Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

<p>Quelle guerre en Afghanistan ?</p>

Quelle guerre en Afghanistan ?

La France est en guerre et elle ne le sait toujours pas... Quelle guerre menons-nous donc en Afghanistan? Après les échecs des empires britannique et soviétique, les nations coalisées derrière la bannière de l'ONU avec l'OTAN ont-elles une chance de gagner cette guerre, ou leur seule ambition est-elle de gesticuler et de faire croire qu'on y défend désormais la liberté sans s'en donner véritablement les moyens, face à un ennemi déclaré et résolu. Quelles questions soulève l'équation afghane ? François-Bernard Huyghe [1] auteur d'ouvrages de référence bien connus des experts de la guerre psychologique, pose quelques vraies questions. Déjà, dans une tribune publiée dans le Monde [2] il avait posé une question de fond à laquelle il faudra bien que l'on réponde un jour Outre-Atlantique: « La vraie question est : comment l'hyperpuissance devient-elle l'hypercible? La machine américaine à se faire des ennemis et la machine à ressentiment arabe et musulmane sont en phase. La première fournit à la seconde un territoire pour se battre, des griefs, des objectifs et des motifs pour recruter. La seconde offre à la première de quoi nourrir sa paranoïa : il faut en finir avec 'ceux qui haïssent la liberté'. Et le tout se nomme guerre perpétuelle. » Comme pour lui donner raison, quatre ans lus tard, deux analystes de la Rand Corporation, dans une étude cofinancée par le Pentagone publient un livre très argumenté, concluant que l'Amérique n'a pas choisi la bonne méthode contre le terrorisme. [3] L'auteur de l'Ennemi à l'ère numérique" dans un autre article, sur le déclin ou la montée en puissance d'al Qaïda, [4] reprend et commente cette analyse récente de la Rand Corporation "Comment les groupes terroristes cessent d'exister : leçons pour contrer al Qaïda". "Le choix des mots est rarement innocent" dans cette "guerre contre le terrorisme", dont on ne verra jamais l'issue.... Déjà l'ambassadeur Lévitte avait, il y a quelques années, lorsqu'il était en poste à Washington, rappelé la position française dans ce domaine. [5] Paris, le 28 août 2008. Source : huyghe.fr.

La mort de dix soldats français en Afghanistan a révélé un paradoxe typique des démocraties européennes : elles sont en guerre et elles ne le savent pas. L'immense majorité des citoyens oublie qu'ils ont des troupes engagées dans des conflits. De temps en temps, un militaire est tué par une mine, un attentat ou une embuscade. Suivant le nombre de morts ou la sensibilité du pays à ce moment là, soit la nouvelle passe presque inaperçue (qui se rappelle que nous avions également perdu des soldats d'élite en Afghanistan l'été 2007 ?), soit elle suscite une émotion et une unanimité nationales.

C'est aussi l'occasion pour les élus d'affirmer qu'il faut maintenir notre présence militaire, en dépit des sondages qui indiquent que la majorité de la population demande un retrait d'une expédition dont elle ne comprend pas la finalité. Ce refus officiel "de céder" implique a contrario qu'il aurait été possible de le faire et de se retirer au-delà de certaines pertes spectaculaires.

Apparemment guérie du complexe absurde du "zéro mort", la classe politique qui, droite et gauche à peu près confondues, a soutenu notre présence en Afghanistan et refusé l'envoi d'un contingent en Irak, peut certes se disputer sur des aspects secondaires.

Elle peut discuter si cette présence doit être renforcée "à l'américaine" ou allégée. Elle peut débattre si notre dispositif est le plus efficace ou si nous sommes trop ou trop peu indépendants du commandement américain.
 
Elle peut même suggérer d'afghaniser le conflit, donc d'impliquer de plus en plus des forces locales en renforçant le système démocratique dans le pays. On voit mal qui nierait qu'il faille construire une vraie armée afghane et un régime stable et reconnu, nullement impliqué dans le trafic de drogue de ce qui est devenu les premier narco-État du monde, depuis 2001. Reste à le réaliser sur le terrain.

Mais la critique reste une affaire de degré et tout le monde ou presque considère que se retirer d'Afghanistan serait "encourager le terrorisme". Et bien sûr, aucun individu sensé n'a envie de voir un jour les taliban revenir à Kaboul.
  • Cela dit, l'équation afghane soulève plusieurs questions :

- Ni l l'Empire britannique, ni l'Empire soviétique (et ce dernier au prix de pertes immenses des deux côtés) n'ont réussi à contrôler l'Afghanistan. Pourquoi l'Otan y parviendrait-elle ? Elle n'y a certainement pas contribué par la maladresse de ses méthodes : les victimes civiles de "dommages collatéraux", surtout si elles sont pachtounes ont aidé les talibans à recruter.

- La surprise n'est pas que les talibans soient capables de monter une embuscade réussie à 50 km de Kaboul, mais qu'ils contrôlent des zones territoriales de plus en plus étendues. Qui aurait parié en 2001 que le système unanimement condamné, chassé par la plus puissante armée du monde, soutenant de très importantes forces de guérilla bien implantées reconquerrait des provinces sept ans plus tard ? Qui aurait cru qu'Omar, le mollah borgne qui s'enfuyait sur une moto devant la coalition du Nord menacerait Kaboul en 2008 ?

À quoi sert toute la technologie des drones, des satellites, des missiles intelligents... si elle permet à l'adversaire, non pas de mener des opérations terroristes - cela aucune technique militaire ne peut le prévenir -, mais de se conduire comme une guérilla? Rappelons que ce qui distingue une guérilla d'un mouvement terroriste est que la première contrôle un territoire, donc une population, au lieu d'être totalement clandestine. Bien entendu, un mouvement politique peut combiner les deux : guerre des villes (terrorisme) et guerre des champs (guérilla et actions de partisans). Le même jour où les talibans tendaient une embuscade "classique" à nos soldats et tenaient plusieurs heures sans décrocher (tandis, il est vrai que les secours tardaient singulièrement), ils attaquaient la base américaine de Khost dans le sud-est du pays par des méthodes "kamikazes" : voiture et gilets d'explosifs pour un attentat suicide. Ce qui est tout aussi typique dans son genre.

- La montée en puissance des talibans se fait dans un contexte international qui n'a peut-être pas échappé à leurs dirigeants : une double vacance ou presque du pouvoir aux États-Unis et au Pakistan.

  • Aux USA, l'attente de l'élection présidentielle et la pression mise sur l'Irak rendent peu vraisemblables de grandes initiatives militaires en Afghanistan.

- Le conflit en Afghanistan est internationalisé des deux côtés : il y a des brigades internationales islamistes qui aident les talibans d'Afghanistan. Elles ont deux composantes principales. D'une part des Pachtounes du Pakistan à qui le passage de la frontière ne semble pas poser de difficultés insurmontables. Les zones tribales où est sans doute réfugié ben Laden offrent le sanctuaire indispensable à toute guérilla. D'autre part, des jihadistes internationaux. Venus d'Irak, du Cachemire ou d'autres théâtres d'opération islamistes. Comme à la grande époque de l'occupation soviétique il y a désormais une composante de jihadistes "arabes" (c'est leur surnom même si tous ne sont pas ethniquement) liés à la nébuleuse al Qaïda qui est tout sauf négligeable.

- Les succès relatifs de la stratégie du général Petraeus en Irak reposent sur l'idée d'armer des sunnites hostiles à al Qaïda et à négliger le problème chiite. Rien ne prouve que la méthode soit efficace à long terme. Or il est évident qu'il y a une relation dans la situation du triangle Irak, Pakistan, Afghanistan. La montée du terrorisme islamiste, plus ou moins d'obédience al Qaïda / talibans est impressionnante au Pakistan où il a tué 1200 personnes au cours des quinze derniers mois. Exemple, dans un quasi silence de la presse occidentale, un double attentat devant une usine d'armement proche d'Islamabad a fait 64 morts, le 2 août.

- Une des plus grandes inconnues est le rapport entre talibans et al Quaïda. Les premiers qui avaient accueilli les seconds avant 2001 (et payé leur addition après le onze septembre) bénéficient sans doute de l'expertise de l'internationale salafiste. Reste un problème de fond : les talibans se battent pour chasser les étrangers de leur pays et pour instaurer un État islamiste. Mais al Quaïda ? Quelles sont les priorités de sa stratégie, qui la dirige vraiment et quel contrôle a-t-elle sur les multiples initiatives jihadistes à travers le monde ? À quelques jours de l'anniversaire du 11 septembre, la question devient cruciale des relations entre des guerres de partisans visant à chasser des étrangers et à renverser un régime et la nouvelle forme de la guerre globale sans limite ni frontières.

P.S. L'affaire de la publication par Paris Match de photos de talibans paradant avec les dépouilles de soldats français révèlent quelques dimensions supplémentaires de cette affaire :

- Pour une part, les talibans se conduisent de façon archaïque et presque instinctive : ils exhibent les dépouilles du vaincu en guise de trophée. Il n'y a pas besoin d'être ethnologue pour comprendre qu'il s'agit là d'un comportement presque universel : parade et humiliation symbolique de l'ennemi. En ce sens, les talibans se conduisent comme des chefs de bande de banlieue fiers de montrer les trophées pris à la bande rivale, mais aussi comme Achille traînant le corps d'Hector dans la poussière derrière son char.

- Mais il y a une tout autre dimension. Ils ont été à l'école d'al Qaïda et s'inspirent des méthodes d'autres groupes jihadistes. La réflexion stratégique guide leur démarche : envoyer aux Occidentaux, via leurs propres médias, des images de la mort ou de la souffrance de leurs fils, c'est démontrer qu'ils sont des tigres en papier. Le message est : toute leur technologie et toute leur supériorité matérielle ne leur sert à rien contre des combattants prêts à tuer et à mourir.

 
Les mouhajidines sont conscients de notre sensibilité au spectacle de la violence, une sensiblerie efféminée à leurs yeux. eux ne croient ni aux guerres zéro morts, ni aux armes non létales, ni aux frappes chirurgicales ; ils utilisent les symboles et le spectacle de la mort comme armes offensives. S'en prendre au moral de l'ennemi et de l'arrière est une vieille règle de la propagande. Les chefs jihadistes ont, en outre, réfléchi sur la façon dont les armées les plus puissantes du monde sont reparties tels les Français après l'attentat sanglant du Drakkar à Beyrouth en 83, ou comme les Américains après le massacre de Mogadiscio en 93. Ce n'est pas par hasard que ben Laden a produit il y a sept ans tout à la fois l'événement le plus filmé de l'histoire et le plus grand défi symbolique contre ce qu'il appelle lui-même les "icônes" de l'Occident : les Twin Towers. Ce n'est pas par hasard qu'al Qaïda s'est dotée d'as Sahab, une société de production produisant des vidéos islamistes : testaments de kamikazes séquences d'attentats ou d'exécution d'otages. Les jihadistes sont persuadés qu'en retournant nos propres médias contre nous, ils peuvent agir sur l'opinion publique.Ils ont compris l'effet multiplicateur d'un cadavre à l'écran et savent combien la violence de l'image relaie la violence physique.

- Reste, bien sûr, la question de la participation de nos propres médias à l'opération, car tout ce qui précède n'est un secret pour personne. Nul n'ignore l'effet recherché par les talibans en contactant les spécialistes du "choc des images". De même que les terroristes domestiques font du "judo" avec les médias du "Système" qu'ils détestent (en produisant des actions spectaculaires dont ils seront obligés de parler car ils se nourrissent d'événements et de drames humains), de même les talibans mettent en scène une dramaturgie qui est sûre de trouver son audience. Ils comprennent nos règles, retournent notre technologie de la communication contre nous, tandis que nous sommes incapables de comprendre leur code.
 
François-Bernard Huyghe

[1] François-Bernard Huyghe, docteur d’Etat en sciences politiques, dirige des recherches en sciences de l’information et de la communication. Médiologue et spécialiste des stratégies de l’information, il est expert à l’Institut de Recherches Internationales et Stratégique, « cyberprofesseur » sur le campus virtuel de l’Université de Limoges, enseignant dans plusieurs instituts universitaires, mais aussi consultant (Huyghe Infostratégie Sarl). Il anime le site http://www.huyghe.fr. Son prochain ouvrage : Machines à faire croire. De la propagande à l’influence (Vuibert automne 2008). Il est l'auteur de nombreux ouvrages : citons notamment : "L'Information, c'est la guerre" (Panoramiques); "l'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination" (Presses Universitaires de France); Écran / Ennemi: Terrorismes et guerre de l'Information"; "Quatrième guerre mondiale. Faire mourir et faire croire", Collection l’Art de la guerre, Éditions du Rocher, Paris.

[2] in le Monde du 14 avril 2004 page 17.

[3] How Terrorist Groups End : Lessons for Countering al Qa'ida (Sumarry) by Seth G. Jones et martin G. Libicki. Rand Corporation, 2008.

[4] Sept ans après le 11 Septembre

[5] The Choice of Words Is Never Meaningless

Du même auteur :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact