Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La France, premier contributeur européen

La France, premier contributeur européen

Discours de M. Alain Richard, ministre français de la Défense, à l'occasion de sa visite à la base de Mont-de-marsan (Centre d'Expériences Aériennes militaires).

Messieurs les parlementaires, Mesdames, Messieurs les élus,

Monsieur le Préfet, mon Général,

Mesdames, Messieurs,

Au moment où nos forces armées sont engagées dans les Balkans, aux côtés de nos alliés, j'ai souhaité me rendre sur une base aérienne pour exprimer mon soutien et celui de la nation aux équipages, aux mécaniciens, aux contrôleurs, à toutes celles et à tous ceux qui participent, sur le théâtre ou à distance, à ces actions militaires et humanitaires.

La résolution de la crise du Kosovo est essentielle à plus d'un titre. La sécurité de notre pays, et plus largement celle de l'Europe, dépend de la stabilité dans les Balkans. Tolérer l'épuration ethnique, la violation répétée des résolutions du Conseil de sécurité et du droit international, le mépris sanglant des droits de l'homme, n'était pas concevable. Voir s'instaurer de nouveau en Europe un modèle politique d'apartheid, un modèle de ségrégation aux antipodes de nos valeurs démocratiques ne l'était pas davantage.

Nos forces sont donc engagées, aux côtés de nos alliés, pour la sécurité de l'Europe et pour le respect des droits fondamentaux de la personne humaine.

Ces deux fondements de notre engagement s'inscrivent parfaitement dans le périmètre des valeurs que définissent l'ONU, l'OSCE et l'Alliance atlantique. Ces organisations ont joué, jouent ou joueront un rôle éminent dans la résolution de la crise. Ainsi, pour la première fois dans l'histoire, le Secrétaire général des Nations unies, M. Kofi Annan, a participé avant-hier au Conseil européen de Bruxelles consacré au Kosovo. C'est l'illustration de la place qu'entendent occuper les Européens dans le traitement des crises qui les concernent.

Notre objectif fondamental demeure le règlement politique de la crise au Kosovo, règlement qui implique le droit pour tous de vivre en sécurité dans la province. Il est apparu, au terme de longs mois d'efforts diplomatiques - efforts que l'obstination des autorités serbes à refuser tout compromis a rendu infructueux - que l'option militaire devenait le meilleur moyen de parvenir à l'objectif que nous nous étions fixé. Cette option militaire se déroule dans la cohérence, étape par étape, avec ses contraintes nombreuses elles-mêmes liées à nos principes. Vous, militaires savez que ce n'est jamais facile et que l'emploi de la force exige sang-froid, ténacité et acceptation du risque.

Comme l'a indiqué hier le Premier Ministre au Sénat, l'efficacité de cette option suppose une détermination sans faille, à laquelle les autorités françaises ne dérogeront pas. Cette détermination, je précise qu'elle est le fait d'un Exécutif uni dans l'épreuve, et conforté dans sa résolution par l'engagement très clair de la représentation nationale et de la nette majorité de nos concitoyens.

Nous sommes aujourd'hui engagés avec l'Alliance atlantique, marquant ainsi notre convergence de vue avec ceux qui sont nos alliés depuis un demi-siècle. La France est, avec près de soixante avions, le premier contributeur européen en terme de moyens aériens. Nous participons à toutes les formes de missions conduites, de jour comme de nuit, par l'ensemble des alliés et nous n'avons pas à rougir des capacités de nos forces aériennes même si, à l'évidence, certains appellent de leurs vœux une présence européenne plus marquée à côté de nos amis américains.

On ne modifie pas les structures, les mentalités ou les perspectives en période de crise. Mais l'on peut analyser avec lucidité les événements pour nourrir notre réflexion.

L'Europe de la Défense, qui a connu une nouvelle accélération avec la déclaration de Saint-Malo en décembre dernier, progresse dans les esprits petit à petit. Pour y travailler méthodiquement et sans tapage depuis bientôt 2 ans, je me réjouis de ces nombreux signes d'intérêt pour un projet qui bientôt réclamera aussi des actes.

A son niveau, avec ses moyens, l'armée de l'air s'inscrit naturellement dans cette évolution. La coordination nécessaire à la planification des missions, le partage d'une même connaissance des procédures, la recherche d'une interopérabilité garante d'efficacité opérationnelle, l'entraînement commun et aujourd'hui l'engagement sur le théâtre du Kosovo représentent bel et bien une avancée européenne sur le plan militaire.

Je souhaiterais maintenant développer deux points spécifiques sur l'Armée de l'Air française et sur ses missions, puisque nous sommes sur une base aérienne où la technologie la plus récente est adaptée à la réalité opérationnelle telle que la vivent vos camarades - c'est le rôle du CEAM, le Centre d'Expériences Aériennes Militaires.

Premier point : même s'il ne saurait à l'évidence tout régler, l'outil aérien offre aux décideurs politiques, à la diplomatie, une souplesse d'emploi, une réactivité qui permet à celle-ci de toujours garder la maîtrise du processus. Contrairement à l'autorité de Belgrade, les solutions radicales, la guerre totale que permet une situation de monopole du pouvoir n'a jamais été notre approche. L'objectif de maîtrise de la violence, ancré dans nos valeurs démocratiques, reste pour nous fondamental, ce qui m'amène à un second point.

Aussi terribles que soient les bombardements actuels, et les événements des derniers jours, aucun observateur sérieux ne contestera qu'une plus grande précision des frappes permet d'épargner des populations civiles. Quittons un instant l'actualité, et reportons-nous à l'histoire de ce siècle ! La technologie ne permet pas d'éviter toute atteinte à ces populations, mais cet objectif de maîtrise de la violence même si on ne l'obtient pas entièrement fait honneur à nos démocraties.

Un dernier mot sur ce point : cet objectif de maîtrise de la violence contredit un autre objectif souhaitable, celui de la maîtrise du temps. S'il faut poursuivre pendant encore plusieurs semaines cette opération pour éviter des victimes civiles qu'entraînerait une action plus massive, et bien nous le ferons, mais jamais nous n'emploierons les méthodes de déchaînement aveugle de la violence qui sont celles des autorités de Belgrade.

Mesdames, Messieurs les militaires, en étant directement ou indirectement engagés dans la gestion de la crise du Kosovo, vous participez à la construction d'une Europe qui devient majeure, et qui n'hésite plus à affirmer ses valeurs démocratiques. Vous œuvrez aussi pour la paix et les droits de l'homme, qui sont au fondement de nos démocraties.

Je salue votre engagement dans cette action, et vous assure la cohésion des autorités politiques derrière vous. A travers cet engagement, vous concourrez à la mise en œuvre d'une armée de l'air opérationnelle, apte à remplir les missions qui lui sont données.

Un dernier mot ira aux familles de tous les soldats des trois armées engagées dans l'opération en cours, à qui j'adresse un message de soutien et de réconfort.

Je vous remercie de votre attention.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact