Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Le Patroller est

Le Patroller est « made in France » à 85%

À l’occasion de sa visite du site Sagem (groupe Safran) de Montluçon, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a assisté à la formalisation du contrat de réalisation du programme « Système de drones tactiques » (SDT),[1] par le directeur général adjoint de la DGA et le directeur général de Safran. Ce marché prévoit la livraison de 2 systèmes opérationnels destinés à l’armée de terre, composés chacun de 5 vecteurs aériens de type Patroller, 2 stations sol pour le pilotage et le contrôle des drones et des moyens de communication. Il comprend également l’acquisition d’un système de 4 vecteurs aériens et 2 stations sol pour la formation et l’entraînement en métropole, ainsi que l’acquisition du système de soutien. Il couvre par ailleurs le maintien en condition opérationnelle pendant une durée de 12 ans. Ces matériels remplaceront les Systèmes de drones tactiques intérimaires (SDTI),[2] en service depuis 2004 au 61e régiment d’artillerie de Chaumont.

Signature du contrat Patroller à Montluçon

Le programme SDT répond au besoin opérationnel de l’armée de terre en offrant des performances accrues en termes d’endurance, de qualité des images produites et d’empreinte logistique ainsi qu’une capacité de recherche plus efficace obtenue par une approche multi-capteurs. Le SDT aura ainsi une capacité d’emport simultané de deux charges utiles (optique/infrarouge/laser et radar dans un premier temps, une charge utile de guerre électronique pouvant dans un second temps se substituer au radar).[3] Pour la réalisation du programme, Safran s’appuiera sur le « Cluster Patroller »,[4] groupement de PME de hautes technologies majoritairement françaises, qui apportera des briques technologiques déterminantes pour la performance de la cellule et de la chaîne de mission. L’aéronef repose sur un partenariat avec la société allemande Ecarys (Stemme), avionneur réputé dans le domaine des moto-planeurs et avions légers. Discours prononcé par Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense dans l'usine SAGEM lors de la signature du contrat du drone tactique Patroller. Montluçon, le 5 avril 2016 – Seul le prononcé fait foi – Sources : DICoD et Armée de Terre.

Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs,
Monsieur le président,
Monsieur le directeur général adjoint, cher Philippe Petitcolin,

Je suis très heureux d’être avec vous, d’autant que nous nous retrouvons ici dans un lieu exceptionnel pour un moment exceptionnel.

A l’évidence il y avait un peu de folie, au milieu de la Grande Dépression, en 1934, à venir implanter une usine ici à Montluçon. Vos aînés pouvaient-ils parier que ce site gagnerait un leadership européen et mondial dans les domaines alors inconnus de la navigation inertielle et des drones tactiques ?

Je suis frappé de cette audace, celle d’un enfant du pays revenu de Paris. Je suis surtout impressionné par la capacité d’adaptation unique dont a fait preuve cet établissement tout au long de son histoire. Avant de faire des gyroscopes, des missiles, des drones, les ateliers de Montluçon ont fabriqué des téléimprimeurs, des machines à chaussures, des engins d’extraction pour la mine, des décodeurs de télévision… Vous, salariés de SAGEM à Montluçon, êtes les dépositaires de cette agilité. Elle est, pour l’avenir, un atout incomparable.

Bien sûr, l’agilité est parfois difficile à soutenir dans la durée. Il y a plusieurs années, ce site a subi un plan social rigoureux. Je sais les inquiétudes, encore récentes, concernant l’activité de certains ateliers que nous venons de visiter. C’est vrai qu’il a pu être question de réfléchir à des solutions palliatives, pour préserver l’emploi. Mais c’était avant les contrats export de l’Armement Air-Sol Modulaire, l’AASM [l’A2SM], induits par l’export du Rafale. C’était avant la sélection du Patroller. J’y reviendrai. Aussi, en visitant ce site aujourd’hui, je suis heureux de constater cette formidable vitalité et des perspectives exceptionnelles. Combien d’entreprises rêveraient d’avoir leur plan de charge assuré jusqu’en 2020 ? C’est votre cas aujourd’hui et vous avez toutes les raisons d’en être fiers.

Patroller™-S est un système de drones développé pour répondre aux missions de sécurité intérieure

Cette réussite, elle n’est pas tombée du ciel.[5] Vous la devez à votre ténacité, à votre souci de la qualité – cette exigence de perfection qui permet à un gyroscope de sous-marin de garder une position fiable pendant des milliers d’heures.

Cette réussite, Montluçon la doit également, j’en suis convaincu, à sa capacité à transmettre son savoir-faire industriel à travers les générations. On me dit que l’apprentissage est une longue tradition dans cet établissement. Sagem proposait une formation très complète à ses apprentis dès les années 1930 – ce qui incluait des séances de gymnastique et de jardinage. Transmettre, ce n’est pas figer. J’ai pu échanger au cours de la visite avec des jeunes salariés embauchés en apprentissage. Ils héritent de compétences de pointe mais également de la capacité à les faire évoluer, car tout au long de leur carrière ils participeront au développement de nouvelles technologies. Cet esprit de transmission permet que les atouts du passé deviennent les clés de réussite du futur.

Votre établissement est, depuis plus de cinquante ans, un fournisseur essentiel de la Défense puisque, avec les centrales inertielles, il produit une composante essentielle de notre autonomie stratégique et de la dissuasion française. Les technologies inertielles, je le rappelle simplement, permettent de se repérer même sans satellites de géolocalisation. Voilà pourquoi les composants issus des ateliers Coriolis équipent nos forces, depuis les sous-marins, les Rafale, les hélicoptères, jusqu’aux missiles. Ce savoir-faire unique a su évoluer au fur et à mesure que des technologies nouvelles sont apparues : les gyroscopes classiques, puis les gyrolasers, et enfin les gyroscopes résonnants hémisphériques, les « GRH », apparus dans les années 2000.

Le guidage inertiel est une composante essentielle des missiles AASM, qui sont assemblés sur ce site. Les AASM constituent une vraie réussite industrielle, sur laquelle je veux insister.[6] Le succès du Rafale, en effet, ne peut pas être séparé de la capacité de frappe que lui procure l’AASM, qui est un armement discriminant pour le Rafale, puisqu’il offre la capacité, unique, de frapper simultanément six objectifs dans la profondeur à partir d’un seul avion.

Si le plan de charge de l’établissement de Montluçon est assuré pour les cinq prochaines années, c’est ainsi grâce aux contrats export en Égypte, au Qatar. Je souligne par ailleurs que nos forces se retrouvent à employer quotidiennement le missile AASM au Levant, dans l’opération Chammal. Elles disposent avec lui d’une arme extrêmement performante au service des opérations. Je sais que l’Armée de l’Air en est très satisfaite – ses représentants ici ne me contrediront pas.

Mais permettez-moi de revenir à la raison première de notre présence ici aujourd’hui : la signature du contrat Patroller, dans quelques instants, par Vincent Imbert, le délégué général adjoint pour l’armement, et Philippe Petitcolin, le directeur général de Safran. Dans l’atelier où nous sommes, qui a produit le SDTI,[5] notre ancien drone tactique, seront bientôt produits les nouveaux drones tactiques de l’armée de terre, les Patroller. Il y a là, je crois, une autre raison de se réjouir et d’être confiants dans l’avenir.

Le nouveau drone tactique offrira, par rapport à son prédécesseur, des performances accrues, en particulier une meilleure endurance et une plus grande qualité d’image. Il permettra une approche « multi-capteurs », emportant simultanément deux charges utiles – optique et radar par exemple. Cette capacité est essentielle sur le terrain, car elle apportera des renseignements précieux au chef tactique pour le conforter dans la manœuvre terrestre, pour l’aider à préserver au mieux la sécurité de ses hommes, l’orienter dans ses décisions.

Pour ce drone tactique, il existait plusieurs solutions industrielles. En application de la réglementation, j’ai décidé de lancer une compétition en 2014. L’appel d’offres a été mené conjointement par la DGA et l’armée de terre, avec une grande rigueur, que je tiens à saluer. Des tests grandeur nature ont été réalisés l’été dernier afin de comparer les deux produits concurrents en situation réelle. Au final, et sans ambiguïté, c’est le Patroller qui s’est avéré le mieux pour répondre au besoin de l’armée de terre, notamment pour ses qualités optroniques, son endurance, et ses capacités à voler sur le territoire national.

Une telle compétition, j’en suis convaincu, honore l’industrie française. Je me félicite que nous disposions, dans ce domaine des drones tactiques, d’une filière industrielle solide avec deux produits d’une qualité exceptionnelle. C’est un luxe que nous n’avons pas toujours eu : ainsi dans le domaine des drones « Moyenne Altitude Longue Endurance », les drones MALE, nous n’avions pas eu de meilleur choix que de commander aux États-Unis.

Cette victoire de Sagem n’aurait pas été possible sans sa capacité à fédérer une équipe, à travers le cluster Patroller qui réunit 25 entreprises, principalement des PME. J’ai la conviction que les PME sont essentielles à la réussite de notre industrie. L’excellence du Rafale, et ses succès à l’export, reposent sur des PME. Si je me permets ce message ici, dans le grand groupe Safran, c’est que je connais votre capacité à entretenir un écosystème d’entreprises de toutes tailles pour soutenir son innovation et son dynamisme. Le Patroller en est la démonstration éclatante. Je tiens à saluer à cet égard les dirigeants de Vodea et Silkan, qui appartiennent au cluster Patroller et que j’ai pu rencontrer tout à l’heure au cours de la visite. Silkan est une PME spécialisée dans les systèmes de simulation embarqués. Je sais qu’elle rayonne jusque dans la Silicon Valley ! Vodea, de son côté, développe des boîtiers qui permettent de gérer le flux d’image du drone en temps réel.

A rebours d’une attitude décliniste qui est trop souvent de mise dans notre pays, je voudrais souligner que le Patroller marque la présence de l’industrie française, de son excellence, dans un domaine aussi important pour notre souveraineté que celui des drones.[7] Le Patroller est « made in France » à 85%. Pour produire le Patroller acheté pour l’armée de terre, Sagem créera 300 emplois qualifiés en France – ici à Montluçon, mais également à Fougères, à Eragny, à Poitiers. Si le Patroller est vendu à l’export – et je crois savoir que certains pays ont déjà présenté des marques d’intérêt, d’autres emplois seront alors créés.

Ces créations de poste annoncent, j’en suis certain, des jours meilleurs sur le front de l’emploi dans le département de l’Allier comme ailleurs. Je me souviens de la décision que j’ai dû prendre en septembre 2013. Cette décision douloureuse, c’était la fermeture du détachement air 277 de Varennes-sur-Allier. Mais aujourd’hui, à Varennes aussi, plusieurs emplois industriels dans le secteur de la Défense ont été créés avec l’arrivée du groupe NSE en plus des mesures d’accompagnement en faveur des personnels de la base qui ont retrouvé un poste, principalement dans le département de l’Allier. Les temps changent, Mesdames et Messieurs, et nos territoires renouent avec l’industrie. Vous qui travaillez dans ce lieu exceptionnel, vous pouvez être fiers de votre succès. Le Patroller, les missiles AASM, les centrales inertielles, sont des produits de très haute technologie au service de la France, de sa Défense et de son économie. Il résulte de la haute exigence de l’esprit d’équipe, de la capacité d’adaptation, de l’audace dont vous faites preuve au quotidien sur ce site.

Je vous remercie de votre accueil chaleureux, et je vous propose de passer maintenant à la signature du contrat Patroller.

[1] Le programme SDT (Système de drones tactiques) : Le Livre blanc 2013 a confirmé la priorité donnée au renseignement. Dans le cadre de la fonction « connaissance et anticipation », les drones sont aujourd’hui des matériels reconnus comme indispensables sur les théâtres d’opération, pour assurer des missions d’appui et de renseignement. Le programme SDT a été validé par le ministre de la Défense en comité ministériel d’investissement le 10 juin 2014 et le futur SDT a été choisi au terme d’une procédure de compétition européenne. La livraison doit intervenir fin 2017 pour une mise en service en 2018. A terme, le système de drone tactique (SDT) remplacera le système de drone tactique intérimaire (SDTI) ; dans ce cadre, le drone Patroller de SAGEM a été choisi. Le SDT participera pleinement à la montée en puissance du renseignement dans le cadre du nouveau modèle Au Contact. Le renseignement reste en effet une des têtes de chaîne de l’armée de Terre avec les forces spéciales, l’aérocombat et les systèmes de commandement. Le renouvellement du SDTI en service depuis 2004 au 61e RA apporte ainsi une capacité supplémentaire de drones tactiques à même d’éclairer au niveau d’une unité élémentaire. Le SDT Patroller offrira des performances accrues en termes d’endurance, de qualité des images produites et d’empreinte logistique ainsi qu’une capacité de recherche plus efficace obtenue par une approche multi-capteurs. (Infographie du système Patroller).  (Source : Armée de Terre).
[2] Le programme SDTI (Système de drones tactiques intérimaire) : Le système Patroller profite de l’expérience acquise par Sagem à travers le programme SDTI Sperwer. Utilisé durant neuf ans en Afghanistan, le Sperwer a été produit à Montluçon à plus de 150 exemplaires. Sagem en assure le soutien jusqu’à l’arrivée du Patroller en unité. Le nouveau Patroller apporte une architecture modulaire qui permet d’embarquer une charge de renseignement mutlicapteur à haute performance de 250 kg (optronique, radar, guerre électronique). La chaîne image haute définition du Patroller permet d’identifier un piéton armé à plusieurs kilomètres, de jour comme de nuit. Le Patroller permet d’assurer des vols de classe 20h (5 h avec le Sperwer). Voir Infographie. (Source : Armée de Terre).
[3] Système Patroller : un drone de surveillance pour des missions de longue endurance (Source : SAGEM)
[4] Pour la réalisation du programme, Safran s’appuiera sur le « Cluster Patroller », groupement de PME de hautes technologies majoritairement françaises, qui apportera des briques technologiques déterminantes pour la performance de la cellule et de la chaîne de mission. L’aéronef repose sur un partenariat avec la société allemande Ecarys (Stemme), avionneur réputé dans le domaine des moto-planeurs et avions légers.  (Source : Armée de Terre).
[5]  Le système de drone tactique intérimaire (SDTI) devait remplacer le système Crécerelle (SAGEM) et précéder la mise en place du drone multi-capteurs multi-missions (MCMM). Voir "Les drones : une arme de supériorité tactique pour les armées modernes" de Joël-François Dumont in Défense (15-03-2006). 
[6] Voir "L’Armement Air-Sol Modulaire : Premier armement air-sol tactique multi-cible en Europe" de Christian Jaeger in European-Security (20-07-2007).
[7] Voir "Les drones au 43ème Salon du Bourget" de Joël-François Dumont in European-Security (12-06.1999).


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact