Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Obama

Obama, le débarquement, l’Islam et le Proche-Orient...

Ce billet de Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense [1] est rediffusé ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Paris, le 18 juin 2009.©

La dernière commémoration du Débarquement allié du 6 juin 1944 a donné lieu à de nouvelles retrouvailles fraternelles entre les vétérans américains, britanniques, canadiens et les populations des villages de Normandie qui ont directement supporté cette phase décisive de l’issue du deuxième conflit mondial. L’ambiance était emprunte d’une fraternité rassurante, bon enfant et plus attentionnée que d’habitude, le nombre des survivants diminuant d’année en année. Le président américain Barack Obama s’en est fait le mémorialiste scrupuleux. Pourtant, à aucun moment nous ne l’avons entendu faire la moindre allusion au commando Kieffer, à la résistance française ou au général de Gaulle…

Ajouté à de sérieux dysfonctionnements de protocole au cours desquels la cellule présidentielle américaine s’est comportée comme dans la dernière des républiques bananières, ces oublis fâcheux ont accentué la préférence du couple Obama pour un dîner dans un restaurant de la rue Saint-Dominique à une soirée officielle avec son homologue français. Un entretien d’une quarantaine de minutes entre les deux présidents avait précédemment montré toute l’importance que la nouvelle Maison Blanche accorde à la lecture française des affaires du monde. Dans ce même ordre d’idées, il ne faudrait pas que « l’obamania  médiatique » dominante empêche une juste mesure des choses. Certes, le style du nouveau président américain tranche singulièrement avec les certitudes de son prédécesseur, mais comme celui-ci, celui-là aura à cœur de défendre les intérêts de son pays qui ne correspondent pas forcément aux nôtres.

A cet égard, le discours de paix prononcé par Barack Obama, le 4 juin dernier au Caire à l’adresse du monde musulman, est particulièrement significatif. Le président américain veut légitimement tourner la page des deux administrations précédentes et leur cortège de Guantanamo, Abou Graïb et autres sophismes du choc des civilisations, mais en surévaluant le facteur religieux et en nous servant le communautarisme anglo-saxon comme parangon universel. Se réconcilier avec le monde arabo-islamique sur le dos de pays laïcs comme la France est certainement un exercice contreproductif. En effet, parlant de la tolérance « assaillie de plusieurs façons différentes », le président Obama n'hésite pas à stigmatiser les pays occidentaux qui « empêchent les musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, par exemple en dictant ce qu'une musulmane devrait porter ». Ce faisant, le président américain omet de préciser que le port du voile n'est pas interdit dans ces mêmes pays qui ont simplement décidé d’en réglementer l’usage à l’école ou dans les administrations selon leurs traditions, leur histoire et leurs pratiques institutionnelles. Quoiqu’il en soit et au-delà de toutes considérations, ce n’est certainement pas au président des États-Unis de dire le droit en la matière, comme il est tout aussi déplacé de forcer les États européens à élargir leur union à tel ou tel pays voisin…

Mais au-delà de ses dimensions religieuses et civilisationnelles, le discours du Caire pose de toutes autres interrogations quant à sa signification politique, sinon géopolitique. En effet, si les propos d’apaisement à destination du monde arabo-islamique ont été unanimement salués, nombre de responsables politiques et religieux attendent de voir maintenant quel degré de traduction ils vont trouver dans la nouvelle diplomatie des États-Unis.

Barack Obama a fait campagne sur le retrait américain d’Irak. Celui-ci est amorcé tout en sachant que le Pentagone conservera dans ce pays une dizaine de plateformes interarmées prêtes à fonctionner, tant sur le théâtre irakien intérieur qu’en direction des autres crises régionales. Le redéploiement de troupes et de matériels s’effectue en direction de l’Afghanistan qui redevient le cœur de la sacro-sainte guerre contre la terreur. Dans les faits et sur le terrain, l’agenda géostratégique de l’administration Bush reste inchangé. Dans ce contexte, le sommet de l’échelle de menaces est toujours occupé par l’Iran et Washington n’entend pas marchander son soutien à la politique israélienne même si la Maison Blanche et son ministère des Affaires étrangères ont multiplié les déclarations sur la double nécessité de l’arrêt de la colonisation israélienne et l’instauration d’un État palestinien viable. Le risque est bien de voir s’engager un nouveau processus de paix assorti d’anciennes conditions, tel un nouveau simulacre d’un exercice qui ne mènerait à rien sinon à une gestion du temps rendant irréversible la mainmise israélienne sur la Cisjordanie.

En deux mots, Monsieur le Président ne nous faites pas le coup du Guépard de Thomas di Lampedusa : « tout changer pour que rien ne change… ».[2]

Richard Labévière

[1] Billet du rédacteur en chef de Défense, N°140, daté de Juillet-août 2009, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), réalisée par des bénévoles, « auditeurs de l'IH ». Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] Voir le Grand dossier du N°140 consacré à la « L'économie de l'immatériel ».

Du même auteur, lire également :

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact