Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

NRF 5 : L'Armée de l'Air aux commandes

NRF 5 : L'Armée de l'Air aux commandes

Source : Site de l'Armée de l'Air. Paris le 5 juillet 2005.

Depuis le 1er juillet 2005, et pour six mois, l'armée de l'air française est l'un des principaux contributeurs capacitaires de la composante aérienne dédiée à la cinquième " Nato Response Force " ou " NRF 5 ". Elle fournit, avec l'armée de l'air britannique, l'essentiel des moyens et assure par ailleurs les responsabilités de commandement et de conduite à travers ses structures C2. Affirmant une parfaite interopérabilité de ses moyens avec l'ensemble des éléments air engagés au sein de la NRF, l'armée de l'air permet ainsi à la France d'être nation cadre dans la direction d'opérations nouvelles dans une dynamique compatible avec les engagements pris vis-à-vis de l'Union Européenne.

Décidée au Sommet de Prague de novembre 2002 et s'inscrivant dans le processus de la transformation de l'Otan, la NRF, avec près de 20 000 hommes, doit fournir une réponse opérationnelle rapide de nature interalliées et interarmées face aux nouvelles crises du XXIe siècle (terrorisme, crise humanitaire, menace sur des ressortissants civils). Cette force peut également être une composante initiale d'un dispositif du niveau d'un corps d'armée (soit 100 000 hommes) appelé HRF (High Readiness Force).

Aujourd'hui, un engagement de la NRF serait donc placé sous l'autorité d'un officier général français qui disposerait alors d'environ 180 avions et de 6 000 hommes venant des divers pays de l'Otan. Cet engagement doit s'appuyer sur une montée en puissance de la composante aérienne dans un délai de cinq à quinze jours.

Reposant sur un cycle d'alerte triennal, la NRF dispose de trois structures de commandement interarmées assurant à tour de rôle la mise sur pied, la préparation opérationnelle et l'engagement éventuel de cette force. Ces structures, constituées en états-majors, sont respectivement à Brunssum (Hollande), Naples (Italie) et Lisbonne (Portugal).

Pour la NRF 5, c'est l'état-major de Lisbonne, intitulé " Joint Command Lisbon " qui aurait la responsabilité de mise en oeuvre d'un engagement interarmées sur un théâtre d'opérations. Coordonnant la mise en oeuvre des forces terrestres, maritimes, aériennes et spéciales, cet état-major travaille en relation étroite avec les aviateurs français depuis la phase de préparation à l'alerte NRF 5 qui a débuté le 1er janvier 2005. En outre, l'insertion de quelques officiers français au sein du " JC Lisbon ", offre la garantie d'une excellente interface entre notre pays et les autres pays de l'Alliance.

  • Le partenariat franco-britannique

La France et la Grande Bretagne se sont affirmées comme étant les principaux contributeurs de la NRF dans un partage équilibré des responsabilités. C'est dans un principe d'alternance de commandement air français et britannique que cette composante de force fonctionnera. Pour la NRF 5, ce commandement revient à la France.

Ce partenariat franco-britannique se caractérise par une contribution de près de 80 % des personnels de la structure de commandement et de conduite air (JFACC) et d'environ 40 % des moyens aériens ; les autres nations de l'Otan fournissant les moyens complémentaires. On soulignera pour l'occasion l'excellent esprit d'équipe qui règne entre les deux armées de l'air, esprit qui offre une synergie d'action remarquable, garante de l'efficacité opérationnelle sur un théâtre d'opération.

  • Le savoir-faire de l'armée de l'Air

Pour la partie nationale, la responsabilité de la mise en oeuvre de la structure de commandement et de conduite air de la NRF 5 relève du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA). Les autres grands commandements de l'armée de l'air contribuent à armer cette structure (la Force aérienne de combat, la Force aérienne de projection, le Commandement air des systèmes d'information et de communication...). La structure française, très proche des structures britanniques et de celles de l'Otan, fait appel à une doctrine et à des procédures nationales totalement interopérables avec celles de nos alliés. Cette interopérabilité permet à tous les officiers étrangers de parfaitement s'intégrer en conservant leurs habitudes fonctionnelles acquises au sein de leurs structures d'origine.

Cette interopérabilité constitue bien le principal défi pour l'armée de l'air, en particulier au niveau de l'intégration des SIC (systèmes d'information et de communication) aux réseaux de l'Alliance. Dans ce domaine, l'exercice " Allied Action 05 " (17 mai - 2 juin 2005), véritable étape finale pour la certification de nos structures pour la NRF, a permis de prouver l'efficacité et l'interopérabilité des SIC " air " français conçus par l'état-major de l'armée de l'air. À ce titre, il faut rappeler le développement d'une " passerelle " novatrice et performante (IEG, Interface Exchange Gateway) nécessaire pour la connexion du réseau protégé français au réseau " secret Otan ". Les résultats ont été excellents et ouvrent d'ailleurs la voie à une meilleure intégration des réseaux nationaux à ceux de l'Alliance.

Enfin, et c'est une première, l'armée de l'air s'est engagée auprès de l'Otan à fournir deux des trois bases aériennes déployables (D.O.B, Deployable Operating Base) en cas d'opération réelle, la Royal Air Force fournissant la troisième. Jusque-là, aucune nation ne s'était portée volontaire pour apporter une telle capacité indispensable au soutien des unités opérationnelles qui seraient déployées sur un théâtre. Leur déploiement a été minutieusement préparé : le matériel a été identifié et localisé en métropole, prêt à être rassemblé, pré acheminé, puis déployé suivant un phasage adapté aux besoins de l'opération.

À ce titre, il faut souligner l'important travail réalisé par l'état-major de l'armée de l'air en matière de déployabilité des matériels (tentes, système de génération d'air conditionné, de distribution d'eau potable, groupes d'énergie...) offrant des capacités de projection tout à fait remarquables au niveau national ou européen.

  • Une capacité certifiée

C'est à l'occasion des exercices "Opera 2003, Eolo 2004", "Airex 05", puis finalement "Allied Action 05", que l'armée de l'air, grâce à des objectifs réalistes, a affiné ses capacités de déploiement et de direction d'une composante aérienne. Elle a acquis ainsi la reconnaissance de l'Alliance en obtenant la certification, des niveaux "NRF" et "HRF" concrétisant sa capacité à commander et à conduire une force aérienne ainsi que sa préparation au déploiement rapide et à son soutien.

Cette double certification atteste d'une capacité opérationnelle, que l'armée de l'air peut offrir tout à la fois à l'Otan et à l'Union Européenne ou à toute autre organisation interrégionale légitimement mandatée par la communauté internationale.

Voir également :

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact