Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Des micros du Canard à ceux de la NSA

Des micros du Canard à ceux de la NSA…

Par Richard Labévière (*)

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 21 avril 2014.

On se souvient tous des plombiers du Canard enchaîné, l’un des ratages l’un plus retentissants de nos services spéciaux depuis les déboires qui accompagnèrent les crises les plus traumatiques de notre histoire contemporaine : de Vichy, la Guerre d’Algérie, Mai 68 au sabotage du Rainbow Warrior. Un roman qui dépasse toutes les fictions possibles…

Ce soir du 3 décembre 1973, le dessinateur du Canard André Escaro, qui rentre chez lui au sortir d’une soirée cinéma, passe devant l’immeuble du journal au 173 de la rue Saint-Honoré. Quelle n’est pas sa surprise d’apercevoir de la lumière au troisième étage. Commence alors l’une des histoires les plus cornecul de toute la Ve République.

Le dessinateur vient de surprendre des agents de la DST (Direction de la surveillance du territoire) en train de poser des systèmes d’écoute sous les parquets des locaux de la rédaction du célèbre hebdomadaire satirique du mercredi.

Ce livre [2] n’est pas une enquête de seconde main, mais la reprise de l’enchaînement des faits policiers, judicaires, juridiques et politiques, par les premiers intéressés eux-mêmes : Claude Angeli - aujourd’hui chroniqueur au Canard -, en a été le rédacteur en chef pendant trente ans. La romancière Stéphanie Mesnier collabore au journal depuis de nombreuses années. En restituant précisément le contexte politique, sinon idéologique du temps, les deux auteurs posent d’abord le décor : furieux de découvrir révélations et documents confidentiels (tout le monde se souvient de la feuille d’impôt de Chaban et des affaires à répétition concernant le financement des partis politiques et des campagnes électorales) qui les mettent en cause, presque chaque semaine, les collaborateurs du président Pompidou et Raymond Marcellin, le ministre de l’Intérieur, cherchent à découvrir l’origine des fuites.

Dans son éditorial intitulé « La République des microcéphales » qui suit la découverte et la révélation de l’affaire des « plombiers du Canard », Roger Fressoz annone l’intention de l’hebdomadaire de porter plainte : « tous nos compliments à M. Marcellin, notre ministre microcéphale, sous la caution duquel s’est déroulée cette noble opération de promotion microphonique. Les lauriers du Watergate l’empêchaient-ils de dormir ? » Très vite, cette affaire d’espionnage politique deviendra un boulet pour Raymond Marcellin et une partie de sa police. Un désastre, enfin, pour l’image de « La Francia pompidouliana ». Le rédacteur en chef du Monde (qui était encore le quotidien français de référence), s’indigne des réactions de Marcellin qui ose jouer la victime sur l’air connu du complot soviétique, intervention « aussi peu républicaine sur le fond qu’effarante dans la forme ».

Quatre jours après le dépôt de la plainte du Canard, le juge d’instruction Alain Bernard, s’abstenant de faire appel aux services de police, s’adresse aux sapeurs-pompiers de Paris pour s’aventurer, avec sa greffière, sur le toit de l’immeuble du 173 de la rue Saint-Honoré. A l’intérieur d’une cheminée, le magistrat y découvre un fil radioélectrique de neuf mètres, un micro assorti d’un aimant et relié à un autre fil de trois mètres, ainsi qu’un second aimant, plus puissant. Élargissant ses recherches à l’immeuble mitoyen, il met la main sur un appareillage électronique récent et des fils qui pendent dans une vieille cheminée de l’agence de voyage Taylor…

La suite du livre dévoile l’organigramme de l’opération, sa chaîne de commandement et les noms des exécutants. L’implication de la « Division III » de la DST, chargée entre autres de tout ce qui touche au « communisme international et aux activités gauchistes à l’échelle internationale » constitue l’une des clefs de compréhension de l’affaire présentée aux exécutants par leurs chefs comme une opération de contre-espionnage, et non comme la mise sous surveillance d’un journal atypique… C’est le véritable enseignement récurrent ces « Micros du Canard » : une confusion paranoïaque entre un contre-espionnage qui vise, à l’époque, prioritairement le communisme soviétique et ses sous-produits gauchistes avec les tâches de basse police politique. C’est aussi la malédiction tout aussi récurrente qui pèse sur les services secrets français depuis l’affaire Dreyfus jusqu’au Rainbow Warrior : la classe politique de notre pays - de droite comme de gauche -, ne cesse d’instrumentaliser les services spéciaux (de renseignement, de contre-espionnage et de contre-terrorisme) à des fins de politique intérieure.

Et c’est précisément sur ce point que le livre de Claude Angeli et Stéphanie Mesnier ne constitue pas un simple ouvrage historique (très beau panorama de toute la Ve république) mais s’impose comme un manuel d’instruction civique et politique. Des révélations de l’association Wikileaks à celles des écoutes planétaires de la NSA américaines, "Les Micros du Canard" reconstituent l’inquiétante filiation Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, tous écoutés avant de devenir « écouteurs », comme si l’exercice du pouvoir rendaient obligatoires ces atteintes aux libertés civiles et politiques fondamentales ! A noter toutefois une grande différence entre les États-unis et la France éternelle : le scandale du Watergate provoque la démission du président Nixon… chez nous les affaires s’enterrent aussi vite qu’elles sont révélées…

En conclusion d’un article consacré au film « La vie des autres »,[4] votre serviteur osait conclure, qu’à défaut de s’indigner consciencieusement des seules pratiques de la STASI [3] … avec le système américain Echelon et les réseaux numériques (et non abusivement nommés « sociaux »), « la vie des autres, c’est aussi la notre ! » C’est une évidence : dans la rue, le métro ou les trains de la SCNF et des compagnies de transport privatisés, il faut mieux lire attentivement « Les Micros du Canard » de Mesnier/Angeli que de twitter, de facebooker ou d’hurler dans son portable…

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.
[2] "Les Micros du Canard – Et aussi Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, tous écoutés avant de devenir « écouteurs ». Éditions Les Arènes, avril 2014.
[3] "La Vie des autres" (Das Leben der Anderen) est un film allemand sorti en 2006, écrit et réalisé par Florian Henckel von Donnersmarck.
[4] Le ministère de la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit, MfS), dit la Stasi, était le service de police politique, de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage de la République démocratique allemande (RDA) créé le 8 février 1950.

Chroniques de Richard Labévière en 2014 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact