Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L

Un terrorisme militarisé d’inspiration djihadiste sur notre propre sol

Discours pour la cérémonie de vœux à la Défense de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. Val de Grâce, le 20 janvier 2016. – Seul le prononcé fait foi – Source : DICoD.

Monsieur le Secrétaire d’État,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le chef d’état-major des armées,
Monsieur le délégué général pour l’armement,
Monsieur le secrétaire général pour l’administration,
Mesdames et Messieurs,

Au début de cette semaine, personne, au sein du ministère, ne pensait à Valfréjus comme à un défi de plus qu’il nous faudrait relever – pas même les 51 légionnaires du 2e Régiment étranger de génie, qui s’apprêtaient à effectuer là un nouvel entraînement. Lundi après-midi, cinq d’entre eux ont pourtant trouvé la mort dans ce massif des Alpes, emportés par une coulée de neige. Plusieurs autres ont été blessés.

Nos pensées réunies vont bien sûr aux familles des victimes, comme à leurs camarades durement éprouvés par ce drame. J’étais hier à leurs côtés.

Dans ces instants de recueillement, la Défense vérifie qu’elle est bien une communauté : c’est tout entière qu’elle souffre lorsque plusieurs des siens se trouvent frappés, dans le cadre de leur mission.

Cet accident tragique renvoie la Nation à la réalité de l’engagement de ses armées. Celle d’un métier unique et grave, où le risque est réel, où l’enjeu aussi est grand, car il s’agit toujours de l’essentiel : s’entraîner pour mieux protéger nos concitoyens ; intervenir pour garantir la sécurité de la Nation ; mettre sa vie en jeu pour défendre celle des autres.

L’engagement de ces hommes est d’autant plus digne d’admiration qu’ils étaient légionnaires. C’est-à-dire qu’ils avaient fait le choix, pour certains, de servir un pays qui n’était pas le leur. Le choix de protéger des hommes et des femmes auxquels les unissait seulement une communauté de vues et de valeurs. C’est bien sûr l’essentiel.

Ils ont rejoint les trois soldats morts pour la France en 2015, au cours d’opérations extérieures, ainsi que les neuf militaires qui ont perdu la vie dans le drame d’Albacete, alors qu’ils réalisaient eux-mêmes un entraînement exigeant, qui les préparait à des missions difficiles mais essentielles pour la Nation.

En ce début d’année, dans l’hommage que nous rendons à nos morts, je forme le vœu que nous puisions l’exemple et la force d’un engagement qu’il nous appartient de faire vivre dans tous les défis qui nous attendent.

Mesdames et Messieurs,

La Défense est un ministère où l’on compose toujours avec l’imprévisible, et où l’on n’abandonne jamais la gravité. C’est du reste le choix que nous avons fait, les uns et les autres ; celui qui nous rassemble dans une même aventure, par-delà nos fonctions et parcours respectifs ; celui qui nous place, collectivement, au plus près de la dureté d’un monde en crise, pour en préserver autant que possible notre pays.

A cet égard, l’année 2015 a marqué un véritable tournant, tant dans la gravité des menaces qui se sont exercées à notre encontre, que dans les réponses, elles-mêmes exceptionnelles, que nous avons apportées à des situations en grande part inédites.

Nous avons vu l’irruption, sur notre propre sol, d’un terrorisme militarisé d’inspiration djihadiste. Les attentats de janvier, puis ceux de novembre, ont touché notre pays en son cœur. Ils ont atteint, à travers les trop nombreuses victimes, notre communauté nationale dans ce qu’elle a de plus précieux : ses valeurs, qui font de la France un grand pays, son attachement à la liberté, une certaine joie de vivre aussi.

Mais ces actes, inqualifiables, inspirés par une idéologie haineuse et barbare, ont aussi eu pour effet de rassembler les Français, qui ont répondu au chaos par la solidarité, à l’ignominie par la fraternité.

Une fois de plus, notre Défense a montré l’exemple. Sentinelle de la Nation, à la demande du Président de la République, elle s’est portée partout où les circonstances l’appelaient. Dans les rues de France, pour protéger nos concitoyens à travers les lieux les plus sensibles. Au Levant, où notre engagement au sein de la coalition internationale contre Daech a été significativement renforcé, avec l’extension des frappes à la Syrie. Au Sahel, où l’opération Barkhane porte des coups décisifs à des groupes terroristes qui restent cependant agissants, comme l’attaque récente à Ouagadougou l’a tragiquement rappelé. Mais aussi en Centrafrique, où notre action de stabilisation porte ses fruits. Au Liban, où nos forces contribuent également à la stabilité d’un pays fragilisé par le gouffre géopolitique qui se trouve à ses frontières. Et partout ailleurs dans le monde où nos armées sont déployées, en faisant toujours honneur au drapeau qu’elles servent. Je n’oublie pas, à leurs côtés, toutes les forces vives du ministère, militaires et civiles, qui rendent possibles et accompagnent si bien les engagements de défense de la France.

Qu’il me soit permis d’adresser ici un hommage particulier aux personnels du service de santé des armées, qui nous accueille ce soir au Val-de-Grâce. Que ce soit dans le quotidien de leurs missions, ou dans la gestion d’urgence de crises sanitaires, comme l’épidémie Ebola ou les attentats de novembre 2015, à chaque fois, ils ont démontré leur excellence professionnelle et ce faisant leur très grande valeur.

A tous les personnels du ministère, présents ce soir à travers vous, je veux donc exprimer ma reconnaissance personnelle, pour la réactivité, le dévouement, le professionnalisme, mais aussi le sang-froid et le courage dont ils ont fait preuve cette année encore.

Plus que jamais, cette fierté qui est la mienne, est partagée par toute la Nation.

Cette reconnaissance et cette fierté, cette intime conscience de l’importance cruciale des missions de nos armées, se sont concrétisées à plusieurs reprises en 2015. Dès le printemps, le Président de la République a ainsi pris une décision historique d’augmenter le budget de la Défense, validée par le Parlement à travers la LPM actualisée. Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, il a encore renforcé cette dynamique, avec l’annulation de toutes les déflations qui étaient encore prévues jusqu’en 2019, au profit des forces opérationnelles, de la cyberdéfense et du renseignement.

2015, enfin, restera dans les annales du ministère pour des raisons plus positives. Je pense en particulier aux résultats que nous avons obtenus à l’export. 16 milliards d’euros, avec notamment les premières ventes du Rafale. 16 milliards d’euros : c’est deux fois plus qu’en 2014 ; quatre fois plus qu’en 2012 ; autant dire que nous sommes sur une belle lancée… Au-delà du chiffre, qui est un record historique, il faut se réjouir de l’excellence de l’industrie française et des retombées sur notre économie, avec plusieurs dizaines de milliers d’emplois qui vont être non seulement sauvegardés mais créés. C’est, enfin, la validation d’une méthode, et la reconnaissance de l’excellence de nos armées, qui mettent en œuvre ces matériels sur tous les théâtres où elles sont engagées.

2015, bien sûr, restera comme une année terrible. Mais ma responsabilité, c’est de préparer l’avenir de notre Défense. C’est pourquoi, ce soir, je voudrais partager avec vous la vision que j’ai des grandes innovations qui nous attendent, et la manière dont je souhaite que nous y travaillions, tous ensemble.

Lorsque nous évoluons dans un environnement stratégique et dans un contexte sécuritaire qui changent eux-mêmes à grande vitesse, lorsque nous sommes confrontés à un ennemi qui est lui-même mobile, inventif dans ses modes d’action, notre devoir est non seulement de nous adapter en permanence, mais de devancer ces évolutions, et pour cela de sortir des schémas convenus, de bousculer les habitudes établies. En un mot, de nous montrer novateurs, dans tous les domaines qui sont les nôtres.

Réactifs et novateurs, il nous faut plus que jamais l’être sur le front de la lutte contre le terrorisme djihadiste. En opérations extérieures, notre posture s’adapte en permanence. Sur le territoire national même, nous devons tirer les leçons des premiers mois de l’opération Sentinelle. C’est le sens du rapport que je présenterai dans quelques jours au Parlement. Pour la première fois de manière explicite, nous nous attachons à définir une doctrine d’emploi des forces armées sur le territoire national.

Innovation doctrinale. Innovation, bien sûr, dans le domaine industriel et capacitaire.

Notre ministère se donne tous les moyens de préparer l’avenir. Grâce notamment à la qualité et à la capacité à innover des personnels de la DGA, il investit ainsi 3,6 milliards d’euros dans la R&D. Il finance des écoles qui forment les ingénieurs et les chercheurs de demain. C’est une nécessité assumée, car l’autonomie stratégique de la France est inséparable d’une excellence technologique, dont nous sommes les garants. Mais je crois que nous pouvons aller plus loin encore, et l’enjeu n’est pas ici quantitatif.

L’excellence, surtout en matière d’innovation, ne se décrète pas. Elle peut même se perdre très vite. C’est le sens des choix que j’ai faits en décembre dernier, en accord avec mes collègues Emmanuel Macron et Thierry Mandon, concernant l’Ecole Polytechnique. C’est le sens du Pacte défense PME. C’est le sens de toutes les initiatives que nous sommes en train de prendre, pour préparer la Défense du futur, et je voudrais vous donner un aperçu de la manière dont de nouveaux enjeux technologiques, dont nous nous sommes saisis, vont transformer en profondeur nos concepts d’emploi opérationnel. Ainsi :

- Dans le milieu aéronautique, les drones d’observation décuplent nos capacités de renseignement et d’action – mais nous n’en sommes qu’au début. Les théâtres d’opérations nous confrontent à des situations nouvelles – je pense en particulier à la question du « déni d’accès », qui peut remettre en cause notre liberté d’action aux endroits mêmes où nous sommes engagés. Dans ce cadre-là, certains de nos alliés ont déjà eu recours à des drones de combat, en faisant la preuve de leur efficacité.

- Dans le milieu terrestre, la numérisation de l’espace de bataille est en marche, et le programme SCORPION que nous venons de lancer y prend toute sa part : les soldats, les véhicules, les capteurs, les effecteurs, seront tous connectés entre eux, avec des gains spectaculaires de rapidité et d’efficacité d’action. Nos soldats eux-mêmes seront mieux équipés, c’est-à-dire mieux protégés mais aussi augmentés dans leurs capacités physiques (grâce à la miniaturisation, à la robotisation ou encore aux exosquelettes).

- Dans le milieu maritime, nous amorçons une modernisation majeure de la flotte navale : les sous-marins Barracuda sont attendus d’ici deux ans ; nous lançons les premiers travaux pour les SNLE de 3èmegénération ; nous travaillons à une nouvelle génération de frégates avec la FTI, alors même que les premières FREMM entrent en service. J’ajoute que la Marine n’est pas en reste en matière de connectivité de ses plateformes, ou de drones, notamment dans le domaine sous-marin.

- Permettez-moi d’ajouter un quatrième milieu, celui du cyber, car il faut désormais le considérer comme tel. C’est un milieu à part entière, d’une complexité extrême, et qui voit actuellement des combats d’une ampleur, je dirais même d’une violence inouïe. « Matrix » n’est plus un film de science-fiction, nous y sommes. Nous devons à la fois sécuriser nos réseaux et nos données, trop souvent vulnérables. Mais nous devons aussi monter en puissance dans notre capacité à riposter dans l’espace numérique. Il y a quelques semaines encore, quelques personnes, avec peu de moyens, ont réussi à éteindre un réseau électrique dans un pays entier ! Combien d’armes conventionnelles faudrait-il mettre en œuvre pour obtenir un tel effet ? Que peut-on imaginer à l’horizon de dix ans ? Vous connaissez ma mobilisation personnelle sur ce sujet. Au cours de cette année, nous allons poursuivre notre effort financier, notre politique de recrutement, mais nous allons aussi renouveler notre doctrine. Cette année sera celle d’une nouvelle stratégie Cyber.

Innovations, aussi, dans le domaine de la politique sociale du ministère.

C’est le sens de la rénovation de la concertation, qui nous fait entrer dans un monde nouveau, qu’il convient d’aborder avec souplesse mais détermination, pour tirer toutes les opportunités des évolutions en cours. Évolutions liées à la mise en place d’un CSFM rénové, plus réactif et plus efficace. Évolutions liées à la création d’associations professionnelles nationales de militaires, qui seront de nouveaux acteurs du dialogue interne. Ces différentes évolutions sont majeures. Je continuerai de les suivre personnellement.

S’agissant d’une autre innovation sociale, je veux parler du droit des militaires à se présenter à des élections locales, je souhaite que l’année 2016 permette de lancer, en lien étroit avec le Parlement, les travaux qui mettront en œuvre les décisions prises par le Conseil constitutionnel.

La réserve militaire est un autre chantier majeur. Elle constitue déjà un renfort indispensable aux forces armées. Mais dans le contexte sécuritaire de 2016, nous devons relever un grand défi, celui de développer, considérablement, la capacité d’action de notre réserve opérationnelle. Au cours de cette année, c’est plus de 3500 jeunes réservistes supplémentaires qui vont être recrutés. L'objectif est clair : il est de déployer 1.000 réservistes en permanence pour la protection de nos concitoyens. Je souhaite, à cet égard, que notre ministère soit exemplaire, et qu’il favorise l’engagement de ses propres agents civils au sein de la réserve. A chacun de voir comment il peut s’engager ! Plus largement, nous devons améliorer le maillage territorial de la réserve, pour qu'elle intervienne au plus près des populations, et puisse devenir à terme une véritable Garde nationale.

Et je voudrais saluer avec vous le rôle essentiel des personnels civils, mobilisés avec un engagement exceptionnel en soutien de nos armées. Il nous faut garantir la pérennité de leurs compétences, et valoriser au sein du ministère leur rôle indispensable et complémentaire de celui des militaires, au-delà du seul mot de «rééquilibrage » auquel il faut maintenant donner du sens.

Innovations, encore, pour le Service de santé des armées. Dans le cadre de son projet de service, le SSA innove en faisant de la médecine des forces son nouveau centre de gravité, à côté d’une composante hospitalière adaptée aux justes besoins des armées, mais aussi plus ouverte sur son environnement civil. Le Service connaît par ailleurs une révolution numérique, avec par exemple ici, au Val de Grâce, une plateforme pédagogique numérique, pour diffuser l’enseignement autrement, et améliorer toujours la qualité du soutien médical dispensé à nos forces.

Dans le domaine international, je souhaite que nous soyons dans une même démarche novatrice. C’est par exemple ce que nous avons fait, le 17 novembre dernier, en saisissant nos partenaires européens au titre de l’article 42.7 du Traité de l’Union européenne. L’Europe de la Défense peut avancer ainsi, concrètement, à travers l’ambition d’une autonomie stratégique européenne. C’est aussi de cette manière que nous pouvons répondre à la demande croissante de sécurité que les citoyens européens nous adressent.

Dans un environnement bouleversé, où les enjeux de coopération sont plus importants que jamais devant des menaces graves qui peuvent être communes, les chantiers sont nombreux. Et c’est aussi pour mieux les aborder que le ministère peut désormais s’appuyer sur une direction générale des relations internationales et de la stratégie. Nous devons notamment travailler à faire évoluer l’opération EU NAVFOR MED Sophia, qui montre actuellement ses limites en agissant uniquement dans les eaux internationales. Il lui faut pourtant agir dans les eaux territoriales libyennes, dès que ce sera possible.

Nous devrons par ailleurs continuer d’accompagner les pays qui comptent sur la force de stabilité que représente la France. C’est le cas de la Centrafrique, où la transition avance avec des élections en cours. C’est le cas du Sahel. Face aux attaques djihadistes et à la radicalisation dans de nombreux pays ouest africains, nous devons rester mobilisés et inventifs pour proposer à nos partenaires des solutions à leur mesure, pour répondre à leurs besoins sécuritaires. Cela a été l’une des thématiques les plus riches de la deuxième édition du Forum de Dakar en 2015, que nous comptons alimenter avec nos partenaires sénégalais en vue du prochain forum, en 2016, mais aussi l’un des objectifs du sommet de Lomé dont nous espérons qu’il pourra se tenir en mars prochain.

Nous devons plus largement rénover notre politique de coopération militaire, afin de renforcer encore l’impact de nos actions destinées à soutenir des pays amis, comme la Tunisie ou le Liban, contre le terrorisme. La lutte contre le terrorisme extrémiste en Syrie et en Irak se poursuivra en 2016 en vue de priver Daech et les autres groupes radicaux de leurs bases et de leurs ressources. C’était l’objet de la réunion aujourd’hui même, à Paris, avec Ashton Carter et mes principaux homologues européens ainsi qu’avec mon homologue australienne. En Libye, le chantier est également vaste, face aux errements des milices et des groupes radicaux qui doivent renoncer à la lutte armée pour accepter l’autorité d’un gouvernement d’union nationale.

Ce sont là, parmi de nombreux autres, quelques-uns des chantiers que nous trouverons en 2016, dans un monde renouvelé, mais qui ne doit pas nous faire peur.

Si, dans ces temps troublés, devant tous ces enjeux, l’esprit d’innovation est bien l’une des clés de nos réussites futures, le sens du collectif en est, plus que jamais, la condition première.

En un sens, l’unité du ministère n’a jamais été aussi assumée. Désormais regroupés à Balard, les états-majors et les services centraux du ministère expérimentent de nouvelles manières de travailler ensemble, dans le sens d’un décloisonnement et d’une plus grande efficacité collective. Dans le même temps, la réalité de la menace, qui cible la France au plus loin de ses frontières comme au plus près de nos foyers, nous oblige à penser, plus que jamais dans un même mouvement, l’action de nos forces partout où elles sont engagées.

En n’oubliant jamais que les réussites de la Défense mobilisent toutes les énergies, et en saluant à nouveau l’engagement exceptionnel des hommes et des femmes de la Défense, qu’ils soient civils ou militaires, d’active ou de réserve, je forme le vœu que cette année encore nous trouve unis autour des grands enjeux de notre Défense.

Et ce sentiment d’unité, je veux aussi le construire sur du concret. Veiller au bien-être de nos armées, c’est aussi ma préoccupation personnelle – et je le revendique. Lors de ses vœux aux armées, le Président de la République m’a demandé de préparer un plan d’amélioration de la condition du personnel militaire à la hauteur de notre niveau d’engagement en opérations, intérieures comme extérieures. L’enjeu, c’est de répondre à certaines situations difficiles rencontrées par nos soldats. Mais il est aussi de valoriser leur engagement, de renforcer l’attractivité de nos armées, tout en garantissant leur efficacité opérationnelle, car la condition militaire y concourt directement.

Les travaux sont d’ores et déjà engagés. Les propositions qui me seront remises pourront concerner des compensations financières ciblées ; elles devront bien sûr poursuivre l’amélioration des conditions de vie et d'exercice de leur métier offertes aux militaires (je pense en particulier à ceux engagés dans l’opération Sentinelle) ; elles devront encore porter sur les dispositifs d’accompagnement des familles, ou bien la question des permissions accordées à nos personnels qui sont pour certains engagés sans relâche. Nous le devons à cet engagement.

Notre force, je l’ai dit en commençant, est d’être une véritable communauté. Au sens large, et j’y associe les réservistes, les familles de nos militaires qui en partagent l’engagement, mais aussi nos partenaires industriels, les grands groupes comme les PME, et tous les amis de la Défense.,

J’ai l’habitude de parler d’équipe France des exportations de défense. Je crois que cette équipe-là a fait ses preuves, mais aussi que d’autres buts l’attendent. Ce soir, c’est une équipe un peu plus large que je voudrais évoquer. Chacun y a sa place. Chacun de nos concitoyens, d’ailleurs, peut se reconnaître dans la mission portée par notre Défense et y apporter toute sa contribution, par la réserve notamment.

Ce rassemblement qui est plus que jamais nécessaire – celui de la Défense, celui des Français autour de ses armées –, c’est enfin celui que nous concrétiserons à l’occasion de grandes commémorations, avec le centenaire des batailles de Verdun et de la Somme. Le Secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, y travaille ardemment, pour que la réunion, sur notre sol, de nos alliés et ennemis d’hier, qui sont nos partenaires aujourd’hui, soit porteuse d’espoirs au présent. En honorant le souvenir de ces millions de Français, d’Européens, nos aînés, dont les vies ont été à jamais bouleversées par la guerre, nous entendrons aussi leurs voix, les messages qu’elles portent au présent. Celui de la paix et de la sécurité, celui de la solidarité européenne, qui s’imposent plus que jamais à nous.

Mesdames et Messieurs,

Ce soir, nous avons une pensée pour chacun de nos soldats, engagés en opérations, dans les rues de France, dans le désert sahélien, dans le ciel syrien, dans le golfe arabo-persique, dans les abysses des océans – ailleurs encore. Ils font la fierté de la France. Ils sont la raison de notre action.

Tous ici, nous partageons leur combat. Leur vocation est la nôtre. Elle nous réunit ce soir, elle nous rassemblera encore tout au long de cette année : servir notre pays, protéger nos concitoyens, défendre nos intérêts de sécurité, porter haut les valeurs de la France.

En formant le vœu que cette année illustre à nouveau la valeur de notre Défense, je vous souhaite, à vous ainsi qu’à tous vos proches, une excellente année 2016.

Vive la République ! Vive la France !


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact