Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Livre Blanc et Loi de programmation militaire

Livre Blanc et LPM : l'heure de vérité pour la Marine Nationale
 

Par Richard Labévière (*)

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 24 mai 2013.

Richard Labévière -- Photo © Joël-François Dumont.Le Livre Blanc sur la défense et la sécurité a été remis au président de la République le 29 avril dernier. Sans surprise, le document passe en revue les grands théâtres internationaux qui concernent notre pays et ses intérêts : l’escargot euro-méditerranéen (Caucase, Proche-Orient et « révolutions arabes ») ; l’Afrique ; l’océan Indien/Asie du sud-est ; les DOM-TOM et le « grand jeu arctique ». Il met aussi en perspective quatre grandes thématiques transversales : renseignement et forces spéciales, cyber-espace, espace, mers et océans. « C’est un texte pertinent, adapté à la nouvelle donne stratégique et qui met bien en perspective ses évolutions », explique l’un des experts de la Commission du Livre, « toute la question maintenant est de veiller à l’attribution des équipements, des effectifs et des moyens financiers qui seront alloués à nos différentes armées afin que celles-ci soient en cohérence avec les priorités stratégiques ainsi dégagées ».

Priorités stratégiques et moyens : Le défi de la cohérence !

L’attribution des moyens nécessaires (équipements et effectifs) pour concrétiser les orientations du Livre blanc constitue la prochaine étape du processus. En effet, les finalités stratégiques ne conditionnent pas automatiquement la hiérarchisation des moyens qui en découle pourtant rationnellement. Par conséquent, toute la bataille à venir porte sur la mise en cohérence des moyens et des fins ! Ce sera l’enjeu de la Loi de programmation militaire (LPM) dont le ministre de la défense présentera le projet en conseil des ministres d’ici la fin juillet. Les députés débâteront du texte lors de la prochaine rentrée parlementaire. A ce stade, les chiffrages qui continuent à se multiplier, sont soit fantaisistes, soit le fait de lobbying au service d’intérêts particuliers et corporatistes. En marge de cette guéguerre de communication très éloignée des intérêts du pays, le pire des cas de figure serait de réitérer le décrochage de 2008. A l’époque, le Livre Blanc était, lui aussi fort pertinent, ce qui ne l’avait pas empêché de déboucher sur une LPM en fort décrochage notamment en termes d’équipements. Cette rupture et les réductions d’effectifs consécutives, avaient alors été saupoudrés sur les trois armées de manière indifférenciée - selon le vieux principe de l’homothétie négative consistant à ne pas faire de vrais choix -, sans tenir compte des priorités stratégiques et des efforts importants d’optimisation déjà réalisés, notamment dans la marine. Les comptables de Bercy étaient passés par là…

A contrario, la mise en chantier de cette cohérence nécessitera un minimum de courage politique qui consistera justement à traduire - en effectifs et en équipements - les choix qui correspondent le mieux aux intérêts vitaux et stratégiques de notre pays. L’été dernier le Sénat avait bien mis en évidence les enjeux de la « maritimisation » des économies globalisées,[2] soulignant à quel point les industries civiles et militaires maritimes constituent un « axe de croissance » pour la France.

Des sénateurs visionnaires

La maritimisation ne se réduit pas à la seule révolution du container. Conséquence des changements climatiques, les nouvelles routes maritimes dégagent des capacités de transport qui augmentent régulièrement de 7% depuis 5 ans. Les potentialités énergétiques (fossiles et renouvelables) entraînent une sédentarisation de l’homme en mer avec quelque 700 plateformes offshore. Aux réserves halieutiques s’ajoutent les infinies capacités de la biodiversité pour la recherche fondamentale et l’industrie pharmaceutique. Avec le deuxième espace maritime du monde (11 millions de km2), notre pays dispose ainsi d’un axe de croissance prometteur. Les actuels 310 000 emplois liés à la mer – hors tourisme – pourraient doubler, voire tripler dans les dix ans à venir.

Ce basculement de la terre vers la mer, qui s’est accéléré durant les cinq dernières années, entraîne deux conséquences : la mer et les océans deviennent des axes majeurs de croissance mais génèrent aussi de nouveaux risques et de nouvelles menaces : pollutions, flux migratoires clandestins, crimes organisés, pirateries et terrorismes. La concurrence accrue des États en mer impose une nouvelle donne stratégique. Or, tandis que les tâches de l’État en mer ne cessent d’augmenter, les capacités de la marine nationale diminuent constamment. Avec des formats en régression depuis 2000 et des renouvellements repoussés d’année en année, notre Marine fait aujourd’hui le grand écart. Un seul exemple sur la période 2000-2012 : le nombre de frégates a été diminué de 43%, évolution d’autant plus regrettable que ces navires constituent la colonne vertébrale de l’action en mer.

Faire des choix

Les deux rapporteurs Jeanny Lorgeoux (PS) et André Trillard (UMP) concluaient que « nous devrions concevoir la stratégie maritime comme l’un des piliers de notre stratégie de défense et de sécurité. Il s’agit de réévaluer le rôle de l’action de l’État en mer et de la sauvegarde maritime, mais aussi de la Marine comme outil de projection et d’action de la mer vers la terre (…). Il faut également réévaluer la place des territoires ultramarins dans la définition de nos intérêts nationaux ».

En tenant compte de cette vision d’avenir réconciliant défense et croissance économique, des choix clairs devront être faits. En consolidant les approches opérationnelles interarmées, les armées devront poursuivre la modernisation de leur organisation. Par exemple, l’armée de Terre devra sans doute repenser sa culture régimentaire qui ne correspond plus aux réalités des opérations actuelles. L’organisation territoriale, héritage du passé quand les voies de communication étaient difficiles ente les régions françaises, mériterait également d’être revue… Enfin, les 51 bases de défense ne manquent pas d’interroger quand l’Australie n’en compte, par exemple, que sept. En clair, il s'agira de réduire les états-majors existants en créant des structures de commandement sur mesure, optimisées, sans lourdeur administrative, avec une forte connexion politico-militaire et une indispensable dimension multinationale.

Cette équation ne se réduit pas à un simple choix entre des hommes et des équipements. En effet, derrière les équipements, il y a des décennies de recherche, de savoir-faire industriel et des milliers d'emplois hautement qualifiés. D'autant que « s'il faut, pour une raison ou une autre, remonter en puissance, conclut un officier général, il sera toujours plus facile de fabriquer de la troupe que de retisser tout un tissu industriel avec ses ingénieurs, ses fournisseurs et ses chaînes de fabrication ».

Besoin de jours de mer

Aujourd’hui, après s’être redéployée et optimisée sur deux enceintes majeures - Brest et Toulon -, après avoir recherché des équipages de frégates réduits et ramenés de 300 sur les unités actuelles à une centaine sur celles de demain, notre marine nationale ne peut plus se permettre de nouvelles baisses d’effectifs sans remettre en cause profondément sa crédibilité, voire son existence même. Car la Marine est en opération tous les jours et la construction des effectifs demeure le fruit d’une analyse fonctionnelle précise et délicate. Pour paraphraser citation célèbre : « quand les gros effectifs seront maigres, les maigres seront morts… »

Par ailleurs, la Marine n’est pas une armée en attente d’opération. Les missions navales sont quotidiennes et permanentes qu’elles s’inscrivent dans la protection contre les menaces venant de la mer ou dans la lutte contre l’insécurité (flux illicites de drogue, immigration clandestine, piraterie etc.). Ces opérations ne nécessitent pas uniquement des bateaux, mais aussi des équipages entraînés et compétents ainsi que les moyens financiers de faire des jours de mer. Alors que de nombreux pays, y compris dans notre environnement méditerranéen, se dotent de marines hauturières puissantes mettant en œuvre des armes performantes, gardons aussi à l’esprit que le territoire français - à l’extrémité du continent européen - est bien plus accessible par la mer que par la terre…

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire. Cet articler est paru dans Marine & Océans n° 239 (édition d'Avril/Mai/Juin 2013).

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.

[2] "Marine : petite révolution initiée par les sénateurs". Le Télégramme de Brest, 19 juillet 2012. Rapport : "La maritimisation : la France face à la nouvelle géopolitique des océans", 17 juillet 2012 : s.mosneron-dupin@senat.fr.

Chroniques de Richard Labévière en 2012-2013 :

Hervé Juvin et Régina Sneifer (28-12-2013)
Rafale : nouveau rendez-vous brésilien ! (12-12-2013)
Hegel, les grands hommes et nous… (10-12-2013)
Ukraine : La grande provocation (07-12-2013)
Vers la fin du pacte du Quincy… (25-11-2013)
Panique et contorsions Saoudiennes… (10-11-2013)
Otages (05-11-2013)
Remarquable ! (31-10-2013)
Mes raisons d’État (25-10-2013)
Giap nous dit : « Méfiez-vous de la Chine ! » (08-10-2013)
Proche-Orient : Où est passée l’idée du moratoire pour les armes de destruction massive ? (23-09-2013)
De quelques secrets de la grande pyramide… (14-08-2013)
Hommage au général-president Lahoud ! (04-08-2013)
Le pavillon français en danger (01-08-2013)
“Les Frères musulmans égyptiens ne pouvaient qu’aller dans le mur” (09-07-2013)
Plutôt que d’informer, je préfère ramener ma fraise... Mali : La double inconstance (05-07-2013)
Entre les batailles de Qousseir et d’Alep : les raisons du Hezbollah…  (17-06-2013)
Liban : laboratoire du monde (30-05-2013)
La bible de la stabilité du navire (28-05-2013)
Livre Blanc et LPM : L'heure de vérité pour la Marine Nationale (24-05-2013)
Olivier Lajous : l’art de diriger… (09-05-2013)
Un « Vilain petit Qatar » : cet ami qui nous veut du mal... (04-05-2013)
A-t-on encore besoin d’une grande armée ? (30-04-2013)
Leçons de Boston (20-04-2013)
Livre blanc sur la Défense : l'heure de vérité (10-04-2013)
Budget de la défense : à la recherche d'une troisième voie (20-03-2013)
Livre blanc au bord de la crise de nerfs... (15-03-2013)
Défense sans fard mais avec vue sur le renseignement, la mer et l’industrie… (20-02-2013)
Retours d’expérience Opération « Serval » : les menaces d’après… (19-02-2013)
Opération « Serval » Vaines cuistreries de chercheurs français… (07-02-2013)
L’opération « Serval » et les marins - Des ancres sur le désert… (06-02-2013)
Les trois menaces sahéliennes Terrorisme, Drogue et Corruption… (18-01-2013)
Mali : Pourquoi la France est intervenue ! (14-01-2013)
Mali/Somalie : le plus dur reste à faire… (13-01-2013)
Livre blanc, renseignement et forces spéciales (01-01-2013)
France-Algérie: Des résultats « historiques » (21-12-2012)
Un amiral élégant ou 40 mois auprès de Jacques Chirac (03-12-2012)
La Chine accède à la haute mer avec son premier porte-avions (12-11-2012)
La France face à la nouvelle géopolitique des océans (07-11-2012)
La mer, la croissance et le Livre blanc… (07-11-2012)
La sortie de crise au Sahel passe par une refondation de la relation franco-algérienne (18-06-2012)
Bouclier antimissile : un pari déraisonnable… (18-06-2012)
« Nous sommes dans le meilleur des mondes possibles, étant donné la situation actuelle » (18-06-2012)


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact