Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La promotion de l'innovation dans le secteur informatique

La promotion de l'innovation dans le secteur informatique

Exposé du conseiller scientifique du président Clinton

Source: Washington File, USIA. Washington, 29 Juin 1999.

Washington - Le gouvernement Clinton a prévu d'accroître fortement les crédits consacrés à la recherche et au développement dans le secteur informatique et de conclure un nouvel accord entre l'Etat fédéral et la communauté scientifique.

Intitulée "L'informatique pour le XXIe siècle", l'initiative du gouvernement prévoit non seulement une augmentation sans précédent de 28 % des crédits affectés à la recherche fondamentale dans ce domaine, mais aussi des crédits destinés à encourager l'étude de l'emploi de techniques informatiques avancées pour renforcer la recherche dans tous les domaines de la science et des techniques", a indiqué le conseiller scientifique du président Clinton, M. Neal Lane, dans l'exposé qu'il a fait le 23 juin à Paris, lors d'une réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Le nouvel accord entre l'Etat fédéral et la communauté scientifique qu'a proposé le vice-président des Etats-Unis, M. Al Gore, a trois idées maîtresses, à savoir:

  • le soutien de la recherche fondamentale au moyen de crédits budgétaires et de crédits d'impôt,
  • l'élargissement de l'accès à l'informatique dans toute la société grâce à l'enseignement,
  • enfin, l'emploi de l'informatique afin de favoriser les valeurs d'ordre social.

La nouvelle initiative prévoit l'affectation de quinze millions de dollars à l'étude des aspects d'ordre social, éthique, légal, éducatif et économique de la révolution de l'information.

On trouvera ci-après le texte de l'exposé de M. Lane.

(Début du texte)

La science et la technologie ainsi que la diffusion des innovations dans l'ensemble de l'économie sont depuis quelques années le principal facteur de la croissance économique des Etats-Unis. En mai 1999, le président du conseil d'administration de la Réserve fédérale, M. Alan Greenspan, a affirmé que c'étaient surtout les avances techniques considérables auxquelles on ne s'était pas attendu qui avaient permis aux Etats-Unis d'obtenir des résultats économiques "phénoménaux" et l'alliance actuelle extraordinaire d'une forte croissance, d'un faible chômage, d'une faible inflation, de bénéfices élevés pour les entreprises et d'une hausse considérable du cours des actions. Comme M. Greenspan l'a dit, "de nombreux économistes, mais pas tous, estiment qu'il ne s'agit pas là seulement d'un phénomène cyclique, mais d'un phénomène qui traduit quelque chose de plus (...) d'un changement qui se poursuit encore dans notre paysage économique. En partie (...) et peut-être plus que nous le pensions autrefois (...) nos innovations technologiques aident l'économie." La plupart des technologies qui contribuent au développement économique des Etats-Unis ont permis la révolution informatique. La science et la technologie ont facilité cette révolution, qui accompagnera nos économies interdépendantes tout au long du siècle prochain.

De nos jours, les sociétés productrices de microprocesseurs et de logiciels ont un pouvoir économique aussi important que les constructeurs d'automobiles et les sociétés pétrolières. "Silicon Valley" (au sud de San Francisco) s'est jointe à Détroit pour devenir un des principaux moteurs de la croissance économique américaine. Le secteur informatique a enregistré un taux de croissance double de celui de l'ensemble de l'économie et il représente maintenant 8,2 % du produit intérieur brut des Etats-Unis. Le nombre de salariés dans ce secteur, qui était de 7,4 millions en 1996, devrait augmenter de 3 % par an, de 1996 à 2006, soit deux fois plus vite que le taux moyen dans l'ensemble de l'économie.

L'Etat fédéral a joué un rôle important dans la création de l'âge de l'informatique. Les investissements considérables en matière de recherche et de développement ont donné naissance à une multitude d'innovations, car la recherche scientifique joue un rôle catalyseur pour ce qui est de l'innovation. Depuis 1976, les crédits de l'Etat fédéral ont financé environ 70 % des travaux de recherche effectués dans les universités dans les domaines de l'informatique et de l'électronique. Les crédits fédéraux affectés à la recherche fondamentale ont contribué directement non seulement à la mise au point et à la fabrication de matériels, mais aussi à des progrès dans les domaines de l'informatique graphique, de l'intelligence artificielle, de la configuration des ordinateurs et, bien sûr, de l'Internet.

A l'heure actuelle, grâce au pouvoir de traitement et à la connectivité qu'offre l'informatique, nous pouvons chercher à faire des investissements qui amélioreront la qualité des travaux de recherche effectués. A cet effet, une nouvelle initiative ambitieuse prévue dans le projet de budget de recherche et développement pour l'année budgétaire 2000 tient compte de la nécessité de la recherche fondamentale dans le domaine informatique. Intitulée "l'informatique pour le XXIe siècle", cette initiative du gouvernement prévoit non seulement une augmentation sans précédent de 28 % des crédits affectés à la recherche fondamentale dans ce domaine, mais aussi des crédits destinés à encourager l'étude de l'emploi de techniques informatiques avancées pour renforcer la recherche dans tous les domaines de la science et des techniques.

Outre le soutien à la recherche et au développement en vue de favoriser l'innovation et la croissance économique, nous devons veiller à ce que la science permette de mieux faire face aux problèmes sociaux. Ces cinquante dernières années ont constitué une période exceptionnelle pour la science et les techniques, mais il nous faut maintenant établir un nouveau partenariat de l'après-guerre froide entre la science et la société qui soit avantageux pour tous. En conséquence, notre vice-président nous a demandé - à nous la communauté scientifique - de rechercher ces possibilités à l'approche du siècle prochain. Il a préconisé la mise en place d'un nouvel accord entre la communauté scientifique et l'Etat fédéral, qui repose sur un soutien rigoureux de la science fondamentale, ainsi qu'un partage des responsabilités pour que nos innovations soient une force puissante de progrès. Il a énoncé les trois conditions préalables de ce nouvel accord.

Premièrement, alors que nous continuons d'étudier les questions fondamentales de la nature, nous devons faire davantage pour garantir que la science et la technologie servent à maintenir notre prospérité, à créer des emplois et à renforcer l'économie pour le XXIe siècle. Pour illustrer cette nécessité, il a annoncé l'initiative dont je viens de parler, ainsi que l'intention du gouvernement de demander au Congrès de renouveler le crédit d'impôt accordé au titre de la recherche et du développement.

Deuxièmement, le vice-président a dit : "Nous devons faire en sorte que nous produisions les fruits de la découverte et que nous les partagions", c'est-à-dire qu'un plus grand nombre d'Américains aient accès à la technologie et à une carrière satisfaisante dans les domaines scientifique et technique. Toutefois, nous avons conscience qu'il est nécessaire d'offrir des possibilités dans le secteur de l'enseignement qui permettent de réaliser ces objectifs. Le gouvernement accorde une place prioritaire à la satisfaction des besoins de la main-d'œuvre des secteurs scientifique et technique au XXIe siècle et au partenariat tout aussi essentiel entre l'Etat fédéral et les universités. Le Conseil national de la science et de la technologie qu'a créé le président recommandera prochainement des mesures visant à garantir que ce partenariat demeure fort au siècle prochain.

Enfin, le vice-président nous a exhortés à faire davantage pour que les innovations techniques contribuent à favoriser les valeurs les plus anciennes qui nous tiennent à cœur. A titre d'exemple de nos efforts dans ce domaine, on peut citer les travaux de la Commission nationale consultative de bioéthique, qui fournit des directives très importantes pour ce qui est des questions complexes soulevées par la recherche biomédicale. Dans le projet de budget pour l'année budgétaire 2000, l'initiative "L'informatique pour le XXIe siècle" met l'accent sur la technologie et les valeurs en affectant quinze millions de dollars à l'examen des aspects d'ordre social, éthique, légal, éducatif et économique de la révolution de l'information.

Si notre pays continue de prospérer grâce aux investissements persistants dans les domaines scientifique et technique, nous devons rester attentifs aux changements qui ont lieu au sein de l'économie mondiale et œuvrer en qualité de partenaires avec les autres pays pour tirer parti des possibilités qui se présentent. Les problèmes auxquels se heurte le monde entier, pour ce qui est du développement durable, de l'amélioration de l'enseignement et de la création d'emplois, sont des problèmes humains causés par une multitude de forces complexes. S'il n'est pas possible de résoudre l'un quelconque de ces problèmes uniquement au moyen de la science et des techniques, il n'est pas non plus possible de les résoudre sans les avantages économiques et sociaux provenant de la science et des techniques. En conséquence, le progrès scientifique allié à une bonne politique est essentiel pour relever les défis auxquels nous devrons faire face ensemble au siècle prochain.

(Fin du texte)

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact