Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Défense: Quatre axes de réforme au service d’une ambition retrouvée

Défense: Quatre axes de réforme au service d’une ambition retrouvée

Allocution de Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, devant le GIFAS à l’occasion de sa visite du Salon du Bourget le 14 juin 2005. Source : DICoD.

Charles Edelstenne président du GIFAS accompagne le ministre français de la défense, Michèle Alliot-Marie, lors de sa visite au 46ème Salon de l'aéronautique et de l'espace au Bourget (Photo Dassault Aviation).
 Michèle Alliot-Marie accueillie par Charles Edelstenne au Bourget

Le Salon du Bourget est un temps fort du secteur aéronautique et spatial en France et en Europe, pour les professionnels comme pour le public. Il est un grand rendez-vous des acteurs institutionnels et industriels de la Défense. La Défense a profondément évolué : s’appuyant sur une LPM respectée, comme l’a encore rappelé le Premier ministre, elle est au cœur de la politique économique du gouvernement. Pour cette raison, j’ai engagé une politique industrielle rénovée impliquant des moyens institutionnels et stratégiques.

Les premiers résultats concrets et prometteurs sont au rendez-vous. Il nous faut poursuivre sur cette voie dans le domaine aéronautique et spatial et porter notre effort sur la recherche et les nouvelles technologies.

  • J’ai voulu une administration performante, responsabilisée, forte d’une ambition claire. J’ai défini quatre axes de réforme, au service d’une ambition retrouvée.

- La réforme de la conduite des programmes d’armement a tout d’abord remobilisé la DGA, en lui donnant plus de visibilité et de nouvelles perspectives. Nous conduisons désormais collectivement nos programmes dans la durée, avec davantage de rigueur et de cohérence capacitaire.
- La réforme des décrets d’organisation du ministère et le renforcement des pouvoirs d’arbitrage du CEMA vient parachever cette évolution.
- Cette nouvelle organisation devait s’appuyer une doctrine rénovée, notamment en matière de politique industrielle. C’est chose faite. Elle consiste en une relance de la prospective et de l’action stratégique, au service de l’ « autonomie compétitive » : la priorité est ainsi donnée au redressement de l’effort de recherche, au développement et au maintien des capacités technologiques-clés pour l’avenir.
- J’ai enfin souhaité renouveler les relations entre le ministère et l’industrie en mettant en place le Conseil Défense Industrie. Nos réunions ont déjà permis de coordonner notre action sur des dossiers aussi essentiels que la politique industrielle, l’Agence européenne de Défense, la dynamisation de notre action collective à l’export ou l’appui aux PME-PMI.

Ces réformes doivent faciliter la poursuite des restructurations industrielles et du développement de l’Europe de la défense.

Il ne saurait y avoir de politique de défense sans une industrie performante et compétitive. J’y ai mis toute mon énergie, en engageant les nécessaires évolutions. Je pense à DCN et GIAT Industries bien sûr, mais également à des rapprochements comme SAFRAN. Nous devons encore progresser dans ce domaine.

L’Europe demeure au cœur de notre action. Une industrie européenne florissante nécessite une meilleure coordination des clients : telle est l’ambition de l’Agence européenne de défense. Au-delà du résultat du référendum sur la constitution européenne, ma détermination reste intacte. L’Agence est déjà une réalité : elle a réalisé les recrutements nécessaires, elle dispose d’un programme de travail. Elle est reconnue au sein des institutions européennes, forte de la légitimité apportée par les 25 ministres de la Défense. Je suis confiante dans sa capacité à se saisir bientôt des projets de démonstrateurs nouveaux que vous attendez.

Cette ambition, cette action, nous en voyons déjà les résultats concrets, à commencer par ici au Bourget.

Il y a trois ans, l'offensive du JSF était sur toutes les lèvres. Tout le monde annonçait la mort de l’industrie européenne des avions de combat. Il y a deux ans, je décidais de lancer ici même au Salon du Bourget, avec l’UCAV, une initiative résolument européenne

Aujourd’hui, nous lançons le programme Neuron qui réunira la France et cinq de ses partenaires : la Suisse, l’Espagne, l’Italie et la Grèce, la Suède dès que les nécessaires consultations nationales auront été menées à leur terme. Ce projet de l’ordre de 400 millions d’euros mobilise un grand nombre des grands industriels européens comme Saab, Finmeccanica, HAI, EADS/CASA, RUAG ou Thales. L'industrie des avions de combat retrouve ainsi des perspectives de long terme. C'est un acte fort, qui illustre bien ma vision d'une politique industrielle rénovée.

Pour autant, je ne compte pas en rester là. Il faut poursuivre nos efforts en matière de recherche et technologie.

Ils sont indispensables au développement des capacités technologiques dont nous aurons besoin demain pour assurer notre autonomie stratégique. C’est la raison pour laquelle je me suis fixée comme priorité le redressement de l’effort de recherche. En 2005, 550 millions d’euros sont destinés aux études amont. J’ai décidé une augmentation de ces crédits qui devront s’élever à 700 millions d’euros par an en 2008.

Quelles que soient les contraintes budgétaires, j’entends atteindre cet objectif et les crédits de recherche et technologie seront à l’abri des arbitrages. Cela représentera pour le ministère, et particulièrement les armées, un réel effort. Dans la durée, notre objectif doit être le maintien et le développement des compétences.

Trois secteurs doivent particulièrement mobiliser notre réflexion dans les mois à venir :

  • Le secteur des hélicoptères

Avec la fin proche d’un cycle de développements, nous devons engager une réflexion sur le maintien des compétences et les nouvelles capacités technologiques nécessaires à l’avenir. Dans le domaine des hélicoptères de transport et de combat tactique, nous devrons nous focaliser à partir de 2006 sur le lancement de démonstrateurs d’envergure.

La France et l’Allemagne doivent conjuguer et coordonner leurs efforts de R&T pour préparer l’avenir de ce secteur. Les récentes décisions espagnoles en faveur du Tigre et du NH90 font également de l’Espagne un partenaire potentiel de ces actions.

  • Le secteur des missiles tactiques

De nombreux pays européens se posent, à l’horizon de la prochaine décennie, la question d’un armement de combat terrestre dans le nouveau contexte des opérations réseaux-centrées. Au plan industriel, les compétences des équipes de la société MBDA constituent un pôle d’excellence européen incontestable dans ce domaine. Il est indispensable de fédérer les compétences européennes autour d’un projet de démonstrateur d’une famille de missiles de combat terrestre. La France prévoit un financement significatif dès 2006. Des premiers contacts fructueux ont été pris entre plusieurs partenaires européens sur ce sujet.

  • Le secteur des missiles balistiques et l’Espace

La question de la pérennité des compétences dans la filière des lanceurs rejoint celle de la filière des missiles balistiques, posant ainsi clairement la question de la garantie de l’accès à l’espace des Européens. Les deux domaines font appel à de nombreuses compétences communes. La DGA devra élaborer des projets de démonstrateurs dans les domaines qui intéressent la défense et combiner ses efforts à ceux du CNES dans les domaines duaux. Le récent contrat pluriannuel conclu par le CNES avec ses ministères de tutelle prévoit cette complémentarité.

  • Au-delà, l’espace est un enjeu stratégique.

Il importe que les pays européens adhérent à de nouveaux programmes ambitieux. Les programmes Hélios, SAR-Lupe et Cosmos Skymed démontrent une volonté de travailler ensemble sur les futures capacités d’observation spatiale. Des études impliquant l’industrie européenne devraient être lancées très rapidement pour en déterminer les contours, sur la base d’un besoin opérationnel commun déjà bien avancé.

Réforme des structures, nouvelle doctrine, industrie en évolution, mobilisation technologique : voilà une politique en ordre de marche. Pour autant, votre secteur d’activité est plus que cela. L’aéronautique et l’espace apportent une part de rêve. Ils représentent aussi une « nouvelle frontière technologique ». Ce secteur, je le souhaite au cœur de la politique industrielle que j’entends mener.

Parier sur l’avenir, c’est aussi – et surtout – parier sur celles et ceux qui feront la France de demain. Je tiens à saluer à cet égard les nombreuses initiatives du Salon du Bourget tournées spécifiquement vers les jeunes, notamment grâce au GIFAS.

La Défense est à vos côtés. Les écoles de l’armée de l’air, la DGA et les écoles d’ingénieurs dont elle a la tutelle, accueillent ici les lycéens, les étudiants, les jeunes diplômés et les demandeurs d’emploi. Le pavillon de la Défense leur est également ouvert pour les informer sur les métiers militaires et civils de la défense.

Je terminerai en remerciant les membres du GIFAS d’avoir cette année encore permis ce rendez-vous incontournable, qu’est le Salon du Bourget.

Cette manifestation me confirme que je peux compter sur la responsabilité et la créativité des industriels du secteur aéronautique et spatial pour assurer les capacités futures de la France et de l’Europe.

Liens utiles:

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact