Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Terrorisme: actions militaires et soutien de la France

Terrorisme: actions militaires et soutien de la France

Point de presse conjoint de Jacques Chirac, Président de la République française et de George W. Bush, Président des Etats-Unis d'Amérique à Washington, concernant les opérations engagées par les Etats-Unis en Afghanistan. Washington, le 6 novembre 2001.

Le Président Bush : Bonjour, c'est un honneur pour moi d'accueillir à nouveau mon ami personnel à Washington. Merci, Monsieur le Président. Nous avons eu une bonne discussion sur les efforts communs que nous menons contre le terrorisme. J'ai remercié le Président et le peuple et le gouvernement français pour leur appui solide. Je vous remercie pour votre assistance militaire.

Nous reconnaissons que la guerre contre le terrorisme est plus qu'une action militaire en Afghanistan. Nous avons une obligation d'aider l'Afghanistan, le peuple afghan. Nous devons veiller à ce qu'il y ait un gouvernement après les Talibans, qui partage les valeurs de nos deux pays. Ainsi, nous avons eu une bonne discussion.

J'accorde beaucoup de valeur aux conseils que m'a donnés le Président et ami. Donc, je vous remercie, Monsieur le Président, d'être revenu ici.

Le Président Chirac - Merci aussi, Monsieur le Président, c'est avec un grand plaisir que je me retrouve avec vous. Vous, dont j'admire le calme et la détermination dans les épreuves auxquelles nous sommes confrontés. La responsabilité ultime d'un responsable politique, d'un chef d'Etat ou de gouvernement, c'est d'assurer la sécurité de son peuple. C'est ce que fait, dans des conditions difficiles, le Président Bush. C'est ce que je fais, c'est ce que chacun d'entre nous doit faire. Et pour bien assurer cette sécurité, il faut bien entendu utiliser tous les moyens internes qui conditionnent la sécurité et aussi les moyens internationaux, comme notamment la nécessaire éradication du terrorisme tel qu'on le voit aujourd'hui.

Dans cet esprit, nous avons évoqué les actions militaires et le soutien de la France, l'indispensable action politique pour mettre en place les structures d'un Etat moderne en Afghanistan, les exigences urgentes d'une aide humanitaire qui s'impose non seulement pour les réfugiés mais également pour l'ensemble de la population afghane et aussi, bien entendu, les crises qui, de par le monde, risquent d'apporter de l'eau au moulin du terrorisme. Je pense en particulier au Moyen-Orient et à la nécessité de retrouver là-bas le processus de paix.

Sur tous ces sujets, j'ai voulu apporter ma contribution à la réflexion générale et donner au Président des Etats-Unis mon sentiment dans l'intérêt général.

Ce matin, Monsieur le Président, vous avez dit que les terroristes essayaient d'obtenir des armes de destruction massive. Pouvez-vous nous dire dans quelle mesure ils sont prêts à obtenir une bombe nucléaire ou une bombe qui serait capable de disperser des déchets nucléaires aux Etats-Unis ? Et, à Monsieur le Président Chirac, vous avez dit que vous aviez deux mille soldats que vous étiez prêt à engager dans l'effort américain. Pouvez-vous nous dire combien de soldats se trouvent sur place en Afghanistan ?

Le Président Bush - Ce matin, en effet, j'ai dit qu'Oussama Ben Laden et Al-Qaïda essayaient d'obtenir des armes de destruction massive. Parce qu'en fait, je reprends ses propres paroles, il a annoncé qu'il avait cette intention. Et je pense qu'il faut le prendre au sérieux. Nous allons veiller à ce qu'il ne détienne pas ces armes de destruction massive. S'il n'en a pas, nous allons veiller à ce qu'il n'en obtienne pas. Et s'il les obtient, nous allons faire en sorte qu'il ne puisse pas les déployer. Voilà pourquoi nous continuons à chercher à trouver tous les membres d'Al-Qaïda et à les traduire en justice. Je pense qu'Oussama Ben Laden est un homme maléfique. Et donc je pense qu'il est tout à fait possible qu'il essaie de développer des armes maléfiques et de les utiliser. Voilà pourquoi nous devons continuer à oeuvrer pour maintenir, pour faire respecter la civilisation telle que nous la connaissons. Et nous allons continuer sans désemparer de faire une pression militaire en Afghanistan. Voilà pourquoi nous devons remporter cette guerre et, comme je l'ai dit ce matin au Président Chirac, nous allons gagner.

Le Président Chirac - Je n'ai pas dit que la France était prête à mettre 2 000 hommes à la disposition des opérations militaires. J'ai dit que la France avait 2 000 hommes, soldats, marins et aviateurs, engagés actuellement dans les opérations militaires.

On est dans la phase militaire qui va se poursuivre, nous l'avons bien compris. Est-ce que vous avez déjà commencé à parler de la phase politique, avec peut-être l'implication plus prononcée, dans les temps qui viennent, dans les semaines à venir, de l'Organisation des Nations unies pour régler le problème afghan ?

Le Président Chirac - Oui, naturellement. L'action militaire est indispensable mais elle n'est pas la seule. Et les Américains et les Alliés font un très gros effort pour accélérer la mise en place d'une solution politique en Afghanistan et, de ce point de vue, nous soutenons l'action menée par M. Brahimi, de même que nous sommes très engagés dans une accélération et une amélioration de l'aide humanitaire. De tous ces sujets, nous avons naturellement parlé. Ils sont complémentaires, comme d'ailleurs d'autres sujets, qui n'ont pas été évoqués jusqu'ici et que nous avons étudiés aussi, et qui concernent la lutte contre le financement du terrorisme, la lutte contre les abris que peuvent trouver les terroristes ici ou là, pour des raisons de législations nationales, et l'ensemble des moyens qui permettent de lutter contre les facilités que trouve le terrorisme dans les systèmes démocratiques.

Vous avez dit ce matin que la sympathie et les mots n'étaient pas suffisants. Il fallait que les nations prennent également des actions. A quelles nations pensiez-vous ?

Le Président Bush - Je vais faire un discours devant l'ONU samedi et je louerai les nations qui se sont jointes à nous dans notre coalition. Mais les membres d'une coalition doivent faire davantage qu'exprimer leur sympathie. Ils doivent prendre des actions. Ici, nous avons un partenaire qui a pris des actions. Nous avons travaillé ensemble. Mais une coalition signifie des choses différentes pour des nations différentes. Certaines nations ne veulent pas envoyer des troupes et je les comprends. Mais toutes doivent prendre des mesures pour lutter contre le terrorisme. Et voilà donc ce que je vais dire dans mon discours à l'ONU. Mais le moment viendra où toutes les nations devront décider si elles sont pour le terrorisme ou contre. Voilà une partie de mon discours samedi.

Le Président Chirac - Juste un mot pour rappeler que le Conseil de sécurité des Nations unies, dans sa résolution 1373, a reconnu le bien-fondé de la réaction américaine et l'obligation pour toutes les nations de souscrire aux exigences de la lutte contre le terrorisme. Chacune doit le faire avec ses moyens, mais aucune n'est fondée à refuser son assistance à la lutte contre le terrorisme. C'est la légitime défense qui a été reconnue pour les Américains par l'ONU.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact