Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Conférence

Quelle est la place du Soldat dans la société, aujourd'hui en France ? (2)

Les Français ont besoin de héros, pas d'idoles

« Un constat s'impose : depuis l'embuscade d'Uzbeen en Afghanistan le 18 août 2008, embuscade dans laquelle périrent 10 soldats français, la mort au combat ne confère plus le statut de héros mais celui de victime et c'est bien cette confusion qui semble poser un problème.» Qui n'a pas vu à la télévision ou sur Internet le retour des soldats canadiens morts en Afghanistan, honorés par tout un peuple, massé au bord des routes, pour honorer la mémoire de leurs héros et les accompagner ainsi jusqu'à leur dernière demeure, alors qu'aux États-Unis tout était fait à l'époque pour ramener les corps la nuit tombée pour éviter que la presse n'en parle ? Le sacrifice suprême de quelques uns doit-il demeurer inconnu d'une population trop occupée à travers ses médias à suivre le rythme de ses idoles pipolisées pour ne pas troubler qui ? Comme le disait Alfred Sauvy : « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets.» Depuis plusieurs mois, la colère gronde, chez les familles, mais aussi chez les militaires de tous rangs. Si certains, comme la Nation honore ses morts, si la presse écrite en parle, ailleurs, on dirait un silence gêné. Est-ce une forme d'autocensure qui ne dit pas son nom, ou faut-il voir autre chose de plus profond ? Les réactions sur Internet depuis des mois se multiplient. Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui ont décidé de faire éclater leur colère. Ce thème a été débattu le 8 Juin 2011 à Paris, lors de la conférence-débat « Culture et engagement ». Voici l'intervention résumée de François-Régis Legrier. Source: ASAF. Paris, le 15 mars 2011.

« Rendez-nous nos héros »: tel est le titre... d'un article de Samuel Duval paru dans le journal le Monde du 11 mars 2010. « Que sont les héros devenus ?» s'interroge la revue Inflexions dans son numéro du mois de janvier 2011, numéro suivi d'une journée d'études aux Invalides le 27 avril dernier. Puis, dans le Nouvel Obs de la semaine dernière (26 mai 2011), perdues dans les affres de l'affaire DSK, on tombe sur les photos de nos 58 soldats morts en Afghanistan. On aurait pu rêver meilleure compagnie, mais enfin, ils sont là, sortis de l'oubli par Jean-Paul Mari.

  • Héros ou victime ?

Un constat s'impose : depuis l'embuscade d'Uzbeen en Afghanistan le 18 août 2008,[1] embuscade dans laquelle périrent 10 soldats français, la mort au combat ne confère plus le statut de héros mais celui de victime et c'est bien cette confusion qui semble poser un problème.

  • Un héros, qu'est ce que c'est, et surtout à quoi ça sert ?

Si l'on s'en réfère à l'étymologie grecque, un héros est un demi-dieu, né d'un père mortel et d'une déesse ou l'inverse. Il est célèbre pour sa bravoure mais aussi pour ses discours.

Qui dit héros, dit modèle à imiter, dit multiplicateur d'énergies, dit capacité à se battre, à vaincre la peur, à s'imposer... En rendant un culte au héros, on favorise ainsi la cohésion de la cité.

Qui dit victime, dit mise en cause, dit culpabilité et judiciarisation à outrance, dit aussi atrophie des énergies, des volontés et des intelligences, dit enfin méfiance et incapacité à se battre.

Pour faire court, endosser sans broncher le statut de victime pour nos soldats morts en opérations, c'est prendre le risque à terme, de ne plus trouver quiconque pour exercer correctement ce métier qui ne rapporte même plus une parcelle de gloire... C'est donc fragiliser la cité !

  • Quels types de sociétés ?

Alors essayons de creuser un peu plus cette question en partant du principe que l'adage « Tel père, tel fils !» vaut également pour les sociétés.

  • Une société guerrière sécrète des héros essentiellement guerriers.

Les exemples abondent : Achille, héros légendaire de la guerre de Troie plusieurs siècles avant Jésus-Christ ; Cûchulainn, héros mythique de l'Irlande du début de l'ère chrétienne et qui, à la veille d'une bataille dont il sait qu'elle sera la dernière, dit à sa mère éplorée : « depuis le premier jour que j'ai porté les armes, jamais encore je n'ai refusé le combat. Voudrais-tu donc que je commence ? Ma gloire et mon renom me sont plus que ma vie.» ;

Roland le preux chevalier et sa célèbre épée Durandal...

En bref, les héros guerriers mettent leur gloire et celle de leur pays au-dessus de tout.

Une société chrétienne engendre des héros chrétiens que l'on appelle des saints. Les saints poussent, à un degré surhumain c'est à dire surnaturel, la perfection et l'accomplissement de certaines vertus - ils mettent la gloire, non la leur mais celle de Dieu et l'amour du prochain au-dessus de tout : les martyrs des premiers siècles en sont un exemple éloquent ; ils deviennent des modèles à imiter et favorisent ainsi l'expansion du christianisme.

Plus près de nous, un Maximilien Kolbe se substituant à un père de famille condamné à mort dans un camp de concentration nazi, illustre cet amour poussé jusqu'au sacrifice...

Une société laïque favorise l'éclosion des héros en tout genre (hommes politiques, hommes de lettres, professeurs, etc.) ayant, d'une manière ou d'une autre, rendu des services signalés à leur pays et contribué à sa renommée; en France, ils sont au Panthéon : c'est là que se côtoient Mirabeau, Victor Hugo, Paul Langevin, Louis Braille et bien d'autres encore.

Une société hédoniste sécrète donc de façon assez naturelle des héros festifs : joueurs de foot, acteurs de cinéma, etc. Leur gloire personnelle peut éventuellement retomber sur leur pays, mais ce qui les caractérise est sans doute la fugacité.

Comme des étoiles filantes, ils brillent avant de céder la place et de disparaître dans l'indifférence lorsqu'ils ne sont pas voués aux gémonies par ceux qui les encensaient la veille. On parlera d'Achille jusqu'à la consommation des siècles - il n'est pas sûr que nos héros festifs puissent prétendre à un pareil sort.

  • Guerre et société hédoniste

Jusque là, il n'y a rien à redire sauf que, lorsqu'une société hédoniste comme la nôtre se mêle de faire la guerre, cela ne va pas sans créer un hiatus, voire un malaise.

Le retour au réel, que constitue la participation à des conflits armés, doit nous amener à une prise de conscience et à des remises en cause douloureuses sur les fondements de notre société. Quels sont les ressorts d'une société guerrière et religieuse comme l'étaient les sociétés antiques ou médiévales ?

  • L'honneur, la gloire et la liberté valent plus que la vie terrestre et méritent donc d'être défendus par les armes.
  • Le bien commun de la société peut exiger de façon parfaitement légitime le sacrifice de certains de ses enfants. La patrie est une réalité charnelle et non un outil de propagande idéologique. La défendre est aussi naturel que protéger sa famille proche.
  • Enfin, après la vie terrestre, il y a la vie éternelle et dans ces conditions, la mort n'est qu'une étape - certes difficile - à laquelle il faut se préparer et cette préparation passe par l'acceptation et non le déni de cette réalité.

Le héros est celui qui brave la mort et acquière ainsi l'immortalité... cela suppose un haut degré de vertu, notamment le courage ; donc une éducation et une ascèse.

Quels sont les ressorts d'une société hédoniste et sécularisée ?

  • La mort et la souffrance sont le mal absolu et par voie de conséquence, le bien-être est la valeur suprême.
  • L'individu, c'est à dire le Moi, vaut plus que la société, laquelle n'a de sens que si elle sert les intérêts particuliers.
  • Enfin, le fait religieux est strictement confiné à la sphère privée et c'est donc le relativisme qui s'impose comme norme sociale, supprimant par la même toute espérance collective d'ordre surnaturel et engendrant un nihilisme grandissant.

Abandonner le modèle festif et restaurer une communauté de valeurs

Le modèle festif permet d'évacuer le tragique de nos existences (cf l'homo festivus de Philippe Muray) ; il est sans doute confortable et sympathique à court terme, mais il ne permet certainement pas de comprendre le réel et de donner du sens à nos vies et à nos morts !

Il ne s'agit pas de prôner ici un retour à la société antique ou à celle du moyen-âge, mais de dire qu'il y a une certaine urgence à rétablir une échelle de valeurs qui a été celle de l'humanité pendant des siècles et qui est encore celle de nombreux pays.

Le service de la cité dans sa forme la plus exigeante qui est celle du métier des armes, mérite - non pas une émotion compassionnelle, ostentatoire et fugitive - mais une véritable reconnaissance empreinte de dignité et de respect. Autrement dit, doivent accéder ou ré-accéder au statut de héros, c'est à dire à l'immortalité, ceux qui, bravant la mort, ont fait honneur à leur pays ; ceux qui, par leur attitude extraordinaire, ont porté à un degré supérieur l'exercice de certaines vertus afin qu'ils puissent servir d'exemples. Prêcher sur l'utilité des héros, comme ce soir, est sans doute une chose bonne et nécessaire, mais pas suffisante ; nous avons besoin de héros charnels, ils existent...

Du 1 er maître Loïc Lepage mort au combat en Afghanistan le 4 mars 2006 au 1ère classe Cyrille Louaisil mort le 18 mai 2011, ils sont 58 à avoir été jusqu'au bout de leur engagement et à nous donner, en toute simplicité et discrétion, une leçon de courage.

Abandonner le modèle festif, source de nihilisme, restaurer une communauté de valeurs entre les décideurs politiques, la société et son armée, sont les conditions nécessaires pour redonner tout son sens à la mort au combat et à l'action militaire, donc au véritable héroïsme.

Comme le dit Henri Hude, directeur du cours d'éthique à Saint-Cyr : "Sans un minimum d'élévation morale partagée, tout héros mort pour la patrie ressemble à un idiot qui se serait fait escroquer". En effet, l'esprit de sacrifice au service de l'hédonisme est une formule qui a peu de chances de durer!

François-Régis Legrier

[1] Voir "Afghanistan : Retour à la guerre classique ?" : Intervention au point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense le 28 août du général de corps d’armée Benoît Puga, alors sous-chef opérations de l’État-major des armées. le général devait rappeler la nature du dispositif français, préciser le cadre d’intervention, avant d’aborder le déroulement des combats après l’embuscade meurtrière tendue le 18 août dernier contre une section de la 4ème compagnie du 8e RPIMa dans la vallée d'Uzbeen en Afghanistan.

[2] Pour mener son combat, l'association ne sollicite aucune subvention officielle mais reçoit les dons. Le Bulletin de l'ASAF (N°90 - Printemps 2011) peut être commandé pour la somme de 5 € (port compris) à: l'ASAF, 18 rue de VEZELAY ; 75008 Paris.

Voir sur ce même dossier :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact