Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La force doit rester un dernier recours

La force doit rester un dernier recours

Discours du ministre français des Affaires étrangères, M. Dominique de Villepin, devant la Commission des droits de l'Homme. Genève, le 24 mars 2003. Source: Quai d'Orsay, Paris.

Madame la Présidente,

Monsieur le Haut Commissaire,

Mesdames et Messieurs les Délégués,

Il y a plus de dix ans, avec la chute du mur de Berlin, la fin de l'affrontement des blocs offrait aux peuples du monde l'espoir d'un ordre international nouveau.

La protection des victimes civiles de conflits, la défense des populations menacées par l'arbitraire des déplacements forcés ou les ravages de l'épuration ethnique, l'aide aux plus démunis, la lutte contre la famine ou les épidémies, prenaient une dimension nouvelle. La communauté internationale avait trop souvent fermé les yeux sur l'inacceptable, au nom du risque d'un affrontement entre les deux blocs. Désormais, elle se donnait les moyens de traduire dans les faits les principes des Droits de l'Homme.

Les opérations conduites par les Nations unies en Somalie, en Haïti, au Rwanda, en Bosnie, au Timor et au Sierra Leone ont témoigné de ce nouvel engagement commun. L'unité des volontés semblait pouvoir se faire autour de quelques exigences: le respect de la vie humaine, l'affirmation de la liberté individuelle, le droit au développement.

Mais le droit est-il encore à la hauteur des enjeux de sécurité: qu'il s'agisse du terrorisme, de la prolifération des armes de destruction massive ou du crime organisé ? Des tentations nouvelles commencent à prendre forme, privilégiant l'action unilatérale sur une recherche de l'unité qui serait synonyme d'impuissance.

Nous sommes à la croisée des chemins: la question des Droits de l'Homme est au cœur du débat. Si nous voulons que le droit prime, nous devons dès maintenant donner une efficacité nouvelle à nos institutions multilatérales, et en particulier à votre Commission.

Les Droits de l'Homme sont la référence universelle capable de jeter des ponts entre toutes les rives. Ils naissent de la fin de la séparation entre monde civilisé et monde prétendument barbare. Ils mûrissent avec la Renaissance, au moment où la découverte du Nouveau Monde confronte l'Occident à l'altérité, et où Bartolomé de Las Casas s'insurge alors contre ceux qui "par leurs cruautés et leurs œuvres néfastes, ont dépeuplé et dévasté des terres pleines d'hommes doués de raison."

Ils s'ancrent dans la pensée des Lumières, illuminées des deux éclairs des deux révolutions qui se répondent de part et d'autre de l'Atlantique. C'est là, entre deux continents, entre deux temps de l'histoire, que se fonde une morale nouvelle, animée par le respect de l'autre. Cette valeur universelle, au carrefour de toutes les grandes religions, peut dorénavant rassembler tous les hommes, par-delà les langues, les croyances, les nationalités, les cultures. Elle offre à l'humanité un principe d'unité, mais d'une unité respectueuse de toutes les différences, de l'infinie diversité de l'espèce humaine.

Cette exigence des Droits de l'Homme s'est fortifiée dans les épreuves du vingtième siècle. Face à l'horreur indicible de la Shoah, face à l'épouvante où l'humanité même avait été niée, Eleanor Roosevelt et René Cassin, symboles de l'alliance entre les peuples américain et français, apportèrent la seule réponse possible, en présidant à l'élaboration de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme.

Depuis cinquante-cinq ans que votre Commission s'emploie à défendre cette Déclaration, les progrès accomplis ont été considérables. Partout dans le monde, des victoires décisives ont été obtenues. Si les dictatures communistes se sont effondrées, n'est-ce pas avant tout, grâce à l'appel de la liberté, grâce aux efforts de tous ceux qui ont lutté pacifiquement pour informer et mobiliser les peuples contre l'oppression et contre le silence ?

Ce combat pour les Droits de l'Homme est exigeant. Il se livre dans une tension permanente entre unité et diversité, entre affirmation de l'universel et respect des particularités. A nier le particulier, nous risquerions de nous engager dans l'uniformisation et le déni de l'autre. Mais à nier l'universel, nous pourrions être conduits à accepter l'irréparable. Il faut aussi savoir tracer la limite de la souveraineté face à l'impératif des Droits de l'Homme: comment concilier la souveraineté des Etats-nations avec le devoir de faire respecter les Droits de l'Homme, lorsque des minorités y sont opprimées, voire massacrées ?

A chaque situation doit correspondre une solution adaptée, proportionnée et légitime.

En Bosnie en 1995 et au Kosovo en 1999, face au déni des principes les plus élémentaires de la dignité humaine, la France a joué un rôle essentiel dans la décision de la communauté internationale d'intervenir militairement. Il fallait mettre un terme immédiat à la barbarie de l'épuration ethnique. Oui, l'intervention était nécessaire.

Pour autant, faut-il un recours plus large et plus systématique à la force ? Nous avons plus que jamais le devoir, au nom de notre avenir, de notre avenir à tous, de répondre à cette interrogation majeure: comment imposer le respect des libertés fondamentales à un Etat qui ne les respecte pas ? C'est vrai en Irak, où votre Commission a dénoncé à juste titre, année après année, les violations des Droits de l'Homme. C'est vrai ailleurs.

Nous avons une conviction. On ne peut faire progresser le droit tout en le contournant. Si la force doit rester un dernier recours, elle ne peut s'ériger en principe d'action préventif et unilatéral. Cela ruinerait la confiance entre les Etats et conduirait à un engrenage de violence et de guerre. Cela nuirait avant tout au progrès des Droits de l'Homme eux-mêmes.

Notre devoir est d'ouvrir les portes de la liberté pour les peuples. Refusant catégoriquement toute complaisance à l'égard des dictatures, la France se veut porteuse d'un espoir au service de l'humanité. Elle veut tracer avec l'ensemble de la communauté internationale un chemin exigeant et lucide afin de construire un monde meilleur.

Notre action doit être guidée par trois principes majeurs.

  • Premier principe: la responsabilité

Nous sommes comptables de nos actions dans la durée. Dans un monde toujours plus interdépendant, la force ne suffit pas. La véritable puissance exige désormais de convaincre et de mobiliser la communauté internationale.

Les démocraties ont une responsabilité particulière à l'égard des peuples: celle de la solidarité. Elle s'exprime à travers l'action des Etats. Elle s'exprime aussi, de façon complémentaire, à travers l'action courageuse et généreuse des organisations non gouvernementales, de plus en plus présentes sur le terrain de la défense des Droits de l'Homme.

Face aux conflits régionaux, notre devoir est de libérer les peuples de la spirale de la violence, partout où résonne le fracas des armes, s'attisent de nouvelles haines, naissent de nouvelles fractures. Elles appelleront demain de nouvelles bombes et de nouvelles crises. A cet égard, la situation au Proche-Orient constitue la première urgence.

L'impunité constitue un facteur récurrent de violation des Droits de l'Homme. Elle favorise l'éclatement des conflits: pensons à la genèse et à la perpétuation des principaux conflits africains. Le refus de l'impunité ne doit pas pour autant empêcher le pardon, à l'image de la réconciliation sud-africaine. Mais en mettant fin à l'impunité, nous donnerons à la lutte en faveur des Droits de l'Homme une ampleur sans précédent.

C'est pourquoi nous nous sommes dotés, avec la Cour pénale internationale, d'un instrument exemplaire et stratégique pour repousser les frontières du non-droit et faire respecter le droit humanitaire international. Nous demandons la ratification universelle du statut de la Cour.

Nous devons défendre et consolider les sociétés civiles dans les pays qui n'ont pas achevé leur marche vers la démocratie et le développement. C'est ce que nous faisons en Afghanistan, en aidant à la reconstruction de l'Etat de droit. C'est le sens de notre action en Afrique, où nous soutenons le NEPAD, qui exprime la volonté des Africains de prendre en main leur destin.

La responsabilité implique le dialogue. Un dialogue ouvert et de bonne foi entre tous les pays, toutes les religions, toutes les civilisations. C'est pourquoi nous devons reconnaître l'égale dignité de toutes les cultures, lutter contre toutes les formes de racisme. Sans ce préalable, il n'est pas de responsabilité collective possible. Il n'est pas de paix possible.

Mais ce dialogue doit être exigeant, quelles que soient les contraintes de la culture, du développement ou de la géographie. Il doit porter des résultats concrets: qu'il s'agisse de l'échange sur les Droits de l'Homme entre l'Union européenne et la Chine ; qu'il s'agisse encore de l'Iran.

Ces exigences valent aussi dans les situations de crise. En Tchétchénie, nous espérons que le référendum tenu hier constituera le premier pas vers une solution politique du conflit, seule issue à l'engrenage de la violence et du terrorisme. Sans méconnaître les défis auxquels la Russie est confrontée, nous l'appelons à permettre l'accès des organisations internationales et humanitaires au territoire.

Ces exigences concernent enfin les pays qui bafouent les règles de l'ordre international. Il est grand temps que la Commission se penche sur la situation en Corée du Nord où un peuple entier souffre dans l'oubli et le silence.

  • Deuxième principe: le respect

Il est le rempart de l'homme contre sa propre barbarie, toujours prête à renaître.

De la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 à l'abolition de l'esclavage par Victor Schœlcher, la France est guidée par un idéal. Depuis longtemps déjà, elle place les droits civils et politiques au cœur même de son action. Parce qu'ils constituent l'héritage commun de l'humanité, ils doivent être reconnus par tous.

Le respect implique en effet la reconnaissance de l'universalité de ces droits, et en particulier de nos six grands pactes et traités. De formidables progrès ont été accomplis depuis la dernière conférence mondiale, il y a bientôt dix ans. Il faut aller jusqu'au bout et faire de ces instruments une référence universelle.

Je renouvelle ici solennellement l'appel du président de la République française à l'abolition par tous les Etats de la peine de mort. Parce qu'aucune justice n'est infaillible. Parce que, surtout, la mort ne sert pas la justice.

Le respect de l'homme implique la lutte contre les disparitions forcées. A ce jour, près de 42 000 cas non élucidés ont été enregistrés dans soixante-dix-huit pays. Autant de malheurs qui percent le tissu des peuples et déchirent les familles. La Commission a engagé, avec le soutien actif de la France, la négociation d'une norme contraignante contre ce fléau. Nous rendons hommage aux initiatives du Comité international de la Croix rouge, pour affirmer le "droit de savoir". Nous comptons sur l'appui de chacun de vos pays pour faire aboutir cette démarche urgente.

Le respect de l'homme implique également la fin de la torture: cette pratique renie fondamentalement la dignité de la personne humaine. La France se félicite de l'adoption du protocole additionnel à la Convention contre la torture. Nous appelons de nos vœux la ratification rapide de ce texte, afin qu'il puisse entrer en application.

Mais le respect de la dignité humaine implique aussi la reconnaissance des droits économiques et sociaux. Cette notion a vu le jour avec la révolution industrielle et technique des XIXème et XXème siècles. Elle demeure aujourd'hui particulièrement nécessaire, au moment où la diffusion des technologies de l'information et de la communication accélère la circulation des richesses mais creuse dramatiquement les inégalités. Nous ne pouvons accepter que le spectre de la grande pauvreté et de la misère continue de planer sur des populations entières.

La mondialisation offre un potentiel de développement extraordinaire. Les peuples, les cultures sont désormais constamment présents les uns aux autres: pour que le dialogue, et non la violence, surgisse de cette confrontation, les hommes ont besoin de la grammaire commune des Droits de l'Homme. Sans humanisme, la mondialisation risquerait d'être destructrice ; par les Droits de l'Homme, elle peut s'affirmer porteuse de toute la diversité du monde, facteur de dialogue et d'enrichissement mutuel.

La Commission des Droits de l'Homme doit apporter sa contribution à la réalisation des objectifs fixés dans la Déclaration du Millénaire et des engagements pris à Johannesburg. Elle doit favoriser l'accès à la santé et à l'éducation, en particulier pour les enfants. Ces objectifs constituent une clé majeure du développement, de la démocratie et de la paix. Luttons ensemble contre les pandémies qui ravagent des pays et des continents entiers. Nous ne pouvons accepter que le sida décime les peuples et dévaste les sociétés civiles, quand les moyens de prévention existent, quand des traitements sont disponibles dans les pays les plus développés.

Les populations vulnérables doivent faire l'objet d'une protection particulière. Il faut défendre les peuples premiers. Leur apport essentiel à l'humanité doit être universellement reconnue. Leurs cultures méritent d'autant plus le respect qu'elles sont plus fragiles.

Enfin, la révolution des sciences du vivant est porteuse d'immenses espoirs. Mais elle doit être encadrée et ses incidences sur les droits de l'homme mesurées. C'est dans cette intention que la France, avec l'Allemagne, vous soumettra une résolution sur les droits de l'homme et la bioéthique. Nos deux pays poursuivront également à l'Assemblée générale leur initiative en vue de l'interdiction, universelle et urgente, du clonage humain à des fins reproductives.

  • Troisième principe: l'exemplarité.

Parce que les Droits de l'Homme tirent leur force de leur universalité, ils impliquent des devoirs pour tous. Trois règles sont au cœur de notre engagement.

  • Première règle: l'impartialité

Il ne saurait y avoir deux poids, deux mesures en matière de Droits de l'Homme. Face à la crise ivoirienne, la France s'est engagée au nom de certains principes: respect de la légitimité démocratique, appui aux médiations régionales, souci de faire respecter les Droits de l'Homme dans leur intégralité, et non de façon partisane. C'est pourquoi elle a demandé que toute la lumière soit faite sur les exactions commises depuis le début de la crise et sur l'ensemble du territoire.

Ne pas instrumentaliser les Droits de l'Homme, c'est les respecter dans leur intégralité. Face au terrorisme, rien ne serait plus dangereux que de consentir à les mettre entre parenthèses. La lutte contre ce fléau ne sera efficace que si elle renforce nos principes d'action commune et nos valeurs.

  • Deuxième règle: l'efficacité.

Face à un monde hanté de menaces et saturé de peur, nous devons garder en permanence une exigence de résultat.

Nous devons donc nous donner les moyens de notre ambition. Je veux rendre hommage à l'action du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme. Je tiens à saluer son nouveau haut commissaire, M. Vieira de Mello et à lui dire qu'en liaison avec nos partenaires européens, nous lancerons une initiative pour augmenter substantiellement la dotation du Haut Commissariat dans le budget ordinaire des Nations unies. Nous veillerons à ce que la Francophonie, pour laquelle l'engagement en faveur de la démocratie constitue une priorité, renforce ses liens avec le Haut Commissariat.

La France, au nom de laquelle je rends hommage à vos rapporteurs spéciaux et vos experts, est particulièrement attachée au bon fonctionnement des mécanismes de votre Commission et à la pleine coopération des Etats avec eux. Elle proposera la prolongation du mandat du groupe de travail sur la détention arbitraire. Elle appuiera toutes vos démarches pour rendre votre action plus rapide, plus facile et plus efficace.

  • Troisième règle: la vigilance

Aucun d'entre nous ne peut s'ériger en donneur de leçons. Ensemble, nous devons en permanence être en quête de perfectionnement et partager nos expériences.

Cette règle s'applique à tous, et davantage encore à ceux qui ont la haute charge de représenter notre Commission. Ainsi, nous attendons de la Libye, qui en exerce aujourd'hui la présidence, qu'elle se montre exigeante et respectueuse de ses obligations en matière de Droits de l'Homme. A nous tous j'adresse un message simple et fort: être membre de cette Commission implique des devoirs particuliers.

Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs,

Aujourd'hui et ici, je pense à toutes les victimes impuissantes des conflits, aux femmes dont les droits élémentaires sont bafoués, aux enfants qu'on enrôle de force dans les armées. Je pense à tous ceux pour qui le mot liberté est synonyme d'espoir.

Je pense à tous les otages, comme Ingrid Bétancourt, encore aujourd'hui détenus par des groupes armés, en Colombie et ailleurs. Je pense à leurs familles. Je pense à tous ceux qui souffrent et qui résistent.

Je pense à ces hommes et à ces femmes qui se sont levés pour mener le combat le plus noble: faire respecter la liberté et la dignité humaine. A Gandhi et à Mandela, à Aung San Suu Kyi et à Rigoberta Menchu Tum.

De leur exemple, d'un long cortège de souffrances et de misère, émergent une conscience universelle, l'affirmation d'une communauté de destin propre à toute notre humanité, fondées sur la tolérance et le respect de l'autre. Il revient à chacun d'entre nous d'inscrire ces valeurs les plus nobles au cœur de nos actions collectives.

Je vous remercie./.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact