Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L’UE doit maîtriser son environnement politique et stratégique

 

L’UE doit maîtriser son environnement politique et stratégique

 

Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre français de la défense, au C.E.P.S. (Center for European Policy Studies). Bruxelles, le 22 novembre 2004. Source: DICoD.

 

C’est pour moi un honneur et un plaisir de pouvoir m’exprimer aujourd’hui sur le thème de l’Europe de la défense, particulièrement dans cette enceinte prestigieuse.

 

On entend encore trop souvent dire que la Politique européenne de sécurité et de défense est une simple déclaration de principe. Rien n’est moins vrai. Nous avons effectué ces dernières années des avancées significatives, dont certaines à une vitesse exceptionnelle.

 

L’opération Concordia a prouvé la capacité de l’Union à faire usage de la force militaire, dans des opérations ayant recours aux moyens de l’OTAN. L’Europe a aussi démontré sa capacité à agir de façon totalement autonome dans un contexte difficile, lors de l’opération Artémis.

  • Le transfert d’autorité de la SFOR à Althea s’effectuera le 2 décembre.

Cette relève de la force de l’OTAN par une force de l’Union européenne en Bosnie est la première opération de cette envergure pour l’UE. L’opération Althea sera une nouvelle occasion de prouver la qualité des arrangements entre l’OTAN et l’UE dits "Berlin plus".

 

Je pense que ces avancées ont été à la hauteur de l’ambition qu’ont les Européens pour leur continent, pour leurs institutions, pour leur rôle dans les affaires internationales. Les progrès de la PESD permettent à l’Union européenne de développer ses capacités de gestion de crise, y compris loin de ses frontières.

 

Il nous reste toutefois des défis à relever pour renforcer les capacités militaires de l’Union et lui permettre de maîtriser son environnement politique et stratégique.

  • 1) Nous avons donné à la PESD les moyens de devenir une réalité concrète sur le plan opérationnel.

  • 1.1 L’Europe a développé certaines spécificités en matière de politique de sécurité et de défense, qu'elle met en œuvre sur le terrain.

Avec la "Stratégie européenne de sécurité", les Européens partagent désormais une grille de lecture commune des risques, et ils convergent de plus en plus sur l’attitude à avoir face aux menaces.

 

Cela se vérifie dans la pratique.

 

Les Européens ont cette capacité à jouer de toute la gamme des moyens disponibles. Ils peuvent ainsi intervenir dans de multiples missions : intervention militaire, mission de police, aide humanitaire, ou encore aide à la reconstruction. C'est là la base de ce savoir-faire qui nous est propre.

 

Les interventions de l'Union se caractérisent par quelques traits spécifiques :

- Leur rapidité de mise en place.

- Leur créneau de déploiement, fixé dès le départ. Nous mettons un point d’honneur à respecter les délais.

- Une prise de relais identifiée très en amont. Dès le départ, nous avons une idée précise de la séquence de sortie de crise.

- Enfin, dernière caractéristique, parce qu’elle est le fruit d’une longue expérience, l’image du soldat européen est très bonne auprès des populations.

  • 1.2 Pour appuyer et renforcer ce savoir-faire, l’Union se dote de nouvelles forces, adaptées aux différentes situations opérationnelles auxquelles elle pourrait avoir à faire face.

 Le projet de groupements tactiques 1500, qui prévoit de doter l’Union européenne d’une capacité de projection très rapide de 1500 hommes, a suscité un grand enthousiasme. La volonté affirmée de la presque totalité des États membres de participer à ces groupements se confirme.

 

Dans un avenir proche, l’Union pourra ainsi se projeter en cinq jours sur les théâtres d’opérations les plus exigeants, partout dans le monde. J’ai voulu pour l’Europe une force en mesure d’assurer notamment les difficiles périodes de transition entre les crises et le retour à la paix. C’est ce qui m’a incitée à proposer la création d’une Force de gendarmerie européenne.

 

J’ai eu le plaisir de signer il y a deux mois la déclaration d’intention créant cette force.

 

L’objectif est désormais que le Commandant de la FGE dispose des moyens nécessaires pour assurer la montée en puissance de l’état-major de cette force, afin que nous soyons en mesure de la déclarer opérationnelle à l’été 2005.

  • 2) Le travail est loin d'être terminé. Il faut encore renforcer les capacités militaires de l'Union et lui permettre de maîtriser son environnement politique et stratégique.

  •  2.1 Consolider la démarche capacitaire de l’Union avec notamment la montée en puissance de l’Agence européenne de défense.

 L’Agence doit devenir opérationnelle à l’horizon 2005.

 

D’ores et déjà, elle dispose de son programme de travail pour l’année 2005 et d’un premier budget. Pour consolider sa visibilité et sa crédibilité, nous avons veillé à proposer à l’Agence des projets concrets. Elle se voit ainsi consacrée dans le dispositif institutionnel européen.

 

L’Agence aura une double responsabilité :

- institutionnelle, vis-à-vis des États membres et des autres organes de l’Union

- technique, notamment pour le développement des capacités.

 

Très rapidement, l’Agence européenne de défense sera incontournable. Elle sera le lieu où seront arbitrés les grands choix capacitaires européens.

Elle jouera un rôle essentiel en faveur de l’autonomie stratégique de l’Europe.

  • 2.2 Faire travailler en synergie les instances politiques, militaires ou d’expertise dont dispose l’Union européenne.

Nos ambitions pour l’Europe de la défense se sont concrétisées rapidement. Il nous faut désormais fixer clairement les modalités de mise en œuvre de ces nombreuses initiatives. Il nous faut évaluer précisément la place, le rôle et la coordination de chaque organe de l’Union concernés par les questions de sécurité et de défense.

 

C’est en relevant ce défi nous pourrons répondre ensemble aux multiples évolutions de notre environnement :

 

- l’évolution stratégique, engendrée par les crises auxquelles nous avons et aurons encore la responsabilité de répondre ;

 

- l’évolution politique, que marque la perspective de la Constitution. Nous devons réfléchir en particulier à l’articulation de la PESC et de la PESD.

  

Je ne doute pas de l’aptitude de l’Union européenne à relever ces défis. Cela implique que nous sachions donner, dans la durée, l’impulsion politique qui convient à nos initiatives. Cela implique également que les Européens soient informés au mieux des enjeux de la politique européenne de sécurité et de défense et qu’ils se l’approprient.

 

Je soulignerai, pour terminer, que la PESD a tout à gagner à progresser dans le cadre d’un lien transatlantique rénové.

 

Face aux défis actuels, les deux ensembles que sont les États-Unis et l’Union européenne ont une responsabilité particulière et partagée.

Le dialogue entre nous est indispensable.

 

L’OTAN comme la PESD y trouveront naturellement leur place, d’autant plus que l’Europe pourra désormais, en matière de défense, aborder sa relation à l’OTAN de façon décomplexée.

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact