Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Nouvelle page 1

La France avec la Force Licorne  est restée un acteur engagé de la stabilisation de la Côte d’Ivoire

Adresse à la Force LICORNE par Jean--Yves Le Drian, ministre français de la Défense – Seul le prononcé fait foi – Abidjan, le 10 mai 2014. Source : DICOD.

Mon colonel,
Officiers, sous-officiers et marsouins de la force LICORNE,

Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Je le suis d’autant plus que je reconnais certains d’entre vous, que j’ai eu le plaisir de rencontrer en octobre dernier, lorsque j’ai passé une journée au Mans au sein de votre régiment.

La Côte d’Ivoire est un nouveau défi pour la 9e brigade d’infanterie de marine, et en particulier pour le 2e RIMa, qui s’est déjà illustré sur de nombreux théâtres. Je pense au Mali, où vous êtes notamment entrés les premiers dans Tombouctou, le 28 janvier 2013, après un raid blindé par le Sud aux côtés de l’armée malienne. Je pense aussi à l’Afghanistan, où, malgré le sacrifice de marsouins – c’était en 2011 – vous avez servi jusqu’à la fin de votre mission avec honneur et bravoure. Je n’oublie pas non plus le RICM qui contribue avec un escadron, ni le 6e régiment du génie avec une section, ni non plus les très nombreuses formations de l’armée de terre, sollicités pour constituer ce 33e mandat de l’opération LICORNE.

Je suis donc très heureux de vous retrouver aujourd’hui. Vous tous – et je pense autant à l’état-major et aux éléments de soutien qu’aux unités de combat – vous êtes ici au cœur de l’action de la France sur le continent africain. La diversité de vos missions, la longévité de votre action, témoignent de l’importance que nous lui accordons. Demain, vous serez au premier plan de l’évolution de notre dispositif en Afrique.

La force LICORNE est déployée en Côte d’Ivoire depuis une douzaine d’années. L’objectif premier était d’assurer la sécurité des ressortissants français au lendemain de la tentative de coup d’État de septembre 2002. Mais, alors que le pays tout entier se trouvait coupé en deux, une nouvelle mission est rapidement confiée à LICORNE : contrôler le cessez-le-feu résultant des accords de Marcoussis, conclus le 26 janvier 2003 sous l’égide de la France. Dans ces moments particulièrement difficiles, LICORNE a apporté un soutien essentiel à la mission de la Communauté d’Afrique de l’Ouest lors de son déploiement, puis à celle des Nations unies, présente depuis 2004. Depuis la signature de l’accord politique d’Ouagadougou en 2007, la principale mission de la force est de soutenir l’ONUCI afin de veiller à la mise en œuvre de l’accord.

Cette action de soutien à la réconciliation et à la paix a été plusieurs fois délicate, et la force LICORNE a connu l’épreuve du feu. Je pense, bien évidemment, à nos neuf soldats tombés le 6 novembre 2004, lors du bombardement de Bouaké. Nous ne les oublions pas et je sais que leur souvenir inspire votre action. Je pense également à la bataille d’Abidjan, en 2011, qui a vu Alassane Ouattara être finalement proclamé Président de la République de Côte d’Ivoire. C’est ce dernier événement qui a permis d’enclencher le processus de normalisation dans le pays, et je sais que dans ce succès, la force LICORNE a pris toute sa part.

Depuis lors, la France est restée un acteur engagé de la stabilisation de la Côte d’Ivoire. La force LICORNE poursuit en effet depuis 2011 son appui à la normalisation du pays, en assurant une présence dissuasive, mais aussi en contribuant à la reconstruction de l’armée ivoirienne par une coopération militaire active. LICORNE reste, dans le même temps, en mesure de défendre les intérêts français et d’assurer la protection de nos ressortissants en cas de besoin. Dans toutes ces missions, la force LICORNE fait la fierté de la France, en incarnant l’image d’une armée au service de la paix, des nations africaines et des Nations unies.

Aujourd’hui, l’objectif poursuivi depuis 2002 en République de Côte d’Ivoire est en passe d’être atteint. Au niveau politique, il y a désormais un président qui est élu et reconnu. Au niveau militaire, la situation ne justifie plus le maintien d’une force en opération.

Quand on compare la situation présente au chaos de 2002, on peut faire le constat d’une grande réussite, à laquelle la France doit être fière d’avoir contribué. À travers vous, je veux féliciter l’ensemble des soldats qui ont été déployés dans l’opération LICORNE.

La révision des accords de coopération qui nous lient à la Côte d’Ivoire témoigne de cette nouvelle donne. Je me réjouis que le texte ait été adopté cette semaine en Conseil des ministres à Abidjan et que le projet de ratification soit en cours de transmission au Parlement.

Dans ce contexte, le dispositif français ne pouvait pas rester figé. Il devait évoluer. C’est pourquoi la France a entrepris une transformation de son dispositif militaire en Afrique.

Cette transformation trouve son origine dans le discours de François Hollande, le 12 octobre 2012 à Dakar : « Nous n'avons pas besoin de forces statiques en Afrique, nous avons besoin de forces réactives, capables de s'adapter et de privilégier une réponse plutôt que simplement une présence. C'est dans cet esprit que sera définie la nouvelle politique de défense de la France ». C’est cette nouvelle politique de défense que j’incarne, au nom du Président, et que je suis venu décliner aujourd’hui, ici à Abidjan.

Le 1er janvier 2015, LICORNE laissera sa place aux Forces Françaises en Côte d’Ivoire, les FFCI, passant du statut d’OPEX à celui de force de présence. Ces FFCI ont vocation à devenir, à l’horizon 2016, une base opérationnelle avancée sur la façade ouest de l’Afrique.

Fortes du positionnement géographique de la Côte d’Ivoire, fortes aussi de la qualité des infrastructures portuaires et aéroportuaires, les FFCI auront un double rôle. Elles seront d’abord une réserve stratégique de théâtre, capable d’intervenir en urgence sur le continent, là où la situation l’exige. Mais elles seront aussi un point d’appui pour nos opérations, en particulier dans la bande sahélo-saharienne. Elles resteront enfin, comme l’était la force LICORNE, en mesure d’appuyer l’ONUCI si les circonstances le commandaient.

J’ai rencontré hier soir le président Ouattara pour discuter de cette transformation. Car l’enjeu est commun. L’évolution du dispositif français accompagne celle de la Côte d’Ivoire, dans une perspective partagée, celle d’une coopération fructueuse, dans la paix et la sécurité.

Je sais que je peux compter sur vous, sur votre engagement et sur votre professionnalisme pour permettre à cette réorganisation de s’amorcer dans les meilleures conditions.

Pour relever les défis qui vous attendent, vous avez toute ma confiance.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact