Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

En Angola aujourd'hui il y a une mine pour près de trois habitants

En Angola aujourd'hui il y a une mine pour près de trois habitants

Visite en Angola: discours prononcé à Luanda le 19 juillet 2002 par le ministre français des Affaires étrangères, M. Dominique de Villepin. Source: Ministère des Affaires étrangères, Paris/Luanda.

Je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce retard considérable, tout à fait indépendant de notre volonté. Nous étions dans la Province de Huambo et c'est ce qui explique le retard que nous avons pris.

Je voudrai tout d'abord remercier les autorités angolaises pour leur accueil, le président Dos Santos, le ministre des Affaires étrangères, M. Miranda, qui nous a fait l'amitié de venir. Il est arrivé très tôt ce matin, il a fait un gros effort, 5 heures du matin, c'est dire que la vie des ministres des Affaires étrangères est parfois difficile. En tout cas, c'est un grand plaisir et une grande émotion pour moi d'être ici ce soir, de remercier tant de membres du gouvernement angolais, les responsables de la vie politique angolaise, de la majorité, de l'opposition, les membres éminents de la société civile. Nous sommes très touchés de votre présence ici ce soir. Je suis d'autant plus heureux de cette visite en Angola qu'il s'agit de l'une de mes premières visites, quelques semaines après ma nomination au gouvernement français, et c'est l'occasion pour moi de saluer, dans ce pays, le retour à la paix.

Enfin la paix. Après près de 27 années de guerre civile, plus de 40 années de conflits, beaucoup d'Angolais n'ont jamais connu autre chose que la guerre, c'est donc une étape formidable, une étape historique pour ce pays. L'Angola a été profondément meurtri par cette tragédie, près d'un million de victimes civiles et militaires, 4 millions de personnes déplacées, c'est-à-dire un tiers de la population, 100 000 mutilés, 50 000 orphelins, le défi est immense.

Défi de la réconciliation, défi de la reconstruction. Je veux rendre hommage ce soir à l'esprit vivant du peuple angolais sous la direction du président Dos Santos, au gouvernement, aux forces armées angolaises et aux responsables de l'UNITA, à leurs troupes qui ont choisi de rejeter la violence, à toute la classe politique angolaise, majorité et opposition, à la société civile, aux églises réunies dans le Comité inter-écclésial pour la paix présidé par Monseigneur Kamwenho, archevêque de Lubango, prix Sakharov de la paix du Parlement européen, assisté du Pasteur Nzinga, secrétaire général, tous ont contribué, chacun à la mesure de ses moyens, à ce succès qui est celui à la fois celui de la raison et de la justice.

En me rendant cet après-midi dans la région de Huambo, au cantonnement de Sambo, j'ai pu mesurer l'effort engagé sur le terrain, la volonté de recréer la confiance, de travailler ensemble et de reconstruire en commun. La tâche est immense : réinsertion des forces de l'UNITA dans la vie civile, réinstallation des personnes déplacées, achèvement du processus de réconciliation politique avec la perspective d'élections générales.

Je suis le premier ministre des Affaires étrangères à venir en Angola depuis 1995 et je tiens ici à confirmer à l'Angola l'amitié et la solidarité du peuple français, à l'assurer de notre appui, appui au processus de réconciliation et de reconstruction, à témoigner aussi de notre confiance, confiance dans le processus qui a été engagé, confiance dans la capacité et la volonté de l'Angola de retrouver toute la place qui est doit être la sienne sur la scène africaine et sur la scène internationale. Aujourd'hui le continent africain a besoin de l'Angola, d'un Angola qui occupe son rang dans ce continent et je me réjouis qu'en septembre l'Angola puisse prendre la présidence de la SADC, l'organisation économique de l'Afrique australe et que, très vite, au début de l'année prochaine, l'Angola puisse, si sa candidature est retirée, occuper un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité, confirmant ainsi sa vocation dans la communauté internationale.

Notre appui vis à vis de votre pays s'adresse d'abord et, c'est normal, aux besoins les plus immédiats. C'est pour cela que nous avons voulu doubler notre aide alimentaire, passer à 7 millions d'euros, et envoyer une aide humanitaire d'urgence. A titre symbolique, j'ai amené à Sambo un premier kit chirurgical, qui sera complété dans les semaines qui viennent.

En même temps, j'ai décidé de renforcer l'effort de la France en faveur de la réinstallation immédiate des personnes déplacées, et ce avant l'époque des semences, c'est-à-dire avant septembre. Un premier projet d'1,5 million d'euros sera immédiatement complété par un deuxième d'un million d'euros. Pour 2003, nous réfléchirons à une aide plus importante qui pourrait englober l'ensemble des aspects de santé et d'éducation.

Parallèlement, pour accompagner la réinstallation des personnes déplacées, nous voulons prendre en compte, avant la fin de l'année, le problème très particulier et douloureux du déminage, et nous mettrons donc en œuvre une aide de 3 millions d'euros dans ce domaine. En Angola aujourd'hui il y a une mine pour près de trois habitants. Or il n'y a pas de développement possible, durable, sans sécurité, sans déminage.

Enfin nous appuierons le processus de consolidation démocratique en Angola en intervenant très en amont des élections afin d'aider à leur préparation dans les meilleures conditions choisies avec le président Dos Santos.

Mais, face à l'ampleur des défis, l'effort doit être multiple, collectif et partagé. Dans un premier temps nous appuierons donc la tenue d'une table ronde des bailleurs de fonds réunie autour de l'Angola pour définir les besoins humanitaires et les moyens d'y remédier. Mais nous appuierons la volonté de l'Angola de dépasser le simple stade de l'aide humanitaire, lié à une si longue guerre, pour trouver toute la place qui doit être la sienne à l'égard de l'aide financière internationale à la mesure de ses besoins. Après le défi de la paix, le défi du développement.

Je veux vous dire ce soir, vous redire, à quel point la France souhaite être à vos côtés pour vous aider dans cette période difficile, exemplaire, exemplaire pour l'Angola, exemplaire pour l'Afrique d'un pays qui retrouve enfin la paix. Je veux saluer tout particulièrement ici ce soir tous les membres de la communauté française qui sont le témoignage vivant d'une action, d'une action au service de l'amitié entre la France et l'Angola, d'un désir de partager ensemble l'espoir d'un grand Angola en Afrique. Merci./.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact