever des défis de taille pour réaliser un « pivot vers l’Asie » avec des exportations non fongibles telles que le gazoduc.
  • En dépit de quelques fuites persistantes, les importations russes se sont largement effondrées et le pays est confronté à de graves difficultés pour se procurer des intrants, des pièces et des technologies essentiels auprès de partenaires commerciaux hésitants, ce qui entraîne des pénuries d’approvisionnement généralisées au sein de son économie nationale.
  • Malgré les illusions de Poutine sur l’autosuffisance et la substitution des importations, la production intérieure russe est complètement paralysée et ne permet pas de remplacer les entreprises, les produits et les talents perdus ; l’effritement de la base d’innovation et de production intérieure de la Russie a entraîné une flambée des prix et l’angoisse des consommateurs.
  • En raison du retrait des entreprises, la Russie a perdu des sociétés représentant environ 40 % de son PIB, ce qui a annulé la quasi-totalité des investissements étrangers réalisés au cours de trois décennies et a renforcé la fuite simultanée sans précédent des capitaux et de la population dans un exode massif de la base économique de la Russie.
  • Poutine a recours à des interventions fiscales et monétaires spectaculaires et manifestement insoutenables pour pallier ces faiblesses économiques structurelles, ce qui a déjà plongé le budget de son gouvernement dans le déficit pour la première fois depuis des années et épuisé ses réserves de change, même avec des prix de l’énergie élevés.
  • Les marchés financiers russes, en tant qu’indicateurs des conditions actuelles et des perspectives d’avenir, sont les marchés les moins performants du monde entier cette année, en dépit de contrôles stricts des capitaux, et ils ont intégré la faiblesse soutenue et persistante de l’économie dans la contraction des liquidités et du crédit, sans compter que la Russie est pratiquement coupée des marchés financiers internationaux, ce qui limite sa capacité à puiser dans les réserves de capitaux nécessaires à la revitalisation de son économie paralysée.

Pour l’avenir, la Russie ne pourra pas sortir de l’effacement économique tant que les pays alliés resteront unis pour maintenir et accroître la pression des sanctions contre la Russie : la Kyiv School of Economics et le groupe de travail McFaul-Yermak ont pris l’initiative de proposer des mesures de sanctions supplémentaires.

Les titres défaitistes affirmant que l’économie russe a rebondi ne sont tout simplement pas conformes à la réalité – les faits montrent que, quelle que soit la mesure et quel que soit le niveau, l’économie russe vacille, et ce n’est pas le moment d’appuyer sur le frein.

Pour télécharger le diaporama visuel accompagnant cette monographie de recherche, cliquer ici :

ssrn id4167193 2 page 077a

1 – Décodage des statistiques économiques officielles russes trompeuses

Statistiques, méthodologie, interprétation et intégrité statistique

Bon nombre d’analyses, prévisions et projections économiques russes excessivement optimistes ont proliféré ces derniers mois, présentant un défaut méthodologique crucial : ces analyses tirent la plupart, sinon la totalité, de leurs données sous-jacentes des communiqués économiques périodiques du gouvernement russe lui-même, sans recoupement ni vérification de l’intégrité des données. Les sources les plus fréquemment citées par le Kremlin sont le Service fédéral russe des statistiques d’État, plus connu sous le nom de Rosstat, la Banque de Russie et les données publiées par les ministères de l’Énergie, de l’Économie et des Finances.

Si les chiffres publiés par le Kremlin sont depuis longtemps considérés par la communauté économique comme largement, voire toujours, crédibles, il existe trois considérations importantes, sous-estimées, qui mettent gravement en doute la fiabilité des statistiques du Kremlin depuis le début de l’invasion de cette année. Les économistes et les analystes doivent donc être extrêmement prudents lorsqu’ils citent les statistiques officielles du Kremlin et vérifier par recoupement l’intégrité de ces statistiques chaque fois que cela est possible.

Premièrement, les publications économiques du Kremlin sont de plus en plus sélectives, partielles et incomplètes, éliminant à dessein les statistiques défavorables tout en conservant les statistiques favorables. Le gouvernement russe ne divulgue plus certains indicateurs économiques qui, avant la guerre, étaient mis à jour tous les mois, notamment toutes les données relatives au commerce extérieur, y compris celles concernant les exportations et les importations, en particulier avec l’Europe ; les données mensuelles sur la production de pétrole et de gaz ; les quantités de marchandises exportées ; les entrées et sorties de capitaux ; les états financiers des grandes entreprises, qui étaient auparavant publiés obligatoirement par les entreprises elles-mêmes ; les données sur la base monétaire de la banque centrale ; les données sur les investissements directs étrangers ; et les données sur les prêts et l’octroi de prêts, ainsi que d’autres données relatives à la disponibilité du crédit. Même Rosaviatsiya, l’agence fédérale du transport aérien, a brusquement cessé de publier des données sur le nombre de passagers des compagnies aériennes et des aéroports. À titre de comparaison, avant la guerre, les seules données économiques qui ont toujours été classifiées et mises en quarantaine par le gouvernement russe sont les données sensibles liées au commerce des biens militaires, des avions et des matières nucléaires.

page 8

Bien que le Kremlin justifie le camouflage désespéré de ses données sur les revenus et les dépenses, ainsi que d’autres indicateurs macroéconomiques de la santé économique globale, par la volonté de « minimiser le risque d’imposition de sanctions supplémentaires », les quelques données qui ont filtré suggèrent que la véritable raison pourrait résider dans le fait que ces statistiques ne sont guère positives pour le Kremlin, et qu’elles empirent de jour en jour. Par exemple, les revenus totaux du pétrole et du gaz ont chuté de plus de la moitié en mai par rapport au mois précédent, selon les propres chiffres du Kremlin. Comme l’a écrit un économiste, « il est probable que le Kremlin a peur de publier des données qui révèlent l’ampleur de l’effondrement de l’économie ».

Deuxièmement, même les statistiques favorables qui sont publiées sont sujettes à caution, voire carrément douteuses, lorsqu’elles sont confrontées à d’autres données, compte tenu de la pression politique exercée par le Kremlin pour corrompre l’intégrité des statistiques. En effet, le Kremlin a une longue histoire de falsification des statistiques économiques officielles, même avant l’invasion. À plusieurs reprises, Poutine a écarté les responsables de Rosstat publiant des statistiques économiques qui n’étaient pas à son goût, et il a personnellement transféré le contrôle de l’agence à des personnes nommées pour des raisons politiques au ministère de l’Économie, privant l’agence de son statut antérieur de branche indépendante du gouvernement, libre de toute influence politique. Des observateurs extérieurs, allant d’organisations internationales à des investisseurs étrangers, tirent régulièrement la sonnette faisant état de leurs « préoccupations concernant la fiabilité et la cohérence » des communiqués économiques du Kremlin, compte tenu notamment de la propension des économistes du Kremlin à « passer à de nouvelles méthodologies » avec une fréquence alarmante – alors que de nombreux cas ne sont même pas rendus publics. On ne peut qu’être encore plus inquiet lorsque l’on sait que Poutine a nommé Sergei Galkin, l’ancien vice-ministre de l’Économie, le choix politique le plus flagrant de l’histoire récente à la tête de Rosstat en mai.

page 9

Troisièmement, et comme nous l’avons brièvement mentionné précédemment, presque toutes les projections et prévisions optimistes extrapolent de manière irrationnelle les données économiques publiées dans les premiers jours de la période qui a suivi l’invasion, lorsque les sanctions et le retrait des entreprises n’avaient pas encore pris pleinement effet, plutôt que les chiffres les plus récents et les plus actualisés des dernières semaines et des derniers mois – ce qui s’explique en partie par le fait que le Kremlin a cessé de publier des chiffres actualisés, limitant ainsi la disponibilité des ensembles de données sur lesquels les chercheurs en économie peuvent s’appuyer. Par exemple, de nombreuses prévisions alarmantes prévoyant de fortes recettes provenant des exportations d’énergie étaient basées sur les dernières données officielles disponibles sur les exportations, datant de mars, alors même que de nombreux retraits d’entreprises et de sanctions sur l’énergie n’avaient pas encore pris effet, les commandes passées avant l’invasion étant toujours livrées.

Prenons, comme exemple parmi tant d’autres, une étude largement citée par Bloomberg, qui monte en épingle l’augmentation des revenus de la Russie provenant des exportations d’énergie. A en croire les auteurs : « même si certains pays interrompent ou suppriment progressivement leurs achats d’énergie, les revenus pétroliers et gaziers de la Russie s’élèveront à environ 285 milliards de dollars cette année, selon les estimations de Bloomberg Economics basées sur les projections du ministère de l’économie. Ce chiffre dépasserait de plus d’un cinquième celui de 2021 ». Il ne fait aucun doute que la Russie a continué à tirer des revenus importants de ses exportations d’énergie – un sujet complexe que nous analysons en profondeur dans les sections ci-dessous.

Mais cette analyse spécifique de Bloomberg a projeté les recettes d’exportation d’énergie de la Russie pour 2022 sur la base de ses recettes jusqu’en mars 2022, telles qu’elles ont été rendues publiques par le Kremlin, même si celui-ci a reconnu tardivement que les recettes d’exportation d’énergie en mai et juin avaient considérablement diminué. En fait, ce n’est qu’après un délai long et inexpliqué que le Kremlin a finalement révélé que les revenus totaux du pétrole et du gaz avaient chuté de plus d’un demi-mois en mai par rapport aux mois précédents, selon les propres chiffres du Kremlin – et déclaré qu’il cesserait dorénavant de publier tout nouveau revenu pétrolier et gazier. Néanmoins, les prévisions trompeuses de Bloomberg, qui extrapolent imprudemment les volumes initiaux d’exportation d’énergie pour le reste de l’année, ont ensuite été reprises par des voix éminentes, dont celle de Fareed Zakaria, pour prouver la prétendue « résilience » et même la « prospérité » de l’économie russe.

page 10

Ce manque de données actuelles et fiables constitue un obstacle majeur à l’établissement de prévisions économiques précises. Il est presque certain que ces revenus pétroliers et gaziers ont encore baissé depuis mai et juin pour les raisons exposées dans la section « Exportations de produits de base », mais le refus du Kremlin de publier les données empêche les prévisionnistes de travailler sur la base d’une série de chiffres mis à jour. Les projections économiques qui sont réalisées et publiées sont donc malheureusement souvent basées sur des statistiques historiques, datant du début de la guerre, qui sont déjà dépassées et non pertinentes.

Notre méthodologie est donc différente et permet d’éviter ces pièges et erreurs courants. Nous nous appuyons sur une plus grande variété et un plus large éventail de sources dans notre analyse exhaustive, non seulement en prenant les assertions de Rosstat avec un grain de sel, mais aussi en tirant parti d’analyses externes originales, exclusives et non publiques réalisées par des banques d’investissement internationales, des groupes de consultants, des chefs d’entreprise multinationaux et des experts macroéconomiques russes, que nous avons obtenues grâce à notre vaste réseau de connaissances dans le monde des affaires et sur le terrain en Russie, avec un accès unique aux sources et documents en langue russe. En outre, nous nous appuyons sur des vérifications transversales innovantes et non conventionnelles, notamment des données de consommation à haute fréquence, des données de dépistage en ligne, des données provenant de l’industrie des expéditions/conteneurs/ports, l’exploration de données par le biais de sources de big data complexes, des communiqués des partenaires commerciaux internationaux de la Russie et des données globales complètes provenant d’organisations internationales comme la Banque mondiale, l’AIE, OPEP, et des entreprises multinationales, ainsi que des rapports anecdotiques et des observations provenant de relations d’affaires, de partenaires et de notre équipe sur le terrain en Russie, pour réaliser ce que nous pensons être l’une des analyses les plus complètes, sinon la plus complète, de l’état général de l’économie russe dans les mois qui ont suivi la mise en œuvre de sanctions sans précédent. Nous nous approvisionnons en matériel dans plusieurs langues, y compris des documents de source initiale russe, chinoise, indienne et européens sous-estimés, sans traduction anglaise disponible, en nous appuyant sur la maîtrise de douze langues de notre équipe de recherche.

Les conclusions de notre analyse économique complète de la Russie sont puissantes et indiscutables : non seulement les sanctions et le départ des entreprises ont fonctionné, mais elles ont paralysé l’économie russe à tous les niveaux. Notre analyse souligne et renforce simultanément le travail du groupe de travail McFaul-Yermak sur les sanctions en mettant l’accent sur certains domaines qui nécessitent une action politique et commerciale supplémentaire pour immobiliser davantage les capacités économiques et de guerre de la Russie.

II. Réévaluation de la Russie en tant qu’exportateur de produits de base : la hausse des prix masque une détérioration irréversible du positionnement stratégique à long terme

La majeure partie des critiques concernant la prétendue résilience de l’économie russe s’est concentrée, à juste titre, sur les recettes russes provenant des exportations de matières premières. De nombreux experts affirment depuis longtemps que l’incapacité de l’Europe à se priver complètement de l’énergie et des autres produits de base russes dilue l’efficacité des sanctions et des retraits volontaires des entreprises: une étude récente a estimé qu’au moins dans les premiers jours qui ont suivi l’invasion, les exportations de pétrole ont rapporté au Kremlin un milliard de dollars par jour, soutenues par la hausse des prix de l’énergie.

Il ne fait aucun doute que certaines entreprises européennes du secteur de l’énergie, telles que TotalEnergies, peuvent et doivent faire davantage pour mettre fin à tout lien avec la Russie. De même, il ne fait aucun doute que des lacunes importantes subsistent dans la politique de sanctions des États-Unis et de l’UE, qui doivent être comblées de toute urgence afin d’étrangler davantage l’afflux de revenus provenant des exportations de matières premières dans les coffres du Kremlin. Les responsables politiques travaillent actuellement à la mise en place d’une coalition internationale visant à plafonner le prix du pétrole russe à 40-60 dollars le baril, tandis que le groupe de travail McFaul-Yermak sur les sanctions a défini plusieurs mesures supplémentaires, telles que la restriction des services d’assurance et d’énergie, qui seraient très efficaces pour limiter les recettes d’exportation russes tout en exerçant une pression minimale sur l’économie mondiale.

Bien qu’il s’agisse de défis réels et cruciaux, que nous soulignons plus en détail dans la section 8 du présent document de travail, on constate simultanément une sous-estimation généralisée des dommages déjà causés au statut de la Russie en tant que principal exportateur de matières premières. Une analyse macroéconomique approfondie des mesures de l’activité économique actuelle montre que, sous la surface, les exportations de matières premières de la Russie sont déjà soumises à de fortes pressions – qui ont été bien plus dévastatrices pour la Russie que pour l’Occident – sur l’ensemble du complexe des matières premières, y compris, mais sans s’y limiter, les revenus énergétiques dérivés des exportations de pétrole et de gaz.

Premièrement, contrairement à l’alarmisme généralisé concernant l’impact négatif de la guerre Russie-Ukraine sur les prix mondiaux des matières premières, l’importance des exportations de matières premières pour la Russie dépasse de loin l’importance des exportations de matières premières russes pour le reste du monde. Les recettes d’exportation totales de la Russie sont constituées en très grande majorité de revenus tirés des matières premières et des produits de base ; ces recettes d’exportation représentent bien plus de la moitié du budget total annuel du gouvernement russe – et sans doute une proportion encore plus grande maintenant, bien qu’il soit impossible d’en être sûr puisque le Kremlin a suspendu la publication d’une série de données financières et économiques défavorables depuis le début de l’invasion. Ces revenus comprennent non seulement les revenus directs des exportations de pétrole et de gaz qui rentrent dans les coffres du Kremlin, mais aussi des sources indirectes telles que les impôts payés par les employés qui travaillent dans les industries liées aux matières premières, les impôts payés par les entreprises des industries liées aux matières premières et qui fournissent des services aux industries liées aux matières premières, et bien plus encore.

D’autre part, pour chacun des principaux produits de base exportés par la Russie, l’offre russe ne représente pas plus de 10 % au maximum du marché mondial dans le cas de certaines catégories d’énergie, et un faible pourcentage à un chiffre dans le cas de la plupart des métaux et des denrées alimentaires, comme indiqué ci-dessous, selon les estimations exclusives des chercheurs économiques de Morgan Stanley. Bien que l’impact ne soit pas uniformément réparti sur le plan géographique – compte tenu, par exemple, de la plus grande dépendance de l’Europe à l’égard des flux énergétiques russes (mais moins que ce que l’on croit généralement, comme expliqué ci-dessous) – dans l’ensemble, cela a permis à la plupart des grandes sociétés multinationales de se détourner sans heurts de l’achat d’exportations russes sans perturber l’approvisionnement. Même les entreprises qui dépendaient auparavant fortement de l’approvisionnement en matières premières russes, comme Boeing, qui achetait la quasi-totalité de son titane en Russie, ont pu suspendre leurs achats russes et trouver d’autres sources d’approvisionnement sans problème. Dans l’ensemble du complexe des matières premières, les prix sont désormais largement inférieurs à ce qu’ils étaient avant l’invasion, y compris sur les marchés du blé, du pétrole et des métaux.

page 12

Il s’ensuit naturellement que la principale caractéristique des relations d’exportation que la Russie a nouées avec ses partenaires mondiaux jusqu’ici, principalement les pays européens, est l’interdépendance asymétrique.

En bref, la Russie a besoin des marchés mondiaux comme débouché pour ses exportations de matières premières bien plus que le monde n’a besoin des approvisionnements en matières premières russes. Cela est vrai, non seulement pour l’ensemble du complexe des produits de base, mais aussi pour chaque produit de base spécifique que la Russie exporte. Cela ne veut pas dire que la transition vers l’abandon des matières premières russes a été indolore pour l’Occident, loin de là. Comme en témoignent les récents titres des journaux, la nécessité pour l’Europe de réduire sa consommation d’électricité tout en diversifiant ses sources d’approvisionnement en énergie a eu des retombées politiques et économiques. Mais les faits montrent clairement que l’impact a été asymétrique : pour chaque désagrément supplémentaire infligé à l’Occident lorsqu’il renonce à des matières premières russes, les dommages causés à la Russie sont bien plus importants.

Il s’agit d’une simple expression d’un cadre académique plus complexe souvent utilisé par les économistes du commerce. Dans le cadre de l’interdépendance asymétrique – un cadre invoqué précédemment pour conceptualiser le rôle de la Russie dans la provocation de la crise énergétique de 2008 – il y a deux facteurs clés à prendre en compte : 1) la sensibilité à court terme de chaque partie aux chocs de prix ou d’approvisionnement ; et 2) la vulnérabilité stratégique globale reflétant le coût de l’adaptation à la crise.

2) la vulnérabilité stratégique globale, qui reflète le coût du changement de partenaire commercial. Le cadre, lorsqu’il est élargi pour couvrir chacune des exportations de produits de base de la Russie, révèle que la Russie est clairement désavantagée sur le plan stratégique à court et à long terme par rapport au reste du monde, et qu’elle a besoin de ses partenaires commerciaux bien plus que le reste du monde n’a besoin de ses produits de base – avec la réserve que la fongibilité et la facilité de transport varient selon les différents produits de base spécifiques.

Dans les sections ci-dessous, nous examinons certaines catégories de produits de base en tant qu’études de cas illustrant les raisons pour lesquelles le positionnement stratégique de la Russie en tant qu’exportateur de produits de base s’est détérioré bien au-delà de ce l’on pense généralement.

Le gaz naturel

Le gaz naturel est un produit de base crucial pour lequel – contrairement à ce que l’on pourrait croire – la Russie est beaucoup plus dépendante de l’Europe que l’Europe ne l’est de la Russie. Dans le même temps, le gaz naturel illustre les compromis difficiles et la peine des prix à court terme que les pays occidentaux doivent supporter dans la guerre contre la Russie – même si le cas du gaz naturel démontre que le dommage infligé à l’économie russe dépasse de loin celui éprouvé par le reste du monde.

page 13

Il est certain que les complexités inhérentes au rôle du gaz naturel dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine doivent être placées dans un contexte historique crucial.

Historiquement, le gaz naturel se situe à une extrémité du spectre de la fongibilité, en tant que produit de base hautement non fongible. Le gaz russe a toujours été transporté principalement par un réseau complexe de gazoducs fixes reliant la Russie occidentale à l’Europe. Nombre de ces gazoducs traversent l’Ukraine, vestige de la planification soviétique d’avant 1989, lorsque l’Ukraine et la Russie faisaient partie du même pays. Dans les années 1990, la menace occasionnelle de couper l’approvisionnement de l’Ukraine n’était pas considérée comme sérieusement crédible, car Moscou avait besoin de cette voie de transit autant que Kiev avait besoin du gaz russe, compte tenu des problèmes budgétaires chroniques de la Russie et de l’absence réelle de toute autre capacité de transport de gaz que le Belarus et l’Ukraine.

Bien que la menace de chantage énergétique russe ait été initialement considérée comme minime, les pays n’ont jamais été sur un pied d’égalité – au début des années 1990, le président ukrainien Leonid Kravchuk a envisagé de céder à la Russie des bases navales en mer Noire, certains actifs gaziers ukrainiens et toutes les ogives nucléaires ukrainiennes en échange d’une remise de dette gazière. En outre, si la Russie dépendait encore largement des capacités de transit du gaz ukrainien, elle a intentionnellement réduit sa dépendance au fil des années 1990 et 2000, ce qui lui a donné une plus grande marge de manœuvre pour exploiter le gaz au service de ses intérêts nationaux – comme nous l’expliquons plus en détail ci-dessous. Associé à la création du Fonds de stabilisation de la Fédération de Russie en 2004 et à ses vastes réserves financières (environ 155 milliards de dollars en 2008), ces développements ont suffisamment renforcé le pouvoir de la Russie pour lui permettre d’intervenir de manière prolongée sur le marché ukrainien du gaz au cours de l’hiver 2008/2009. La Russie a ainsi mis en pratique une stratégie conçue au moment de l’effondrement de l’Union soviétique – la fameuse doctrine Falin-Kvitsinky, qui visait à remplacer l’influence militaire dans les anciens pays du Pacte de Varsovie par des pressions économiques en cas de non-respect des règles, sur la base de la dépendance pétrolière et gazière de ces pays vis-à-vis de la Russie.

Toutefois, après l’expérience traumatisante de la crise gazière de l’hiver 2008/2009, l’Union européenne a délibérément pris des mesures pour réduire sa vulnérabilité potentielle à de futures interventions énergétiques russes. Dans le troisième paquet énergie, la Commission européenne a exigé la séparation du réseau de transport des entreprises énergétiques intégrées, ce qui a bloqué, entre autres, le lancement du projet Nord Stream 2. En outre, des capacités d’inversion de flux ont été ajoutées aux gazoducs ; de nouveaux terminaux GNL et de nouvelles interconnexions ont été intégrés au réseau. L’ajout de capacités de regazéification aux terminaux GNL de Klaidepa et de Swinoujscie a permis à des pays comme la Lituanie et la Pologne de diversifier leurs sources d’énergie tout en parant au chantage énergétique russe en mettant à exécution une menace crédible d’importer du gaz naturel d’ailleurs.

Malgré certains progrès, l’Europe n’est parvenue qu’incomplètement à diversifier ses importations de gaz et elle s’en ressent cette année. En effet, plusieurs actions concomitantes menées au cours de la dernière décennie ont sapé les objectifs de sécurité énergétique de l’Europe et ont permis à la Russie de continuer à exercer une certaine influence, notamment sur l’Ukraine.

L’un des principaux facteurs qui ont réduit la vulnérabilité de la Russie dans sa relation d’interdépendance asymétrique avec l’Europe, tout en diminuant sa dépendance à l’égard des gazoducs qui traversent l’Ukraine a été la construction de Nord Stream 1 (la première ligne en 2011, la seconde en 2012), d’une capacité totale de 55 milliards de m3, qui a permis à la Russie d’approvisionner directement l’Allemagne et d’autres pays d’Europe occidentale en gaz russe par gazoduc, en contournant complètement l’Ukraine. La construction de Nord Stream 2, qui aurait ajouté 55 milliards de m3 de capacité de transport de gaz s’il avait été ouvert, combinée à d’autres voies de transport de gaz telles que TurkStream (31,5 milliards de m3), aurait permis à la Russie de contourner encore davantage le système ukrainien de transport de gaz (GTS) comme voie d’exportation vers l’Union européenne. La capacité annuelle maximale du SGT ukrainien est de 146 milliards de m3, ce qui équivaut à peu près à toutes les autres voies d’exportation Russie-UE réunies. L’augmentation du transport de gaz par Gazprom via Nord Stream 1 au cours de la dernière décennie a fourni une plate-forme significative par laquelle la Russie pouvait à la fois distribuer des carottes et des bâtons de pétrole tout en diminuant sa dépendance historique vis-à-vis de l’Ukraine pour assurer la continuité des exportations de gaz russe.

Certes, la majorité des pays européens n’étaient pas inconscients des dangers de l’augmentation des importations de gaz russe au cours de la dernière décennie par le biais de Nord Stream 1. Même si le gaz russe ne devait être qu’un pont transitoire et temporaire vers un avenir plus indépendant sur le plan énergétique, à plus court terme, de nombreux experts y ont vu une excuse à l’inaction ou au manque de volonté politique. Si l’on prend l’exemple de l’Allemagne, cette intention « transitoire » sous-jacente est illustrée par le principe fondamental de l’Energiewende allemand – l’idée que le gaz naturel doit servir de combustible de transition et de stabilisateur du réseau d’énergie renouvelable intrinsèquement intermittent – et par la réalisation pratique de l’éternel principe de politique étrangère allemand du Wandel durch Handel – le changement (politique) par le commerce. La transition énergétique allemande s’est construite sur l’hypothèse d’un gaz naturel russe bon marché comme combustible de transition, qui, avec le charbon de lignite, pourrait combler le vide créé par la sortie du nucléaire et ouvrir la voie au rôle croissant des énergies éolienne et solaire. Le gaz naturel représentait 15,3 % de la production d’électricité allemande en 2021, et 32 % de l’approvisionnement total en gaz provenait de Russie.

La situation de l’Allemagne où était répandue la croyance erronée selon laquelle le gaz russe pourrait assurer la stabilité et la sécurité de l’approvisionnement, à titre de mesure palliative si ce n’est plus, a commodément fermé les yeux sur les cas antérieurs d’utilisation par la Russie de l’énergie comme moyen de pression pour promouvoir ses intérêts nationaux. Mais l’Allemagne n’est pas nécessairement représentative du reste de l’Europe – en bref, certains pays ont déjà réduit de manière significative leur dépendance à l’égard de l’énergie russe, mais de manière incomplète et pas assez rapide. La Russie, quant à elle, reste presque entièrement dépendante de l’Europe, qui constitue son principal marché pour le gaz naturel acheminé par gazoduc. Les chiffres reflètent cette réalité : à partir de 2021, l’Europe recevra 83 % des exportations de gaz naturel russe, alors qu’elle dispose d’une base d’approvisionnement beaucoup plus diversifiée, puisque 54 % de ses importations de gaz proviennent de sources non russes, notamment du GNL de Norvège, du Qatar et d’Algérie, en plus d’un approvisionnement national important provenant de sources telles que le champ gazier géant de Groningue, aux Pays-Bas.

Malgré cette asymétrie, la politique d’asphyxie du gaz russe vers l’Europe après l’invasion n’a pas été indolore pour l’Europe. Mais les dommages causés par un découplage rapide des importations de gaz russe relèvent davantage de la sensibilité relative des pays européens à des chocs d’approvisionnement et de prix transitoires à court terme que de leur vulnérabilité stratégique à long terme, comme c’est le cas pour la Russie. En outre, les défis de l’Europe peuvent être largement résolus et atténués par des solutions politiques à court terme, comme expliqué ci-dessous.

Malgré les plans à long terme de l’Europe visant à abandonner le gaz naturel au profit des énergies renouvelables, il est indéniable que la transition énergétique ne se déroule pas à un rythme suffisamment rapide pour permettre à l’Europe de réduire complètement sa consommation de gaz naturel à court terme. En ce qui concerne les énergies renouvelables, la réduction de la période de certification des projets éoliens, qui est actuellement de sept ans, et le renforcement de la capacité des FSRU pourraient aider à préparer l’Europe pour le prochain hiver, en plus de l’ajout d’une capacité de stockage des batteries et du rétablissement de l’énergie nucléaire comme stabilisateur de réseau, et du retour au charbon comme solution temporaire. Ces mesures s’inspirent du plan d’action en dix points établi par l’Agence internationale de l’énergie pour réduire la dépendance de l’Union européenne à l’égard du gaz naturel russe à court terme. Elles proposent une série de solutions nécessaires couvrant les approvisionnements en gaz alternatifs ainsi que les secteurs de l’électricité et de l’utilisation finale, ce qui nécessite une coordination accrue entre les pays et les industries – de peur que l’Europe ne se retrouve confrontée à un dur rationnement du gaz l’hiver prochain.

L’un des principes fondamentaux du plan consiste à remplacer l’approvisionnement en gaz russe perdu par un mélange de production de gaz naturel de l’UE, d’importations par gazoduc en provenance d’Azerbaïdjan et de Norvège et, plus important encore, d’importations de GNL du Qatar, d’Algérie et des États-Unis. Cette dernière solution a déjà été baptisée « Berlin Gas Lift » par les experts en énergie du Baker Institute. En effet, les flux de GNL américain vers l’Europe ont déjà dépassé les importations de gaz russe par gazoduc – en juin, la Russie n’a acheminé que 4,5 milliards de m3 vers l’Europe, soit un tiers de ce qu’elle livrait au début de 2021, tandis que le GNL américain vers l’Europe représentait 5,5 milliards de m3 sur la même période. Un certain nombre de mesures supplémentaires peuvent augmenter les flux de GNL vers l’Europe à court terme. coalition internationale de pays – dont les principaux producteurs de GNL, les États-Unis, le Qatar, le Nigeria et l’Australie – encourageant et offrant une certaine souplesse dans la réorientation des approvisionnements vers l’Europe et travaillant avec les plus gros acheteurs de GNL pour assurer la sécurité énergétique européenne.

page 14

L’amélioration opportune de l’approvisionnement en GNL peut coïncider avec l’introduction d’obligations minimales de stockage de gaz. D’après l’analyse de l’AIE, des niveaux de remplissage d’environ 90 % seraient nécessaires pour disposer d’une marge de manœuvre suffisante pour la saison de chauffage d’hiver. La coordination régionale de l’achat et du stockage de gaz et une approche harmonisée de l’approvisionnement en gaz et des niveaux de stocks dans les États membres de l’UE pourraient garantir une allocation optimale des capacités en Europe et au-delà et renforcer la résilience du réseau, qui pourrait sinon être confronté à des pannes locales ou, pire encore, à des coupures. En outre, même si l’on tient compte des difficultés politiques inhérentes à la formation d’un cartel d’achat de gaz, la Commission européenne pourrait accélérer ses travaux sur le mécanisme d’achat en commun annoncé récemment qui, même s’il est peu probable qu’il soit mis en œuvre à temps pour cet hiver, pourrait renforcer l’approvisionnement en gaz de l’Europe pour les hivers à venir.

L’interruption des contrats de gaz à long terme conclus avec Gazprom lorsqu’ils arrivent à échéance permettrait d’abaisser encore davantage le prix contractuel minimum des importations de gaz naturel russe et d’intensifier l’effort de diversification de l’Europe. Ce serait reconnaître que Gazprom lui-même n’est pas un géant de l’énergie ordinaire qui respecte les règles – il est davantage un instrument d’influence politique du Kremlin et a déjà montré sa volonté d’ignorer les obligations contractuelles avec les pays européens, les opérations de maintenance des gazoducs servant d’écran de fumée – Maskirovka – pour réduire les volumes de gaz dans les tubes. Gazprom a également ouvertement coupé les livraisons de gaz à des pays comme la Lituanie et la Pologne en représailles car ceux-ci avaient refusé de payer le gaz en roubles. Ainsi il a réduit à néant sa crédibilité en tant que partenaire commercial et les accords contractuels fondés sur l’État de droit qu’il avait signés.

En résumé, le défi lancé à la sécurité énergétique et à l’économie européenne dans son ensemble est réel, mais surmontable. Une mise en œuvre complète par l’Europe du plan de diversification de l’AIE pourrait permettre de réduire de bien plus de la moitié des importations de gaz russe (80 milliards de m3) tout en maintenant un niveau comparable, voire inférieur, d’émissions de gaz à effet de serre et en préservant l’approvisionnement énergétique, sans compromettre les objectifs climatiques de l’UE tout en atténuant les préoccupations en matière de sécurité énergétique.

Les problèmes de la Russie sur le front du gaz naturel, contrairement à ceux de l’Europe, remontent à très loin. Elle doit affronter des défis qui tiennent à sa structure économique et politique, et qui, loin d’être de nature transitoire, sont insolubles. La Russie est très vulnérable dans plusieurs domaines liés à ses exportations de gaz naturel – la structure même de son économie basée sur les matières premières, ses chaînes d’approvisionnement, sa technologie et, en fin de compte, sa réputation de partenaire commercial fiable qui remplit ses contrats de livraison en tant que fournisseur de matières premières – qui s’aggravent sous l’effet de la dégradation de la position géopolitique de la Russie.

Tout d’abord, contrairement aux illusions de Poutine selon lesquelles la Russie peut revenir à l’état d’autarcie économique de l’ère soviétique, l’économie russe s’est fortement mondialisée au cours des trois dernières décennies et elle se caractérise par une forte dépendance à l’égard de la technologie occidentale et des chaînes d’approvisionnement internationales. Elle est donc plus vulnérable aux chocs et aux perturbations externes. L’économie de la Russie à l’époque soviétique était largement et authentiquement autarcique – même si son commerce s’est développé , passant de 10 % du PIB dans les années 1950 à environ 25 % du PIB dans les années 1980.  Mais ce commerce se faisait essentiellement avec les pays satellites du Comecon et passait par  des accords commerciaux très inégaux et politisés, conçus pour promouvoir les intérêts de l’Union soviétique plutôt que l’économie russe.

Cette situation contraste fortement avec les trois décennies de développement économique et d’ouverture à l’Ouest qui ont suivi la fin de la guerre froide. Le modèle de croissance de la Russie post-soviétique reposait essentiellement sur les exportations de matières premières à faible valeur et dépendait de la technologie occidentale pour l’extraction et des chaînes d’approvisionnement mondiales pour les achats, la part de commerce des biens et services dans le PIB de la Russie atteignant environ 46,1 % en 2020.

Malgré ces différences, Poutine n’a pas tout à fait tort : l’économie russe actuelle présente certaines similitudes avec l’économie de l’ère soviétique, mais pour de mauvaises raisons. Par exemple, on ne peut s’empêcher d’établir des parallèles entre les difficultés fréquentes de l’Union soviétique à obtenir des devises fortes pour financer ses achats de machines industrielles et de biens de consommation plus complexes, et les nouveaux systèmes délirants d’importation parallèle de Poutine. En désespoir de cause, Poutine a effectivement légalisé le marché noir et la violation de la propriété intellectuelle, car il est incapable d’importer et de payer ses anciens partenaires internationaux. La différence entre ces deux situations, cependant, est que l’Union soviétique a maintenu son contrôle sur un bloc entier d’économies qui soutenaient l’Union soviétique en lui fournissant des produits industriels et des technologies. En revanche, il est peu probable que les alliés économiques de la Russie d’aujourd’hui que sont le Belarus et l’Érythrée apportent autant de valeur ajoutée à l’économie que l’ancien Comecon, et la place actuelle de la Russie dans les marchés européens et dans l’économie mondiale dépend, dans une bien plus large mesure, de la technologie et du savoir-faire occidentaux.

Une autre similitude entre l’économie russe moderne et l’économie de l’ère soviétique – et qui met encore plus en évidence la faiblesse structurelle et le manque de profondeur de l’économie russe – est le fait que les institutions extractives persistent. Ce que l’on appelle la verticale du pouvoir est un système politique allant de haut en bas qui découle naturellement de la concentration du pouvoir économique dans le secteur du pétrole et du gaz, qui fournit chaque année plus de la moitié des recettes budgétaires russes. Ceci se reflète dans la bureaucratie oligarchique tentaculaire qui essaie de récolter autant de rente pétrolière et gazière que possible. Cette organisation du pouvoir décourage fortement la diversification de la croissance économique – contribuant au syndrome hollandais des quinze dernières années ; à mesure que les bénéfices exceptionnels tirés du pétrole et du gaz augmentaient, le taux de change réel augmentait et la compétitivité de l’industrie manufacturière était en baisse. En fin de compte, les deux seuls secteurs qui restent sains et productifs dans une économie frappée par le syndrome hollandais sont le pétrole et le gaz, et dans une moindre mesure, les prestataires de services de ces industries.

Bien qu’il s’agisse d’un facteur contributif, l’incapacité de la Russie à développer une économie plus diversifiée sur le plan industriel ne peut s’expliquer uniquement par la malédiction des ressources et est étroitement liée à l’arrangement institutionnel hautement corrompu en Russie. Ce phénomène n’est nulle part plus évident que dans le secteur du gaz naturel.

Dans le secteur du gaz naturel, l’économie politique russe a encouragé la création d’un duopole hautement corrompu et inefficace composé de Gazprom, l’exportateur public de gaz naturel par gazoduc, issu de l’ancien ministère soviétique du gaz, et de Novatek, un exportateur  naissant de GNL contrôlé par des oligarques. Le degré de corruption et de prédation est légendaire, même selon les normes russes. Le gendre du PDG de Gazprom, Alexey Miller, gère des marchés publics d’une valeur de deux mille milliards de dollars et est copropriétaire d’un penthouse d’une valeur d’environ 800 millions de dollars américains. Le PDG lui-même a reçu l’un des plus gros pots-de-vin de l’histoire de la Russie – une distinction plutôt douteuse – sous la forme d’un palais construit pour lui par l’un des entrepreneurs de Gazprom. Le rôle de Gazprom consiste clairement à soutenir les intérêts politiques du Kremlin plutôt que de fonctionner comme une entreprise à but lucratif, compte tenu de ses prix fortement subventionnés pour la consommation intérieure, visant à obtenir le soutien  de la population pour le Kremlin et à le mobiliser au détriment des mesures d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable – considérées comme une menace par le Kremlin – ce qui contribue à faire de la Russie l’une des économies les plus énergivores du monde par unité de PIB. Le rôle de Gazprom en tant qu’appendice du Kremlin se reflète également dans ses importantes obligations nationales, puisqu’il n’exporte qu’environ un tiers de ses 725 milliards de m3 de capacité de production en 2018 – gardant le reste du gaz en Russie pour le vendre à des tarifs réduits à sa propre population, au détriment de sa rentabilité. Ses responsabilités sociétales sont depuis longtemps un frein à la rentabilité, et Gazprom a souvent utilisé les exportations de gaz comme un outil de l’agenda géopolitique du Kremlin.

En résumé, l’image qui se dégage de la structure de l’économie russe moderne est celle d’un mastodonte de ressources, corrompu de l’intérieur et dépendant de la technologie occidentale, qui fournit les revenus nécessaires pour entretenir les marottes du Kremlin tout en infligeant au pays la malédiction des ressources naturelles et une élite oligarchique rapace qui tente de se remplir les poches autant que faire se peut en vendant du pétrole et du gaz. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg si l’on considère les problèmes systémiques insolubles auxquels l’économie russe est confrontée.

Deuxièmement, et de manière connexe, les chaînes d’approvisionnement en produits de base et les schémas commerciaux hérités du passé placent la Russie dans une situation de désavantage stratégique et économique important, surtout si l’on considère que le gazoduc est l’un des produits de base les moins fongibles. L’Europe est depuis longtemps la destination de choix pour les exportations russes de matières premières, en particulier les exportations d’énergie, et une fois encore, ces exportations d’énergie sont beaucoup plus importantes pour la Russie que pour l’Europe, puisque 83 % des exportations russes de gaz naturel sont reçues par l’Europe, alors que l’Europe dispose d’une base d’approvisionnement beaucoup plus diversifiée, puisque 54 % de ses importations de gaz proviennent de sources non russes, notamment le GNL de Norvège, du Qatar et d’Algérie, en plus d’un approvisionnement national important provenant de sources telles que le champ gazier géant de Groningue aux Pays-Bas à partir de 2021.[1] Et alors que l’utilisation du gaz par la Russie comme moyen de pression a beaucoup attiré l’attention des media lorsque Moscou a  fermé les robinets des gazoducs européens tels que Nord Stream 1, et si l’Europe a naturellement crié au scandale face à ces tentatives de chantage au gaz, il ne faut pas perdre de vue que c’est l’économie russe qui est la plus touchée par le déplacement des chaînes d’approvisionnement en gaz naturel hors de l’Europe, son principal marché. Les exportations de gaz par gazoduc sont naturellement rigides et nécessitent des pipelines pour être transportées – et le GNL, relativement plus fongible, ne représente qu’une petite fraction de la production totale de gaz naturel pour la Russie. En raison des sanctions, le Kremlin réduit considérablement ses prévisions d’exportation de GNL, déjà minimes – il prévoit que d’ici 2026, les exportations de GNL seront inférieures à 30,7 millions de tonnes par an. Les prévisions du ministère russe de l’énergie de septembre 2021 tablaient auparavant sur une augmentation des volumes d’exportation à 38 millions de tonnes en 2023 et à 50,7 millions de tonnes en 2024 – des objectifs que même le Kremlin considère désormais comme irréalisables.

Pour pallier la perte des transports européens de gaz, dans un discours prononcé dans les jours qui ont suivi l’invasion, M. Poutine a réitéré son fameux « povorot na vostok », ou « pivot vers l’est », en déclarant que « la Russie doit diversifier ses exportations. Si nous partons du principe que les approvisionnements énergétiques de l’Occident continueront à diminuer dans un avenir prévisible, il est donc important de consolider la tendance de ces dernières années : réorienter progressivement nos exportations vers les marchés en croissance rapide du Sud et de l’Est. » Il s’agirait d’un virage assez drastique, si l’on considère que les 16,5 milliards de mètres cubes de gaz exportés par la Russie vers la Chine l’année dernière représentaient moins de 10 % des 170 milliards de mètres cubes de gaz naturel envoyés par la Russie sur le marché européen. Si l’on ne considère que le gaz acheminé par gazoduc, la part du gaz naturel envoyé par la Russie en Chine tombe à seulement 3,5 %.

L’histoire récente a montré que les prédictions russes d’un « pivot économique vers la Chine » général partent de présupposés indûment optimistes. En 2014, lorsque des sanctions relativement modérées ont été mises en œuvre après l’annexion de la Crimée par la Russie, celle-ci s’attendait à ce que les entreprises chinoises achètent des actifs russes, soutiennent financièrement les entreprises russes et partagent leurs technologies et leur savoir-faire – mais rien de tout cela ne s’est produit. Comme nous l’analyserons dans la section III, la Russie représente un partenaire commercial mineur pour la Chine, dont le premier partenaire commercial reste les États-Unis, et la plupart des entreprises chinoises ne peuvent risquer d’enfreindre les sanctions américaines en traitant en sous-main avec des entités russes sanctionnées. En outre, en tant qu’importateur net de pétrole et de gaz, les entreprises énergétiques chinoises ne disposent pas de la plupart des technologies en amont nécessaires pour assurer d’un point de vue technologique le service et la maintenance du secteur pétrolier et gazier russe.

D’un point de vue logistique, les défis en matière d’infrastructure auxquels est confronté le « pivot vers l’est » de la Russie en matière de gaz naturel sont insurmontables pour plusieurs raisons.

page 15

Premièrement, le financement de ces coûteux projets de gazoducs désavantage désormais considérablement la Russie. Le principal gazoduc opérationnel reliant la Sibérie à la Chine, le gazoduc « Power of Siberia 1 », d’une valeur de 45 milliards de dollars et d’une longueur de treize cents miles, a été entièrement financé par la Chine en 2014 ; il incombe désormais à la Russie de financer elle-même ces nouveaux projets de gazoducs. En prévision de « dépenses d’investissement massives », le géant gazier russe Gazprom a déjà pris la mesure sans précédent de suspendre ses dividendes, pour la première fois en trente ans, et son action est l’une des plus mauvaises valeurs de la Bourse de Moscou depuis l’invasion. À ce défi financier de taille s’ajoute le fait que, dans ses négociations avec la Chine, la Russie a longtemps voulu des prix proportionnels à ceux qu’elle appliquait aux Européens, tandis que la Chine a toujours voulu des prix plus bas, conformes aux prix de l’énergie nationale et compétitifs par rapport au charbon. Il convient de noter que le premier gazoduc vers la Chine – Power of Siberia 1 – ne fonctionne qu’à une capacité partielle, car il était censé fournir du gaz à partir des gisements de Kovykta et de Chayanda en Sibérie orientale, mais seul le dernier a commencé à produire en raison de difficultés technologiques – un défi maintenant aggravé par le retrait des grandes entreprises occidentales et chinoises de Russie après l’invasion. Si l’on considère que le réseau de pipelines asiatiques ne contient qu’une fraction de la capacité du réseau de pipelines européens et que même les projets de pipelines asiatiques prévus de longue date ne seront pas opérationnels avant des années, sans parler des nouveaux projets lancés à la hâte, la perspective d’une capacité supplémentaire de pipelines reliant la Russie à la Chine est douteuse, voire carrément contestable.

Deuxièmement, et c’est le plus important, il n’y a toujours pas d’interconnexion, et donc aucune possibilité de rediriger les approvisionnements en gaz ou de tirer parti de l’arbitrage des prix, entre les champs gaziers russes de Yamal et de Sibérie occidentale qui exportent vers l’Europe et le Moyen-Orient, et les champs de Sibérie orientale qui envoient du gaz en Chine. La solution proposée – Power of Siberia 2, également connu sous le nom de gazoduc transsibérien de l’Altaï, qui devait relier les deux, a été bloquée par l’inertie constante de la Chine. Cela signifie que le gaz russe de Sibérie occidentale devra en grande partie rester inexploité – bien que les efforts visant à relier le gaz de Sibérie occidentale au gaz de Sibérie orientale, une priorité nationale de la Russie, aient été une source de tension de longue date entre la Chine et la Russie. En outre, il existe une différence assez considérable entre la capacité d’exportation de GNL de la Russie et ses exportations de gaz par gazoduc. Deux des installations de GNL reliées au réseau gazier de Sibérie occidentale – Yamal et Vysotsk – peuvent exporter l’équivalent d’environ 25 milliards de mètres cubes. Les exportations totales de gaz naturel russe vers l’Europe se sont élevées à 170 milliards de m3, dont 15 milliards de m3 ont été livrés sous forme de GNL. Ainsi, d’un point de vue technique, il reste impossible d’expédier la quantité de gaz restante vers la Chine ou l’Inde sans la construction coûteuse et longue d’un gazoduc d’interconnexion transsibérien.

Il y a eu des tentatives antérieures. L’idée d’un gazoduc transsibérien a d’abord été bloquée par la Chine au lendemain de l’annexion de la Crimée, en raison de sa réticence à payer le gaz à des prix européens plus élevés et de ses doutes quant à la capacité de Gazprom à respecter l’engagement de construire le gazoduc de l’Altaï rapidement et à moindre coût d’un point de vue technique et financier. Les obstacles sont nombreux – après tout, la région de l’Altaï, de part et d’autre de la frontière, ne dispose pas des infrastructures de base nécessaires pour mener à bien un projet de cette ampleur, et elle est éloignée des principaux centres de population chinois, ce qui signifie que la Compagnie nationale chinoise de pétrole (CNPC) devrait construire un gazoduc supplémentaire en haute altitude, à un coût encore plus élevé, en plus du gazoduc de l’Altaï lui-même. Le projet est d’un intérêt douteux pour la Chine au départ ; non seulement la Chine peut exercer une plus grande influence dans les négociations avec la Russie lorsque les fournitures russes de gaz par gazoducs ne sont pas fongibles, mais la Chine ne manque pas de réserves de gaz prouvées et suspectées dans le Xinjiang à développer pour son propre profit.

Il n’est donc pas surprenant qu’avant même le début du conflit en Ukraine, les entreprises russes n’aient pas réussi à obtenir des marchés de capitaux chinois des financements par emprunt à grande échelle pour des projets pétroliers et gaziers – alors que les marchés de capitaux occidentaux sont largement inaccessibles après 2014. Le système financier chinois est conçu principalement pour fournir des crédits aux entreprises nationales, aux entrepreneurs et aux sociétés d’État, qui sont tous peu présents dans les secteurs pétrolier et gazier russes. Les mécanismes de financement conçus par le PCC et le gouvernement, tels que l’IRB, permettent de financer des projets internationaux d’intérêt national, mais il est intéressant de noter que très peu de financements de l’IRB ont été accordés à la Russie. Le désintérêt est apparemment mutuel, enraciné dans une rivalité historique qui couve depuis longtemps entre la Chine et la Russie.

page 16

Le « pivot vers l’Asie » de la Russie est donc beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît, notamment en ce qui concerne le gaz naturel. Non seulement la Russie ne peut fournir à la Chine que le gaz de la Sibérie orientale et non celui de la Sibérie occidentale, mais on peut se demander si la Russie représente un fournisseur de gaz privilégié du point de vue de la Chine. Celle-ci a délibérément diversifié son approvisionnement en GNL en faisant appel à des partenaires privilégiés et moins menaçants d’Asie centrale et du Moyen-Orient, en plus du GNL expédié par les États-Unis, l’Australie et d’autres pays. Dans la relation d’interdépendance asymétrique entre la Chine et la Russie, c’est la Russie qui est la partie la plus vulnérable, étant donné que la Chine peut se détourner du gaz russe bien plus que la Russie ne peut trouver des débouchés alternatifs à la Chine pour son gaz. Et même si la Chine élimine progressivement le charbon pour atteindre ses objectifs climatiques et réduire la pollution globale de l’environnement, elle dispose d’une capacité de regazéification bon marché en constante augmentation qui constitue une menace crédible pour le gaz russe acheminé par gazoduc, en tirant le prix de ce dernier vers le bas puisque la Chine peut désormais s’approvisionner en GNL dans le monde entier à un coût à peu près équivalent à celui du gaz russe acheminé par gazoduc, compte tenu de la prime de sécurité énergétique.

La confrontation avec l’Occident a diminué l’influence de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières dans ses relations non seulement avec la Chine, mais aussi avec d’autres partenaires relativement mineurs de l’ancien bloc soviétique, comme les pays d’Asie centrale. Si l’on prend l’exemple du Kazakhstan, il existe déjà de nombreux indicateurs de tensions mineures mais croissantes à mesure que le Kazakhstan s’éloigne de la Russie, à commencer par des gestes symboliques tels que l’adoption par le Kazakhstan à l’écriture latine en 2021, l’annulation par le Kazakhstan du défilé du jour de la Victoire en 2022 et le défi lancé cette année par le  président kazakh Tokayev à Poutine sur sa propre scène au Forum économique de Saint-Pétersbourg . Les mesures de rétorsion de la Russie, telles que la fermeture temporaire de l’oléoduc russo-kazakh de la Caspienne, ne font qu’accroître la tension et encourager le Kazakhstan à s’aligner davantage sur la Chine et l’Europe, le président Tokayev proposant d’augmenter la production énergétique kazakhe afin de « stabiliser la situation sur les marchés mondiaux et européens », en contradiction directe avec les souhaits déclarés de Poutine. D’autres partenaires traditionnels de la Russie en Asie centrale s’éloignent également de la Russie ; en Ouzbékistan, le président Shavkat Mirziyoyev a inversé les politiques économiques de l’ère soviétique de son prédécesseur barbare Islam Karimov en ouvrant l’Ouzbékistan aux investissements occidentaux tout en favorisant des liens de plus en plus étroits avec la Chine au lieu de la Russie comme partenaire régional de choix.

Un autre obstacle au pivot russe vers l’Asie tient au fait que, dès le début de ses exportations de pétrole et de gaz, la Russie s’est fortement appuyée sur la technologie et le savoir-faire occidentaux. Le premier accord sur le gaz naturel conclu avec l’Union soviétique en 1968 reposait sur les capacités de fabrication de pipelines des entreprises allemandes et autrichiennes. Cette dépendance s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. L’incompétence technique de la Russie et sa dépendance vis-à-vis de l’Occident sont illustrées par l’exemple récent de Nord Stream 2, les entreprises occidentales étant les principaux constructeurs de ce gazoduc controversé. À l’origine, il était prévu que Gazprom et cinq entreprises européennes – Shell, E.ON, OMV, Wintershall et ENGIE – constituent une coentreprise. Le retrait de la société néerlandaise et suisse Allseas à la suite de la mise en œuvre de la loi sur la protection de la sécurité énergétique de l’Europe (PEESA) a mis un terme à l’ensemble du projet, reflétant l’incompétence technique de la Russie qui manquait de navires de pose de pipelines très complexes, et il lui a fallu plus d’un an pour adapter ses Akademik Cherskiy et Fortuna à la pose de Nord Stream 2.

De même, de nouvelles entreprises russes dans l’Arctique ont également été remises en question après le retrait des entreprises occidentales. La Russie doit de plus en plus se tourner vers de nouveaux champs gaziers dans l’Arctique, à mesure que les rendements des gisements de Sibérie occidentale diminuent, ce qui entraîne de nombreux défis techniques. Les températures extrêmes et les charges de glace exigent des techniques de construction spécialisées, capables de gérer la température de congélation du ciment, l’accumulation de glace et la stabilisation des structures dans le permafrost. Le processus de développement d’un champ pétrolier ou gazier n’est pas moins difficile, en particulier dans ces entreprises arctiques, nécessitant des navires de forage capables de forer dans le froid et de résister à la charge de glace, sans parler de la difficulté d’attirer des ingénieurs talentueux dans des régions éloignées et inhospitalières. La Russie n’est déjà plus en mesure d’utiliser les dernières innovations dans ce domaine, les navires de forage les plus récents étant équipés de systèmes de contrôle automatisés et de systèmes de purification de l’eau de la plus haute qualité qui sont désormais sous sanctions et pratiquement inutilisables.

Une autre réflexion sur la détérioration de la position stratégique de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières est le fait que tout exportateur de matières premières doit avoir la réputation d’être un fournisseur fiable de matières premières, c’est-à-dire de livrer ce qui est promis et signé, et de respecter les contrats internationaux. L’Union soviétique a construit sa réputation de partenaire fiable en fournissant du gaz même pendant les affrontements géopolitiques les plus tendus de la guerre froide, un héritage largement perpétué par la Russie dans les décennies qui ont suivi la fin de la guerre froide. Cette attitude a permis d’instaurer chez ses partenaires européens une attitude de « quoi qu’il arrive, le gaz russe doit circuler », ce qui a directement contribué à la volonté de poursuivre des projets tels que Nord Stream 1, puis Nord Stream 2. Cependant, chaque cas de militarisation de l’énergie et chaque crise gazière provoquée par le Kremlin ternit irrémédiablement la réputation de la Russie, les partenaires commerciaux comprenant désormais clairement que l’on ne peut pas compter sur la Russie en tant que producteur stable de matières premières, mais que les exportations russes sont plutôt le reflet des caprices du Kremlin et de ses priorités géopolitiques. La guerre en Ukraine a prouvé de manière irrévocable que pour tous ses partenaires commerciaux, traiter avec la Russie n’est pas différent de jouer à la roulette russe.

Ainsi, dans l’ensemble, les perspectives pour la Russie de trouver des acheteurs de remplacement pour sa production de gaz naturel après l’hiver prochain semblent très défavorables. Au-delà du « pivot vers l’Asie » – fort compromis pour les raisons exposées ci-dessus – la Russie conserve peu de marchés naturels pour ses exportations de gaz. Il est probable que les exportations de gaz russe diminueront sensiblement dans les mois et les années à venir, non pas par choix de Poutine, bien qu’il s’efforce de faire croire qu’il « retient le gaz » de manière sélective pour les pays non amis, mais parce qu’il n’aura pas d’acheteurs pour son gaz. En revanche, ses anciens partenaires commerciaux pourront aisément se procurer des sources de remplacement, bien plus facilement que Poutine ne pourra trouver des acheteurs de remplacement pour son gaz. L’Europe est déjà devenue un terrain de jeu ouvert pour d’autres producteurs de GNL, tels que le Qatar, les États-Unis et l’Australie, qui peuvent venir combler le vide pour leur plus grand profit, car ils se verront garantir une place stable sur le marché européen, tant que le gaz restera un carburant d’interim dans la transition énergétique européenne. Compte tenu de la récente décision de la Commission européenne de qualifier le gaz et le nucléaire (sous certaines conditions préalables) de sources d’énergie durables, les autres acteurs du marché du GNL sont prêts à profiter largement du sabordage par la Russie de son secteur gazier orienté vers l’exportation.

Il ne reste donc peut-être que le marché intérieur russe du gaz, mais même le marché intérieur russe de l’énergie comporte de grands points d’interrogation. De son propre aveu, la Russie n’est absolument pas préparée à la transition énergétique. Le récit présenté par les principaux politiciens russes et les cadres supérieurs des compagnies pétrolières et gazières part du principe implicite que le « remède » au changement climatique est potentiellement pire que la « maladie » elle-même, reflétant ainsi le sujet de conversation favori de Poutine qui fustige la transition énergétique et les efforts en matière de climat des autres grandes nations, non seulement de l’Occident mais aussi de la Chine. Le Kremlin affirme que « l’alarmisme climatique » et la transition énergétique sont un moyen d’attaquer les fondements économiques de la Russie. La position déclarée de la Russie repose sur l’hypothèse qu’il sera moins coûteux pour le régime de s’adapter au changement climatique, quoi qu’il arrive, plutôt que de réorienter activement l’économie vers des sources d’énergie verte. Ainsi, nous constatons dans la stratégie énergétique russe que, jusqu’en 2035, les énergies renouvelables n’atteindront que 11 % de la production totale d’électricité, même dans le scénario le plus optimiste, ce qui est loin d’être le cas de pratiquement tous les grands pays. Et même ce faible chiffre de 11 % est très douteux étant donné que tous les principaux producteurs d’éoliennes ont cessé leurs ventes en Russie après l’invasion de l’Ukraine, et que le développement des autres énergies renouvelables est tout aussi dépendant des technologies occidentales désormais sous sanctions. La stratégie énergétique russe n’aborde pas la question de savoir comment la Russie – un pétro-État – prévoit d’être compétitive sur des marchés mondiaux de l’énergie profondément transformés, d’accroître sa compétitivité dans le domaine des énergies renouvelables, et si elle souhaite rejoindre les pays du monde entier dans la transition vers l’énergie verte.

Le pétrole

Une fois de plus, la relation asymétrique entre la Russie et ses partenaires commerciaux est visible sur les marchés pétroliers – la Russie a besoin des revenus de ses exportations de pétrole bien plus que le monde n’a besoin du pétrole russe – mais pour apprécier toute la détérioration de la position stratégique de la Russie en matière de pétrole, un certain contexte historique est nécessaire.

page 17

La Russie est le troisième producteur mondial de pétrole, sa production s’élevant à 11,3 mb/j (millions de barils par jour) en janvier 2022, derrière le maximum de 12 mb/j de l’Arabie saoudite et les 17,6 mb/j des États-Unis. Environ 88 % de sa production pétrolière – soit à peu près 10 mb/j – est constituée de pétrole brut, dont 7,8 mb/j sont destinés à l’exportation. La Russie est l’un des plus grands exportateurs de pétrole brut au monde, avec environ 10 % du marché total. Environ 50 à 60 % de ses exportations de pétrole sont destinées à l’Europe de l’OCDE, et 20 % à la Chine.

Les exportations de pétrole constituent le fondement de l’économie russe, bien plus que le gaz. En 2021, les recettes des exportations de pétrole représentaient 45 % des recettes budgétaires de la Russie, soit environ trois fois plus que les recettes des exportations de gaz naturel. Les producteurs de pétrole indépendants représentent moins de 10 % de la production pétrolière russe, et le rôle de l’État et des entreprises publiques s’est considérablement accru au fil du temps à partir de points de départ déjà élevés, la Russie ayant pour objectif d’abandonner les gisements de Sibérie occidentale en voie d’épuisement au profit de nouveaux projets dans la péninsule de Yamal et dans l’Arctique. Bien entendu, il n’est guère surprenant que l’État veuille jouer un rôle de plus en plus important dans le secteur pétrolier – non seulement, à en croire les rumeurs, Poutine suit de très près les marchés pétroliers, mais la Russie ne produit au total que 3 % du PIB mondial tout en étant le troisième producteur de pétrole. En un mot, ce sont le pétrole et le gaz qui font de la Russie un acteur important de l’économie mondiale.

Historiquement, Poutine lui-même a profité du super-cycle des matières premières des années 2000 et de la hausse des prix du pétrole pour accroître son pouvoir et son prestige, en vue d’établir plus fermement son emprise sur la Russie. Les prix du pétrole sont passés de 30 dollars américains le baril en 2003 à 147,30 dollars en juillet 2008. De 1999 à 2000, les exportations d’énergie ont représenté quelque 90 % de la croissance totale du PIB de la Russie. La Russie a pu multiplier par huit la valeur de ses exportations de pétrole entre 2000 et 2012. Grâce à cette manne pétrolière, due à la hausse des prix et des volumes d’exportation, la Russie a pu remplir les coffres de son fonds souverain tout en mettant de côté des centaines de milliards de réserves de change.

Alors que les Russes ont prospéré grâce à cette manne pétrolière, Poutine a pu consolider et nationaliser progressivement des portions importantes du secteur pétrolier dans son intérêt personnel et pour renforcer son pouvoir. Il a progressivement éliminé les oligarques du secteur pétrolier et gazier qui posaient problème et les autres menaces à son pouvoir à l’aide d’un mélange de coups tordus, d’extorsions et d’assassinats. Lorsque Poutine a pris le pouvoir, l’État avait perdu une bonne partie de son contrôle sur l’industrie pétrolière et gazière après la privatisation infâme et corrompue du secteur pétrolier et gazier sous Boris Eltsine dans les années 1990, qui a donné naissance à une nouvelle vague d’oligarques milliardaires. La tristement célèbre nationalisation de Yukos, le géant pétrolier de l’oligarque dissident Mikhaïl Khodorkovski, et le simulacre de procès politique qui s’en est suivi ont fermement rétabli l’emprise de Poutine sur l’industrie pétrolière et sur la Russie, mais ces épisodes n’ont pas rompu les liens entre les grandes compagnies pétrolières occidentales et la Russie. La perspective d’exploiter les richesses pétrolières de la Russie était tout simplement trop attrayante pour qu’on la laisse passer, malgré les turbulences politiques. ExxonMobil a poursuivi sa participation à la coentreprise Sakhaline-1, similaire à la coentreprise de BP avec TNK ; en 2005, Gazprom a racheté Sibneft à Roman Abramovich, et en 2013, Rosneft a racheté TNK-BP. En 2013, Rosneft détenait environ 40 % du marché pétrolier russe et, avec Gazprom Neft et Slavneft, contrôlés par l’État, la part du marché contrôlée par l’État s’élevait à plus de 50 % – un renversement rapide de la situation par rapport à la fin des années 1990, lorsque le contrôle de l’État sur le pétrole et le gaz avait diminué.

Fort de ce nouveau contrôle sur le secteur pétrolier, Poutine a commencé à utiliser l’approvisionnement en pétrole comme une arme pour rétablir sa position dans ce que l’on appelle « l’étranger proche », comme on l’a vu au moment de la crise hivernale de 2008-2009, lorsqu’il ferme le robinet du gaz à l’Ukraine. Le pétrole, en raison de sa fongibilité et de son degré de mondialisation, est plus difficile à utiliser comme arme, mais cela n’a pas découragé Poutine : en effet, les Russes ont essayé de tirer parti de l’approvisionnement en pétrole pour s’emparer de la Lettonie et de la Lituanie dans les années 2000, dans plusieurs épisodes peu connus mais significatifs.

Au début des années 2000, le port letton de Ventspils, qui était relié aux oléoducs russes de Transneft par une branche nord de l’oléoduc Druzhba, était le port qui exportait les plus gros volumes de pétrole et de gazole russes – 14,9 millions de tonnes et 7 millions de tonnes, respectivement. En 2003, une délégation du Conseil russe des hommes d’affaires et des entrepreneurs a présenté un ultimatum de facto : il n’y aurait plus d’exportations de pétrole russe via Ventspils à moins que le gouvernement letton ne vende sa part dans le port qui traitait le pétrole russe. Malgré la hausse des prix du pétrole et les marges élevées sur les exportations de pétrole russe, le gouvernement russe a décidé d’interrompre certaines de ses exportations via Ventspils pour faire pression sur la Lettonie. Les objectifs de ce coup de force ont été directement exprimés par Gleb Pavlovskiy, le chef d’état-major de l’administration présidentielle russe, qui a présenté les objectifs suivants dans un mémorandum : prendre le contrôle du complexe de transit pétrolier letton, encourager et développer les politiciens lettons fidèles au Kremlin, et défendre les « non-citoyens » russophones supposés de Lettonie en leur accordant la citoyenneté et le droit de vote. En fin de compte, les Lettons n’ont pas accepté les exigences russes, et la situation est restée largement non résolue – un signe mineur mais précurseur des choses à venir, bien qu’à une échelle beaucoup plus grande et destructrice. Cet exemple a montré la détermination manifeste du Kremlin à renoncer aux bénéfices à court terme – et sa volonté d’utiliser les exportations de pétrole comme moyen de pression– afin d’atteindre l’objectif de former une « société transnationale russe ». Des menaces similaires concernant le pétrole, ainsi que le sabotage industriel des installations pétrolières, ont été proférées à l’encontre de la Lituanie lorsque la major pétrolière polonaise PKN Orlen S.A. a acquis la seule raffinerie de pétrole des États baltes à Mazeikiai.

Ces premiers cas d’utilisation du pétrole comme moyen de chantage par la Russie reflètent l’imprudence de Poutine, qui s’est engagé dans des aventures géopolitiques menaçant l’avenir de l’industrie pétrolière, et notamment la capacité de la Russie à poursuivre son exploitation pétrolière. Des sanctions sur l’industrie du transfert de technologie pétrolière ont été introduites en 2014 à la suite de l’incursion en Crimée, compromettant gravement la capacité à long terme de la Russie à développer ses champs pétroliers, en particulier ses réserves de pétrole non conventionnel. Les provisions de prêts et de fonds propres dont l’échéance est supérieure à 90 jours (puis réduite à 60 jours) ont été limitées pour Rosneft, Novatek, Transneft et Gazprom Neft par les États-Unis, et des mesures similaires ont été introduites par l’UE. En outre, la fourniture d’équipements utilisés pour l’extraction du pétrole sur le plateau continental, dans l’Arctique et dans les projets de schiste a été interdite. Les sanctions concernaient également certaines parties des plates-formes de forage, les pièces destinées au forage horizontal et les équipements maritimes adaptés à l’Arctique – soit pratiquement tous les composants utilisés par l’industrie de l’exploration en amont. Néanmoins, certaines entreprises internationales du secteur de l’énergie sont restées en Russie (Conoco a été une exception majeure) et ont poursuivi leur développement légal en dehors du champ d’application des sanctions, bien qu’à un rythme ralenti. En partie à cause de cette infériorité technologique imposée, la Russie ne dispose pas d’une flotte de fracturation hydraulique, ce qui signifie qu’elle doit développer des projets nouveaux plus coûteux dans l’Arctique pour continuer à peser sur le marché mondial et maintenir ses niveaux de production de pétrole.

Même à un niveau technologiquement inférieur, la Russie poursuit sa politique en matière de pétrole, que certains analystes ont qualifié de moment Kodak de la Russie, car elle ne procède qu’à des simulacres de diversification et d’innovation.

Sur le long terme de la production pétrolière russe on prévoit un déclin sévère des entreprises greenfield dans les nouveaux projets gaziers de l’Arctique et – dans le scénario de base – un taux modéré de déclin des brownfields de 2 à 3 % par an. Toutefois, à mesure que les gisements entrent dans leurs dernières années de production, que les sociétés énergétiques occidentales ne sont pas remplacées par des partenaires chinois ou indiens et que la qualité de l’entretien diminue, il est fort possible, voire probable, que le déclin soit beaucoup plus marqué. Un taux d’épuisement de 6 % se situe dans la fourchette communément admise d’un déclin pondéré de la production de tous les champs pétrolifères mondiaux existants. Les scénarios sont eux-mêmes assez prudents, puisque même le ministère russe des finances prévoit que la Russie pourrait voir sa production de pétrole chuter de 9 à 17 % en 2022, les sanctions occidentales et le départ des compagnies pétrolières internationales compliquant l’extraction et réduisant la demande, un taux qui pourrait vraisemblablement être extrapolé chaque année tant que les sanctions seront en vigueur.

Les conséquences du déclin des champs pétrolifères russes sont essentielles pour l’avenir de la Russie en tant que superpuissance énergétique, et plus particulièrement pétrolière. Dans l’hypothèse d’un scénario de déclin de +4% des champs bruns, ce qui est très probable compte tenu d’une confluence de facteurs : manque de capitaux et de savoir-faire étrangers, difficultés technologiques croissantes pour accéder aux gisements de l’Arctique, retrait des entreprises énergétiques occidentales, et augmentation des coûts d’exploitation de nouveaux gisements, la Russie pourrait voir sa capacité de production de pétrole à long terme diminuer jusqu’à environ 6 mb/j d’ici la fin de la décennie. Il reste certes une quantité non négligeable, mais bien loin de la production actuelle de la Russie et de ses illusions passées de production croissante. L’incapacité de la Russie à accroître sa production de pétrole serait paralysante : non seulement le pays perdrait une grande partie de son influence géopolitique mondiale, mais, à mesure que le pouvoir d’achat des acquéreurs de pétrole augmenterait face à la Russie, que les revenus russes chuteraient, que la quantité produite et, potentiellement, le prix du brut de l’Oural baisseraient, du moins par rapport à d’autres bruts, le budget russe serait confronté chaque année à des déficits budgétaires chroniques – ce qui susciterait lieu le mécontentement de la population.

Ces prévisions pessimistes à long terme concernant la production pétrolière russe ont été en grande partie éclipsées par l’attention excessive que les pays occidentaux portent à la hausse du prix du pétrole et à un supposé déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers à court terme. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un sujet crucial et important qui requiert l’attention des décideurs occidentaux et de leurs électeurs, mais une analyse approfondie révèle que les discours communément admis sur un prétendu  déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers résultant de la perte du pétrole russe sont tout simplement faux.

Ces prévisions pessimistes à long terme concernant la production pétrolière russe ont été en grande partie perdues dans l’attention excessive que les pays occidentaux portent à la hausse du prix du pétrole et à un supposé déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers à court terme. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un sujet crucial et important qui requiert l’attention des décideurs occidentaux et de leurs électeurs, mais une analyse approfondie révèle que les récits conventionnels concernant un déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers résultant de la perte du pétrole russe sont tout simplement faux.

Toutes choses étant égales par ailleurs, il pourrait très bien exister une capacité de production potentielle supplémentaire parmi les membres de l’OPEP, jusqu’à présent inhibée par des raisons politiques, sécuritaires et techniques. Si ces obstacles peuvent être surmontés, on peut raisonnablement s’attendre à ce que les États membres de l’OPEP augmentent leur production – à court terme pour compenser la majeure partie de l’écart entre l’offre et la demande, estimé à 6 mb/j, et à moyen et long terme pour remplacer la baisse de la capacité de production de pétrole russe. En effet, malgré les affirmations de l’Arabie saoudite, le poids lourd de l’OPEP – selon lesquelles il ne reste que peu ou pas de capacité de réserve, l’Arabie saoudite a atteint sa capacité maximale de 12,3-13 mb/j au début de 2020, mais n’a pas pompé plus de 9 mb/j après février 2022, malgré les appels des États-Unis à augmenter la production plus rapidement. L’Arabie saoudite est également connue pour avoir annoncé des hausses de production allant jusqu’à 3 mb/j pratiquement du jour au lendemain dans le passé, mais elle affirme avoir beaucoup de mal à augmenter sa production, ne serait-ce que de quelques centaines de milliers de barils supplémentaires par rapport à ce qui était prévu. Et tout cela ne concerne que la production pétrolière actuelle et future : on oublie souvent que l’Arabie saoudite dispose de ses propres stocks de pétrole brut et de sa propre réserve stratégique de pétrole, qu’elle a apparemment exploités généreusement en 2019 sous la pression de l’administration Trump en faveur d’une baisse des prix du pétrole, mais pas cette année.

Mais les pressions sur les prix à court terme auxquelles l’Occident est confronté, indépendamment des faits sous-jacents du supposé déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers, font pâle figure face à l’ampleur des défis auxquels la Russie est confrontée à court terme sur les marchés pétroliers.

En réponse à la chute soudaine de la demande de pétrole en Europe, la Russie vise à pivoter vers l’Est, comme elle le fait pour le gaz. Comme il s’agit d’une matière première plus fongible, un pivot vers l’Est pour le pétrole est moins difficile sur le plan logistique que pour le gaz naturel du point de vue de la Russie, mais pas plus bénéfique. Même avant les sanctions officielles de l’UE et des États-Unis, les importateurs et les négociants en matières premières occidentaux évitaient largement d’acheter du pétrole russe, non seulement pour des problèmes d’image, mais aussi de la difficulté à obtenir une assurance maritime et un financement, notamment après que Shell a été critiqué pour avoir acheté du pétrole russe à prix réduit.

page 18

Seulement 39 % des exportations de pétrole de la Russie ont été dirigées vers Asie l’année dernière, mais ce chiffre a probablement augmenté cette année – même si le Kremlin n’a publié aucune statistique sur les exportations d’énergie depuis le début de l’invasion, les statistiques publiées par la Chine indiquent que celle-ci a augmenté ses achats de pétrole russe de manière assez significative. Même ainsi, les menaces selon lesquelles la Russie réorientera la majorité de ses exportations de pétrole auparavant destinées à l’Occident sont largement creuses. La Russie est plus dépendante de ses clients occidentaux que l’Occident ne l’est face au pétrole russe – comme le montrent la capacité de production des pays de l’OPEP et les mesures potentielles de réduction de la demande. Il est pratiquement impossible que la Chine et l’Inde puissent accepter ensemble quelque 6 mb/j en l’espace d’un an. En effet, les premiers rapports basés sur les données de juillet 2022 suggèrent que la Chine et l’Inde ont déjà du mal à absorber le nouvel excédent de pétrole russe, les nouveaux achats de juillet ayant sensiblement diminué par rapport aux pics établis en avril et mai. L’interdépendance asymétrique de la Russie vis-à-vis de ses partenaires commerciaux confère un important pouvoir de négociation à l’UE et aux États-Unis.

En outre, les quantités légèrement plus élevées de pétrole russe achetées par la Chine et l’Inde le sont à un prix nettement inférieur, le pétrole de l’Oural russe se négociant avec la plus forte décote jamais enregistrée par rapport à la référence Brent, soit une différence de prix énorme de 35 dollars, même si le pétrole de l’Oural et le Brent se négociaient en grande partie à des prix comparables avant l’invasion. La Russie reste un producteur dont les coûts sont relativement élevés par rapport aux autres grands producteurs de pétrole –  l’Arabie saoudite et les États-Unis – et toute pression sur les marges sera donc durement ressentie par la Russie. L’écart de prix entre l’Oural et le Brent se creuserait certainement encore plus si les alliés occidentaux parvenaient à mettre en œuvre un plafond de prix potentiel dans la fourchette de 40 à 60 dollars, comme cela a été rapporté récemment, car la Chine et l’Inde augmenteraient leurs exigences étant donné ce plancher bas.

page 19

En résumé, le paysage des exportations de matières premières est déjà bien plus sombre pour la Russie qu’on ne le pense généralement. Non seulement les revenus totaux du pétrole et du gaz ont diminué de plus de plus de la moitié en mai par rapport au mois précédent, selon les propres chiffres du Kremlin, et le dernier mois pour lequel le Kremlin a publié ses statistiques autrefois régulières sur les exportations de matières premières, mais même au-delà de tout indicateur spécifique ou de tout compte unique, le positionnement stratégique à long terme de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières s’est détérioré de façon spectaculaire. Malgré les fanfaronnades sur la « résilience économique de la Russie » ou la propagande de Poutine sur la façon dont les industries pétrolières et gazières russes ont pu relever le défi des sanctions occidentales, la vérité est que la Russie est confrontée à des défis existentiels sur ses marchés pétroliers – avec un ensemble d’acheteurs mondiaux qui diminue rapidement. L’isolement de la Russie par rapport à l’Occident a réduit à néant son pouvoir stratégique dans les négociations avec la Chine et l’Inde, des acheteurs notoirement soucieux des prix qui conservent des liens étroits avec d’autres grands exportateurs de matières premières. Ces pays n’ont jamais hésité à exploiter les pays parias sanctionnés, la Chine étant connue pour conclure régulièrement des accords pétroliers avec des pays tels que l’Iran et le Venezuela avec des remises massives. Plus important encore, pour mettre en œuvre le « pivot vers l’est », Poutine doit s’appuyer sur des technologies allant du schiste à la construction de pipelines en passant par le développement de l’Arctique. Avec le retrait de Rosneft et des partenaires internationaux de Gazprom, les géants russes de l’énergie n’ont plus aucun espoir d’exploiter les énormes réserves de pétrole et de gaz de la Russie, en particulier en Sibérie et dans l’Arctique, et d’acheminer réellement ces produits sur le marché. À court terme, cela signifie que la Russie perd des recettes fiscales cruciales et qu’elle perd sa crédibilité et sa fiabilité au niveau mondial en tant que membre de l’alliance OPEP+ – réduite à quémander des achats chinois et indiens à un taux fortement réduit. À moyen et à long terme, le désavantage technologique de la Russie et son incapacité à accéder aux marchés mondiaux entraîneront presque certainement un déclin spectaculaire de la production pétrolière – qui, selon certains scénarios, atteindra environ 6 millions de barils par jour d’ici quelques années – paralysée par le manque d’investissements, de technologies et de savoir-faire internationaux. La paralysie de l’industrie pétrolière russe, qui représente la part la plus importante des revenus de la Russie, réduirait à son tour l’économie russe à l’ombre d’elle-même.

Cuivre

Comme nous l’avons vu dans les deux sections précédentes, la Russie est perdante à mesure que les marchés mondiaux de l’énergie se recomposent, la position stratégique de la Russie se détériorant rapidement. La faiblesse stratégique de la Russie en tant qu’exportatrice de matières premières en déclin est encore exacerbée par le fait que la Russie reste un exportateur marginal, dans le meilleur des cas, de la plupart des métaux industriels, en particulier le cuivre, qui est largement considéré comme un indicateur de la santé économique mondiale sous le nom de « Dr Copper ». Le cuivre est particulièrement important pour la transition énergétique, et l’incapacité de la Russie à exploiter ses réserves de cuivre et son retard en matière de développement des énergies renouvelables ne l’ont pas bien positionnée sur les marchés du cuivre dans les années à venir.

La chaîne de valeur du cuivre est très concentrée, au détriment de la Russie. Deux pays sont responsables d’environ 38 % de la production minière : le Pérou et le Chili. Ce dernier est connu pour posséder les réserves les plus importantes au monde, soit environ 23 % des réserves mondiales. Selon l’US Geological Survey (USGS), les réserves de cuivre russes sont estimées à seulement 7% des réserves mondiales. La production minière, qui correspond généralement à la taille des réserves, place la Russie à la 8e place avec environ 4 % de la production minière mondiale, ce qui signifie que la part déjà mineure des réserves mondiales de la Russie est considérablement sous-exploitée – en partie en raison de l’investissement en capital important et du capital technologique requis pour exploiter avec succès une mine de cuivre, deux éléments qui font défaut en Russie. La transformation du cuivre a une composition géographique différente, la Chine étant en tête pour la fonte et le raffinage.

La demande de cuivre devrait fortement s’accélérer dans les années à venir, au détriment de la Russie – sur plusieurs fronts. Les principaux moteurs de la croissance de la demande de cuivre au cours des deux dernières décennies ont été la production industrielle dans les pays développés ainsi que le super cycle des matières premières associé à la croissance économique, à l’urbanisation rapide, à la construction et au développement de la Chine (et des autres pays BRICS). En particulier, le cuivre est utilisé dans la construction de bâtiments, les appareils électroménagers, l’équipement électrique, les objets en laiton, et les téléphones portables, ainsi que dans des applications en expansion dans les communications, le traitement et le stockage des données.

À l’avenir, cependant, le cuivre est en passe de devenir encore plus important pour la chaîne d’approvisionnement énergétique, en particulier. L’accès au cuivre, parmi d’autres minerais  rares critiques, est crucial pour le succès de la transition énergétique et pour atteindre les objectifs d’émission zéro. Le cuivre sera essentiel à la production de voitures électriques, de batteries, à la production d’énergie verte (y compris les panneaux photovoltaïques et les éoliennes), ainsi qu’à la transmission et à la distribution d’électricité. Une augmentation de la demande de cuivre liée au complexe énergétique n’est pas de bon augure pour la Russie.

La Russie n’est pas au cœur de la chaîne de valeur du cuivre – et le cuivre n’a jamais représenté une proportion significative des revenus de la Russie provenant des exportations d’énergie. Non seulement la Russie ne possède pas une part significative des réserves mondiales de cuivre, mais les réserves qu’elle possède sont déjà sous-exploitées. Il est peu probable que cela change, même si les prix devaient augmenter, comme beaucoup le prévoient.

Compte tenu du retrait massif des multinationales de Russie, notamment des fournisseurs de machines et d’équipements miniers, on peut s’attendre à un ralentissement significatif de la croissance de la capacité de production de la Russie, quelle que soit l’évolution des prix du cuivre. L’ouverture prévue des projets miniers d’Ak-Sug et de Malmyzhskoye, qui ajouteraient respectivement 120 000 et 250 000 tonnes métriques de capacité annuelle d’ici 2026, a déjà été remise en question. Bien qu’il soit difficile d’estimer les effets à long terme à ce stade, il est très probable que la Russie, malgré ses réserves, ne bénéficiera pas de manière significative de l’augmentation sans précédent de la demande de cuivre et d’autres métaux critiques qui s’annonce.  L’ouverture de nouvelles mines de cuivre prend plus d’une décennie, même selon les estimations les plus optimistes, et ces investissements à long cycle et à forte intensité de capital nécessitent non seulement une technologie occidentale de pointe, mais aussi un environnement politique stable pour que les bailleurs de fonds puissent investir avec patience. Même si la Russie se préparait à augmenter sa production de cuivre aujourd’hui – ce qui n’est pas le cas, car l’électrification n’est guère compatible avec le discours politique de Poutine vilipendant la transition énergétique – la Russie n’aurait pas d’augmentation significative de sa capacité avant au moins une décennie, voire plus. En outre, sans accès aux multinationales et aux technologies minières innovantes, il est peu probable que la Russie puisse augmenter le taux d’utilisation de ses capacités dans les projets existants ou accroître le taux de recyclage, ce qui empêcherait une augmentation de la production primaire et secondaire. Les principaux pays consommateurs de cuivre, à savoir la Chine, s’approvisionnent déjà en cuivre auprès de partenaires d’Afrique et d’Asie centrale sans même considérer la Russie comme une source potentielle de nouvelle production de cuivre.

III. La chute des importations russes illustre la faiblesse asymétrique des relations économiques mondiales de la Russie

Le principe de l’interdépendance asymétrique – et la détérioration du positionnement stratégique de la Russie – s’applique à toutes les facettes des relations commerciales mondiales de la Russie. La section 2 s’est attachée à explorer en profondeur le rôle de la Russie en tant qu’exportateur de matières premières – compte tenu de l’importance des exportations de matières premières pour financer le budget du gouvernement russe et, partant, les capacités de guerre de la Russie – mais le rôle important joué par les importations au sein de l’économie nationale russe a moins attiré l’attention. Les importations représentent environ 20 % du PIB russe et l’économie nationale est largement tributaire des importations dans tous les secteurs et dans toute la chaîne de valeur, à quelques exceptions près, malgré les illusions belliqueuses de Poutine sur l’autosuffisance totale.

page 21

Les importations n’ont pas été l’objet d’une grande attention en dehors de la Russie pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si elles sont essentielles à la consommation et à la production russes, et donc à la vie quotidienne des Russes, elles ne le sont pas en tant que source de revenus pour l’État russe. Les droits de douane perçus sur les importations représentent une part minuscule du budget russe, et la plupart des économistes, décideurs et analystes se sont concentrés sur la principale source de revenus de la Russie – les exportations de produits de base – plutôt que sur les importations russes, malgré leur importance sur le plan intérieur.

Deuxièmement, les chercheurs sont une fois de plus limités par le manque de données disponibles. Rosstat a cessé de publier des données régulières sur les importations, et la Russie ne publie plus non plus aucune sous-composante des données commerciales. Ainsi, toute estimation des importations réelles en Russie doit être réalisée en utilisant les données commerciales des partenaires commerciaux de la Russie plutôt que des sources de données russes.

Troisièmement, le peu d’attention accordée aux importations s’est concentré de manière disproportionnée sur les fuites qui subsistent. Il ne fait aucun doute que les importations en Russie n’ont pas été réduites à zéro. Notre propre liste Yale CELI des entreprises qui ont réduit leurs opérations en Russie compte encore plusieurs centaines d’entreprises classées « F » – ce qui signifie qu’elles font essentiellement comme si de rien n’était en Russie, sans se laisser décourager par le retrait de plus de 1000 de leurs homologues mondiaux. Lorsque le sujet des importations russes attire un tant soit peu l’attention, c’est généralement pour pointer les entreprises qui continuent à faire des affaires en Russie et qui fournissent des importations à ce pays. Bien que cela soit évidemment important, les exemples anecdotiques sélectifs d’entreprises qui continuent à expédier des produits en Russie ne rendent pas compte de l’ensemble de la situation.

Dans l’ensemble, le flux des importations en Russie a considérablement ralenti au cours des mois qui ont suivi l’invasion. Un examen des données commerciales des principaux partenaires commerciaux de la Russie – puisque, là encore, le Kremlin ne publie plus ses propres données sur les importations – suggère que les importations russes ont chuté de plus de 50 % au cours des premiers mois qui ont suivi l’invasion. Malgré le secret du Kremlin, même la Banque centrale de Russie le reconnaît. Dans un discours prononcé par le gouverneur de la Banque de Russie, Elvira Nabiullina, il y a deux mois, cette dernière a concédé :

« Aujourd’hui, presque toutes les entreprises connaissent des perturbations dans les chaînes de production et de logistique et dans leurs règlements avec des contreparties étrangères. Nous recevons ces informations de nos branches régionales. Cela dit, la demande intérieure est toujours active, le besoin de marchandises demeure. En raison de la contraction des importations et de la fermeture de certains marchés étrangers, cette demande s’orientera de plus en plus vers les biens produits en Russie. Dans la situation actuelle, il est essentiel de rétablir l’offre le plus rapidement possible. Les entreprises ont déjà commencé à rechercher de nouvelles opportunités, notamment de nouveaux marchés cibles et de nouveaux fournisseurs d’équipements, de technologies et de composants pour la fabrication. Auparavant, il n’était pas rentable de produire certains biens à l’intérieur du pays, alors que maintenant cela devient plus intéressant pour les entreprises. C’est ainsi que l’économie s’adapte à l’évolution des conditions, ce qui implique inévitablement des modifications des prix relatifs dans l’économie et une hausse temporaire de l’inflation….Les conditions du commerce extérieur constituent la principale incertitude face à la pression croissante des sanctions. Les restrictions imposées affectent une part considérable des exportations et des importations. Outre les sanctions officielles, les décisions des entreprises étrangères de suspendre leurs activités sur le marché russe peuvent également avoir un impact négatif important sur la situation. »

Comme l’a souligné Mme Nebiullina, l’industrie manufacturière russe, tous secteurs confondus, est largement tributaire de composants importés ; et si les entreprises russes disposent toujours, dans une large mesure, des fonds nécessaires pour payer les importations, elles sont confrontées à d’importants obstacles pour s’approvisionner effectivement en importations, en raison du manque de partenaires commerciaux disposés à le faire, y compris les anciens partenaires commerciaux chinois.

Dans les premiers jours du départ du monde des affaires en Russie, alors que des centaines d’entreprises occidentales se sont empressées de quitter la Russie, les auteurs – qui ont été submergés de demandes de renseignements de la part des médias en raison de la proéminence de la liste Yale CELI des entreprises réduisant leurs activités en Russie – se sont souvent vu demander si les entreprises chinoises se précipiteraient pour occuper les places laissées vacantes par les entreprises occidentales. De nombreux observateurs naïfs ont fait remarquer avec cynisme que la retraite des entreprises serait inutile, car les entreprises chinoises se réjouiraient de l’occasion qui leur serait donnée de faire davantage d’affaires en Russie, et l’économie russe n’en perdrait pas une miette. Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé, bien au contraire.

En fait, selon les récentes publications mensuelles de l’Administration générale des douanes de Chine, qui tient à jour des données détaillées sur le commerce chinois avec une ventilation détaillée des exportations vers les différents partenaires commerciaux, les exportations chinoises vers la Russie ont chuté de 50 % entre le début de l’année et avril, passant de plus de 8 milliards de dollars par mois à la fin de 2021 à moins de 4 milliards de dollars en avril. Cela confirme nos observations anecdotiques de plusieurs banques chinoises retirant tout crédit et financement de la Russie après le début de l’invasion, y compris l’ICBC, la New Development Bank et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, en plus des géants de l’énergie tels que Sinochem qui suspendent tous les investissements et co-entreprises russes.

page 22

L’explication de la réticence de la Chine réside, une fois encore, dans la nature asymétrique des relations de la Russie avec ses partenaires commerciaux. Même en ce qui concerne les importations, il est clair que la Russie a besoin de ses partenaires commerciaux bien plus que ses partenaires commerciaux n’ont besoin d’elle – et la dynamique du pouvoir est loin d’être équilibrée.

page 23

Ce déséquilibre est mis en évidence lorsque la proportion des importations que la Russie tire de la Chine est comparée à la proportion des exportations que la Chine envoie en Russie. La Russie ne figure même pas parmi les dix premières destinations des exportations chinoises ; rien qu’en 2021, la Chine a exporté pour plus de 500 milliards de dollars de biens et de services vers son principal partenaire commercial, les États-Unis, ce qui représente dix fois le montant des biens qu’elle a envoyés en Russie (72 milliards de dollars). D’autre part, la Chine représente de loin la plus grande source d’importations de la Russie ; en fait, les 72 milliards de dollars d’importations que la Russie tire de la Chine représentent près de trois fois le montant des importations que la Russie tire de son deuxième plus grand partenaire, l’Allemagne (27 milliards de dollars), et cinq fois le montant des importations que la Russie tire de son troisième plus grand partenaire, les États-Unis.

Compte tenu de la proportion extrêmement faible des exportations chinoises vers la Russie par rapport aux relations commerciales de la Chine avec les États-Unis et l’Europe, il est clair que la plupart des entreprises chinoises craignent beaucoup plus de perdre l’accès aux marchés américains et européens en se heurtant aux sanctions américaines et en entrant en collision avec des entreprises américaines que de perdre les parts de marché qu’elles détenaient en Russie. Les dangers de perdre l’accès à la technologie américaine sont déjà évidents du point de vue de la Chine. Lorsque les États-Unis ont imposé des restrictions à l’exportation aux entreprises de télécommunications chinoises Huawei et ZTE en 2020, celles-ci n’ont pas pu s’approvisionner en micropuces avancées et ont vu leurs activités liées aux smartphones dépendant des puces diminuer massivement – un sort qu’aucune entreprise chinoise ne souhaite subir en s’exposant aux sanctions américaines liées à la Russie.

La Chine est l’exemple le plus marquant, mais d’autres partenaires commerciaux se sont montrés tout aussi réticents à exporter vers la Russie. En fait, il semble que les exportations vers la Russie en provenance des pays participant aux sanctions et pays non  participant aux sanctions se soient effondrées à un rythme à peu près comparable dans les mois qui ont suivi l’invasion. Une analyse a révélé que les pays non participant aux sanctions ont vu leurs exportations vers la Russie chuter de 40 % en moyenne, tandis que les pays participant aux sanctions ont vu leurs exportations chuter de 60 % en moyenne, ce qui reflète la position économique défavorable dans laquelle se trouve la Russie vis-à-vis de pratiquement tous ses partenaires commerciaux, quelle que soit la rhétorique politique.

De nombreux économistes russes évoquent la nécessité de trouver de nouveaux partenaires commerciaux et d’élargir l’éventail des pays dont la Russie importe des produits manufacturés, mais la réalité est qu’il existe peu de partenaires potentiels désireux de s’engager dans une relation économique avec la Russie, et que ceux qui sont enclins à aider n’ont tout simplement pas le niveau technologique ou l’envergure économique nécessaires pour remplacer les importations perdues de la Russie. Par exemple, le Belarus a proposé »d’aider la Russie à obtenir des substituts aux puces électroniques occidentales et asiatiques« , mais le Belarus, qui n’est pas connu pour être un centre technologique, n’a tout simplement pas les capacités technologiques nécessaires pour remplacer les anciens partenaires occidentaux de la Russie. Et malheureusement pour le Belarus, il ne peut pas se contenter d’importer des technologies occidentales et de les rebaptiser « bélarussiennes » pour les envoyer en Russie, car le Belarus fait également l’objet de sanctions de la part des États-Unis et de l’Union européenne, avec des contrôles stricts des exportations qui étranglent le flux de marchandises vers ce pays. Le fait qu’en cherchant de nouveaux partenaires d’importation, Poutine se limite en grande partie à des pays qui lui sont politiquement alliés – et qui sont beaucoup plus faibles économiquement – montre qu’en utilisant le commerce comme une arme, Poutine a irrévocablement détruit sa crédibilité en tant que partenaire commercial aux yeux de nombre de ses anciens partenaires commerciaux. Le refus d’assurer les livraisons prévues par contrat, en tant que producteur, sape l’ensemble du système contractuel sur lequel repose le commerce mondial.

La chute brutale des importations russes a, sans surprise, entraîné des difficultés croissantes sur les fronts de la consommation et de la production nationales. Une enquête menée par la Banque centrale de Russie a révélé que plus des deux tiers des entreprises interrogées ont rencontré des problèmes d’importation et que les fabricants, en particulier, ont signalé une pénurie de matières premières, de pièces et de composants. Il n’est pas surprenant que l’accent ait été mis sur la substitution des importations – un sujet analysé plus en détail dans la section IV. Mais en bref, cela n’a pas porté ses fruits. Malgré les efforts désespérés des entreprises russes pour trouver une production alternative et réorienter les chaînes d’approvisionnement vers des substituts nationaux, selon une enquête de l’Institut russe Gaidar pour la politique économique, 81% des fabricants ont déclaré ne pas pouvoir trouver de versions russes des produits importés dont ils ont besoin, et plus de la moitié d’entre eux sont « très insatisfaits » de la qualité de la production nationale, même lorsque des substituts nationaux peuvent être trouvés.

En bref, la chute des importations russes a gravement entravé l’économie nationale russe, avec des conséquences dévastatrices pour la consommation et la production intérieures, comme l’explique plus en détail la section IV. Si les étrangers se concentrent souvent davantage sur les exportations russes que sur les importations russes, l’importance de ces dernières ne saurait être sous-estimée : après tout, non seulement les importations représentent environ 20% du PIB russe, contre seulement 16% en Chine et encore moins dans d’autres économies comparables comme l’Inde et le Brésil, mais en outre, en 2021, les importations représentaient 75% des biens de consommation non alimentaires sur le marché de détail russe ; et dans certains secteurs, cette part était encore plus élevée, atteignant 86% pour les équipements de télécommunications, par exemple. Le fait que le flux des importations russes ait été sévèrement limité – même s’il n’a pas été complètement étouffé – reflète la diminution de la position mondiale de la Russie et l’affaiblissement de son influence économique, ce qui renforce encore la nature asymétrique des relations commerciales de la Russie, tant au niveau des exportations que des importations. En bref, la Russie a besoin des marchés mondiaux bien plus que le reste du monde n’a besoin des marchés russes.

Il ne fait aucun doute qu’il reste du travail à faire : après tout, il y a encore trop d’entreprises « F » qui poursuivent leurs activités comme si de rien n’était, en envoyant des produits manufacturés, des intrants, des pièces détachées et d’autres marchandises en Russie, même si la plupart des entreprises internationales crédibles ne veulent pas se mettre en travers des sanctions en fournissant des pièces et des marchandises à la Russie. Mais il est également clair que les importations russes se sont déjà contractées de manière significative, avec des répercussions sur l’économie nationale. L’impact de cette baisse des importations russes apparaît encore plus clairement si l’on analyse la consommation et la production intérieures russes.

IV. La faiblesse des données sur la consommation et la production intérieures russes montre que la substitution des importations n’est pas possible

L’économie intérieure russe reste, à bien des égards, une sorte de boîte noire pour de nombreux observateurs extérieurs. Les multiples analyses occidentales de la consommation et de la production intérieures sont trop tributaires des publications officielles de Rosstat qui, comme nous l’avons vu dans la section I, sont blanchies et triées sur le volet afin de sélectionner les statistiques les plus favorables tout en occultant celles qui ne servent pas la propagande du Kremlin.

La question de savoir comment la consommation et la production intérieures russes tiennent le coup face au repli des entreprises et aux sanctions est d’une importance cruciale. Si les mesures de la comptabilité nationale et de la force macroéconomique, telles que les évaluations des recettes d’exportation russes, sont d’une importance cruciale pour Poutine et le Kremlin – et par extension, pour les capacités de combat de la Russie -, de nombreux citoyens russes moyens sont plus directement confrontés à l’impact économique de la guerre à travers la consommation et de production intérieures quotidiennes. Ainsi, dans la mesure où les citoyens russes sont une partie prenante importante pour le gouvernement russe, la force (ou plus exactement la faiblesse) de la consommation et de la production intérieures peut avoir une influence considérable sur la capacité de la Russie à résister à la dévastation économique infligée par le retrait des entreprises et les sanctions.

La consommation et la production intérieures sont particulièrement importantes compte tenu des difficultés généralisées que rencontrent les entreprises russes pour obtenir des importations russes, comme nous l’avons vu à la section III. Le moral à zéro des producteurs russes qui sont incapables de se procurer des fournitures et des intrants est reflété par de nombreux rapports anecdotiques provenant de Russie. Comme l’a déclaré la secrétaire d’État au commerce, Gina Raimondo, lors d’une récente audition au Sénat, « les Ukrainiens nous rapportent que lorsqu’ils trouvent des équipements militaires russes sur le terrain, ils sont remplis de semi-conducteurs qu’ils ont retirés de lave-vaisselle et de réfrigérateurs », ce qui montre à quel point les fabricants russes doivent cannibaliser et recycler les pièces en l’absence d’approvisionnement étranger.

L’industrie aérospatiale russe est un autre exemple frappant de cannibalisation de pièces pour soutenir les niveaux naissants de la production nationale. Il est attesté que les transporteurs russes, y compris le transporteur national Aeroflot, ont été cannibalisent des pièces d’avion existantes pour continuer à entretenir et à exploiter leur flotte restante, même si des opérateurs tels que Boeing ont cessé toute assistance et tout service et ont émis des avertissements selon lesquels les avions cannibalisés ne sont pas sûrs pour l’exploitation. Certains transporteurs, tels que Pobeda, ont même intentionnellement immobilisé au sol jusqu’à 40 % de leur flotte existante afin de fournir des pièces pour l’entretien et l’exploitation de la flotte restante.

En désespoir de cause, Poutine a effectivement légalisé le marché noir et les violations de la propriété intellectuelle – et a parfois carrément encouragé les importations parallèles. Il a déclaré les marchandises de certaines entreprises exemptes des droits sur les marques, notamment les composants électroniques de fabricants tels que Cisco, Intel, Motorola et Siemens, ainsi que les biens industriels tels que le papier, les textiles, la céramique, les locomotives et les réacteurs nucléaires.

Malgré les efforts de Poutine, rien ne prouve que ces lois permissives de substitution des importations parallèles aient réellement un effet important, en particulier dans les secteurs sensibles comme l’aérospatial. Des rapports non confirmés d’entreprises russes utilisant la loi de Poutine sur la substitution des importations parallèles pour importer des pièces du marché noir n’ont pas amélioré les pénuries de matériaux dans l’approvisionnement russe. Et pour les raisons décrites dans les sections II et III, la plupart des pays tels que la Chine sont extrêmement réticents à prendre le risque de s’exposer aux sanctions américaines, malgré les espoirs de Poutine de réorienter le commerce et les chaînes d’approvisionnement vers les pays en développement et les appels directs et personnels aux dirigeants de ces pays. Cela est particulièrement vrai dans les cas où les entreprises risquent d’être poursuivies pour violation de marque ou de droits d’auteur dans leur pays d’accueil, ce qui empêche une plus grande coopération étrangère avec les programmes d’importation parallèle de Poutine.

page 25

Les défis auxquels est confrontée l’économie nationale russe apparaissent même dans les statistiques officielles sélectives encore publiées par Rosstat, en particulier dans les publications mensuelles de données sur les prix à la consommation. Non seulement l’IPC officiel russe a atteint une inflation de ~20 % dans les mois qui ont suivi l’invasion – atteignant les niveaux les plus élevés observés en Russie depuis la crise financière de la fin des années 1990 – mais une ventilation par secteur de l’indice IPC indique que la situation est encore pire que ce que l’on croit généralement. Les secteurs les plus dépendants de la chaîne d’approvisionnement internationale ont été frappés par une inflation sans précédent de plus de 40 à 60 %, notamment la technologie, les services d’accueil, les appareils électriques et les automobiles occidentales.

page 26

LMais il n’y a pas que l’inflation galopante des prix. Beaucoup de ces biens qui dépendent de la chaîne d’approvisionnement internationale sont effectivement impossibles à acheter depuis le début de l’invasion. Avant l’invasion, une moyenne d’environ 100 000 automobiles étaient vendues chaque mois en Russie, mais ces ventes se sont effondrées, atteignant seulement un quart de leur volume antérieur. Les données les plus récentes indiquent que seulement 27 000 voitures ont été vendues au mois de juin dans toute la Russie, en raison non seulement de la flambée des prix et de la détérioration du sentiment des consommateurs, mais aussi du manque d’offre.

page 28

La publication des données relatives aux automobiles étrangères en Russie a été encore plus désastreuse. Historiquement, de nombreux Russes préfèrent conduire des voitures étrangères – non seulement en raison de la marque prestigieuse, mais aussi pour des raisons de sécurité et de qualité, les ventes de voitures étrangères dépassant souvent les ventes de voitures nationales. Mais dans les mois qui ont suivi l’invasion, l’achat d’automobiles de fabrication étrangère en Russie s’est presque complètement arrêté. La liste des constructeurs automobiles étrangers dont les ventes ont chuté de plus de 90 % d’une année sur l’autre en juin 2022 est longue et surprenante : Lexus, Volvo, Fiat, Porsche, Toyota, Land Rover, Skoda Auto, Volkswagen, Mitsubishi, Volkswagen Vans, Audi, Jaguar, Suzuki, Nissan, Lifan, Renault, Ford, Hyundai, Opeli, Infiniti, Lada, Mazda, Kia, Peugeot, Citroën, Subaru, Jeep, Geely, UAZ. Ces entreprises étrangères représentent une variété de prix, de cibles et d’origines géographiques, les entreprises japonaises et chinoises étant aussi bien représentées que les entreprises domiciliées en Europe – ce qui montre à quel point des pans essentiels de l’économie russe se sont arrêtés, affectant autant les consommateurs à faible revenu que ceux à revenu élevé. Aucun segment de la population russe n’est épargné par le chaos économique national. Le secteur automobile n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la paralysie de la consommation : dans plusieurs secteurs de haute technologie, comme celui des smartphones, la ruée initiale pour écouler les stocks restants dans les jours qui ont suivi l’invasion a fait place à l’impossibilité de trouver de l’approvisionnement, la plupart des fabricants internationaux de smartphones n’envoyant plus de produits dans le pays et les stocks ayant été épuisés par les consommateurs paniqués dans la frénésie initiale.

page 27

Compte tenu des pénuries d’approvisionnement, de la flambée des prix et de la difficulté à trouver des produits, ainsi que de la perte de confiance des consommateurs, il n’est guère surprenant que, selon les données haute fréquence de la Sberbank, les dépenses de consommation et les ventes au détail aient chuté de façon spectaculaire dans les mois qui ont suivi l’invasion, de plus de 20 % en glissement annuel. D’autres relevés de données à haute fréquence, tels que les ventes de commerce électronique au sein de Yandex et le trafic à magasins comparables dans les sites de vente au détail à travers Moscou, confirment la forte baisse des dépenses de consommation et des ventes.

En réponse à la détérioration des conditions intérieures, M. Poutine a donné la priorité à la substitution des importations, afin de remplacer les importations étrangères perdues par une production intérieure accrue. Ce n’est pas un nouveau domaine d’intérêt pour Poutine – depuis la crise de Crimée de 2014 et la mise en œuvre des sanctions occidentales, Poutine se concentre sur le renforcement des capacités de l’industrie nationale – avec peu de succès, comme il le reconnaît lui-même. Dans son récent discours plénier au Forum économique de Saint-Pétersbourg, nettement moins rutilant qu’autrefois, Poutine a exposé sa nouvelle vision de la substitution des importations, en tirant les leçons des huit dernières années :

« Au cours des dernières années, nous avons accordé une grande attention à la substitution des importations, en réussissant dans toute une série d’industries….. Nous devons posséder les technologies critiques afin d’être en mesure d’agir rapidement si nous devons lancer notre propre production d’un produit quelconque. C’est ce que nous avons fait en nous lançant rapidement dans la fabrication de vaccins contre le coronavirus et, plus récemment, dans la production de nombreux autres produits et services. La Russie possède le potentiel professionnel, scientifique et technologique pour développer des produits qui bénéficient d’une forte demande, notamment des appareils ménagers et des équipements de construction, ainsi que des équipements industriels et de service. »

Signe de l’importance de la substitution des importations pour M. Poutine, sa fille cadette, Katerina Tikhonova, a été nommée co-présidente du Conseil de coordination de la substitution des importations de la RSPP de l’Union russe des industriels et des entrepreneurs, un groupe commercial très influent en Russie.

Malgré la bravade et la conviction personnelle de M. Poutine, le fait est que la substitution des importations n’a pas été couronnée de succès jusqu’à présent – et que l’innovation russe est loin derrière celle des pays comparables. Si l’on prend l’exemple du secteur automobile, bien que les ventes d’automobiles fabriquées à l’étranger se soient complètement arrêtées, comme indiqué plus haut, il n’y a pas eu d’augmentation compensatoire de la production nationale d’automobiles en Russie, bien au contraire. La production nationale russe d’automobiles a en fait chuté, car elle dépend depuis longtemps des chaînes d’approvisionnement internationales, non seulement pour les matières premières comme l’acier et les machines, mais aussi pour les pièces complexes comme les freins et les airbags, ainsi que pour la technologie occidentale des semi-conducteurs. Si la Russie continue de récupérer et de cannibaliser des pièces tout en subtilisant de micropuces  par des importations parallèles pour poursuivre une partie de la production, ces obstacles empêchent d’augmenter la production aux niveaux envisagés par M. Poutine, à moins que la Russie ne soit en mesure de concevoir et de produire sa propre technologie – une proposition hautement improbable.

page 29

EEn effet, une analyse des volumes de production industrielle nationale russe de véhicules automobiles et de pièces et accessoires automobiles suggère un ralentissement significatif de la fabrication nationale coïncidant avec la chute des importations étrangères d’automobiles en Russie. En mars 2022, la production nationale de véhicules automobiles a ralenti de 52 % par rapport à l’année précédente, tandis que la production de pièces et accessoires automobiles a ralenti de 37 % par rapport à l’année précédente. Ce ralentissement s’est accéléré en avril, avec une baisse de 67 % en glissement annuel de la production de véhicules à moteur et de 58 % en glissement annuel de la production de pièces détachées.

Même à ces niveaux de production minimaux, des raccourcis importants sont pris. La Russie est allée jusqu’à suspendre les exigences de sécurité de la production automobile nationale, et bon nombre des voitures fabriquées après l’invasion sont désormais dépourvues d’éléments essentiels tels que les airbags et les freins antiblocage. De même, dans le domaine de l’aérospatial, bien que l’autorité nationale de l’aviation Rosaviatsia ait délivré des certificats de production à cinq entreprises russes les autorisant à fabriquer des pièces d’avion de contrebande, les fabricants ont apparemment du mal à produire autre chose que des éléments mineurs de la cabine tels que des sièges et des équipements de cuisine, les composants sensibles essentiels au vol étant encore loin d’être fabriqués.

page 30

Les secteurs de l’automobile et de l’aviation sont loin d’être les seuls où, malgré les cris de ralliement de Poutine en faveur de la substitution des importations, la fabrication nationale peine à produire. En fait, une analyse plus systémique et plus complète révèle que ces tendances sont inhérentes à l’ensemble du complexe industriel russe, et que peu d’industries en sortent indemnes. D’après les données publiées par Rosstat, la valeur ajoutée intérieure brute de la Russie au premier trimestre 2022 a chuté de manière spectaculaire dans tous les secteurs, certaines industries cruciales comme la construction et l’agriculture ayant vu leur valeur ajoutée chuter de plus de 50 % d’un trimestre à l’autre. Les services, l’industrie manufacturière et les services essentiels ont tous vu la valeur ajoutée intérieure chuter de plus de 20 %, tandis que d’autres secteurs cruciaux tels que le commerce de détail, la santé et l’hôtellerie ont chuté de plus de 15 %. Même le secteur minier, l’un des rares secteurs clés à avoir maintenu une production prolifique pendant l’invasion, a connu une baisse de 4 % de la valeur ajoutée d’un trimestre à l’autre, malgré la flambée des prix des matières premières qui aurait dû donner un bon coup de pouce aux résultats du premier trimestre, ce qui laisse supposer une chute brutale du volume.

page 31

Lorsque la production industrielle nationale est mesurée en volume plutôt qu’en valeur ajoutée, et qu’elle est croisée avec une ventilation plus granulaire par sous-industrie, le tableau devient encore plus sombre, suggérant des fermetures à grande échelle de la base industrielle russe, qui fonctionne manifestement à une fraction de sa capacité habituelle. Le volume de la production industrielle dans des secteurs cruciaux tels que les appareils électroménagers, les chemins de fer, l’acier, les textiles, les batteries, les vêtements et le caoutchouc a chuté de plus de 20 %, tandis que d’autres sous-industries telles que l’électronique, les sports, les meubles, les bijoux, les engrais et la pêche ont connu une baisse supérieure à 10 %.

Et malgré les appels de Poutine en faveur de l’autosuffisance, toutes ces industries ont un point commun : elles ne peuvent tout simplement pas remplacer les pièces et les composants importés que la Russie n’a pas les prouesses technologiques pour fabriquer, et les importations parallèles illicites et obscures ne peuvent pas aller plus loin. Par exemple, le producteur russe de chars d’assaut Uralvagonzavod a licencié des travailleurs en raison d’une pénurie d’intrants ; la production russe de chars, de missiles et d’autres équipements repose sur des puces électroniques et des composants de précision importés qu’il est impossible de se procurer actuellement. De même, le pipeline russe de la mer Caspienne a eu du mal à trouver des pièces de rechange en raison de l’interdiction par les États-Unis et l’Union européenne des exportations liées à la liquéfaction du gaz. Chacune de ces ruptures d’approvisionnement – qui ne peuvent être remplacées par des importations de substitution ou des importations parallèles – entraîne des arrêts de production qui se répercutent ensuite sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, provoquant l’immobilisation simultanée de divers produits et services auxiliaires.

page 32

L’ampleur de ce ralentissement de la production industrielle dans l’ensemble de l’économie russe est encore aggravée par la détérioration rapide des perspectives de nouveaux achats et commandes. Une lecture de l’indice des directeurs d’achat russes (PMI) – qui reflète la manière dont les directeurs d’achat perçoivent l’économie – montre que les nouvelles commandes ont chuté de manière générale, tant en termes de commandes russes nationales que de commandes russes de produits étrangers et de commandes étrangères de produits russes. Il est clair que les responsables des achats ne veulent pas passer de nouvelles commandes tant que l’environnement géopolitique ne s’est pas stabilisé. De même, les indices PMI soulignent que les stocks ont chuté et que les délais de livraison ont augmenté dans le contexte des problèmes généralisés de la chaîne d’approvisionnement, de sorte que même si de nouvelles commandes étaient passées, leur exécution continuerait de poser de gros problèmes à la production intérieure russe.

Si l’on ajoute à cela les vents contraires structurels auxquels sont confrontées la consommation et la production intérieures russes, il est peu probable qu’ils changent tant que subsistera le poids de l’invasion de Poutine, des sanctions occidentales qui y sont associées et du retrait des entreprises. Malgré les slogans de Poutine en faveur de la substitution des importations et des systèmes d’importation parallèle illicites, la Russie est loin d’être autosuffisante, et l’affaiblissement de sa base d’innovation et de production nationale continuera de nuire au développement économique de la Russie dans les années à venir. Pour le citoyen russe moyen, ces perturbations massives de l’économie nationale russe resteront le rappel quotidien le plus direct et le plus visible des conséquences de l’invasion de Poutine pour les années à venir.

V. Fuite des entreprises, des capitaux et des talents hors de Russie

Au-delà de la détérioration de la position commerciale de la Russie et des difficultés de son économie intérieure, les perspectives économiques à long terme de la Russie souffrent du poids de 1) la fuite des entreprises hors de Russie, 2) la fuite des capitaux hors de Russie et 3) la fuite de la population hors de Russie. Il va sans dire que la plupart des économies prospères cherchent à attirer plutôt qu’à repousser ces trois phénomènes, notamment par le biais 1) des multinationales, 2) des investissements directs étrangers et 3) une main-d’œuvre talentueuse et instruite et l’immigration. L’incapacité de la Russie à retenir 1) les entreprises, 2) les capitaux et 3) les talents – même si elle n’est pas prise en compte dans les statistiques officielles de Rosstat et n’apparaît donc pas dans certaines analyses conventionnelles de l’économie russe – dégrade la base de productivité future de l’économie russe et sa capacité à rebondir à partir des creux actuels.

Les auteurs de ce document sont particulièrement familiers avec le départ précipité des entreprises de Russie – et sont dans une position unique pour évaluer et quantifier l’impact de ces retraits d’entreprises sur l’économie russe. Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, les auteurs ont mené un effort de recherche intensif pour suivre les réponses de près de 1 500 entreprises publiques et privées du monde entier. Plus de 1 000 entreprises ont annoncé publiquement qu’elles réduisaient volontairement leurs activités en Russie dans une certaine mesure, au-delà du strict minimum requis par les sanctions internationales.

La liste a été continuellement mise à jour au cours des quatre derniers mois par une équipe de chercheurs de Yale dirigée par les auteurs, dont deux douzaines d’experts ayant des compétences diverses en analyse financière, économie, comptabilité, stratégie, gouvernance, géopolitique et affaires eurasiennes, et parlant couramment douze langues. Cet ensemble de données exclusives, qui contient des informations détaillées sur les revenus russes de plus de 1 000 entreprises, a été compilé non seulement à partir de sources publiques telles que les documents réglementaires, les documents fiscaux, les déclarations d’entreprises, les rapports d’analystes financiers, les appels de résultats, Bloomberg, FactSet, MSCI, S&P Capital IQ, Thomson Reuters et les médias économiques de 156 pays, mais aussi à partir de sources non publiques, notamment un réseau mondial sui generis de type wiki de plus de 250 initiés, lanceurs d’alerte et contacts exécutifs.

Lorsque la liste a été publiée pour la première fois la semaine du 28 février, seules quelques dizaines d’entreprises avaient annoncé leur départ de Russie. Dans les deux mois qui ont suivi, cette liste d’entreprises qui restent ou quittent la Russie a déjà suscité une attention considérable pour son rôle de catalyseur de l’exode massif des entreprises de Russie, avec une large couverture médiatique et une diffusion dans les conseils d’administration des entreprises, les cercles de décideurs et d’autres communautés de citoyens concernés dans le monde entier.

page 34

En se fondant sur la base de données exclusive des auteurs, qui suit le départ de plus de 1 000 entreprises, nos chercheurs ont découvert que, pour l’ensemble de ces 1 000 entreprises, la valeur du chiffre d’affaires russe représenté par ces entreprises et la valeur des investissements de ces entreprises en Russie dépassent ensemble 600 milliards de dollars – un chiffre étonnant représentant environ 40 % du PIB de la Russie. Nous avons également constaté que ces entreprises, au total, emploient plus d’un million de personnes en Russie. La valeur des investissements de ces entreprises en Russie représente la part du lion de tous les investissements étrangers actifs accumulés en Russie depuis la chute de l’Union soviétique – ce qui signifie que le retrait de plus de 1 000 entreprises en l’espace de trois mois a presque inversé à lui seul trois décennies d’intégration économique de la Russie avec le reste du monde, tout en annulant des années de progrès réalisés par les entreprises et les dirigeants politiques russes pour attirer davantage d’investissements étrangers en Russie.

Certes, cela ne veut pas dire que le PIB de la Russie va se contracter de 40 % du jour au lendemain. Parmi les plus de 1 000 entreprises qui ont réduit leurs activités en Russie, beaucoup sont encore en train de réduire leurs opérations, ce qui signifie qu’il faudra des mois, voire des années, pour ressentir pleinement l’impact de leur retrait. D’autres entreprises de cette liste de plus de 1 000 ont déjà cédé ou vendu leurs activités en Russie à des opérateurs russes locaux, ce qui signifie que même si ces entreprises manqueront de soutien technique et financier et de savoir-faire occidentaux et se détérioreront à long terme, à court terme, elles continueront à fonctionner dans une certaine mesure et ne pourront donc pas être rayées du PIB russe immédiatement. Il existe également des entreprises qui poursuivent certaines activités en Russie tout en se retirant d’autres activités, de sorte que toute incidence de ces entreprises sur le PIB russe serait partielle plutôt que totale. Il est impossible de mesurer l’impact économique total du départ des entreprises de Russie, car bon nombre des conséquences les plus dévastatrices ne se feront sentir que dans plusieurs années, les pertes structurelles à long terme de l’économie russe dépassant le simple montant des pertes de revenus ou d’investissements. Néanmoins, le fait que les plus de 1 000 entreprises qui ont réduit leurs activités représentent une proportion aussi élevée du PIB de la Russie – 40% – signifie l’importance de ces économies pour l’économie russe avant la guerre, et la façon dont l’économie russe doit maintenant subir des transformations dramatiques et forcées avec le retrait de ces entreprises, comme cela a été souligné tout au long de cette étude.

Certains pourraient faire valoir que les entreprises qui ont réduit leurs activités en Russie ont été contraintes de subir une perte à court terme de revenus et d’investissements russes – bien que l’impact sur la Russie soit plus douloureux à court et à long terme – mais il n’est même pas vrai de dire que les entreprises qui ont quitté la Russie ont subi des pertes. En fait, plutôt que de pénaliser les entreprises qui ont quitté la Russie, nous avons constaté, dans une étude distincte, que les investisseurs étrangers ont largement récompensé les entreprises qui ont éliminé le risque associé à leur exposition à la Russie – la valeur des gains boursiers cumulés depuis le début de l’invasion pour les entreprises qui ont quitté la Russie dépasse de loin la valeur des cessions d’actifs russes et des pertes de revenus russes, qui, pour la plupart des multinationales, ne représentaient qu’une petite fraction du revenu total au départ – pas plus de 1 à 2 % dans la plupart des cas. Ainsi, il est clair que la perte de plus d’un millier d’entreprises a été supportée uniquement par la Russie – à court et à long terme – alors que quitter la Russie a en fait profité aux entreprises.

Les conclusions de notre équipe de recherche, qui prouvent l’impact dévastateur des retraites d’entreprises et de l’auto-sanction sur l’économie russe, coïncident parfaitement avec les conclusions de partenaires fiables et crédibles comme ceux de la Kyïv School of Economics, dont les experts économiques ont suivi l’impact des entreprises quittant la Russie dans le cadre d’un projet parallèle, en s’appuyant sur des sources de données ukrainiennes exclusives et d’autres documents non publics. Il est clair que l’ampleur de l’impact de ces retraits d’entreprises sur l’économie russe ne peut être surestimée.

page 35

Comme on pouvait s’y attendre, le retrait des entreprises russes a coïncidé avec une rapide « fuite des cerveaux », les Russes talentueux et instruits quittant le pays en masse. Il est impossible d’évaluer le nombre exact de Russes qui ont quitté définitivement la Russie depuis le début de l’invasion, mais la plupart des estimations évoquent au moins cinq cent mille personnes – la grande majorité étant des spécialistes hautement qualifiés et très instruits dans des secteurs compétitifs tels que la technologie. L’exode massif des Russes qualifiés est encore amplifié par l’expulsion forcée d’une population non négligeable d’expatriés occidentaux travaillant en Russie. Ces employés – qui comprennent les défis structurels auxquels est confrontée l’économie russe et les obstacles techniques qui entravent les vœux d’autosuffisance et de substitution aux importations formulés par Poutine – sont rejoints par un grand nombre des rares personnes fortunées et très fortunées de Russie, qui comprennent que les contrôles des capitaux, les taxes, le climat des affaires et des investissements, ainsi que les restrictions gouvernementales ne peuvent que s’aggraver dans les années à venir, en particulier pour les détenteurs de capitaux financiers. Selon une estimation, 15 000 personnes très fortunées ont fui la Russie depuis le début de l’invasion, ce qui représenterait 20 % de la population des personnes très fortunées de Russie au début de la guerre. Ces Russes, détenteurs de capitaux importants, recherchent la sûreté, la sécurité et la stabilité des marchés financiers occidentaux, d’autant que l’accès de la Russie à ces marchés se réduit.

Ces milliardaires emportent leur fortune lorsqu’ils fuient, contribuant ainsi à l’explosion des sorties de capitaux privés, de l’aveu même de la Banque centrale de Russie. Le niveau officiel des sorties de capitaux indiqué par la Banque de Russie au premier trimestre, soit près de 70 milliards USD, est probablement une sous-estimation grossière du niveau réel des sorties de capitaux, étant donné les contrôles stricts des capitaux mis en place par le Kremlin, qui limitent le montant des richesses que les citoyens russes peuvent transférer hors du pays, en particulier les richesses libellées en devises étrangères. Il est peu probable que les sorties de capitaux supplémentaires qui ont contourné ces contrôles des capitaux aient été saisies par la jauge de la Banque centrale de Russie et, en effet, d’après tous les rapports anecdotiques, les Russes fortunés se réfugient en masse dans des lieux sûrs. Nombre de ces Russes ont afflué vers des centres financiers tels que Dubaï au Moyen-Orient ; la présence de capitaux russes à Dubaï est si importante que de nombreux experts immobiliers locaux attribuent la flambée des valeurs immobilières de Dubaï au cours des quatre derniers mois à l’afflux de nouvelles richesses russes en quête d’un refuge, de nombreuses sociétés immobilières de Dubaï faisant état d’une augmentation de 100 %, voire de 200 %, des ventes aux acheteurs russes d’une année sur l’autre.

VI. Des mesures de relance budgétaire et monétaire insoutenables et les interventions du Kremlin dissimulent des faiblesses économiques structurelles

Alors que les entreprises mondiales se précipitaient vers la sortie et après la mise en œuvre de sanctions dévastatrices par les États-Unis et l’UE dans les premières semaines qui ont suivi l’invasion, de nombreux économistes et décideurs occidentaux ont nourri des attentes irréalistes quant à l’effondrement de l’économie russe ou à l’apparition d’une crise financière. Les régimes de sanctions provoquent très rarement des crises financières ou des effondrements économiques instantanés ; il s’agit plutôt d’outils à plus long terme conçus pour affaiblir structurellement l’économie d’un pays tout en l’isolant des marchés mondiaux. En effet, comme l’a montré ce document, l’impact du retrait des entreprises et des sanctions sur l’économie russe a été tout simplement catastrophique, érodant la compétitivité de l’économie russe tout en exacerbant les faiblesses structurelles internes.

Mais pour ceux qui s’attendaient à un effondrement plus rapide de l’économie russe, et qui ont été choqués que cela ne se produise pas, la raison pour laquelle l’économie russe s’est avérée légèrement plus résistante que prévu initialement tient en grande partie à la réponse fiscale et monétaire sans précédent et insoutenable dans la durée  initiée par le Kremlin. Composante peu comprise mais d’une importance cruciale du parcours économique de la Russie depuis le début de l’invasion, la réponse fiscale et monétaire du Kremlin a largement évité un resserrement du crédit/des liquidités, qui aurait pu provoquer une panique financière, tout en soutenant les moyens de subsistance économiques de nombreuses composantes essentielles du régime de Poutine, allant des entreprises publiques aux retraités et aux pensionnés – les sauvant ainsi d’une catastrophe économique soudaine.

page 37

L’une des meilleures études de cas sur la façon dont le Kremlin a pu, grâce à une intervention gouvernementale massive, soutenir temporairement l’économie russe se trouve être l’un des arguments préférés de la propagande de Poutine : l’appréciation du rouble, qui est maintenant la monnaie la plus performante cette année selon certains critères. Du jour au lendemain, dès le début de l’invasion, le taux de change du rouble par rapport au dollar est passé de ~75 à ~110 – mais le Kremlin a immédiatement annoncé un ensemble rigoureux de contrôles des capitaux sur le rouble, notamment une interdiction générale pour les citoyens d’envoyer de l’argent sur des comptes bancaires à l’étranger et de transférer de l’argent à l’étranger ; une suspension des retraits d’argent sur les comptes bancaires en dollars au-delà de 10 000 dollars par personne ; l’obligation pour tous les exportateurs d’échanger 80 % de leurs recettes en devises contre des roubles ; la suspension des conversions directes en dollars pour les personnes possédant des comptes bancaires libellés en roubles ; la suspension des prêts nationaux en devises ; la suspension des ventes en dollars dans les banques nationales ; l’obligation pour les entreprises de payer en roubles leurs dettes libellées en devises ; et l’encouragement des particuliers à échanger des dollars contre des roubles par devoir patriotique. Ces contrôles des capitaux – qui comptent parmi les plus restrictifs de tous les gouvernements du monde – ont immédiatement empêché les Russes d’acheter légalement des dollars ou même d’accéder à la majorité de leurs dépôts en dollars, tout en gonflant artificiellement la demande de roubles par le biais d’achats forcés par les principaux exportateurs. Ces contrôles des capitaux, qui ne se sont que légèrement relâchés au cours des quatre mois qui ont suivi le début de l’invasion, continuent de soutenir le taux de change officiel du rouble en lui conférant une force artificielle sur les marchés nationaux et internationaux.

Cependant, le taux de change officiel, compte tenu de la présence de ces contrôles draconiens des capitaux, peut être trompeur, car le rouble s’échange, sans surprise, dans des volumes considérablement réduits par rapport à ceux d’avant l’invasion, sur de faibles liquidités. Selon de nombreux rapports, une grande partie de ces échanges a migré vers les marchés noirs non officiels du rouble, où l’écart entre le taux de change officiel et le taux de change réel est tout aussi spectaculaire – de 20 à 100 % plus élevé que le taux de change officiel, dans certains cas, étant donné la pénurie de dollars disponibles et liquides en Russie. Même la Banque de Russie a admis que le taux de change est davantage le reflet des politiques gouvernementales et l’expression brutale de la balance commerciale du pays que des marchés des changes liquides librement négociables.

page 38

La mise en œuvre par le Kremlin de contrôles des capitaux fait pâle figure en comparaison de l’insoutenable relance budgétaire et monétaire à grande échelle lancée au cours des derniers mois, qui s’étend aux quatre coins de l’économie russe. Que le Kremlin inonde l’économie russe d’un tel déluge de dépenses initiées par l’Etat était loin d’être certain dans les premiers jours de la guerre. Les premières tentatives du Kremlin pour intervenir dans l’économie au début de l’invasion ont été marquées par une relative retenue, définie par des mesures telles que l’arrêt des transactions à la Bourse de Moscou et la suspension de mesures censées être largement transitoires par nature. Mais lorsqu’il est devenu évident que les sanctions occidentales ne seraient pas levées et que l’économie russe ne reviendrait pas à la « normale » de sitôt, M. Poutine a annoncé des vagues croissantes de mesures de relance budgétaire et monétaire visant à atténuer la douleur économique des particuliers et des entreprises. Ces mesures comprenaient des prêts subventionnés et une aide au remboursement des prêts accordés aux entreprises ; des paiements de transfert aux industries touchées ; des prêts hypothécaires subventionnés et une aide au remboursement des prêts hypothécaires ; une augmentation des paiements directs aux particuliers, notamment aux familles, aux femmes enceintes, aux fonctionnaires, aux retraités, aux militaires et aux personnes à faible revenu ; la recapitalisation des entreprises par le Fonds de la richesse nationale, le fonds souverain de la Russie ; la nationalisation et la recapitalisation de certaines entreprises et de certains actifs ; la remise de crédits subventionnés à l’approche d’un jubilé de la dette ; la protection subventionnée contre la faillite et la saisie ; les prélèvements sur le Fonds de la richesse nationale pour les dépenses de l’État ; et le développement subventionné des infrastructures, pour n’en citer que quelques-uns.

page 39

La somme totale de ces dépenses de secours n’est pas encore claire car elles sont actuellement en cours, mais les premiers signes indiquent une ampleur massive et sans précédent des dépenses. D’après les données publiées par la Banque centrale de Russie, la masse monétaire russe – M2, qui comprend les espèces, les chèques et les substituts convertibles en espèces des détenteurs de valeurs – a été multipliée par près de deux entre le début de l’année et juin. Et même si le programme de dépenses d’infrastructure ne fait que commencer, le gouvernement russe a déjà augmenté son budget d’investissement en actifs fixes (infrastructure) de 35 % au cours du seul premier trimestre, et de 34 % au niveau régional également. Il est impossible de quantifier l’ampleur des dépenses de Poutine – et la destination de l’argent – avec plus de précision, étant donné que le budget russe a été intentionnellement obscurci depuis l’invasion sous le couvert de la prévention des sanctions. Les dépenses liées à l’amélioration de la relance budgétaire s’ajoutent aux vastes dépenses militaires présumées, ce qui pèse encore davantage sur le budget russe.

Il est peut-être impossible de déterminer exactement combien Poutine dépense et où va l’argent, mais ce qui est certain, c’est que ce niveau de dépenses excessif est tout simplement insoutenable pour le Kremlin. Le Kremlin finance en grande partie son programme social actuel de la même manière que d’autres pays producteurs de pétrole comme l’Arabie saoudite financent des dépenses sociales massives – grâce aux revenus du pétrole et du gaz. Comme nous l’avons expliqué dans la section II, bien que des sanctions de plus en plus sévères doivent être imposées à la Russie afin de réduire plus efficacement ses revenus pétroliers et gaziers, la Russie est déjà désavantagée sur le plan stratégique et doit faire face à une baisse séculaire de ses revenus pétroliers et gaziers pour les années à venir. Toute diminution des recettes pétrolières et gazières ou des volumes d’exportation de pétrole et de gaz pèserait immédiatement sur le budget du Kremlin, d’autant plus que la plupart des projets de relance budgétaire du Kremlin, tels que les infrastructures, semblent être de longue durée, nécessitant des années d’investissement en capital fixe difficilement réversible. Compte tenu des défis auxquels le Kremlin est confronté avec un écart de 35 dollars entre le prix de l’Oural et celui du Brent, des difficultés à réorienter les approvisionnements en gaz par gazoduc vers l’Asie et de la possibilité d’embargo sur le pétrole et le gaz par l’Occident, les dangers du pari de Poutine sont évidents.

Si les recettes pétrolières et gazières venaient à diminuer, le problème du financement par Poutine de ce nouveau programme de dépenses accrues deviendrait beaucoup plus intéressant. Par le passé, lorsque les recettes pétrolières et gazières se contractaient, Poutine pouvait puiser dans divers fonds opaques destinés aux mauvais jours, notamment dans les formidables réserves de change de 600 milliards de dollars de la Russie et dans le Fonds national de richesse, mais certains signes indiquent que même ces ressources sont mises à rude épreuve.

Le défi le plus évident auquel sont confrontés les fonds de réserve de Poutine tient à ce que sur les 600 milliards de dollars de réserves de change, accumulés grâce à des années de recettes pétrolières et gazières, 300 milliards de dollars sont gelés et hors de portée, les pays alliés aux États-Unis, en Europe et au Japon en restreignant l’accès.  Certains ont appelé à saisir ces 300 milliards de dollars pour financer la reconstruction de l’Ukraine, des appels qui semblent être plus forts dans les cercles politiques européens qu’aux États-Unis – pour l’instant, du moins.

page 40

Les réserves de change restantes de Poutine diminuent à un rythme alarmant, puisque elles ont baissé de 75 milliards de dollars depuis le début de la guerre – un taux qui, s’il est annualisé, suggère que ces réserves pourraient être épuisées d’ici quelques années. Les critiques soulignent que les réserves de change officielles de la banque centrale ne peuvent techniquement que diminuer, et non augmenter, en raison des sanctions internationales imposées à la banque centrale, et suggèrent que les institutions financières non sanctionnées, telles que la Gazprom Bank, peuvent toujours accumuler des réserves de change à la place de la banque centrale. Bien que cela puisse être vrai d’un point de vue technique, rien ne permet de penser que Gazprom Bank accumule réellement des réserves importantes, compte tenu de la difficulté de son propre portefeuille de prêts, de la pression exercée pour financer des montants croissants de prêts d’infrastructure et du fait que Gazprom Bank a été accusée d’être le canal par lequel le Kremlin transfère indirectement la solde militaire régulière et les primes de combat des soldats russes combattant en Ukraine. Ces signes indiquent que Gazprom Bank ne fait que canaliser des dépenses publiques massives vers l’extérieur, le gouvernement dilapidant immédiatement les recettes publiques au lieu de les mettre de côté pour plus tard.

Un autre signe indiquant que Poutine pourrait dépenser ses fonds de réserve plus rapidement que ce que l’on croit habituellement transparaît dans ses récents décrets relatifs aux domaines de dépenses prioritaires. Alors que le ministère des finances avait prévu de rétablir une règle budgétaire russe de longue date selon laquelle les recettes excédentaires provenant de la vente de pétrole et de gaz devaient être versées au fonds souverain, le Fonds national de la Russie, Poutine a supprimé cette proposition ainsi que les directives qui l’accompagnaient et qui indiquaient comment et où le Fonds national de la Russie pouvait être dépensé. Ces actions ne ressemblent guère à celles d’un dirigeant nageant dans des fonds excédentaires, mais plutôt à celles d’un dirigeant qui a de plus en plus de mal à trouver les fonds nécessaires pour financer des mesures de relance budgétaire grandioses, insoutenables et massives.

Le ministre des finances, Anton Siluanov, a reconnu sans hésiter que le budget du gouvernement russe sera probablement déficitaire cette année d’un montant équivalent à 2 % du PIB russe, alors que les précédentes projections optimistes prévoyaient un excédent, comme c’était le cas ces dernières années. Plus intéressant encore, M. Siluanov a lancé l’idée de retirer du Fonds de la richesse nationale des fonds équivalant à un tiers de l’ensemble du fonds pour payer ce déficit – un retrait énorme qui dépasserait de loin les retraits précédents. Si la Russie connaît un déficit budgétaire nécessitant le prélèvement d’un tiers de son fonds souverain alors que les recettes pétrolières et gazières sont encore relativement importantes, le tableau financier qui se dessine pour le financement du Kremlin ne semble pas du tout prometteur. En fait, l’image semble être celle d’un Kremlin qui est rapidement à court d’argent, en dépit des mesures de camouflage.

Les défis auxquels est confronté le financement souverain de la Russie sont exacerbés par la fermeture de l’accès de la Russie aux marchés internationaux des capitaux. Avec le premier défaut de paiement de la Russie sur sa dette souveraine depuis 1917, la Russie est désormais exclue des émissions de dette internationale pour les années à venir et incapable d’accéder au financement souverain traditionnel par le biais des pools de capitaux internationaux. La Russie peut continuer à émettre sa version d’obligations nationales, connues sous le nom d’OFZ, mais le pool total de capitaux disponibles en Russie sur le plan national ne représente qu’une fraction du financement nécessaire pour soutenir ces niveaux de dépenses du gouvernement russe sur un cycle économique complet. En effet, le ministre des Finances a confirmé que la Russie ne s’endette pas pour financer son programme fiscal et ne prévoit pas de le faire à court terme.

En fin de compte, malgré ces signaux et ces indices, la boîte noire qu’est le budget et le financement de l’État russe ne peut être connue avec une précision ou une certitude de 100 % – surtout maintenant que Poutine fait tout son possible pour obscurcir les sources et l’utilisation des dépenses publiques. Mais certains faits sont indiscutables. Grâce à une vague massive de stimuli fiscaux et monétaires déclenchée après l’invasion, les dépenses et les obligations sociales de l’État russe sont aujourd’hui beaucoup plus importantes qu’auparavant. Pour maintenir ce niveau de dépenses sans précédent, toute diminution des recettes gazières et pétrolières russes obligerait la Russie à puiser encore plus dans ses réserves pour les périodes de vaches maigres, mais ces réserves semblent déjà s’amenuiser, et les perspectives d’ajouts futurs à ces réserves vitales sont de plus en plus sombres pour la Russie. Il semble qu’il s’agisse d’une voie budgétaire avec une faible marge d’erreur, qui repose sur l’idée que les revenus du pétrole et du gaz ne feront qu’augmenter. C’est le pari fondamental qui sous-tend la question de savoir si Poutine sera à court de liquidités ou s’il pourra maintenir ces niveaux sans précédent de dépenses budgétaires.

La question de savoir si les recettes pétrolières et gazières vont augmenter à partir de maintenant, bien sûr, est largement entre les mains des pays alliés du monde.

VII. Les marchés financiers évaluent la faiblesse durable de l’économie réelle avec la contraction de la liquidité et du crédit

Les marchés financiers sont utiles non seulement en tant qu’indicateur des conditions financières et de liquidité actuelles, mais aussi en tant que mécanisme d’actualisation permettant de comprendre ce qui est prévu pour l’avenir. Si les performances des marchés financiers russes, toutes classes d’actifs confondues, doivent être prises en compte cette année, le message semble être clair : la situation est désastreuse aujourd’hui, et elle le sera encore plus demain.

page 42

Depuis le début de la guerre, la Russie est pratiquement exclue de tous les marchés de capitaux internationaux. Les entreprises russes n’ont aucun moyen de puiser dans les grands réservoirs de capitaux internationaux pour financer leurs activités existantes ou se lancer dans de nouveaux investissements : après tout, aucune entité russe n’a émis de nouvelles actions ni de nouvelles dettes depuis février 2022. Les nouvelles émissions de dette souveraine ne sont plus d’actualité dans un avenir prévisible, maintenant que la Russie a connu son premier défaut de paiement souverain depuis 1917. Et comme toutes les grandes banques d’investissement mondiales ont suspendu leurs activités en Russie, même si les entreprises russes trouvaient des investisseurs prêts à acheter de nouvelles émissions d’actions ou de titres de créance – ce qui est hautement improbable – il n’y aurait aucune banque d’investissement prête à garantir l’émission. En bref, la Russie ne bénéficie plus d’aucun accès aux marchés de capitaux internationaux, et il est peu probable que cet accès soit rétabli tant que la guerre en Ukraine se poursuit.

Compte tenu de ces contraintes financières débilitantes, le Kremlin s’est placé dans une position de prêteur de facto en dernier ressort pour soutenir l’économie russe et éviter une crise de liquidité dévastatrice, comme décrit à la section VI, en saturant l’économie de mesures de relance budgétaire et de crédits subventionnés par le gouvernement, voire de paiements directs purs et simples. La disponibilité des financements subventionnés par le Kremlin a permis d’éviter au moins une panique bancaire, voire une contagion financière plus débilitante, et peut-être même une véritable crise financière.

Le fait que le Kremlin soutienne la stabilité financière, aussi précaire soit-elle, par l’injection de liquidités et de crédits faciles libellés en roubles ne change rien au fait que, même en l’absence de crise financière ouverte, les marchés financiers russes reflètent le pessimisme actuel et projettent cette morosité dans l’avenir.

Ces projections pessimistes ne sont nulle part plus évidentes que sur les marchés boursiers russes. La Bourse de Moscou a été fermée à toute négociation pendant plusieurs jours après l’invasion de l’Ukraine. Ce n’est que lorsqu’une quantité suffisante de liquidités a été injectée par le Kremlin dans le système financier que la bourse a finalement rouvert, et même alors, il s’agissait d’une réouverture partielle : les investisseurs étrangers n’avaient pas le droit d’effectuer des transactions à la bourse de Moscou, ce qui signifie qu’ils ne pouvaient même pas liquider leurs positions existantes sur les actions russes. Il est étonnant de constater que ces restrictions restent en place, sans changement, même aujourd’hui – les marchés boursiers russes reflètent donc l’état d’esprit des Russes, seuls ces derniers étant autorisés à effectuer des transactions, et les volumes d’échanges restent donc extrêmement faibles.

page 43

On pourrait penser que si un groupe d’investisseurs peut être optimiste quant à la possession d’actions russes en ce moment, ce sont les Russes eux-mêmes – mais ce n’est pas le cas. L’indice de référence des actions russes, l’indice MOEX Russia (anciennement connu sous le nom d’indice MICEX Russia), est l’un des pires indices de tous les grands pays du monde cette année, avec une chute de près de 50 % depuis le début de l’invasion. Cela reflète, une fois encore, le sentiment des investisseurs russes et d’eux seuls: si les investisseurs étrangers étaient autorisés à liquider leurs positions, la pression à la vente serait plusieurs fois plus forte sur l’ensemble de la Bourse de Moscou. Il est donc surprenant que même parmi les particuliers et les institutions russes, la dépression et l’abattement prévalent. Un économiste expert, Timothy Ash, a estimé que les pertes totales du marché financier russe sur les actifs détenus par les locaux s’élèvent à 200-300 milliards de dollars au milieu de ce carnage financier.

Ce qui est encore plus frappant, c’est qu’en examinant la performance des actions individuelles à la Bourse de Moscou, plusieurs des actions les moins performantes sont celles de Rosneft, le géant pétrolier d’État russe, et de Gazprom, le géant gazier d’État – certains des anciens joyaux de l’économie russe. Il est clair que les marchés financiers ne veulent pas toucher à ces entreprises même avec une perche de dix pieds, car ils s’attendent à ce que Poutine cannibalise  des entreprises qui étaient crédibles et rentables pour faire avancer son programme géopolitique. Mais cette performance piteuse reflète également le fait que les Russes semblent reconnaître la détérioration du positionnement de la Russie en tant qu’exportateur de pétrole et de gaz, comme on l’a vu dans la section II de ce document, Rosneft et Gazprom devant faire face à un marché de plus en plus difficile dans une position de faiblesse interne et externe croissante.  En outre, les investisseurs semblent se rendre compte que, compte tenu de l’absence de fongibilité du gaz transporté par gazoduc, Gazprom devra probablement cannibaliser tous ses bénéfices pour construire un nouveau système de gazoducs coûteux reliant la Russie à de nouveaux marchés en Chine et dans le reste de l’Asie – des gazoducs qui étaient auparavant financés par la Chine (dans le cas du gazoduc Power of Siberia de 45 milliards de dollars), mais ne le sont plus maintenant, compte tenu de la nouvelle position de faiblesse de la Russie par rapport à ses partenaires commerciaux asiatiques. En effet, lorsque Gazprom a annulé son dividende pour la première fois depuis 1998, vraisemblablement en raison de la baisse des bénéfices due à la diminution des volumes de gaz et à l’augmentation des dépenses d’investissement, l’action s’est effondrée instantanément de près de 33 %, les investisseurs russes se ruant vers la sortie, préférant réduire leurs pertes, aussi lourdes soient-elles, plutôt que d’adhérer au programme de « pivot vers l’est » tant trompeté par Poutine en matière d’exportations énergétiques.

page 44

Les marchés russes du crédit sont un peu plus difficiles à analyser que les marchés d’actions russes, en raison du manque d’infrastructures financières traditionnelles et de disponibilité des données. Ce qui est clair, toutefois, c’est que les injections de liquidités et de crédit libellées en roubles et soutenues par le Kremlin, qui ont permis d’éviter une crise financière dans les jours qui ont suivi l’invasion, n’ont pas suffi à stimuler une véritable formation de crédit et une prise de risque par les petites et moyennes entreprises.

En fait, malgré l’environnement de crédit permissif encouragé par le Kremlin et en dépit des subventions de l’État pour diverses formes de prêts, y compris les prêts hypothécaires et les prêts commerciaux, les prêts accordés aux petites et moyennes entreprises ont en fait chuté de façon spectaculaire. Il semble que les incitations du Kremlin ne suffisent pas à décider les entreprises à réaliser de nouveaux investissements et des dépenses d’équipement dans ce climat politique et économique – un reflet de ce que les chefs d’entreprise russes pensent réellement de leur propre économie et des perspectives de croissance (ou plutôt de contraction) à venir.

VIII. Conclusions
Dans les sections précédentes, il a été établi que :

Les finances du Kremlin sont dans une situation beaucoup plus désastreuse qu’on ne le pense généralement, comme nous l’expliquons plus en détail dans la section VI de ce document.

  • Le positionnement stratégique de la Russie en tant qu’exportateur de produits de base s’est irrémédiablement détérioré, car elle se trouve désormais en position de faiblesse du fait de la perte de ses principaux marchés, et doit relever des défis de taille pour réaliser un « pivot vers l’Asie » avec des exportations non fongibles telles que le gazoduc – comme nous l’expliquons plus en détail dans la section II du présent document.
  • En dépit de quelques brèches persistantes, les importations russes se sont largement effondrées et le pays est confronté à de graves difficultés pour se procurer des intrants, des pièces et des technologies essentiels auprès de partenaires commerciaux hésitants, ce qui entraîne des pénuries d’approvisionnement généralisées au sein de l’économie russe – comme nous l’expliquons plus en détail dans la section III du présent document.
  • Malgré les illusions de Poutine sur l’autosuffisance et la substitution des importations, la production intérieure russe s’est complètement arrêtée et n’est pas en mesure de remplacer les entreprises, les produits et les talents perdus.
  • En raison du retrait des entreprises, la Russie a perdu des sociétés représentant environ 40 % de son PIB, annulant ainsi la quasi-totalité des investissements étrangers réalisés au cours des trois dernières décennies et renforçant la fuite simultanée sans précédent des capitaux et de la population dans un exode massif de la base économique de la Russie – comme nous l’expliquons plus en détail dans la section V du présent document.
  • Poutine a recours à des interventions fiscales et monétaires spectaculaires et manifestement insoutenables pour pallier ces faiblesses économiques structurelles, ce qui a déjà plongé le budget de son gouvernement dans le déficit pour la première fois depuis des années et épuisé ses réserves de change, même avec des prix de l’énergie élevés.

Les finances du Kremlin sont dans une situation beaucoup plus désastreuse qu’on ne le pense généralement, comme nous l’expliquons plus en détail dans la section VI de ce document.

  • Les marchés financiers nationaux russes, en tant qu’indicateurs des conditions actuelles et des perspectives d’avenir, sont les marchés les moins performants du monde entier cette année, malgré des contrôles stricts des capitaux, et ils ont intégré la faiblesse soutenue et persistante de l’économie, avec une contraction des liquidités et du crédit – sans compter que la Russie est pratiquement coupée des marchés financiers internationaux, ce qui limite sa capacité à puiser dans les réserves de capitaux nécessaires à la revitalisation de son économie en difficulté – comme nous l’expliquons plus en détail dans la section VII du présent document.
  • Pour l’avenir, il n’y a pas de moyen de sortir la Russie de l’effacement économique tant que les pays alliés resteront unis pour maintenir et accroître la pression des sanctions contre la Russie.

L’école d’économie de Kiev et le groupe de travail McFaul-Yermak ont ouvert la voie en proposant des mesures de sanctions supplémentaires, qu’il s’agisse de sanctions individuelles, de sanctions énergétiques ou de sanctions financières, sous la direction de l’ambassadeur Michael McFaul, de Tymofiy Mylovanov, de Nataliia Shapoval et d’Andriy Boytsun.

Les titres défaitistes dans nos medias affirmant que l’économie russe a rebondi ne sont tout simplement pas conformes aux faits – en réalité, quel que soit le critère et le niveau, l’économie russe vacille, et ce n’est pas le moment de freiner.

Une présentation visuelle des données complète ce document de recherche. Les diapositives individuelles sont référencées dans les sections ci-dessous, mais le jeu de diapositives complet est accessible en cliquant ici :

[1] Une exception qui n’apparaît pas sur le graphique est le blé — Les exportations russes représentent environ 20 % du marché mondial du blé, mais le blé russe est principalement exporté vers des pays émergents comme la Turquie et l’Égypte plutôt que vers l’Europe.