Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Le rôle et la place de l'OSCE

Le rôle et la place de l'OSCE

Hervé Ladsous, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de l'OSCE situe cette organisation au sein de l'architecture européenne de sécurité dans la La lettre de l’Ambassade publiée à Vienne, Autriche, le 6 juillet 1998.

1/ Vous avez pris vos fonctions comme représentant permanent de la France auprès de l'OSCE il y a tout juste un an. Comment percevez-vous le rôle et la place de l'OSCE dans l'architecture européenne de sécurité, notamment par rapport à l'UE, l'OTAN et le Conseil de l'Europe ?

Seule organisation à vocation à la fois européenne, euro-atlantique et eurasienne, l'OSCE rassemble 54 Etats de Vancouver à Vladivostok. Sa philosophie de base repose sur la notion de l'indivisibilité de la sécurité, une sécurité qui ne s'analyse pas seulement en termes strictement militaires, mais suppose également la capacité à gérer ensemble les crises qui affectent la région ainsi qu'un attachement partagé aux valeurs démocratiques et au respect des droits de d'Homme.

C'est ainsi que l'OSCE est l'enceinte dans le cadre de laquelle se déroulent plusieurs négociations sur la maîtrise des armements (blindés, artillerie lourde, hélicoptères de combat...) et sur les mesures de confiance de nature militaire. Elle consacre également, aux côtés d'autres organisations - les Nations Unies, l'OTAN -, une large part de son activité à la prévention et au règlement de nombre de crises aussi bien inter-étatiques qu'infra-étatiques, de l'Ex-Yougoslavie au Caucase, de la région baltique à l'Asie centrale. En collaboration le cas échéant avec le Conseil de l'Europe mais aussi en usant des institutions originales dont elle s'est dotée, comme le Haut Commissaire aux Minorités Nationales ou le Représentant pour la liberté des Medias, elle agit en faveur de l'enracinement de la démocratie. Au nom enfin de l'approche globale que j'ai déjà évoquée, elle s'efforce d'élaborer un projet de charte européenne de sécurité pour le XXIème siècle.

2/ Quelles sont les priorités de la France ? Comment sont-elles prises en compte ?

Dès les origines du processus d'Helsinki, la France n'a cessé de participer de manière particulièrement active aux travaux de la CSCE, dans laquelle elle voyait un instrument permettant de dépasser les clivages de la guerre froide. A l'heure actuelle, la fin de l'affrontement est-ouest , la désintégration du bloc soviétique, les processus d'élargissement en cours, rendent plus nécessaire encore l'identification de mécanismes nouveaux permettant la prise en compte des intérêts sécuritaires de chacun. Nous nous efforçons donc d'imprimer une impulsion déterminante aux discussions en cours sur la charte européenne de sécurité et de contribuer activement aux réflexions sur l'avenir du maintien de la paix en Europe. Nous considérons par ailleurs que la défense des droits de l'Homme et l'amélioration de la qualité démocratique des consultations électorales dans l'espace OSCE demeurent au premier rang des priorités.

Dans tous ces domaines, la France agit en étroite concertation avec ses partenaires de l'Union Européenne: l'OSCE est d'ailleurs considérée comme l'un des laboratoires de la politique extérieure et de sécurité commune (PESC).

Parmi les signes tangibles de l'importance que la France accorde à l'activité de l'OSCE, on peut noter qu'elle figure parmi ses grands contributeurs en finançant plus de 10 % de son budget. On peut aussi relever l'importance de l'équipe qui m'entoure : 5 diplomates rompus à l'exercice des négociations multilatérales et 3 militaires de rang élevé. Organisation multilatérale soumise à la règle du consensus, l'OSCE est un lieu de négociations permanentes où la moindre décision exige des efforts de persuasion et de conviction que l'on peut parfois juger démesurés. La contrepartie en est, au delà des différences et parfois des antagonismes, une réelle solidarité des délégations dans le travail pour le bien commun.

3/ Le Kosovo est actuellement au cœur de la chronique médiatique, surtout dans la presse autrichienne. Plus généralement, s'agissant des Balkans, comment selon vous l'OSCE contribue-t-elle à la stabilisation et au renforcement de la démocratie dans la région ?

Le Kossovo fait peser une menace majeure sur la sécurité de l'Europe du Sud-Est. L'OSCE s'efforce à la fois de contribuer à la recherche d'un règlement du problème et à l'atténuation des tensions, et de prévenir les risques de débordement d'une éventuelle explosion dans les pays voisins par un renforcement de sa présence en Albanie et en ARYM. Depuis la signature des Accords de Dayton-Paris qui lui ont confié un rôle moteur en matière de construction démocratique, elle est également très active en Bosnie-Herzégovine, où elle va à nouveau organiser et superviser les élections générales en septembre prochain, ainsi qu'en Croatie où elle sera sans doute amenée à l'automne à assurer le remplacement des Nations Unies dans le domaine de la police civile. Dans l'ensemble de la région balkanique, elle joue un rôle souvent discret mais efficace dans l'atténuation des tensions liées notamment au problème de minorités nationales. C'est dans son cadre enfin que s'engagent en ce moment des négociations sur la maîtrise des armements et les mesures de confiance dans la région de l'Europe du Sud-Est.

4/ Quel(s) rôle(s) l'Autriche, en tant qu'héritière de l'empire austro-hongrois et en tant que pays neutre, joue-t-elle actuellement au sein de l'OSCE ? Ce pays assurera à compter du 1er juillet, et pour la première fois, la présidence de l'Union Européenne. Quelles pourraient être les priorités de l'UE au sein de l'OSCE durant cette présidence ?

L'Autriche, pays hôte de l'OSCE, joue dans l'organisation un rôle actif, qui a été particulièrement illustré en 1997 par l'action de l'ancien chancelier Vranitzky à la tête de ses opérations en Albanie, et celles-ci ont largement contribué à l'apaisement des tensions dans ce pays. En présidence de l'Union Européenne durant le second semestre, l'Autriche va être durant cette période le porte-parole constant de l'un des principaux acteurs de l'organisation. Son rôle sera donc crucial pour maintenir la visibilité et la capacité de propositions de l'Union dans l'ensemble des négociations en cours.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact