Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Le Prix Brienne 2015

 Le Prix Brienne 2015

Discours de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense à l'occasion de la remise du Prix Brienne 2015. Hôtel de Brienne, Paris, le 29 septembre 2015. Source : DICoD.

Mesdames et Messieurs les membres du jury,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Je suis très heureux de vous accueillir ce soir à l’Hôtel de Brienne.

Je dois dire que c’est presque une maison d’écrivains. Avec Georges Clemenceau et le Général de Gaulle, ces lieux ont vu passer deux immenses hommes d’État qui furent aussi de brillants hommes de lettres. Tous deux ont affronté l’Histoire en ces lieux. Tous deux y ont laissé une empreinte qui ne s’efface pas.

Il était donc naturel que la rentrée littéraire passe aussi par le ministère de la Défense.

D’abord parce qu’elle y retrouve une tradition ancienne, que je viens d’évoquer, celle de la plume et de l’épée. Mais aussi parce qu’elle y rencontre une préoccupation quotidienne, celle de déchiffrer le monde contemporain, et notamment les bouleversements géopolitiques qui reconfigurent sans cesse l’environnement stratégique de la France.

Aujourd’hui, c’est plus que jamais nécessaire.

Ces derniers mois en particulier, des actualités dramatiques sont venues rappeler l’ampleur des menaces qui pèsent sur notre pays. Aller au-devant de ces menaces, où qu’elles se trouvent, au plus loin de nos frontières comme au plus près de nos foyers, toujours pour garantir notre sécurité, voilà la mission du ministère de la Défense.

C’est une mission qui s’éprouve au quotidien, dans ce qu’il a de complexe, d’incertain, parfois d’inacceptable. Mais c’est aussi une mission qui se prépare dans le temps long, celui du recul, de l’analyse, de la réflexion. Et c’est tout le sens du Prix Brienne qui nous rassemble ce soir, pour sa troisième édition.

Je voudrais d’abord m’adresser à Andreï Gratchev, puisque le jury a souhaité lui décerner un prix spécial pour son ouvrage Le Passé de la Russie est imprévisible. Cher Andreï Gratchev, c’est un honneur de vous recevoir ici ce soir. Vous n’êtes pas seulement l’auteur d’un brillant essai sur l’histoire de la Russie contemporaine, vous êtes aussi et surtout le témoin et l’acteur privilégié des incessants bouleversements qui ont marqué ce pays.

Comme vous le dites si bien, vous êtes un « enfant du dégel » : vous et votre génération avez connu la déstalinisation lancée par Nikita Khrouchtchev. Vous avez aussi connu le « printemps de Prague ». Vous avez, enfin, participé de près à la réforme du système soviétique dans les années 1980, d’abord comme membre du département international du comité central du Parti puis au Kremlin, comme conseiller et porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev.

Voilà qui vous donne toute autorité pour publier ce livre, qui est déjà un ouvrage de référence, à la fois remarquablement écrit et éclairant sur cette histoire de la Russie qui été aussi la nôtre, et qui par d’autres voies se prolonge aujourd’hui. En particulier, vous décrivez admirablement bien ce traumatisme que fut l’échec de la volonté de créer une convergence entre l’État protecteur, garant de la justice sociale, et l’efficacité du système économique. Votre analyse montre ainsi qu’au lieu du monde idéal imaginé de l’autre côté du « rideau de fer », c’est un système capitaliste aussi brutal que le soviétisme que les Russes ont alors découvert.

Vous posez au fond une question essentielle, celle de la sauvegarde de notre modèle démocratique face aux bouleversements du monde, face aux défis que sont la mondialisation, la pauvreté, les migrations : sommes-nous réellement capables de bâtir une « maison commune » ? Sommes-nous capables d’offrir aux sociétés un horizon politique stable et apaisé ?

En apportant un éclairage nouveau sur cette période essentielle de notre histoire récente, vous signez un livre important. C’est pourquoi je suis très heureux, cher Andreï Gratchev, au nom de l’ensemble du jury, de vous remettre ce prix spécial.

Il me revient donc, au nom de l’ensemble du jury, le plaisir et l’honneur d’annoncer le lauréat du Prix Brienne – édition 2015.

Auparavant, je voudrais simplement, à la suite de Frédéric Encel, saluer nos quatre finalistes : Myriam Benraad, Jean-Pierre Filiu, Ahmet Insel et Pierre-Jean Luizard. Leurs livres m’ont accompagné partout ces derniers mois, et je voudrais dire que ma perception des choses n’a fait que confirmer, à mes yeux, la grande valeur de leurs réflexions. C’est pourquoi, au-delà du lauréat que je vais distinguer dans un instant, j’invite tous ceux que la géopolitique intéresse à lire les ouvrages que nous avons mis en lumière.

Mesdames et Messieurs, cher amis,

Au nom de l’ensemble du jury, je suis très heureux de remettre le Prix Brienne 2015 à Pierre-Jean Luizard [1]  pour son ouvrage Le piège Daech – l’État islamique ou le retour de l’histoire.[2]

Avec Le Piège Daech, vous signez un essai brillant, qui construit un dialogue qui nous a convaincu entre actualité immédiate et grande Histoire, pour répondre à cette question essentielle : comment sommes-nous tombés dans ce que vous appelez le « piège Daech » ?

En quelques mois, le groupe autoproclamé « État islamique » a fait une entrée fracassante et sanguinaire sur la scène internationale. Mais votre approche vise précisément à replacer ce mouvement, effectivement jeune, dans sa trajectoire historique. Cela vous permet de démontrer, avec une grande clarté, le fonctionnement de Daech ; de décrypter sa stratégie cynique, faite de pièges et de provocations.

Les clés que vous nous offrez pour entrer dans le « piège Daech » sont précieuses, pour toutes celles et tous ceux qui s’interrogent sur la menace qui nous fait désormais face. En mobilisant votre remarquable connaissance de l’histoire du Moyen-Orient contemporain, pour décrire l’émergence de cette organisation, vous parvenez à faire comprendre l’étendue majeure du bouleversement politique que l’actualité nous laisse seulement entrevoir.

Bravo à vous.

[1]  Chercheur au CNRS, historien spécialiste du Moyen-Orient, auteur de plusieurs ouvrages sur l’Irak, Pierre-Jean Luizard dans son essai consacré à l’État islamique, "Le piège Daech", a cherché à décrire le fonctionnement du « premier État salafiste à se revendiquer comme tel ». Il en souligne la dimension historique, absolument nécessaire pour le comprendre, et les pièges qu’il tend aux pays occidentaux.
[2] Le groupe État islamique, inconnu il y a encore quelques mois, a fait une entrée fracassante et sanguinaire dans l’actualité internationale. Profitant des crises en chaîne qui secouent l’Irak et la Syrie, « Daech » a pris le contrôle d’une vaste région et dispose aujourd’hui de gigantesques ressources financières. Sa volonté de construire un État le distingue nettement d’Al-Qaïda. Rompant avec nombre de commentaires à chaud, l’historien Pierre-Jean Luizard, grand spécialiste de la région, essaie de comprendre les succès de l’État islamique, dans le contexte de déliquescence des États de la région, notamment l’Irak et la Syrie. Il met au jour des logiques moins visibles, locales autant que mondiales, sociales autant que religieuses, dont les racines remontent au début du siècle dernier, à l’époque où l’Europe dessinait les frontières actuelles du Moyen-Orient. Dans cet essai qui fait dialoguer l’actualité immédiate et la grande Histoire, l’auteur explique pourquoi nous sommes aujourd’hui tombés dans le « piège Daech ». Source : Éditions la découverte.

Lire également :

Proche-Orient : pour Pierre-Jean Luizard.
Daech « s’est emparé de l’Histoire », de Laurent Ribadeau-Dumas in Francetvinfo.
 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact